Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi

 | 
Georges Perrin

Partie I. La bibliothèque, espace d’accueil d’un service pour l’insertion professionnelle et l’emploi

1. Bibliothèques, insertion professionnelle et recherche d’emploi : un contexte incitatif, des atouts à valoriser, un métier à actualiser

Georges Perrin

Texte intégral

Une nouvelle approche de la bibliothèque

  • 1 Bruno Maresca, Christophe Evans, Françoise Gaudet, Les bibliothèques municipales après le tournant (...)

1Dès le milieu des années 2000, le constat d’une baisse persistante de la fréquentation des bibliothèques publiques incitait à l’ouverture d’une réflexion profonde sur l’avenir du modèle traditionnel de ces services. Une étude restée célèbre1 recensait les nombreux indices de cette lente érosion, symptômes d’une évidente stagnation. Il apparaît, en effet, que l’individualisation de l’accès à l’information due au développement accéléré des nouvelles technologies, ainsi que l’évolution rapide et durable des modes de vie n’ont pas été immédiatement prises en compte par les professionnels des bibliothèques. De fait, ces transformations des pratiques et de la vie sociale constituent un début d’explication à la baisse d’intérêt du public pour les lieux de savoir et de culture que sont les bibliothèques.

2Mais le vrai mérite de l’étude citée plus haut réside dans la révélation de l’erreur d’analyse de cette situation qu’en font les professionnels. En effet, les auteurs font la part des usagers inscrits et des usagers « fréquentants », pour montrer que la pratique de l’inscription et de l’emprunt de documents n’est plus la seule base de mesure de l’intérêt du public pour la bibliothèque. Cette démonstration a mis en exergue tout l’intérêt que la bibliothèque présente, non seulement en tant qu’espace de lecture et d’étude, mais également comme lieu d’accueil en soi, de consultation « gratuite », de rencontre, de pratique culturelle libre, en bref, comme la continuité naturelle d’un espace public de liberté.

3À la suite de ce constat et de nombreuses autres enquêtes et propositions, une réflexion très riche s’est fait jour, débouchant sur de nouveaux concepts ou appellations : « bibliothèque troisième lieu », learning centres*, idea stores*, etc.

4Certes, la collection reste le cœur de la bibliothèque, mais le rapport du public à cette ressource s’est profondément modifié et c’est ce phénomène qu’il convient désormais de prendre en compte, de sorte que la bibliothèque conserve toute son attractivité.

5À cet égard, quelques bibliothèques, telles la Bibliothèque publique d'information (Bpi), la BnF ou de grandes bibliothèques municipales telles celles de Lyon, Bordeaux ou Toulouse, entre autres, soucieuses de répondre à leur vocation de laboratoire de la lecture publique et de la diffusion de l’information, ont proposé, avant les autres, des services nouveaux : services de questions-réponses à distance, espaces d’informations spécialisés par thème, collections dédiées à certains apprentissages (langues, code de la route, etc.). De plus, de par leur statut et les objectifs qu’elles se sont fixés, elles ont parfaitement assimilé ce « devoir » d’accueil des publics pour la pratique libre ou accompagnée d’une recherche documentaire en prise avec la vie quotidienne. Dès lors, par le biais des premières collections mises à la disposition des publics soucieux d’apprendre ou de se perfectionner dans un domaine précis (les langues, entre autres), l’idée d’une extension des collections à la formation permanente s’est développée jusqu’à la prise en compte de la très prégnante question de l’emploi, de sa recherche, de ses moyens d’accès et de ses terrains d’exercice.

6C’est dans cet état d’esprit qu’au sein de la Bibliothèque de la Cité des sciences, à La Villette, s’est installée la Cité des métiers. Cette dernière est née, dans les années 1990, de l’idée qu’une action autour de la problématique de l’emploi sous tous ses aspects pouvait fédérer tous les partenaires concernés dans un lieu d’accueil très ouvert, autour de collections spécialisées sur ce thème.

  • 2 Plan pluriannuel pour la réussite en licence. Document d’orientation. [En ligne] < www.enseignement (...)

7Dans le même temps, l’université prenait conscience d’une des conséquences les plus problématiques de sa démocratisation : l’énorme proportion d’échec des étudiants (90 000 étudiants, soit 52,5 %)2 qui, au terme d’une première année, redoublent ou abandonnent définitivement les études supérieures. De ce dramatique constat est née la réflexion sur l’amélioration des conditions d’accueil, la nécessité de travailler davantage sur l’orientation et de développer l’accompagnement pédagogique de ces étudiants en favorisant la transition du lycée à l’université. À cet effet, c’est en 2007 qu’a été mis en place « le plan pour la réussite en licence » dont les premiers bilans se sont avérés positifs.

  • 3 Rapport IGEN-IGB. Jean-Louis Durpaire et Daniel Renoult, L’accès à la formation et à la documentati (...)

8À cet effort d’insertion des étudiants, les bibliothèques universitaires ont été largement associées3. Elles sont sollicitées comme espaces d’accueil pour les lycéens de classes terminales, de familiarisation à l’université, à ses codes, ses formations, ses débouchés. De plus, elles jouent pleinement leur rôle de carrefour entre les différents acteurs de l’orientation et de l’insertion professionnelle, qu’ils soient internes ou extérieurs à l’université.

9Ainsi, les bibliothèques sont aujourd’hui partie prenante de l’effort de la puissance publique pour le soutien ou le développement de l’insertion professionnelle et de l’emploi. Les bibliothèques universitaires, directement concernées par la formation initiale, s’inscrivent dans une politique coordonnée par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et mise en œuvre localement par les universités. Quant aux bibliothèques publiques, encore relativement peu nombreuses, elles confortent progressivement leur mission non seulement culturelle mais sociale, et commencent, à l’instar des grandes bibliothèques citées plus haut, à développer des collections et des services susceptibles d’aider l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi.

10Mais, la simple consultation des sites Web des bibliothèques municipales montre que cette nouvelle orientation n’est pas immédiatement flagrante. Il semble, à première vue, que la majorité des bibliothèques n’aient pas encore connu de développement spécifique dans le domaine de l’aide à la recherche d’emploi. Il se peut également que celles qui s’y sont investies n’aient pas encore mis en œuvre une communication efficace sur ce sujet, voire ne considèrent pas nécessaire de le faire savoir.

11Il convient toutefois de remarquer que l’effort en cours concerne bien évidemment des bibliothèques municipales de grandes villes ou de villes moyennes, mais aussi de petites unités de lecture publique en milieu rural, très ardemment soutenues par les communes ou les intercommunalités et les conseils généraux. Dans ces derniers cas, il s’agit sans doute d’un effort initié par l’urgence immédiatement constatée de la question de l’emploi sur des territoires très exposés à la crise économique. De la même manière, on note que, dans ce domaine, les efforts des bibliothèques des grandes villes se déploient prioritairement dans les quartiers dits « sensibles », où le besoin d’emplois se fait sentir avec le plus d’acuité.

Un contexte très incitatif

12Lorsqu’on se pose la question de savoir pourquoi et à quel titre les bibliothèques, toutes catégories confondues, pourraient ou devraient s’investir dans des actions relatives à l’insertion professionnelle et à l’emploi, les réponses sont multiples. Il suffit de mettre en exergue leur rôle, reconnu par tous les professionnels et la plupart des usagers, dans le domaine éducatif et social.

13La crise économique et son corollaire, la crise sociale, qui sévissent depuis plusieurs années et leur incidence sur de nombreuses catégories de la population, obligent tout citoyen à se sentir, de près ou de loin, concerné. À cet égard, les bibliothèques, encore trop peu nombreuses, se sont investies à des degrés divers dans des activités propres à informer leur public le plus complètement possible sur cette situation : inflexion de la politique documentaire, par le développement de collections orientées vers le monde du travail, l’emploi, les entreprises, mise à disposition d’outils documentaires permettant aux usagers qui le souhaitent de se former, ouverture de guichets d’information sur l’emploi en coopération avec les partenaires compétents du domaine, etc.

14D’une investigation dans le domaine de leur communication, il ressort toutefois que ces nouveaux services offerts à leurs usagers, lorsqu’ils apparaissent, n’occupent pas la première place. Et pourtant… lorsqu’on examine avec un peu d’attention le contexte, force est de constater qu’il est porteur de nombreuses incitations à développer au sein des bibliothèques des activités propres à favoriser toutes les politiques d’insertion professionnelle et d’aide à l’emploi, et à en faire une large publicité.

15En dehors des institutions dont la vocation première est de former et d’instruire, existe-t-il des lieux plus adaptés à l’exercice de la formation continue que les bibliothèques ? Le développement de la lecture et celui de la diffusion culturelle, missions premières de nos bibliothèques, peuvent-ils s’envisager en dehors de toute analyse, si sommaire soit-elle, de l’environnement social local ? Peut-on espérer conquérir de nouveaux usagers en faisant fi de leurs attentes réelles, et en persistant à considérer le « public » dans une sorte de généralité moyenne devant se contenter d’une offre documentaire, certes variée, mais relativement standardisée ?

La formation professionnelle tout au long de la vie

16À cet égard, depuis de nombreuses années, la puissance publique s’efforce de mettre en œuvre des politiques qui visent à accorder le niveau des connaissances à la variété des besoins réels de la population. Depuis la loi du 16 juillet 1971, instituant l’organisation de la formation professionnelle continue, jusqu’à celle du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie, tous les textes officiels n’ont fait que préciser la notion de formation continue. Le premier article de cette loi renvoie l’écho d’une spécialité propre aux bibliothèques : le droit à l’information (en particulier), à l’orientation et à la qualification professionnelles.

17Par ailleurs, les statistiques actuelles sur l’emploi dans notre pays montrent que la catégorie sociale la plus touchée par le chômage est celle des jeunes. Les difficultés de l’orientation à l’entrée dans l’enseignement supérieur et le décalage entre les pratiques du lycée et celles de l’université sont signalées parmi les causes principales de l’échec des étudiants et de l’abandon des cursus entamés. C’est pourquoi le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en œuvre le plan pluriannuel pour la réussite en licence. Ce dernier trouve son application dans les bibliothèques des universités, grâce à une série d’adaptations propres à améliorer l’accueil des étudiants et leur familiarisation avec les codes de fonctionnement de l’université : extension des horaires d’ouverture, amélioration de la coordination entre la pédagogie et la documentation, entre autres. Non seulement les enseignants sont invités à valoriser la documentation aux yeux de leurs étudiants, mais les bibliothécaires deviennent eux-mêmes pédagogues en formant leurs usagers à la recherche documentaire.

18Mais cet accueil des étudiants ne doit pas être l’exclusivité des bibliothèques universitaires. Il convient de considérer que l’accueil en bibliothèque publique leur est tout aussi nécessaire et profitable : ils ne sont pas seulement des « gêneurs ». Ils sont aussi des citoyens qui viennent compléter sur un mode moins contraignant leur formation et acquérir des chances supplémentaires de réussir leurs études.

Des ressources et des espaces adaptés

19Accueil et médiation, aide à la formation, tels sont les ingrédients d’une aide efficace à la réussite et, par voie de conséquence, à l’emploi. Les bibliothèques sont donc en mesure de participer par ce biais, à l’effort conduit par la puissance publique pour favoriser l’insertion professionnelle et l’accès à l’emploi.

20Pourvoyeuses d’une information variée et adaptée, elles disposent des espaces nécessaires pour accueillir non seulement les personnes en recherche d’emploi ou d’éléments utiles pour la création d’une activité professionnelle, mais aussi les médiateurs spécialisés dans ces domaines. Compte tenu de cette complémentarité de possibilités diverses, et en fonction des politiques locales, elles jouent parfois le rôle d’un carrefour de l’activité de la recherche d’emploi. Encore faut-il que la qualité de leur accueil, tant pour les usagers que pour les médiateurs, soit la plus satisfaisante possible : coïncidence des horaires d’ouverture avec la disponibilité des uns et des autres, collections adaptées à la demande, espaces correctement équipés pour la formation et/ou les entretiens individuels.

Organisation et métier : des orientations à renouveler

21Quelle que soit l’origine et les motifs de la décision de création d’un tel service au sein de la bibliothèque, sa mise en œuvre suppose une modification de l’organisation interne du travail et doit répondre à un certain nombre d’exigences qui risquent de modifier sensiblement la vision qu’on peut avoir du métier. Il s’agit, en effet, de définir l’articulation de ce nouveau service avec les autres et de rééquilibrer, au sein de la bibliothèque, les diverses forces de travail entre l’accueil et les tâches bibliothéconomiques.

22Comme tout projet, celui-ci doit concerner l’ensemble des personnels de la bibliothèque, et non seulement celles et ceux qui en assumeront directement la charge. Il s’agit donc de prévoir une sensibilisation de l’ensemble des équipes aux problématiques inhérentes aux questions de l’emploi. Des diverses expériences retranscrites dans ce volume, il apparaît, en effet, que les personnes accueillies au titre de la recherche d’emploi constituent, dans leur grande majorité, un public véritablement nouveau pour les bibliothèques. Il s’agira donc d’en connaître les aspirations pour mieux les intégrer à l’ensemble des usagers, leur faire découvrir toutes les facettes de la bibliothèque, la richesse et la variété de ses offres, et leur proposer éventuellement d’autres services.

23D’autre part, la répartition des compétences doit nécessairement être reconsidérée dans la mesure où il faut prévoir, sans doute à effectif constant, un accroissement des tâches d’accueil. Cela ne peut s’envisager que dans le cadre d’une révision complète de la conception traditionnelle du métier. Il s’agit bel et bien de remettre le public au centre des préoccupations de l’équipe de la bibliothèque, et réduire, dans des proportions raisonnables, les tâches techniques en interne. Mieux vaut un public satisfait d’un accueil susceptible de lui apporter l’aide dont il a réellement besoin, qu’un catalogue formellement parfait mais dépourvu de l’ergonomie nécessaire à une recherche urgente en quête de résultats probants. Un contact et un conseil directs sont plus immédiatement efficaces que le recours à des outils dont l’utilisation est ressentie comme complexe.

24Il convient également de prévoir, comme dans le cadre de tout projet de création de service nouveau, une formation, la plus complète possible de l’équipe chargée du futur service. Il s’agira de faire découvrir les différents aspects des problématiques touchant à l’insertion professionnelle et à la recherche d’emploi, d’examiner les différents modèles existant de ce type de service au sein des bibliothèques pour en recueillir les meilleures pratiques, de développer méthodiquement les collections les plus adaptées pour informer et aider à la formation des demandeurs d’emploi, etc. Cette formation sera conduite dans le cadre d’une coopération avec les spécialistes du domaine, particulièrement avec les services ou les personnes extérieures compétentes susceptibles d’exercer une médiation efficace vis-à-vis des publics accueillis à la bibliothèque.

25Enfin, il est temps de concevoir et de développer une vraie politique de communication incluant une présentation convaincante de ce nouveau service. Les actions de nature à favoriser l'insertion professionnelle et l'accès à l'emploi doivent être clairement affichées sur le site des bibliothèque. Que ce soit l'occasion de les rendre visibles ainsi que travail des bibliothécaires en direction de tous les publics.

26Ainsi, la création d’un service dédié à l’emploi au sein de la bibliothèque suppose un effort qui doit être partagé par l’ensemble des personnels. Cet effort portera non seulement sur la modification des tâches ou l’adaptation à la nouveauté, mais également sur la réflexion qu’il convient d’avoir, au préalable, sur la radicale transformation du métier en fonction des enjeux nouveaux auxquels les bibliothèques doivent faire face aujourd’hui. La problématique de l’emploi, son caractère de nécessité et d’urgence, constituent une occasion pour les bibliothèques de démontrer leur utilité et leur efficacité face à des publics qui ont à résoudre des problèmes dont l’importance vitale et la complexité ne sont plus à démontrer.

Notes

1 Bruno Maresca, Christophe Evans, Françoise Gaudet, Les bibliothèques municipales après le tournant Internet, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Pompidou, 2007, 283 p.

2 Plan pluriannuel pour la réussite en licence. Document d’orientation. [En ligne] < www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20651/plan-pour-la-reussite-en-licence > (consulté le 17 octobre 2012).

3 Rapport IGEN-IGB. Jean-Louis Durpaire et Daniel Renoult, L’accès à la formation et à la documentation du lycée à l’université : un enjeu pour la réussite des études supérieures, Paris, Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, 2009. [En ligne] < http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20373/etudes-confiees-a-l-i.g.b.-2005-2011.html##2009 > (consulté le 17 octobre 2012).

© Presses de l’enssib, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540