Version classiqueVersion mobile

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie I. La bibliothèque, espace d’accueil d’un service pour l’insertion professionnelle et l’emploi

2. La Cité des métiers à La Villette. Des ambitions initiales aux premiers retours d’expérience

Olivier Las Vergnas et Catherine Prokhoroff

Texte intégral

1Près de 10 ans de maturation ont été nécessaires pour passer de la création d’une « formathèque », centre de ressources sur l’éducation permanente (ouverte en 1984), à la Cité des métiers telle qu’elle s’est ouverte en 1993.

  • 1 Olivier Las Vergnas (coord.), La Cité, les métiers et la vie professionnelle, Paris, Cité des scien (...)

2À l’origine, il s’agissait de développer au sein de la Cité des sciences et de l’industrie de la Villette la dimension « métiers et vie professionnelle ». Aussi, dès 1990, la réflexion préparatoire conduisit à concevoir la future « Cités des métiers » comme « un espace de liberté, non contraignant, […] pour aborder les questions d’emploi, d’orientation scolaire et professionnelle »1. De ce fait, outils d’orientation approfondie, évaluation de leurs compétences et de leur savoir-faire, modules de formation complémentaire, consultation d’offres d’emploi : tels sont les éléments qu’il était prévu d’offrir aux chercheurs d’emploi par le biais de ce nouveau service qui devait agir en parfaite continuité avec la médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie.

3C’est sur ce schéma d’intentions que la Cité des métiers a ouvert ses portes au public le 31 mars 1993.

La Cité des métiers à son ouverture en 1993

4 pôles thématiques

  • 2 Certains des paragraphes qui suivent ont été empruntés à des publications de l’époque. Olivier Las (...)

4Dans la tranche retenue du projet de décembre 1990, le concept initial d’un espace d’information et de services multi-partenarial est alors largement développé2. Quatre pôles correspondant à quatre préoccupations identifiées, « choisir son orientation, trouver un emploi, trouver une formation et s’informer pour un bilan », sont ouverts aux publics en partenariat avec l’Agence nationale pour l'emploi (ANPE), le Centre d'information et d'orientation (CIO)-Inter-Jeunes, l’Association pour la formation professionnelle des adultes (AFPA), le Centre national d'enseignement à distance (CNED), le Réseau des centres interinsitutionnels de bilan de compétences (CIBC), la Maison d'animation et d'information sur la formation (MADIF), le Centre d'études supérieures industrielles (CESI), la coordination du crédit de formation individualisé (CFI)-Paris Nord Est, la société Pro de l’Aventure des métiers.

5L’ensemble de ces partenaires conjuguent leurs efforts et leurs compétences pour accueillir le public et lui proposer des produits et services individualisés sous forme d’entretiens ou d’ateliers, lui offrir, en complément de la médiathèque, une documentation en libre-service sur l’emploi, les métiers, les formations, le bilan professionnel et l’orientation scolaire et professionnelle, enfin, lui présenter des journées d’information, des colloques et des rencontres.

Répondre aux objectifs d’action des publics

6L’architecture intellectuelle et physique de l’espace de 600 m² est pensée en fonction des préoccupations des futurs usagers. Toute proposition (conseil, outil, événement) est conçue et exposée en liaison avec un objectif qu’elle permet d’atteindre. Cette conception « centrée sur l’usager » a résulté d’un état d’esprit : au lieu de juxtaposer des ressources ou des outils, comme cela se fait traditionnellement (dans les forums emploi tels qu’ils se multiplient, on se contente trop souvent de regrouper des stands institutionnels), nous avons tenté de construire des propositions cohérentes en fonction de ce que nous supposions des logiques des usagers. Dans ce travail, nous avons été amenés à faire des hypothèses sur ce que pouvaient être les objectifs d’action* des usagers. Nous avons par exemple identifié que, derrière la préoccupation « choisir son orientation », il était pertinent d’aider les usagers dans les directions suivantes :

  • préciser ses intérêts, définir ses choix ;

  • découvrir le monde professionnel et les métiers ;

  • élaborer un projet d’études et de formation ;

  • connaître le fonctionnement du système éducatif.

7Pour chacun de ces objectifs d’action, nous avons précisé les ressources existantes (conseillers, documents papiers, écrans, progiciels ou bases de données, événements, ateliers) ou facilement développables et répondant à ces objectifs d’action.

8L’organisation spatiale a été organisée de façon à laisser l’usager maître de son libre arbitre. Les quatre banques d’information et de conseil, complétées d’une « information générale » sont regroupées à proximité de l’entrée de l’espace. Le passage est laissé très largement ouvert pour ceux qui ne souhaitent que consulter la documentation en libre accès. Les ressources multimédias sont présentées sur de grandes tables au milieu de la documentation papier, respectant la même organisation structurée autour des quatre préoccupations. Le fonds documentaire a, comme les pôles, été constitué à partir des besoins des usagers, en cherchant à tenir compte de leur différent niveau de lecture et de qualification. La demande des publics étant une demande d’informations d’ordre pratique, nous avons choisi d’acquérir un grand choix d’ouvrages pratiques, accessibles et synthétiques, d’avoir des collections actualisées faisant l’objet d’un désherbage systématique.

Plan de classement

  • 3 Autodoc est un plan de classement développé par l’Onisep. Il propose un découpage des informations (...)

9Nous avons développé notre propre plan de classement en nous inspirant largement du plan de classement Autodoc3 de l’Office national d'information sur les enseignements et les professions (ONISEP), utilisé notamment dans les centres de documentation et d'information (CDI) des établissements scolaires, sachant que l’ONISEP a longuement réfléchi à l’utilisation en libre accès et en autonomie à sa propre documentation et qu’a priori le public visé ne rechercherait pas des renseignements bibliographiques et ne trouverait pas ou peu pertinents les outils habituellement mis à disposition en bibliothèque (Online Public Access Catalogues, OPAC, cote, indexation).

10À droite de l’entrée, une petite salle vitrée contient les bornes spécialisées pour la consultation des offres d’emploi. La signalétique placée au-dessus des banques de conseil reprend les quatre grandes thématiques. Ces « thématiques », ainsi que les objectifs d’action qui leur correspondent sont présentées dans un dépliant mode d’emploi.

Les premières analyses des usages

11La conception de la Cité des métiers résultait d’hypothèses sur les publics et leurs modes d’usage. Une fois le nouvel espace ouvert et les services prévus opérationnels, nous en avons observé le fonctionnement pour déterminer s’ils se révélaient conformes aux hypothèses et identifier les transformations ou améliorations à y apporter.

12En plus des traditionnelles études quantitatives de public, ce travail a été conduit de deux façons. Au quotidien, les agents ont observé de manière informelle les réactions et questionnements, par ailleurs nous avons fait réaliser une étude ethnologique qui s’est appuyée sur des entretiens semi-directifs. Au cours de ces entretiens avec des usagers volontaires, ceux-ci précisaient à la fois leurs motivations, leurs activités dans la Cité, ainsi que leurs opinions. Cette étude a permis d’identifier trois principaux types d’usage.

Les principaux types d’usage de la Cité des métiers

Les principaux types d’usage de la Cité des métiers

Les évolutions des premières années

13Cette étude ethnologique et les observations informelles des conseillers nous ont permis de constater que pour ces trois types d’usage, l’organisation et les ressources proposées étaient jugées globalement pertinentes ; mais ce travail nous a aussi fourni des pistes d’amélioration.

Adapter les thématiques par préoccupations des publics

14À l’ouverture, nous avions choisi d’organiser l’espace et les services à partir de préoccupations que nous avions jugées fondamentales pour nos publics. Nous avions défini comme quatrième préoccupation le fait de « s’informer pour un bilan ». Cet intitulé, moins directement explicite que les trois autres, avait été choisi dans l’idée de faire connaître au public le nouveau dispositif de « bilan de compétences », mis en place en 1992. Assez vite, nous avons pu constater que la véritable entrée était celle de « changer sa vie professionnelle ». Le bilan de compétences, comme d’autres dispositifs, n’est en réalité qu’un moyen de changer. Ceci nous a amenés à redéfinir ce pôle en « changer sa vie professionnelle » correspondant aux trois objectifs d’action suivant : faire le point sur sa situation professionnelle, s’informer sur le bilan de compétences, choisir le bilan approprié à sa situation. Avec la mise en place de la validation des acquis de l’expérience* (VAE) en 2002, nous avons affiné cet intitulé, aujourd’hui formulé : changer sa vie professionnelle, évoluer, valider ses acquis. Compte tenu des difficultés des adultes à identifier et concevoir un projet de formation, nous avons aussi décidé de transformer l’intitulé du pôle trouver une formation qui semblait rétrospectivement trop simpliste, en organiser son parcours professionnel et de formation.

Proposer d’aider à « créer son activité »

15Toujours à l’ouverture, nous avions considéré que la demande « créer son entreprise » relevait de la préoccupation « trouver un emploi ». Depuis, nous avons décidé de développer un cinquième pôle autonome « créer son activité » et améliorer ainsi l’information sur les dispositifs d’accompagnement des initiatives. On y propose aux usagers une gamme de services pour leur permettre de se lancer dans la vie professionnelle (passer de l’idée au projet, l’expertiser, trouver des partenaires). Ce travail s’est conduit avec un renforcement du lien avec la médiathèque, en particulier son secteur Travail et industrie.

Faire évoluer la documentation

16Indépendamment des supports (passage du Minitel à l’Internet, généralisation des PDF) et de l’obsolescence rapide des éditions papiers que nous renouvelons en moyenne tous les 2 ans) les lignes directrices des contenus du fonds documentaire de la Cité des métiers n’ont pas fondamentalement changé. Des secteurs ont été développés afin de mieux répondre aux demandes nouvelles du public, aux évolutions des dispositifs d’orientation tout au long de la vie et des cartes des formations et des qualifications. Parallèlement à l’ouverture du pôle « créer son activité », nous avons développé un large fonds documentaire pratique sur la création d’entreprise. D’autre part, le fonds sur les concours administratifs et leur préparation a été largement étoffé. Parallèlement, des ateliers sont aujourd’hui proposés afin de répondre à cette demande : « se préparer à l’oral ». Une autre demande forte concernait le droit du travail : le contrat de travail et sa rupture, chômage, prud’hommes, droit des étrangers. Enfin, les demandes, nombreuses, sur la VAE ont conduit à enrichir le fonds des référentiels des diplômes les plus demandés et de renvoyer vers les sites ad hoc sur les postes multimédia.

S’adapter en permanence, une nécessité

17La Cité des métiers est un système vivant, qui ne peut être qu’en évolution permanente, à la fois parce que le contexte de l’emploi et de l’orientation professionnelle est changeant, que les publics se modifient au gré de la conjoncture et de l’image de la Cité renvoyée par les médias et qu’enfin la présence des multiples partenaires qui la composent ne se justifie que pour y réaliser des missions complémentaires à celles qu’ils réalisent par ailleurs. De plus, comme elle se fonde sur une implication volontariste des partenaires en général en pénurie de personnels de conseil, les allocations de moyens (en particulier de conseillers) sont autorégulées : ce n’est pas par principe ou par statut que les partenaires sont présents à la Cité des métiers, mais parce qu’ils sont convaincus de sa rentabilité sociale, au regard même de leurs objectifs. La Cité des métiers est donc condamnée, par construction, à faire en permanence la preuve de son efficacité vis-à-vis de tous ses partenaires.

Le rôle des conseillers

18La Cité des métiers présente l’avantage d’être en prise directe avec ses usagers, en particulier grâce aux conseillers face au public. Cette « prise directe » sur les préoccupations constitue une sorte d’observatoire qui nous renseigne sur l’adéquation des ressources et de l’offre et nous permet un premier état des lieux des besoins des habitants en matière d’information et de conseils professionnels. Un tel observatoire « au fil de l’eau » présente cependant des limites : d’une part, nous n’avons pas d’information sur les personnes qui se contentent d’utiliser « silencieusement » en libre-service la documentation, d’autre part le but des entretiens de conseil n’est pas de déterminer la satisfaction ou l’insatisfaction vis-à-vis de la Cité des métiers. Enfin, ce que nous recueillons est l’avis des usagers par rapport à la représentation qu'ils ont de leur demande.

Essaimer plutôt que concentrer : du réseau national au réseau international des Cités des métiers

19Compte tenu du statut national de l’établissement public de la Cité des sciences et de l’industrie, la question de l’aire géographique touchée par la Cité des métiers a vite été posée. Face à la saturation de l’espace et pour des raisons de proximité, la solution retenue n’a pas été d’augmenter le nombre de mètres carrés, mais de soutenir la création d’équipements « cité des métiers » en région, non pas dans une logique jacobine, mais à chaque fois que cela semblait pertinent aux acteurs territoriaux. Le véritable problème est de savoir pourquoi de tels équipements ne sont pas plus fréquents. Il devrait en effet exister de multiples dispositifs de sensibilisation, d’information en complément aux réseaux et systèmes « curatifs » où l’on ne se rend que sur prescription et les nouvelles bibliothèques publiques pourraient très logiquement offrir en leur sein des espaces de services à la vie professionnelle.

20De fait, dès son ouverture, le concept « cité des métiers » a suscité l’intérêt de partenaires territoriaux. Des équipes projets se sont constituées pour s’en inspirer selon des déclinaisons locales. Dès 1997, plusieurs interlocuteurs territoriaux nous ont suggéré de créer et déposer un « label Cité des métiers » afin qu’ils puissent mieux faire comprendre les enjeux et les potentialités de leurs projets à leurs financeurs et partenaires locaux.

21Nous avons alors renforcé la formalisation du concept « cité des métiers » par la création de ce label, correspondant au respect de la charte écrite pour notre espace et son usage et d’un cahier des charges : une cité des métiers y est définie comme un lieu multi-publics, multipartenaires, multi-usages et multi-thèmes (tous les aspects de la vie professionnelle, tous les secteurs), centrée sur les usagers, en accès libre et gratuite. Le travail de modélisation, nécessaire à la mise en place de ce label, a été profitable, obligeant à formuler les liens entre ressources documentaires, conseillers et publics. Il n’était en effet pas possible de dire aux équipes projets en région de « faire comme nous ». Il nous fallait leur donner les clés pour construire, en fonction des ressources et des contextes locaux, un système centré sur leurs futurs usagers. Ce travail a donc permis de généraliser ce qui est affirmé dans notre charte : une cité des métiers est centrée sur la demande, la question, le problème de l’usager et non sur les institutions et leurs services. L’espace fonctionne sans rendez-vous imposé : ce qui compte, c’est le temps de l’usager, l’urgence de sa question ou le respect de l’étape qu’il est venu franchir. Dès l’entrée, il doit percevoir que cet espace est fait pour lui, on doit pouvoir venir et revenir à différentes étapes de maturation de ses choix professionnels… Conseiller n’est pas prescrire : l’entretien doit aider l’usager à construire des stratégies d’action et n’a, en aucun cas, pour objectif de décider pour lui. Dès 2001, nous avons décidé avec les nouvelles Cités des métiers de mettre en place un Réseau international des Cités des métiers4 qui regroupe tous les maîtres d’ouvrage des Cités des métiers et consolide le lien entre elles et la Cité des sciences et de l’industrie, autorité propriétaire et gestionnaire du Label « Cité des métiers ».

Encadré : Vous êtes intéressés par les Cités des métiers ?

Aucune autre Cité des métiers (il y en a 31 en septembre 2012) ne s’est pour l’instant ouverte au sein d’une bibliothèque publique, même si cela a failli être le cas à Grande Synthe (62) ou si cela est envisagé à Brest. Rien ne l’interdit, d’autant que l’on voit fleurir depuis de nombreuses années des projets intégrés comme les idea stores à Londres < http://www.ideastore.co.uk/​ > où la bibliothèque est conçue en priorité comme un centre d’éducation et d’insertion. Avec le développement de réseaux territoriaux, de points relais ou de centres associés qui se constituent autour des Cités des métiers, de nouvelles modalités de liens apparaissent entre Cités des métiers et bibliothèques, celles-ci pouvant par exemple devenir ou héberger tel centre associé de proximité.

1. pour proposer ou rejoindre un projet de nouvelle cité des métiers à part entière : contacter l’établissement public Universcience, propriétaire du label ; prendre contact avec bernadette.thomas@universcience.fr, chargée du label à Universcience.
2. pour devenir centre associé d’une Cité des métiers existant à proximité. Prendre directement contact avec la Cité des métiers en question afin d’envisager comment mettre en œuvre cette idée.

cf. < http://reseaucitesdesmetiers.org >.

20 ans de Cité des métiers : quelles évolutions ?

22Même si les principes et l’ossature de la Cité des métiers n’ont quasiment pas changé, même si ce sont la même charte et le même règlement intérieur qui la régulent, des transformations notables de son utilisation ont été constatées. Il nous semble pertinent ici d’en signaler deux.

Une demande croissante de conseil

23La diminution progressive des besoins de pure information et la croissance des besoins de conseil et d’aide à l’analyse d’informations obtenues par les usagers par leurs propres moyens. Il n’y a pour ainsi dire plus personne qui vienne à la Cité des métiers pour chercher des offres d’emploi, alors que cela constituait environ la moitié des usages en 1993.

La nécessité du travail en groupe : les « clubs »

24Un intérêt manifeste pour le travail en petit groupe, entre pairs pour trouver des solutions, comparer sa situation avec d’autres, confronter des stratégies ou des parcours, construire des réseaux d’entraide. Pour répondre à ce besoin, nous développons des clubs, certains portés par des groupes d’habitants ou par des organisations locales.

25Ces évolutions se doublent d’une plus grande demande d’écoute et de recherche de lieux d’élaboration de projets, face à des systèmes de gestion du chômage, souvent vécus comme contraintes et contrôle social. A contrario, la Cité des métiers de La Villette n’est plus seulement une plate-forme de conseil et de documentation individuelle, mais elle est aussi devenue une sorte de maison des associations, ouverte en nocturne trois soirs par semaine, fonctionnant parfois comme un « syndicat d’initiative », parfois comme un « café projet ». S’y hybrident de multiples propositions, expérimentations et partenariats (ateliers, clubs, rencontres, forums) qui se reconfigurent au jour le jour grâce à l’observation la plus fine possible des demandes et à une veille attentive des opportunités d’insertion et d’évolution professionnelle. Celles-ci sont en évaluation et adaptation permanentes et circulent aussi entre Cités des métiers au sein du réseau international.

Que retirer de l’expertise Cité des métiers dans une bibliothèque ?

26Sans doute pourrions-nous à ce stade affirmer que le meilleur moyen pour l’équipe d’une bibliothèque publique se sentant concernée par les questions d’insertion, d’emploi ou de formation serait d’en créer une au sein de son établissement ou de se positionner comme centre associé d’un site Cité des métiers proche (cf. encadré). Cependant, nous sommes conscients que cela n’est pas toujours possible, faute de capacité à mobiliser les partenaires de conseil indispensables. Dans ces conditions, comment les équipes des bibliothèques peuvent-elles néanmoins tirer profit de l’expérience des Cités des métiers ? Nous proposerons ici quelques pistes.

Encadré : Quelques pistes pour monter un service emploi-formation-insertion professionnelle au sein de la bibliothèque selon le modèle de la Cité des métiers

1. appliquer les principes de la charte Cité des métiers dans leur service à leurs usagers, cf. < http://reseaucitesdesmetiers.org > ;
2. construire un réseau de partenaires de l’insertion, l’orientation et l’évolution professionnelle et produire avec eux des permanences thématiques, des rencontres débats, des expositions ou événements à l’occasion, par exemple, des semaines thématiques des métiers, de la mobilité, de l’égalité… ;
3. s’inspirer des nouvelles offres collectives de types clubs et maisons des associations pour établir de nouveaux liens avec la proximité en matière de services aux personnes et aux communautés ;
4. réorganiser, si nécessaire, la répartition des tâches au sein des personnels. Les inciter à se former sur l’accueil (pratique de l’entretien individuel, formation de formateurs, etc.) et sur les politiques d’insertion et de l’emploi (connaissance des partenaires et des offres).

27Plus globalement, nous pensons que le travail que nous avons conduit concernant la question des métiers et de la vie professionnelle peut se transférer à tout domaine de préoccupation des habitants, comme nous l’avons expérimenté avec la mise en place d’une Cité de la santé. Nous pensons qu’au-delà de la possibilité de s’appuyer sur les acquis de la Cité des métiers, il est aussi possible de s’appuyer sur notre méthode de ré-ingénierie pour améliorer la conception et la délivrance de tous les services au public, en raisonnant à partir de leurs préoccupations pour aller chercher non seulement les ressources documentaires, mais aussi les partenaires et les pairs capables de les aider. C’est sans doute par ce type de travail que les bibliothèques resteront perçues comme des outils essentiels, à l’heure de la généralisation de la dématérialisation.

Notes

1 Olivier Las Vergnas (coord.), La Cité, les métiers et la vie professionnelle, Paris, Cité des sciences et de l’industrie, 1990, 70 p. Document interne.

2 Certains des paragraphes qui suivent ont été empruntés à des publications de l’époque. Olivier Las Vergnas, « La Cité des métiers au service de ses publics », in Marie-Hélène Kœnig (dir.), Connaître les publics : savoir pour agir, Villeurbanne, Institut de formation des bibliothécaires, 1998 (coll. La Boîte à outils ; 8) ; Olivier Las Vergnas, « Les supports documentaires à la Cité des métiers de La Villette », Bulletin des bibliothèques de France, 2002, t. 47, n° 3, pp. 42-48. [En ligne] < http://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2002-03-0042-006 >..

3 Autodoc est un plan de classement développé par l’Onisep. Il propose un découpage des informations sur l’orientation et l’emploi en 19 thèmes facilement identifiables : 16 secteurs professionnels et 3 autres thèmes présentant les voies de formation, l’apprentissage et l’emploi, ainsi que les documents destinés aux équipes pédagogiques.

4www.reseaucitesdesmetiers.com >.

Table des illustrations

Titre Les principaux types d’usage de la Cité des métiers
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1891/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k

Auteurs

Coordination de la documentation de la Cité des métiers – Universcience, Cité des sciences et de l’industrie (Paris)

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search