Version classiqueVersion mobile

Tours et détours en bibliothèque. Carnet de voyage

 | 
Leslie Kaplan
, 
Jane Sautière
, 
Henri Raczymow
, 
et al.

Trafalgar à Austerlitz

Nicolas Fargues

Texte intégral

1J’ai une tendance exagérée à la sévérité vis-à-vis de la France et des Français, et tout particulièrement vis-à-vis de Paris et des Parisiens. Je voudrais notre capitale moins sale, plus aérée, mieux disciplinée, plus moderne et d’un cosmopolitisme plus homogène. Et les Parisiens plus élégants et moins enclins à rouscailler. Bref, je voudrais que Paris soit Londres et les Parisiens londoniens. Et je ne trouve jamais la ville si digne de sa réputation internationale que lorsque, à la faveur de travaux d’embellissement à l’angle d’un boulevard ou de l’initiative d’une poignée de riverains humanistes soucieux d’espace public et d’intérêt général, je tâche de me convaincre avec un orgueil hargneux que les Britanniques, mes parangons incontestables d’audace, d’ouverture d’esprit et de civisme, ne feraient pas mieux.

2À ce titre, j’aime assez l’ensemble formé par les rues Primo-Lévi, Marie-Andrée Lagroua Weil-Hallée et Alice-Domon et Léonie-Duquet, au cœur de ce qu’il est convenu d’intituler, avec le conservatisme et l’étonnement provincial qui nous caractérisent, Le Nouveau Quartier latin, ou encore Le Nouveau Treizième. Comme à Southbank, Elephant & Castle et d’autres secteurs outre-Manche promis à ce que les Anglais appellent parfois eux aussi The New London (mais sans que ma mauvaise foi y trouve quoi que ce soit à redire), comme là-bas on y rencontre désormais d’hardis îlots ouverts de logements neufs aux pignons de béton lasuré, ainsi que des façades en cours d’achèvement capitonnées de grands panneaux isolants en laine de roche de couleur jaune soufre attendant d’être couverts de matériaux de parement aussi exotiques que des bardeaux de terre cuite ou des plaques d’aluminium anodisé. Au sein de ce bref périmètre répondant aux normes environnementales européennes les plus récentes, on circule dans un silence affairé. Les pelouses des squares y sont jusque-là épargnées par les mégots et les papiers gras, le mobilier urbain vierge de graffitis et les trottoirs pas encore constellés d’empreintes de chewing-gums ou d’odorantes déjections canines. Un vrai mirage de netteté et d’harmonie pour le Latin refoulé que je suis.

3L’illusion est complète un peu plus à l’ouest, au 65, rue des Grands Moulins. Là, dans l’élan d’une perspective subtilement coudée, faisant écran à la Cité-refuge de l’Armée du Salut dessinée par Le Corbusier, un édifice tout neuf d’un million de briques grenat percé à intervalles irréguliers de hautes fenêtres néo-élisabéthaines contournées de blanc vous téléporte sans sommation quelque part entre les stations Tottenham Court Road et Euston Square : le Pôle des Langues et Civilisations. Dans cet espace de 32 000 mètres carrés qui, depuis décembre 2011, regroupe opportunément l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO, ou « Langues O’ ») et la Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations (BULAC), évolue du matin au soir un public multiculturel serein et studieux que l’on ne croyait réservé, mettons, qu’aux amphithéâtres de la School of Oriental and African Studies (SOAS), dans le quartier de Bloomsbury. Saris brodés, sarouels de soie, cols Mao, coupes afro soignées, pakols afghans, bérets chéguévariens, sandales bouddhiques, tatouages araméens et déclinaisons fort travaillées du désormais traditionnel ensemble hijab-jean-baskets : nulle part ailleurs en France la jeunesse n’a la mondialisation aussi coquette et la conversation aussi chic : « Ah bon, il parle thaï aussi, Mathias ? » « Tu peux me passer ton dico de guarani, steup ? J’ai cours dans cinq minutes. » « Alors, c’était bien votre semaine à Gasa Dzong ? » C’est le paradoxe des deux plus grandes puissances coloniales des temps modernes que d’avoir assujetti les peuples, les idiomes et les cultures de la planète tout entière au fil des siècles pour finir, dès la fin de la Première Guerre mondiale, par chercher passionnément à en restituer les nuances et les spécificités (voire à les ressusciter), notamment au sein de ces deux institutions universitaires d’enseignement et de recherche uniques au monde. « Être français, résumait dans ce sens l’écrivain polonais Witold Gombrowicz, c’est s’intéresser à autre chose qu’à la France. » Si nos réticences de tout poil tendraient aujourd’hui à démentir cette observation généreuse jusque dans les orientations trop souvent ambiguës de nos politiques extérieures, le Pôle des Langues et Civilisations des Grands-Moulins fait, lui, figure d’imprenable et constante forteresse d’optimisme et de générosité.

4L’INALCO contre la SOAS (puisque c’est obstinément en termes d’affrontement que j’entends envisager les choses ici), c’est d’abord une surenchère comparative de chiffres, un peu comme celle des dépenses monétaires et des pertes d’effectifs militaires au sein de la Marine impériale et de la British Royal Navy sous Napoléon. Avec l’École des Jeunes de Langues fondée dès 1669 par Colbert, Langues O’ présente un considérable privilège d’antériorité par rapport à la SOAS, créée en 1917. Quatre-vingt-treize langues y sont enseignées (dont l’inuktikut, le nahuatl, le sorabe et tant d’autres vulnérables merveilles) contre trente-quatre à Londres. 4 500 apprenants à la SOAS, le double à Paris. Mais avec leurs 153 societies (dont un club d’amateurs de cigare et un cercle des metteurs en scène radicaux), ainsi que la distribution gratuite de dhal épicé organisée quotidiennement par une association Hare Krishna devant la Brunei Gallery, les Anglais l’emportent poing levé question fantaisie et convivialité. Ajoutons la détermination, si l’on mentionne que, fin 2011, la police municipale de Londres n’a pas hésité à détacher sur le campus un agent undercover plusieurs jours durant afin de procéder à l’arrestation d’un abusif voleur de bicyclettes.

5Trêve de trivialités : la différence réellement significative entre l’INALCO et la SOAS, ce sont leurs bibliothèques. Tout commence par les aimables et discrets pictogrammes apposés sur les portes vitrées de l’entrée de la BULAC signifiant aux visiteurs qu’il est préférable, à l’intérieur de l’établissement, de désactiver les alertes sonores de leur téléphone portable et de ne consommer que de l’eau. Rien de commun avec le martial et péremptoire Food & drink are NOT ALLOWED in the Library imprimé en caractères XXL sur une affichette de carton jetable à la SOAS, assorti un peu plus bas de la réfrigérante mention : Les contrevenants à cette règle se verront retirer leur accès à la bibliothèque.

6J’insisterai également sur les vertus de sobriété et d’ocuménisme de la carte magnétique blanche d’adhérent, personnalisée et frappée du logo de la bibliothèque dans quatre écritures bien distinctes (coréen, hindi, birman et amharique), qui vous sera remise par les Français. Elle est gratuite sans contrepartie insidieuse et vous est délivrée, photo numérique comprise, en moins d’une minute à l’accueil sur présentation d’un justificatif de domicile et d’une pièce d’identité. À la SOAS, vous débourserez sur-le-champ 100 livres sterling (124,32 euros) pour un abonnement d’un an, payables uniquement en espèces ou par chèque, mais sous réserve d’une présentation de carte de garantie de validité dudit chèque. Je m’abstiendrai ici de tout commentaire désobligeant sur le pragmatisme marchand des Anglo-Saxons comparé aux bienfaits bien connus de notre État-providence.

7Ce n’est pas tout. Exception faite de sa discutable moquette vert absinthe, il faut également reconnaître à la BULAC une immédiate précellence de confort. Entrez les mots « SOAS library » sur votre moteur de recherche Internet et sélectionnez l’option Images : vous y découvrirez une sorte de patio besogneux de néons et de formica que surplombent lourdement trois niveaux très exagérément fournis en rayonnages, eux-mêmes bondés de volumes. Certains clichés montrent même des lecteurs appréhendés en flagrant délit de consultation malcommode, racrapotés entre les quelques dizaines de centimètres à peine d’espace séparant entre elles ces intimidantes et sinistres étagères. C’est à ce prix, voyez-vous, que les Anglais peuvent ainsi se flatter de laisser au public leurs 2 millions de volumes en accès libre.

8225 000 ouvrages « seulement » en consultation directe à la BULAC, 1,25 million accessibles sur demande. Mais quelle paix visuelle que celle procurée par ces spacieuses et claires allées desservant 910 postes de lecture en hêtre véritable et bénéficiaires, dans leur grande majorité, d’une non moins authentique lumière du jour !

9Je n’entrerai pas dans une étude concurrentielle des trophées de rareté conservés dans les réserves spéciales de chacune des deux bibliothèques, car il semblerait bien chicaneur d’aller mettre en balance un livre d’Heures imprimé en arabe à Fano (Italie) en 1541 (BULAC) et un recueil de fables du poète persan Hussein Wa’iz Kachifi édité en 1504 (SOAS). Non. Je ne ferai pas non plus aux Anglais l’affront de leur demander s’il existe quelque part dans le béton de leur édifice un clou de fondation élaboré, comme au Pôle des Cultures et Civilisations, selon les vénérables rites des architectes mésopotamiens d’antan. Que le Dieu Nabû te bénisse et te garde en bonne santé et heureux éternellement : c’est l’antique formule que les Parisiens ont eu le bon goût de faire graver en alphabet cunéiforme sur le talisman susmentionné au moment des travaux sur le site des Grands-Moulins, en 2008.

10Maintenant, écoutez cette phrase : « Nous avons des syllabaires, comme les hiragana et katakana japonais, des alphasyllabaires ou abugidas (qui mélangent les caractéristiques de l’alphabet et du syllabaire) comme le devanagari servant à écrire l’hindi et d’autres langues indiennes et, bien sûr, les sinogrammes de l’écriture han pour le chinois. La bi-écriture implique une équivalence avec l’alphabet latin, donc plus on s’éloigne du système alphabétique, plus il est difficile d’automatiser le processus de saisie. Mais au-delà de cela, d’autres spécificités inhérentes à chacun de ces fonds rendent leur catalogage quelquefois peu évident. »

11Voilà comment on sait parler, chez les conservateurs de la BULAC. J’ai cru comprendre que les dites difficultés de translittération relatives au catalogage des ouvrages en alphabets non latins (à moins qu’il ne s’agisse de rétroconversion ?) avaient donné lieu, à la BULAC et encore une fois nulle part ailleurs, à la création d’une norme particulière. Vive le Service Public.

12Bref, la BULAC, j’aimerais bien en dire un peu de mal, mais je ne vois pas. Pas encore. Ah, si : au 15 mai 2012, soit cinq mois après l’inauguration officielle des locaux, la grande horloge du niveau supérieur, tout comme au matin du premier jour, marquait invariablement midi.

Auteur

Bibliothèque universitaire des langues et civilisations, Paris

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search