Version classiqueVersion mobile

Tours et détours en bibliothèque. Carnet de voyage

 | 
Leslie Kaplan
, 
Jane Sautière
, 
Henri Raczymow
, 
et al.

Lueurs sur l’incendie méconnu de la médiathèque de Lorient

François Salvaing

Texte intégral

1L’homme – ou pourquoi pas la femme ? – qui arrachait des pages aux livres, du temps que je travaillais à la bibliothèque de Kervénanec, on n’avait pas réussi à l’identifier. Des lecteurs nous rapportaient, exaspérés, tel des Liaisons dangereuses où manquait la déclaration de guerre de la marquise de Merteuil au vicomte de Valmont, telle un Agatha Christie d’où avait disparu la démonstration finale d’Hercule Poirot, d’autres des livres de recettes de cuisine où ne subsistaient que les alléchantes photos de plats sophistiqués.

2Trouver le ou les coupables avait d’abord paru la simplicité même : il suffisait de retrouver sur les fiches qui, précédemment, avait consulté ou emprunté l’ouvrage endommagé. La directrice envoyait une convocation, à laquelle la lectrice ou le lecteur devait se présenter, faute de quoi nous ne pourrions à l’avenir vous confier d’autres documents et nous nous réserverions le droit de poursuivre devant les tribunaux … Les fiches avaient livré les noms les plus improbables : Mme Gosselin, M. Leroy, Mlle Le Guern… fidèles du lieu. Leurs auditions successives n’aboutirent qu’à leurs humiliations. Comment pouvait-on les soupçonner de pareils sacrilèges ? Mme Gosselin, en pleine salle de lecture, monta sur une table pour y déchirer, au vu de tous, sa carte d’abonnée. Sans qu’il se livrât à la même véhémente protestation, M. Leroy ne reparut pas non plus. Le plus pénible, en fin de compte, fut la constance de Mlle Le Guern qui continua de venir deux fois par semaine à la première heure et de réclamer Physiologie du goût, invariablement, bien qu’elle se gardât de l’ouvrir, les deux mains parallèles au volume, le cernant sans le toucher, les yeux rouges de larmes qu’elle ne laissait pas couler, jusqu’à midi.

3Loin de prendre fin après les renoncements des trois suspects, les déprédations s’étaient multipliées. Nous reçûmes la consigne de surveiller en particulier les lycéen(e)s et les étudiant(e)s, lesquel(le)s butinent dans les rayons et dans les ouvrages pour ne s’emparer que d’une phrase par ci, d’un paragraphe par là, pour l’ajuster à d’autres emprunts et composer d’une paresseuse acrobatie leurs devoirs ou leurs dissertations. Mais le ou les vandales procédèrent dès lors de telle façon que les étudiant(e)s et assimilés purent être mis hors de cause : les pages étaient arrachées sans plus aucun discernement, aucune logique, à poignées frénétiques et de toute évidence aléatoires. (Pourquoi supprimer les pages de Moby Dick vouées par Melville à la description de la queue du cachalot ? Et pourquoi, dans Hannah Arendt, prélever parmi celles consacrées à d’illustres inconnus comme Waldemar Gurian ou Randall Jarrell plutôt que parmi celles traitant de Rosa Luxembourg ou de Bertolt Brecht ?) Nous ne disposions pas hélas à l’époque de ces caméras qui aujourd’hui accompagnent partout tous nos actes et permettent, sinon d’éviter, de reconstituer nombre de nos délits – lhomme, ce délinquant contrarié ai-je lu je ne sais plus où (Cioran ? Jean Dutourd ? Pascal Bruckner ?), et je ne peux que rester persuadée de la pertinence de cette assertion.

4Pour autant que je sache, peu après ma nomination à la bibliothèque de Keryado, à Kervénanec les détériorations cessèrent. Je dois avouer que j’étais heureuse de quitter Kervénanec, car l’ambiance s’y était dégradée au sein du personnel. Puisque ni les fiches ni l’observation du public n’avaient permis d’appréhender le, la ou les coupables, nous en étions venus à nous soupçonner les uns les autres. À Keryado, je respirai. Du moins la première semaine.

5Parmi les bibliothécaires, j’appartenais à la sous-espèce qui pratique encore la lecture. Le samedi après-midi, juste avant la fermeture, je décidai d’emprunter Le Petit Prince. C’est un livre auquel je voue un attachement béat depuis l’enfance, et que je relisais de loin en loin. Je n’étais pas sans avoir remarqué la médiocrité de son style, mais le charme de ses dessins la compensait largement. Et surtout j’entendais, de page en page, la voix fluette, espiègle et comme désaccordée de mon père qui le premier me l’avait lu.

6Le dimanche dans l’après-midi, après avoir fait la vaisselle, je m’installai sur le canapé de mon bow-window, et j’ouvris, pour la centième fois peut-être de mon existence, Le Petit Prince. C’est, chacun le sait, un ouvrage très mince, ce qui sûrement contribue à sa gloire, moins de cent pages dans l’édition que j’avais entre les mains. Quand j’en fus à la page 49, au chapitre XIV, je faillis avoir une attaque. La cinquième planète était très sale, était-il écrit. Or je me souvenais parfaitement de la voix de mon père à cette entame, La cinquième planète était … et comme il détachait le groupe attribut très curieuse. Curieuse et non sale. Sale n’appartenait pas au vocabulaire du Petit Prince, j’en étais certaine, en tout cas ne qualifiait certainement pas la cinquième planète à l’orée du chapitre XIV. J’avançai avec appréhension dans le chapitre qui était celui, fameux, de l’allumeur de réverbères. Le texte ressemblait à celui de Saint-Exupéry, mais en différait scandaleusement.

7– Bonjour. Pourquoi viens-tu d’éteindre ton réverbère ?

8Demande le petit prince. Ceci était conforme. Mais pas la réponse :

9– C’est la grève, répondit l’allumeur. Bonsoir.

10Dans Saint-Ex, aucune mention de grève. Mais de consigne. Et l’allumeur ici, emploie, le Bonjour et non le Bonsoir qui est pour la réponse suivante. Et l’imposture se poursuivait tout au long de la page 50 en face de la 51 où grâce au Ciel figurait le dessin authentique, si déséquilibrant et si bien équilibré de l’allumeur penchant d’un côté, son réverbère de l’autre, et, comme du ventre de sa planète, le cercle rouge orangé du soleil surgissant à demi, précédé de segments de rayons également rouge orangé.

11Je ne vais pas retranscrire toutes ces mutilations. Je n’en donnerai que deux autres exemples.

12– Mais le rôle d’un allumeur de réverbère ne consiste-t-il pas à allumer ?

13– Précisément répondit l’allumeur. Mais la grève c’est la grève.

14Et plus loin :

15– Et c’est pourquoi la grève ! La planète d’année en année a tourné de plus en plus vite, et la paie n’a pas changé.

16Et entre les deux, une cascade de torsions, d’inversions, d’insertions, qui défiguraient la si poétique rencontre imaginée par l’auteur.

17J’abordai avec circonspection la page 52, mais plus trace de modification, me sembla-t-il. Et jusqu’au dernier paragraphe du livre :

18Regardez le ciel. Demandez-vous : « Le mouton oui ou non a-t-il mangé la fleur ? »

19Jusqu’au dernier mot : d’importance ! Le Petit Prince était tel que dans ma mémoire l’avaient gravé la voix de mon père et ravivé tant de lectures depuis.

20Je revins au recto verso des pages 49 et 50. Maintenant que je les savais dépareillées du reste du volume, je remarquai que le papier en était un peu moins gris, l’encrage un peu plus prononcé… Mais c’étaient là des différences si peu prononcées que même des yeux aussi exercés que les miens n’y avaient d’abord vu que du feu. Caractère et corps étaient exactement ceux des autres pages. Les retraits, les espaces tout avait été reproduit à l’identique. Du travail d’expert, je peux l’attester, l’une de mes tâches de bibliothécaire étant, dans la mesure du possible, la réfection des ouvrages.

21J’étais à présent sur mon canapé de bow-window la proie de questions vertigineuses. Depuis quand ce Petit Prince avait-il été perverti ? Combien d’autres volumes de Keryado avaient subi pareils outrages ? Devais-je alerter mes collègues, mes supérieurs sur ma découverte ? Ou la leur dissimuler ? Et en cas, jusqu’à quand ?

22J’essayai de me répondre point par point. Impossible de savoir de quand datait la détérioration volontaire de cet exemplaire. Sa fiche aurait beau désigner son dernier emprunteur avant moi, comment savoir si lui-même n’avait pas eu entre les mains cette même altération des pages 49 et 50 ? Tout le monde n’a pas disposé d’un père pour lui lire et relire les aventures interplanétaires de ce garçonnet à la tignasse jaune, aquarelles de l’auteur. Tout le monde ne les connaît pas par cœur et ne sursaute pas si l’allumeur de réverbères, au lieu de consigne parle de grève. Plusieurs lecteurs sur plusieurs mois, et qui sait davantage, vivaient avec le souvenir d’un allumeur de réverbères faisant grève au lieu de suivre la consigne.

23La première vérification à laquelle je me livrai, dès le lundi, fut si cette détestable version apocryphe du Petit Prince corrompait tous les exemplaires du texte disponibles à la bibliothèque de Keryado (il en existait quatre, dans trois éditions différentes), ou seulement celui que j’avais emprunté. Par un hasard extraordinaire, tous étaient sortis ce week-end-là, et je me dus me résigner à attendre leur retour pour opérer, avec la plus grande discrétion, l’examen des pages 49 et 50 dans une édition, du chapitre XIV dans les autres.

24Un nouveau week-end accourut, sans qu’aucun Petit Prince soit revenu. Il est vrai que notre règlement autorise des emprunts de documents d’une durée de trois semaines, très excessive à mon avis, mais qui se soucie de mon avis ? Histoire de ne pas perdre de temps, j’empruntai pour vérification L’Étranger d’Albert Camus dans une édition de poche, autre texte à mes yeux très surestimé, mais je n’appartiens pas davantage aux faiseurs de gloire qu’aux faiseurs de règlements.

25Comme la semaine précédente, j’attendis le dimanche après-midi et de m’être installée dans le bow-window pour entamer ma lecture. Je n’eus pas longtemps à attendre pour constater que j’avais eu du flair. Première phrase : Aujourd’hui, papa est mort. Et peu après : J’ai reçu un télégramme de l’asile : Père décédé. Curieusement, cette fois, ce roman qui m’avait laissée de glace quand il m’annonçait qu’Aujourd’hui, maman est morte… m’étreignit dès l’incipit et je le lus d’une traite. Et quoique le faussaire n’ait pas poursuivi ses méfaits plus loin que la deuxième page, machinalement, en lisant, je remplaçai Maman par papa, ma mère par mon père, et je prolongeai ainsi jusqu’à la dernière ligne l’émotion initiale.

26Il me fallut la plus grande maîtrise de moi-même pour résister à la tentation de révéler à mes collègues le lièvre que je croyais avoir levé : quelqu’un à Lorient rectifiait les chefs-d’œuvre officiels de notre littérature. Je ne pouvais être tout à fait sûre de moi que je n’aie pratiqué quelques autres sondages. Le lundi soir j’empruntai Proust, le mardi Madame Bovary, le mercredi Le Rouge et le Noir, et ainsi de suite le jeudi Alcools, le vendredi Andromaque, le samedi les œuvres complètes d’Arthur Rimbaud… Je ne dormis que trois heures par nuit cette semaine-là. J’étais au comble de l’épuisement et de l’exaltation comme de l’indignation.

27Mon intuition se vérifia plus qu’abondamment. Longtemps, je me suis couchée de bonne heure, prétendait la narratrice (!!!) d’À la recherche du temps perdu, embarquant sur sa fausse piste dans les quatre premières pages de cette édition qui n’était pas de « La Pléiade », dont le papier bible trop mince n’aurait pas supporté sans de trop visibles dégâts l’arrachage et la réinsertion – je parle d’expérience. Sous le pont Mirabeau coulait la Loire, la joie venait toujours après le boire, et autres monstruosités que je m’arrête là d’infliger au lecteur. Flaubert subissait les coupes que le procureur Pinard aurait voulu que la Justice lui assignât (la scène du fiacre, le détail de l’orteil sur le lit de mort…), Le Bateau ivre descendait des fleuves inflexibles, Julien Sorel s’exaspérait d’apprendre que Madame de Rénal avait réchappé de son attentat… Baste. Qu’il me suffise de souligner que la profanatrice (en moi-même je penchais de plus en plus pour l’hypothèse d’une aigre lectrice) ne manquait pas plus de culture et d’imagination que d’habileté technique.

28Une nouvelle semaine s’ouvrit, où j’entrai à reculons. À qui allais-je donner la primeur du gouffre que je venais de mettre au jour : on pouvait craindre qu’à Keryado, pas un seul monument de la littérature française, ou peut-être mondiale, n’avait subi d’acte de vandalisme… À quel (le) collègue ? Ou à quel (le) supérieur(e) ? J’avoue que j’effectuais trop distraitement mes tâches ordinaires du lundi, l’esprit assiégé par les questions. Allions-nous devoir relire tous les livres en stock ? Prévenir les lecteurs les plus récents des ouvrages défigurés et entraîner de leur part une méfiance généralisée à l’égard de tous les documents (terme de notre jargon) à leur disposition sur nos rayons et dans nos magasins ? Quelle perspective était la pire : que notre public, du coup, renonce à la lecture ou qu’il se figure connaître le véritable Proust, l’authentique Racine, alors qu’ils n’avaient eu en main que des contrefaçons grotesques ?

29J’en étais là de mes tourments quand je fus convoquée par le directeur. Je n’avais eu d’entretien particulier avec lui qu’à mon arrivée à Keryado, peu de temps auparavant. Je tremblais… on dit comme une feuille, je dirai comme cent pages. C’était un homme à fossettes et risettes, impénétrable. Il me fit signe de m’asseoir, ne me quittait pas des yeux. « Nous nous connaissons à peine, et déjà vous allez devoir nous quitter », dit-il.

30Je me liquéfiai… J’entendais déjà faute grave, conseil de discipline, licenciement, radiation non seulement de la lecture publique mais de toute fonction publique… Mais comment pouvait-il… Par quel diabolique instinct… Pourquoi devançait-il la révélation que…

31« J’ai vu vos derniers emprunts… »

32Il laissait d’insupportables blancs entre des segments de phrases.

33« Vous me pardonnerez mon indiscrétion, mais elle m’a permis d’apprendre… »

34Comment ai-je résisté à la tentation de me lever et de m’enfuir ?

35« … que vous aviez un appétit peu commun en matière de littérature. Un peu tourné vers le passé, certes… Le passé est l’avenir du livre », dis-je.

36Où avais-je été pêcher pareille réplique ? Tais-toi, grands dieux, tais-toi !

37« Peut-être pas, allons. Mais ce que je voulais dire… Les pâtissiers, paraît-il, mangent peu de gâteaux. Et nous, bibliothécaires, nous le savons bien, consommons en moyenne de moins en moins de livres… Je vous félicite, donc, et je comprends mieux ainsi… »

38Il rétrécissait encore ses yeux. S’il est un jeu que je déteste, c’est celui du chat et de la souris.

39« … qu’on fasse appel à vous pour la nouvelle bibliothèque centrale. »

40Finalement, en haut lieu, on avait décrété l’ancienne trop exiguë, et on avait opté, en vue de l’agrandir, pour des locaux situés dans un ensemble moderne qui, au départ, devait accueillir des sociétés, des bureaux. La bibliothèque centrale n’était plus tout à fait au centre de Lorient et, personnellement, me fit assez penser lors de son inauguration, à un magasin de surgelés. Mais il est vrai qu’en l’occurrence non plus nul ne m’avait demandé mon avis sur le type de bâtiment que devait être une bibliothèque. Je le confesse ici : une bibliothèque doit accueillir le moins de monde possible et n’est jamais assez exiguë. Pour deux raisons au moins, que je tirais de mon expérience et j’ose même écrire : de mon exemple. La première est que les livres ont tendance à abîmer les humains, à les éloigner de leur salutaire animalité. La seconde est que les humains ont tendance à abîmer les livres, je n’en donnerais pour preuves que mes découvertes à Kervénanec puis Keryado.

41La nouvelle bibliothèque centrale allait à l’encontre absolument de mes intimes convictions. Elle était lumineuse, spacieuse, les sièges y étaient confortables, elle risquait d’attirer jusqu’à des gens que n’aurait jamais effleurés le vertige d’ouvrir un livre et qui s’y prélasseraient de l’ouverture à la fermeture, des CD ou des DVD dans le casque, ou même qui se verraient offrir des formations, en informatique ou en english, je t’en fiche. Quel rapport – la musique ! le cinéma ! la formation ! – avec le rôle, la tradition des bibliothèques ? J’avais subi sur le sujet des communications, des stages, des circulaires, sans protester ni contester. On avait pris pour du zèle ce qui n’était chez moi que le mouvement d’approbation exagérée par lequel l’ironie se gausse de son objet. De sorte que j’étais censée avoir appelé de mes vœux le paradis conceptuel que j’étais conviée maintenant à inscrire dans la réalité et autres billevesées.

42Parmi ceux qui s’inscrivaient dans la réalité de la médiathèque François-Mitterrand puisque tel est son nom, il y avait, vu la modicité pour eux des tarifs d’abonnement, des clochards, appellation qu’on me pardonnera de persister à trouver moins hypocrite et même plus chaleureuse que l’acronymique SDF. Il en fleurissait de plus en plus dans cette partie de la ville, proche de la gare où ils arrivaient allez savoir d’où, de Bretagne ou d’Afrique, de Pologne ou d’Amérique latine. Avec leurs cartons, leurs bardas et leurs chiens, ils occupaient certains porches et la plupart des abribus, mais lorsque le froid était trop vif ou la pluie trop violente, on en voyait refluer vers notre hall et investir les fauteuils de nos salles de lecture.

43Une fois surmonté mon haut-le-cœur à la découverte de ces mœurs, je réfléchis aux opportunités qu’elles m’ouvraient. Je me mis à offrir mon visage le plus avenant à ces miséreux (parmi lesquels quelques jeunes femmes livides et déjà édentées), et plus d’un prit le pli de venir emprunter à mon rayon, de littérature policière. Et le soir, quand je quittais la médiathèque, il n’était pas rare, boulevard Dumanoir ou cours de Chazelles, que je sois hélée depuis un sac de couchage et même invitée à partager une canette ou un canon. J’appris les noms ou les surnoms d’une bonne douzaine, leurs parcours parfois. Général par exemple racontait avoir été mercenaire au Congo, Marylin m’affirmait que grâce à la bibliothèque (elle avait la grâce d’user encore de ce terme), elle sentait qu’elle allait reprendre pied et comme je n’avais sans doute pas l’air suffisamment convaincue de la pertinence de son pronostic, elle ajoutait :

44« Sans déconner, Marianne. »

45(Pas de « Madame » entre nous, je la jouais assistante sociale. Et pour ce public particulier je m’attribuais le prénom que mes parents, s’ils avaient eu des convictions républicaines, auraient tenu à étaler sur la personne de leur fille au lieu, pour exhiber leur nostalgie royaliste, de la baptiser Marie-Antoinette.)

46Un soir, on m’en présenta un que je n’avais jamais vu à la médiathèque. Haut-Fourneau, l’appelait-on. On me dit qu’il avait travaillé dans la sidérurgie, dans un lieu au nom d’ange, comme en Lorraine presque tous. Qu’il grêle ou qu’il vente, Haut-Fourneau refusait, appris-je, d’entrer sur notre site, ou même d’en approcher. À cause du nom, finit-il par me cracher. Ce type-là le poursuivait. Il aurait oublié tous les noms de la terre, et jusqu’à ceux de ses propres enfants, qu’il se souviendrait encore de ce nom-là. Ce nom-là, il l’avait gueulé sur tous les tons, collé, distribué. Au temps où il allait aux réunions, aux manifs. Où il avait du taf. Où il avait peur de le perdre. Où il avait cru qu’avec ce type il allait le garder. Où il avait compris qu’avec ce type il le perdrait, pareil ou même encore plus vite. Après, s’il s’était mis à boire et à battre sa femme, s’il s’était vautré dans tous les clichés de la déchéance, s’il avait fini par se faire expulser de son toit et enfermer en prison, d’accord c’était sa faute et pas celle du type. Encore que, si tu grattes… Si tu sondes… Si tu pioches…

47« Changez de nom, et je viendrai comme tout le monde », conclut Haut-Fourneau.

48Je lui expliquai que ce n’était pas demain la veille qu’on allait débaptiser notre médiathèque, et en cela je ne mentais pas. J’ajoutai, ce qui en revanche contrevenait à la vérité :

49« Et d’autant moins qu’elle regorge de portraits, d’études, de souvenirs, que ce soit sous forme de livres, de disques ou de vidéos consacrés à François Mitterrand. »

50J’eus l’impression d’avoir ainsi rajouté un peu de combustible à ce Haut-Fourneau. J’étais bien loin, Maître, de deviner l’usage qu’il en ferait.

51Deux mois à peu près après mon arrivée à la Médiathèque François Mitterrand, des gens commencèrent à rapporter, furieux, des romans policiers où dès sa première apparition dans le texte le nom du meurtrier ou de la meurtrière était souligné au feutre, ou surligné. Dans les romans noirs c’était sans importance, mais dans les polars anglais ou scandinaves, avoir dès l’entame l’œil attiré sur un personnage dont l’auteur s’échinait à dissimuler la culpabilité, vous privait de l’essentiel du plaisir. Je me plongeai dans les fiches et découvris, ô stupeur, que ces dégradations, quoique minuscules si grandement dommageables, correspondaient chaque fois non pas à un prêt et à une sortie de la médiathèque, mais à une consultation sur place, et chaque fois par quelqu’un bénéficiant de l’abonnement le plus bas… Autrement dit, un clodo. Je fis part de ce pénible constat à ma supérieure, et je pensai qu’on allait en conclure (enfin !) à la suppression de l’accueil de ces personnes qui déparaient la conception, indestructible en moi, de ce que devait être une bibliothèque.

52Hélas c’est l’époque à peu près où, à Keryado, des gens commencèrent à remarquer certaines bizarreries dans L’Étranger, À la Recherche… ou Le Rouge et le Noir. Et c’est l’époque aussi où à Kervénanec, on s’étonna que depuis mon départ plus personne ne rapportât d’ouvrages aux pages arrachées. La directrice du réseau des bibliothèques de Lorient (une femme à la redoutable gaieté) passa une fin d’après-midi (grise, tellement grise) la tête par la porte de mon bureau :

53« Vous auriez un moment, Marie-Antoinette ? »

54À cet instant, je compris, Maître, que si je voulais continuer d’exercer la noble profession de bibliothécaire, ce ne pourrait être qu’à la prison de Rennes. À cet instant aussi (dans ma mémoire, au moins, les deux instants se confondent), des cris venus du rez-de-chaussée nous alertèrent : un incendie venait de s’y déclarer. À cette heure-là, la médiathèque était fermée aux lecteurs. Restait le personnel. J’étais incertaine sur ce que je souhaitais : que nous en réchappions, tous, ou que j’y périsse parmi les cendres de tant de pages. Mais j’étais sûre qu’il s’agissait d’un incendie criminel et que, seule, je connaissais l’identité du pyromane. Pensez-vous, Maître, que je pourrais négocier contre la révélation de cette identité mon maintien dans la fonction ?

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1856/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Presses de l’enssib, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search