Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie I. La bibliothèque, espace d’accueil d’un service pour l’insertion professionnelle et l’emploi

3. Des partenariats à développer pour les bibliothèques : atouts et difficultés

Yoann Bourion

Texte intégral

1Parmi les nombreuses facettes du rôle social de la bibliothèque, il en est une qui demeure encore peu développée : l’aide à l’insertion professionnelle, et plus précisément, l’offre documentaire et de services autour de l’orientation scolaire, de la recherche d’emploi et de la formation professionnelle.

2Certes, de nombreuses bibliothèques en France disposent d’un fonds « emploi et formation », qui d’ailleurs peut revêtir plusieurs formes, du simple rayonnage à l’espace clairement identifié, mais de véritables partenariats entre les administrations spécialisées (Pôle emploi, maisons de l’emploi, CIO/Service commun universitaire d'information et d'orientation, SCUIO, organismes de formation professionnelle) et les bibliothèques demeurent très rares. Alors, à l’inverse des pays anglo-saxons, pourquoi les mondes de l’insertion professionnelle et des bibliothèques sont-ils si étanches l’un à l’autre ? Et quels peuvent être les gages d’un réel partenariat réussi ?

Un cloisonnement encore de mise

3Alors que les activités relevant du domaine social et celles relevant de la culture cohabitent bien souvent au niveau des structures de proximité telles que des bibliothèques de quartier, des centres sociaux ou des maisons pour tous, on peut constater une nette séparation due à une ignorance réciproque au niveau des politiques publiques.

4L’image des bibliothèques territoriales, prioritairement culturelle, ne semble pas les destiner à être des partenaires naturels des secteurs économiques et sociaux. Atteindre un tel objectif demanderait une concertation très approfondie à partir d’objectifs clairement partagés. Mais cette concertation ne va pas de soi. Bien souvent, les organismes relevant du domaine social manifestent leur perplexité devant l’intervention des bibliothèques dans le domaine de la formation, tout en renvoyant une image très traditionnelle des bibliothèques. Ces blocages s’expliquent principalement par une perception erronée des missions des bibliothèques aujourd’hui, vues comme des établissements ayant vocation à effectuer exclusivement du prêt de livres. Les organismes de formation professionnelle, dans un contexte de restructuration nationale et de restrictions budgétaires, peuvent craindre en outre de voir arriver un nouvel acteur, potentiellement concurrentiel pour l’obtention de subventions. Un vrai travail de pédagogie, voire de marketing, s’avère indispensable aujourd’hui pour casser ces représentations erronées et datées.

5Mais il faut bien avouer que, du côté culturel, une méconnaissance assez partagée des administrations (collectivités locales et État) et des structures associatives travaillant dans le champ de l’emploi et de la formation nuit à la mise en œuvre de partenariats solides. Un effort doit donc aussi être entrepris du côté des bibliothèques pour mieux s’informer sur le rôle et le périmètre d’action de chaque acteur de l’insertion professionnelle, un monde très complexe vu de l’extérieur, où le sigle est roi.

Une expérience novatrice à Bordeaux

6L’initiative menée par l’Association régionale de l’éducation permanente en Aquitaine (AREPA) est de ce point de vue exemplaire. Par l’intermédiaire de réunions trimestrielles, le réseau Éducation formation emploi de Bordeaux facilite l’échange d’idées et de projets, le repérage et la mise à disposition d’information pour les utilisateurs. Ce réseau permet la mise en commun de différentes sources documentaires, l’échange d’informations ponctuelles, la diffusion de documents et la mutualisation des savoirs. Le réseau est composé de vingt-cinq partenaires, parmi lesquels la bibliothèque municipale de Bordeaux, les bibliothèques de l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM), des centres de documentation spécialisés tels que ceux du Fonds de gestion des congés individuels de formation (FONGECIF) ou de la Délégation régionale au recrutement et à la formation de la Police nationale. Ce réseau, associant des structures hétéroclites quant à leurs fonds et à leur tutelle (collectivités, enseignement supérieur, chambres consulaires, associations, etc.) est une expérience novatrice favorisant la circulation d’information et une meilleure connaissance mutuelle des missions de chacun. C’est le préalable à tout partenariat efficace entre bibliothèques et structures travaillant dans le domaine de l’emploi et de la formation.

Les partenariats sont pourtant encouragés

7Le monde de l’insertion professionnelle se révèle donc au bibliothécaire, complexe, protéiforme, avec de multiples acteurs. On citera, parmi les structures les plus actives, Pôle emploi, les missions locales, les maisons de l’emploi, l’AFPA, ou bien encore les ateliers de pédagogie personnalisée (APP).

  • 1 Commission présidée par Rose-Marie Van Lerbeghe. Le rapport remis en avril 2010 définit la stratégi (...)
  • 2 Voir la contribution de Bénédicte Parmentier : « Un pôle d’information et de contact sur l’emploi e (...)

8Les textes réglementaires incitent aujourd’hui à une mutualisation des moyens pour la mise en œuvre d’actions communes entre structures spécialisées, et à la réalisation de projets avec d’autres acteurs de la vie locale. Ainsi la commission, « Pour une dynamique territoriale de l’emploi » (avril 2010)1, insiste sur le rôle des partenariats pour construire un service plus accessible, de meilleure qualité et plus performant au moment de la restructuration du service public de l’emploi. Un des objectifs majeurs est d’accroître la proximité de l’offre pour améliorer l’accès aux services de Pôle emploi dans des zones moins faciles à couvrir pour l’accueil physique des demandeurs d’emploi et des employeurs (par le développement de permanences Pôle emploi ou de « VisioGuichets »* avec les communes) et pour favoriser l’accès aux services de Pôle emploi à des usagers qui n’y ont pas recours spontanément. Si le rapport ne mentionne jamais directement l’intérêt d’un rapprochement avec les bibliothèques publiques, ces dernières ont des atouts évidents comme relais d’information et de conseils en offrant des lieux conviviaux, des accès Internet et des fonds documentaires. Le Point relais emploi formation (PREF) du Segala Tarnais, associé à la médiathèque de Pampelonne, en constitue un excellent exemple2.

9Les maisons de l’emploi sont également fortement impliquées dans des actions de coopération, les partenariats étant au cœur de leurs principes fondateurs. De manière plus générale, on constate depuis une dizaine d’années l’intérêt des décideurs pour la notion de proximité, notamment comme valeur fondamentale des politiques publiques de l’emploi. Les représentations dominantes dans l’action publique de proximité, en matière d’emploi et de formation, invitent à un partenariat extensif entre les acteurs de l’entreprise, de l’économie sociale, de la culture et du monde associatif.

De la prestation de service au partenariat formalisé

10Bibliothèques et institutions spécialisées dans le domaine de l’insertion professionnelle peuvent mener des actions conjointes. Mais est-ce toujours une action de coopération au sens où les acteurs ont des intérêts similaires qu’ils planifient ensemble, où ils négocient leurs rôles mutuels et partagent des ressources pour atteindre un objectif commun, tout en maintenant leur identité séparée ?

11Le territoire lyonnais constitue un exemple intéressant. Au sein du réseau de la Bibliothèque municipale de Lyon, plusieurs bibliothèques d’arrondissements ont noué des relations avec des administrations intervenant dans le domaine de l’emploi : ce sont les bibliothèques du 8e arrondissement (Bachut), 7e arrondissement (Jean-Macé) et 9e arrondissement (Vaise). Ces actions communes sont le résultat d’opportunités locales et il n’y a pas à proprement parler de directives particulières sur le réseau ; il n’existe pas non plus de convention qui lierait la bibliothèque municipale dans son ensemble et Pôle emploi.

12L’absence de convention peut parfois poser problème car de plus en plus de demandeurs d’emploi viennent à la bibliothèque, parfois sur recommandation d’agents de Pôle emploi alors que perdure encore une méconnaissance mutuelle des missions. Cet afflux, loin d’être contraire aux missions de la bibliothèque, pose néanmoins des questions quant à l’accueil des publics. D’une part, il existe un risque de tensions entre publics, phénomène bien connu en bibliothèque publique, et d’autre part, le personnel de la bibliothèque n’a pas, bien souvent, de formation pour l’accueil de ces publics spécifiques. On saluera ici l’initiative – rare sinon unique – du centre régional de formation aux carrières de bibliothèque (CRFCB) d’Aquitaine, Médiaquitaine, qui a inscrit pendant deux ans à son programme de formation continue une action intitulée « Création d’un service d’accompagnement à l’emploi en bibliothèque » incluant des regards croisés bibliothécaires / spécialistes de l’emploi.

13La convention peut alors être le résultat formalisé d’un travail de réflexion préalable qui révélerait les spécificités des parties en présence, les forces mais aussi les limites. La tendance étant plutôt au développement des actions de formation en dehors des agences de Pôle emploi, d’aucuns pensent qu’il est important d’établir un partenariat formalisé entre les deux structures afin d’éviter que la bibliothèque soit un simple lieu d’accueil.

14Mais une convention n’implique pas toujours la réelle construction d’un programme et d’un objectif communs. La situation actuelle de Pôle emploi confronté à des difficultés de restructuration et à des directives incitant à externaliser certaines activités, peut laisser penser que certains responsables d’agences locales cherchent avant tout des lieux mettant à disposition des postes informatiques, sans attendre particulièrement un apport supplémentaire, une plus-value, de la bibliothèque. Des responsables d’agences locales font souvent preuve de franchise en précisant les objectifs assignés à ce partenariat : pouvoir animer des ateliers avec des locaux spacieux et adaptés. Cette réaction ne manifeste cependant pas de mépris pour les bibliothèques mais est l’expression d’une politique pragmatique et révélatrice de contraintes fortes.

Cinq ingrédients pour un partenariat constructif

Analyser le contexte local et les acteurs en présence

15Cette phase, pour autant indispensable qu’elle soit, n’est pas systématiquement mise en œuvre. La bibliothèque doit pourtant réaliser une véritable étude de marché pour estimer la pertinence d’une activité spécifique dans le domaine de l’insertion professionnelle. Cela passe par l’analyse des données concernant la population du territoire (l’Insee met à disposition sur son site Web des chiffres par zone urbaine sensible, ZUS, commune et aire urbaine), en particulier celles sur les demandeurs d’emploi. Il paraît alors intéressant de comparer la structure sociodémographique du territoire à celle des inscrits de la bibliothèque afin de repérer le comportement des personnes en recherche d’emploi. Ensuite, un travail sur les acteurs en présence doit être mené pour répondre à des questions stratégiques pour ce type de projet : existe-t-il des centres de documentations spécialisés ? Quelles sont leurs conditions d’accès ? Existe-t-il déjà une dynamique de travail, des actions communes ? Ce travail doit permettre de convaincre les décideurs, élus et responsables administratifs, que la bibliothèque est au service des politiques publiques locales.

Préciser le rôle et les apports de chacun

16Une fois le travail de recensement des forces en présence réalisé, une réflexion sur la nature des partenariats semble nécessaire. Toutes les bibliothèques de lecture publique actives dans le domaine de l’insertion professionnelle mènent une politique étroite en coopération avec un acteur institutionnel de ce domaine. Ces partenariats prennent plusieurs formes, mais le plus souvent il s’agit de la venue d’un agent de Pôle emploi ou de la maison de l’emploi dans la bibliothèque pour des permanences « conseils » ou des ateliers, avec l’utilisation du matériel informatique de la bibliothèque. Contractualiser cette coopération s’avère très utile et chacune des parties doit pouvoir expliciter son rôle précis et son apport dans le projet. Bien souvent, on a le sentiment que la structure extérieure apporte son expérience et sa qualification et la bibliothèque, seulement des locaux et du matériel informatique. Or, les bibliothécaires ont aussi des compétences professionnelles très utiles dans ce domaine, quoique fort méconnues. Fort heureusement, des structures manifestant clairement leur intérêt pour un travail commun avec une bibliothèque/médiathèque existent : ressources documentaires à jour, ouverture au grand public, qualité d’accueil, gratuité de l’accès (une donnée essentielle), etc. Aux directeurs d’établissement de valoriser leur établissement !

Mettre en valeur le fonds documentaire

17Le premier atout, même si cela peut sembler banal de l’affirmer, c’est le fonds documentaire et les compétences des bibliothécaires dans la gestion des collections. Les professionnels des bibliothèques doivent valoriser les fonds « emploi et formation » car les institutions intervenant dans le champ de l’insertion professionnelle n’ont que très rarement des espaces et des budgets dévolus à la documentation. La mise en relation entre une expertise humaine et une documentation adaptée, le plus souvent des guides pratiques empruntables par l’usager, constitue indéniablement une plus-value pour une politique publique locale de l’emploi. Les acquéreurs doivent aussi tirer profits de ces partenariats en sollicitant des experts à même d’effectuer des conseils d’achat. C’est d’ailleurs là une démarche tout à fait naturelle dans une politique documentaire formalisée comme l’a expliqué Jérôme Pouchol, créateur de la désormais fameuse « fiche domaine ». De manière explicite, on retrouve dans la fiche domaine une rubrique « Expert-conseil » qui incite fortement au développement d’une « culture de la collaboration inter et extra-professionnelle » : « L’acquéreur choisira l’expert (extérieur à l’établissement) qui, à titre consultatif, sera la « valeur ajoutée » à la réflexion portant sur les contenus spécialisés du domaine d’acquisition »3.

18Si des efforts sont constatés depuis quelques années en matière de formalisation documentaire, il faut bien avouer que le partenariat visant à améliorer la sélection de documents demeure encore peu répandu.

S’appuyer sur des ressources en ligne, en particulier l’offre distante

19S’appuyer sur le site Web – dans la mesure où celui-ci existe et dispose d’une offre en ligne – est pertinent dans le développement d’une offre de services complète en direction des demandeurs d’emploi. L’autoformation à distance mise en place par certaines bibliothèques municipales sous l’égide de la Bpi a un intérêt particulier pour toute personne désirant se former, et pas seulement pour trouver un emploi, pour évoluer aussi dans sa carrière. Le site Web permet également de mettre en valeur la documentation ou des animations. La plupart des espaces autoformation en bibliothèque publique mettent en avant une offre pour les usagers en recherche d’emploi ou en réorientation professionnelle. En effet, l’utilisation massive de l’informatique dans de nombreux métiers impose une mise à jour des connaissances régulière, voire même une remise en cause professionnelle. Or, observer quelques heures un espace autoformation en fonctionnement montre à quel point une grande partie du public est peu familiarisée avec ces évolutions, ne se reconnaît pas dans cette société « tout technologique » et craint l’exclusion. Ces espaces ont vocation à travailler en partenariat avec les structures de formation professionnelle. En effet, ils ne peuvent atteindre leurs publics cibles qu’à travers des partenariats susceptibles de relayer des informations sur cette offre de service spécifique. Les établissements de formation professionnelle, quant à eux, cherchent d’autres structures permettant à leurs élèves ou stagiaires de réviser leurs connaissances en dehors du temps de cours. Les espaces autoformation sont des lieux intéressants dans la mesure où le public, inscrit par ailleurs dans une formation professionnelle, peut entretenir ses connaissances en toute autonomie, parfois même par l’intermédiaire d’une plate-forme de formation ouverte et à distance (FOAD)

Valoriser l’accueil, l’aide et l’accompagnement individualisé

  • 4 Dominique Arot, « L’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques : projets et obstacles », (...)

20L’aspect humain s’avère fondamental, en particulier pour des usagers reprochant le côté impersonnel de l’administration, dont le traitement des dossiers peut parfois être marqué par un certain taylorisme. Il n’est pas inutile de rappeler que les personnels présents en banque de renseignements, en bibliothèque, ne sont pas – dans la très grande majorité des cas – soumis à des impératifs de quotas journaliers ou à des temps limités d’entretiens. La bibliothèque est un lieu a priori non stigmatisant. L’amplitude horaire peut se révéler intéressante même si, bien entendu, on ne peut pas parler de points forts tant le retard français est réel4. Néanmoins, les horaires d’ouverture des agences de Pôle emploi et des bibliothèques publiques sont généralement complémentaires. L’exemple bordelais est intéressant : la bibliothèque Mériadeck, située dans un quartier à vocation administrative, ouvre 53 heures par semaine, 6 jours sur 7, fermant le soir à 19 h. Elle est fermée le jeudi matin. L’agence de Pôle emploi du quartier (la principale de l’agglomération) est ouverte au public 34 h 30 par semaine, 5 jours sur 7, dès 8 h 30 le matin mais seulement jusqu’à 16 h 30 (et fermeture le jeudi après-midi).

  • 5 Olivier Chourrot, Élisabeth Meller-Liron, « Bibliothèques et insertion professionnelle », Bulletin (...)

21Si on peut penser, à l’instar d’Olivier Chourrot et Élisabeth Meller-Liron, que la bibliothèque est aujourd’hui, partout dans le monde, « une instance de formation tout au long de la vie […] peut-être la seule institution a vraiment mérité ce titre »5, cette opinion ne semble pas encore suffisamment partagée par l’ensemble des opérateurs intervenant dans le domaine de l’emploi et de la formation. La valorisation, et même la promotion, de l’offre de services des bibliothèques (collections imprimées et numériques, espaces multimédia, etc.) constituent un élément déterminant pour la mise en place de partenariats qui répondent aujourd’hui parfaitement aux objectifs des politiques publiques locales de l’emploi et de l’insertion professionnelle.

Notes

1 Commission présidée par Rose-Marie Van Lerbeghe. Le rapport remis en avril 2010 définit la stratégie partenariale comme levier d’amélioration des services rendus aux demandeurs d’emplois et aux entreprises et fait 20 propositions visant à concrétiser cette stratégie.

2 Voir la contribution de Bénédicte Parmentier : « Un pôle d’information et de contact sur l’emploi et la formation en milieu rural : la médiathèque de Pampelonne », p. XXX.

3http://poldoc.enssib.fr/index.php?page=22 > (consulté le 10 septembre 2012).

4 Dominique Arot, « L’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques : projets et obstacles », Rapport de l’Inspection générale des bibliothèques, 2012, 60 p.

5 Olivier Chourrot, Élisabeth Meller-Liron, « Bibliothèques et insertion professionnelle », Bulletin des bibliothèques de France, 2009, t. 54, n° 2, pp. 6-12. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2009-02-0006-001 >.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search