Version classiqueVersion mobile

L’avenir des bibliothèques

 | 
Florence Roche
, 
Frédéric Saby

Chapitre VIII. Quel est l’avenir des bibliothécaires ?

Frédéric Saby

Texte intégral

De la primauté des collections

1La BU droit et lettres de Grenoble s’est engagée, il y a déjà plusieurs années, dans un vaste chantier de reconstruction de son bâtiment. Au milieu des années 1990, lorsque le projet commençait à prendre forme et se trouvait à la veille d’être présenté pour obtenir les financements publics, le président de l’université, à l’époque, fut pris d’un doute sérieux. Était-il bien raisonnable d’engager autant d’argent public dans ce projet ? Dans dix ans, pensait-il, les bibliothèques n’existeraient plus. Et, à partir du moment où les bibliothèques n’existeront plus, les bibliothécaires a fortiori n’existeront plus. On était en 1995. La généralisation de l’internet à l’université était encore récente, et on découvrait à peine les possibilités que commençait à donner la documentation numérique. Suffisamment toutefois pour qu’un président d’université pût faire l’hypothèse de la disparition prochaine des bibliothèques. D’autres, à la même époque, commençaient à dire, sans argument très puissant néanmoins, qu’Internet était la bibliothèque du futur. Google n’existait pas encore, mais il était finalement contenu en germe dans ces propos, et son entrée en service en 1998 n’a fait que confirmer ce que beaucoup annonçaient et considéraient d’une certaine manière comme l’aboutissement d’un vieux rêve : la bibliothèque universelle, l’accès illimité à tous les contenus ; bref, la bibliothèque borgésienne à portée de main.

2Les quinze années qui ont suivi n’ont pas forcément remis en cause certains éléments de ce discours, notamment parce que ses racines sont profondes et pour beaucoup d’entre elles plongent dans un terreau que les bibliothécaires eux-mêmes entretiennent depuis longtemps. La vision de Borgès – cette bibliothèque de Babel universelle au plein sens du terme – reprise par Umberto Eco dans la spirale vertigineuse de la bibliothèque du monastère dans Le nom de la rose, est en fait une représentation que les bibliothécaires ont en tête depuis probablement Alexandrie. Les Ptolémée n’avaient pas d’autre ambition que celle-ci : rassembler en un même espace la totalité du savoir du monde.

  • 1 Paul Otlet, Traité de documentation : le livre sur le livre, théorie et pratique, Bruxelles, Palai (...)

3À l’époque moderne, la réflexion sur l’accès au savoir universel, initiée notamment par Francis Bacon (1561-1626) et reprise par Diderot et d’Alembert dans leur conception de l’Encyclopédie, va dans un même sens. Francis Bacon propose un système fondé sur une division des sciences en trois parties : histoire, science de la mémoire ; poésie, science de l’imagination ; philosophie, science de la raison. On est bien dans une volonté globalisante de représentation du savoir, dont l’Encyclopédie, un siècle et demi plus tard, est une étape majeure, avant les tentatives qui se multiplient, chez les bibliothécaires, à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle : Dewey bien sûr, avec la première édition de sa classification en 1876, mais aussi Otlet et Lafontaine non seulement avec leur adaptation au contexte européen de la classification de Dewey avec la classification décimale universelle, mais surtout leur essai, délirant, mais logique somme toute au regard de l’évolution initiée quelque trois siècles plus tôt, de représentation universelle du savoir. Leur monumental travail de catalogue universel prend la suite finalement assez évidente de tout ce qui a précédé sur la représentation globale du savoir. En publiant en 1934, à Bruxelles, son Traité de documentation, Paul Otlet1 a d’une certaine manière théorisé cette ambition, en décrivant le cheminement de l’univers tout entier au livre, par l’intelligence et la science, décrivant ainsi sept étapes logiques : les choses (c’est-à-dire l’univers), les intelligences (« qui pensent les choses fragmentairement »), la science (« qui remet et coordonne en ses cadres les pensées de toutes les intelligences particulières »), les livres (« qui transcrivent et photographient la science selon l’ordre divisé des connaissances »), la bibliographie (qui « inventorie et catalogue les livres »), et enfin l’Encyclopédie (qui « concentre, classe et coordonne le contenu des livres »). Ni cet ouvrage ni les travaux d’Otlet ne sont très lus aujourd’hui. Ils expriment pourtant bien cette vision universaliste dans laquelle les bibliothécaires se sont placés depuis les Ptolémée.

4Sommes-nous si éloignés de la réflexion à l’origine de la construction de la BnF, et plus particulièrement de sa version numérique Gallica ? Le discours fondateur du président de la République, François Mitterrand, le 14 juillet 1988, ne dit sans doute pas autre chose :

« Je veux que soient entreprise la construction et l'aménagement de l'une ou de la plus grande et de la plus moderne bibliothèque du monde… [qui] devra couvrir tous les champs de la connaissance, être à la disposition de tous, utiliser les technologies les plus modernes de transmission de données, pouvoir être consultée à distance et entrer en relation avec d'autres bibliothèques européennes. »

5On est assurément dans cette logique qui sous-tend bien des développements depuis les débuts de l’époque moderne : l’accès possible à tout le savoir du monde. En lançant Gallica en 1997, la BNF n’a pas seulement mis en œuvre le programme esquissé le 14 juillet 1988. Elle a aussi donné corps, avec des moyens nouveaux, à ce vieux rêve des Ptolémée.

6Plus récemment, la vaste opération lancée par Google, visant à numériser des millions de volumes conservés dans les bibliothèques du monde entier, relève d’une logique similaire, dès lors qu’on laisse de côté les considérations sur les visées lucratives qu’une entreprise commerciale comme Google associe inévitablement à un tel projet.

7Résumons-nous. La décennie 1990 a bouleversé la donne. La généralisation de l’usage d’Internet, le développement massif des techniques de numérisation des documents, l’apparition de Google et son expansion planétaire ont eu deux conséquences majeures. D’une part, elles ont donné corps au vieux rêve de la bibliothèque universelle ; d’autre part, elles ont conduit certains à penser que la bibliothèque de l’avenir était l’internet et que, par conséquent, la notion ancienne de bibliothèque dans ses murs n’avait plus d’avenir. Ce n’est du reste pas un hasard si cette dernière notion a trouvé un écho plus facile, plus évident, à l’université, qui, d’une certaine manière, trouvait dans cette aventure une expression possible de sa vocation à l’universalité.

8Le chapitre précédent a permis d’éclairer la pérennité du bâtiment de bibliothèque, y compris dans un milieu résolument tourné aujourd’hui vers la virtualité numérique comme peut l’être l’université. On comprend mieux, dès lors, la pertinence de la construction, de la rénovation, de l’extension des bâtiments de bibliothèques universitaires. Malgré les réticences qui ont pu être exprimées dans certaines situations, ce mouvement aujourd’hui n’est pas remis en cause.

9Ce qu’il nous faut examiner désormais, c’est le rôle des bibliothécaires, leur avenir en tant que profession ayant toute sa place dans le développement attendu des universités. Cette question ne va pas de soi ; pas plus que celle de la pertinence des bâtiments. Il est évident également que, s’agissant de la France, la question de l’autonomie des universités, en confiant aux équipes présidentielles la gestion des ressources humaines, en particulier dans ses implications budgétaires, va faire surgir, de manière particulièrement aiguë, la justification de l’existence des bibliothécaires en tant que corps constitué.

10Les bouleversements subis par l’accès à l’information depuis vingt ans ont remis en cause, de manière profonde, la place des bibliothécaires à l’université. Cette remise en cause est vécue de manière plus ou moins nette, selon les cas, et en fonction d’une part des disciplines présentes dans la bibliothèque, d’autre part de l’ancienneté de la bibliothèque elle-même. Dans les disciplines de lettres et de sciences humaines, le mouvement de généralisation de l’accès numérique à l’information a été « amorti » par des pratiques encore fortement liées à l’écrit imprimé. Il ne faut toutefois pas s’y tromper. Une telle affirmation vaut surtout pour les enseignants-chercheurs et de moins en moins – voire plus du tout – pour les générations de digital natives qui sont aujourd’hui à l’université.

11Du point de vue des bibliothécaires, outre la question de la discipline, l’ancienneté de la bibliothèque joue également. Dans les bibliothèques anciennes – c’est-à-dire remontant à la deuxième moitié du XIXe siècle –, l’ampleur de la collection imprimée est telle qu’il y a forcément un effet d’« amortissement » lié à la taille de cette collection. Elle est connue, elle est utilisée – en tout cas, on veut qu’elle le soit – et elle donne encore du travail aux bibliothécaires. Un seul exemple suffira : sous l’impulsion du Sudoc (Système universitaire de documentation), les immenses chantiers de conversion rétrospective des catalogues de ces collections, dans le cas des bibliothèques anciennes, ont duré des années et ne sont pas encore définitivement achevés.

12Malgré tout, il faut se rendre à l’évidence. Les pratiques des étudiants ont évolué de telle manière, et à une telle vitesse que, même dans ces bibliothèques anciennes, dont la valeur ne fait de doute pour personne, on est confronté notamment à la baisse drastique de l’usage des collections imprimées. Leur taux d’utilisation a, en moyenne, été divisé par plus de deux, en l’espace de seulement dix ans. Nous pourrions du reste nous arrêter un instant sur cette notion de valeur. Que veut-on dire en énonçant ce qui ressemble à une vérité toute faite : leur valeur ne fait de doute pour personne ? On se fonde en fait sur deux notions très présentes dans ce qu’on pourrait appeler l’imaginaire collectif des bibliothécaires : le recul dans le temps, l’ancienneté reconnue d’une part ; d’autre part, la valeur des collections – valeur reposant avant tout sur l’ampleur et l’ancienneté.

13Comment rester indifférent à la question de l’évolution du métier, a fortiori à l’heure où les universités devenues autonomes regardent ce que coûtent les bibliothécaires ? Ce qui est remis en cause, de manière très profonde nonobstant les nuances que nous venons d’apporter, c’est bien un certain nombre de fondements de la pratique professionnelle des bibliothécaires.

14Rappelons toutefois que cette remise en cause est probablement plus nette et plus forte en France qu’ailleurs en Europe. Les raisons historiques de cet écart dans la vision du monde professionnel que peuvent avoir les bibliothécaires français – ou même ceux qui ont recours à leurs services – et les bibliothécaires d’autres régions du monde sont bien connues et ont été développées avec précision, notamment depuis Jean Hassenforder. Mais en rappeler les principaux éléments n’est pas sans intérêt parce que c’est précisément dans cette histoire que viennent s’ancrer les évolutions que nous connaissons aujourd’hui.

15Lorsque les bibliothèques publiques se sont développées en France, au XIXe siècle, elles l’ont fait à partir de la mission principale issue de la Révolution française : assurer la garde des fonds confisqués à la noblesse et au clergé. On le sait, pendant tout le XIXe siècle et même au-delà, la principale tâche professionnelle des bibliothécaires a été de s’attacher au traitement, au catalogage de ces fonds, anciens pour la plupart et qui de toute façon le devenaient au fur et à mesure des décennies. L’image du bibliothécaire attachée à une pratique professionnelle essentiellement centrée sur les collections et leur traitement s’est ainsi imposée peu à peu. Elle s’est renforcée à partir du dernier quart du XIXe siècle lorsqu’on a affecté aux bibliothèques d’anciens élèves de l’École des chartes, qui venaient apporter leur science historique au traitement des fonds anciens issus de la Révolution. C’est bien de traitement des collections dont il s’agissait…

  • 2 Anne-Marie Bertrand, Bibliothèque publique et public library : essai de généalogie comparée, Ville (...)

16Pendant des siècles, l’ordre du monde, pour les bibliothécaires, a été parfaitement réglé. Il faut toutefois préciser que cet ordre du monde était en fait propre à chaque sphère culturelle, pris dans un sens « bibliothéconomique ». Anne-Marie Bertrand a clairement montré, dans un ouvrage récent, la grande différence qui distingue, de ce point de vue, les bibliothèques américaines de leurs homologues françaises. « […] La culture professionnelle française continue à valoriser les tâches scientifiques ou techniques (le choix des acquisitions, l’indexation…) plus que les tâches d’accueil et de renseignement des usagers »2.

  • 3 Le premier texte est la loi du 29 novembre 1873, qui institue le droit de bibliothèque. Les autres (...)

17Les bibliothécaires français ont donc été naturellement portés, depuis un siècle et demi, à mettre tout l’accent sur le traitement des collections. Et il est en même temps intéressant de relever la concomitance qui s’établit avec le mouvement de développement des bibliothèques universitaires. Les bibliothèques universitaires françaises n’ont eu qu’un rôle modeste à jouer en matière de fonds anciens. Les grandes collections sont allées « à la garde des municipalités », pour reprendre les termes mêmes du décret consulaire de 1802, et les universités sont restées pour l’essentiel à la marge de ce mouvement. On aurait pu imaginer qu’à l’instar de ce qui s’est produit dans les pays anglo-saxons au XIXe siècle, les bibliothèques universitaires, lors de leur renaissance dans le dernier quart du siècle, auraient pu mettre l’accent sur la relation au public. Admettons que dans les bibliothèques des villes on ait dû faire porter tout l’effort sur le traitement des confiscations révolutionnaires, accrues au tournant du XXe siècle, dans bien des cas, par celles issues des lois de 1901 sur les congrégations et de 1905 sur la séparation de l’Église et de l’État. Comme on l’a rappelé plus haut, c’est ce qui a justifié l’arrivée des chartistes dans les bibliothèques. Mais dans les bibliothèques universitaires ? Il n’y avait pas de fonds ancien à traiter et ces bibliothèques ont connu une renaissance, souvent sur nouveaux frais, à partir de la fin de la décennie 1870. Rien a priori n’empêchait les bibliothécaires des universités de se consacrer à « l’autre partie » du métier, à savoir l’accueil du public. Ils ne l’ont pas fait. Rien a priori ne pouvait pourtant les en détourner, puisque même les acquisitions courantes leur échappaient pour une grande part, aux termes des réglementations mises progressivement en place jusqu’à la guerre de 1914. Ces réglementations vont dans le même sens et prennent soin d’écarter les bibliothécaires en bonne partie des acquisitions proprement dites. Le grand corpus réglementaire des débuts de la IIIe République laisse en effet peu de place à l’initiative du bibliothécaire en matière d’acquisition, le rôle essentiel restant entre les mains du corps professoral et de la Commission centrale des bibliothèques, elle-même très jalouse de ses prérogatives3.

18Restait-il alors du temps pour accueillir le public ? Pas vraiment, si l’on regarde ce qu’étaient les ouvertures de bibliothèques entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe : à Grenoble par exemple, pendant cette période, la bibliothèque de l’université, pourtant confortablement installée dans une aile du palais de l’université, construit au début de la IIIe République, recevait le public deux heures par jour… Peu ou pas de responsabilités dans les acquisitions ; pas de fonds ancien à traiter ; peu de temps consacré au public ; on conçoit dès lors que les bibliothécaires universitaires se soient assez vite repliés sur des fonctions qu’on qualifierait aujourd’hui de techniques, en relation exclusive avec le traitement des collections.

19Il y a également un autre élément qui a favorisé cet « enfermement » des bibliothécaires français dans un repli technique presque exclusif : le public lui-même. Pendant longtemps – le XXe siècle jusqu’à la fin de la décennie 1980 –, le public de l’université restait peu nombreux, même après l’accroissement des années 1960. Il restait peu nombreux et il était familier à la fois des modes de raisonnement de l’université et des pratiques intellectuelles qui allaient de pair avec ces modes de raisonnement. Et notamment, la pratique des bibliothèques ne présentait pas de difficulté pour ceux qui fréquentaient l’université.

20Précisons tout de même la question. Cette pratique des bibliothèques ne présentait pas de difficulté dès lors qu’on avait besoin de la bibliothèque. Parce que la question du besoin, dans cette sphère culturelle française, reste essentielle. Depuis le XIXe siècle, en effet, le cours magistral est le fondement absolu de l’enseignement universitaire français. Dès lors, la pratique bibliographique ne vient qu’en appoint du cours et, dans bien des cas, reste une forme d’ajustement facultatif, de complément qu’on va rechercher quand on est soi-même perfectionniste, ou passionné par le sujet et qu’on a des besoins très spécialisés. Bref, autant de conditions qui ne sont pas forcément présentes chez tous les étudiants, même au milieu du XXe siècle…

21Et donc, ceux qui fréquentent la bibliothèque n’ont pas forcément un grand besoin d’accompagnement de la part des bibliothécaires. Ils connaissent bien les collections et leur maniement, ils connaissent l’institution et ses règles de fonctionnement. Bref, d’une certaine manière, ils sont chez eux et les bibliothécaires ne sont là que pour un accompagnement discret, voire lointain. Et à la limite, plus on connaît la bibliothèque, plus on en est un utilisateur averti, et moins on a besoin des bibliothécaires. Tout se passe finalement comme si chacun trouvait un accommodement harmonieux dans cette organisation en train de se mettre en place : un public exigeant dans certains domaines, notamment de bibliographie difficile, mais autonome ; des bibliothécaires, eux-mêmes peu nombreux, qui se consacrent à ces travaux techniques autour desquels, peu à peu, ils vont constituer leur identité professionnelle.

  • 4 La dénomination actuelle est issue de la réforme de 1952, qui fait suite au statut général de la f (...)

22Toutes les catégories de personnels, dans les bibliothèques des universités, sont affectées, au fil du XXe siècle, par cette construction identitaire autour de la technique. Depuis ceux qui prendront somme toute assez tardivement le titre et le grade de conservateurs4 jusqu’aux magasiniers, en passant évidemment par le corps intermédiaire, longtemps dénommé corps des bibliothécaires adjoints, scindé plus tard, vers la fin du siècle, en bibliothécaires adjoints spécialisés et assistants de bibliothèques.

23Au sommet de la hiérarchie, les conservateurs d’aujourd’hui se sont longtemps intitulés bibliothécaires. Leur rôle, on l’a vu, portait peu sur le développement des collections. On ne faisait pas confiance aux bibliothécaires pour cet acte pourtant fondamental de la mission de l’institution. Recevoir le public ne les occupait guère non plus : ce n’est pas avec deux heures d’ouverture au public à la bibliothèque de Grenoble qu’on trouve à occuper toute une journée, dans une salle de lecture qui comportait à peine une quinzaine de places et où les lecteurs allaient par quatre, sur de belles tables en noyer massif, que l’université avait fait construire, au moment de l’ouverture de son palais, dans les années 1870, et qu’on pensait conçues pour durer des siècles !... On s’est donc occupé de technique. Technique modeste au départ, avec le début de la constitution des catalogues, plus complexe ensuite lorsque sont venus les travaux internationaux à la fois sur les normes de catalogage et sur l’indexation par matière. Ce n’est pas un hasard si l’IFLA (International Federation of Library associations and Institutions) a connu un développement important, dans les années qui suivirent sa fondation en 1927, autour de ces questions techniques, qui peu à peu donnaient aux bibliothécaires une forme d’identité professionnelle et donc aussi une tentative de reconnaissance auprès de l’institution, notamment universitaire. Ce n’est pas un hasard non plus si, au moment de l’essor de l’IFLA, se développaient également les travaux de la Fédération internationale de documentation, dans les années 1930, qui portaient essentiellement, dans la lignée des réflexions de Paul Otlet, sur une forme d’approche « scientifique » de l’élaboration des systèmes documentaires en cours de réalisation.

24Plus tard dans le siècle, on s’est enfin occupé d’acquisitions de collections. Les vieilles dispositions réglementaires de 1873 sont peu à peu tombées en désuétude, notamment avec l’augmentation progressive du corps professoral et donc la difficulté croissante à réunir facilement et, surtout, efficacement, l’ensemble des professeurs pour leur demander de procéder aux acquisitions. On a donc fini, peu à peu, par laisser cette partie aux bibliothécaires. Ils y ont pris goût, au moins jusqu’à ce que, plus tard dans le XXe siècle, les budgets de disette contraignent ces personnels à ne pas consacrer tout leur temps aux acquisitions. Le pendant de cette activité a été l’implication des bibliothécaires et conservateurs dans la bibliographie, prise comme une activité scientifique, au service de la communauté universitaire. Le développement de cette science bibliographique s’est appuyé essentiellement sur l’expérience de la Bibliothèque nationale, avec les travaux de Louise-Noëlle Malclès d’abord, de Marcelle Beaudiquez ensuite. Il est du reste intéressant de rappeler que, dans les réflexions qui conduisirent, dans les années 1960, à la création d’une école pour former les conservateurs, il avait été prévu de donner aux anciens élèves de cette école le titre de bibliothécaire-bibliographe, par analogie au titre d’archiviste-paléographe que recevaient les anciens élèves de l’École des chartes. Il s’agissait bien, par la délivrance de ce titre, de reconnaître une compétence scientifique particulière. La relation au public n’était pas forcément absente de cette réflexion – après tout, la bibliographie est bien destinée au public des bibliothèques, a fortiori à l’université –, mais c’était à travers le prisme puissant d’une pratique professionnelle particulière, qui ne prenait évidemment pas en compte l’accueil du public en tant que tel.

  • 5 Voir l’Annuaire de l’université de Grenoble, qui donne, année après année, la liste nominative com (...)

25En même temps, on a vu se développer le corps technique des bibliothèques. Il n’existait pas au début du XXe siècle. À Grenoble, au début du XXe siècle, il y avait à la bibliothèque un bibliothécaire (deux après la Première Guerre mondiale)5 – on dirait aujourd’hui un conservateur – et deux ou trois garçons de bibliothèque – on dirait aujourd’hui des magasiniers. Entre les deux, il n’y avait rien. Parce que tout était fait – et faisable – par le bibliothécaire. C’est plus tard, notamment avec le développement des exigences normatives qui ont pris leur essor avant la Deuxième Guerre mondiale, que s’est fait sentir le besoin de voir se développer un corps intermédiaire, dont les membres ont pris le nom de bibliothécaires adjoints.

  • 6 Arrêté du 17 septembre 1951.

26Leur identité professionnelle a trouvé un terrain très fécond de développement avec leur mode de formation et de recrutement – les deux se sont rapidement trouvés liés – et notamment lorsque le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire est devenu le lieu et le mode de cristallisation de cette identité. Le CAFB, lieu emblématique de cette identité, a été mis en place dans sa forme contemporaine, en 19516. D’emblée, c’est autour des tâches techniques – et tout particulièrement du catalogage – que se sont organisés la formation, le recrutement et l’exercice professionnel. Au fil des années, cette identité s’est renforcée au point de faire du catalogage une sorte de valeur refuge définitive, qui servait de ligne de partage entre ceux qui savaient (cataloguer) et ceux qui ne savaient pas.

  • 7 Le chapitre suivant, consacré à la bibliothéconomie, nous permettra d’analyser en quoi cette parti (...)

27Il est intéressant de noter qu’on a su habilement, au fil des décennies, remplacer les raisons, forcément indiscutables, autour desquelles devait se construire et se renforcer cette identité technique. En 1950, on prend en compte les évolutions normatives qui vont vers la bibliothéconomie moderne7 et on spécialise une partie du personnel dans ces tâches techniques. Plus tard, ce sont les impératifs de l’informatisation qui prennent le pas sur ces normes, en les renforçant jusqu’à atteindre un très haut degré aujourd’hui avec les échanges de données, rendus nécessaires avec les catalogues collectifs, et même avec les catalogues de catalogues.

28En agissant ainsi, en renforçant le caractère technique du « métier de bibliothécaire » – pris évidemment dans un sens restrictif, mais c’est un sens qui domine – on a un peu plus donné l’impression (mais était-ce vraiment une impression ?) que les bibliothécaires s’enfermaient (généralement au sens propre, venant confirmer le sens figuré) dans un exercice purement technique, dont on pouvait toujours proclamer la finalité de service au public, mais en la limitant généralement à la pétition de principe (le catalogue fait pour le public).

29Pendant ce temps, les conservateurs restaient dans des fonctions dont la justification scientifique était souvent limitée à la question du développement des collections (sauf dans les cas, rares à l’université, où des missions liées au patrimoine ont pu leur être confiées), plus rarement de la bibliographie, au point de voir eux aussi leur image s’éloigner peu à peu de la relation au public. D’autant que leur responsabilité en matière de gestion et de management s’est fortement accrue, surtout si l’on inclut dans cette catégorie la gestion de projet, devenue le mode de gestion dominant à partir des années 1990. Là encore, la question de la relation au public n’a pas été première.

30C’est finalement pour les magasiniers que le lien avec le public s’est non seulement maintenu mais même renforcé si l’on regarde les trente ou quarante dernières années d’évolution des bibliothèques universitaires. La principale raison de ce rapprochement est assurément la disparition progressive des magasins de conservation. Même dans les bibliothèques dont l’ancienneté et l’ampleur des collections justifient qu’elles gardent une partie du fonds en magasin, le libre accès est devenu la règle et le service des magasins ne touche plus qu’une partie modeste des collections et du temps de travail. Sans doute faut-il nuancer dans le cas des bibliothèques qui conservent un fonds patrimonial important et qui continuent donc d’affecter du temps de travail de magasiniers « classiques » à la desserte de ces collections. Ce n’est pas la situation générale, qui voit au contraire une part majoritaire du temps de travail de ces personnels en face à face avec le public. Ce qui entraîne évidemment une modification importante de la pratique professionnelle.

31On comprend finalement pourquoi, comme l’a justement écrit Anne-Marie Bertrand, les bibliothécaires français ont continué « à privilégier les tâches scientifiques ou techniques », au détriment de la fonction d’accueil du public.

  • 8 La loi LRU a introduit d’importants changements dans le fonctionnement même des universités frança (...)
  • 9 Le passage aux RCE s’est fait par vagues successives, de janvier 2009 à janvier 2012. Depuis cette (...)

32Mais une importante et double évolution se dessine, qui va considérablement modifier cette situation. La première tient aux universités, la seconde aux bibliothèques elles-mêmes. Pour ce qui est des universités, en France tout au moins, le facteur d’évolution marquant est récent et se situe tout entier dans la loi Liberté et responsabilités des universités (LRU) de 20078. L’entrée en vigueur de cette loi entraîne en effet une modification très importante du fonctionnement des universités, notamment depuis qu’en janvier 2012 toutes les universités ont accédé aux responsabilités et compétences élargies (RCE)9, qui confèrent à chaque établissement une autonomie de fonctionnement qui touche tous les domaines, sauf la gestion du patrimoine bâti. Cette autonomie, pour s’en tenir aux conséquences sur les bibliothèques, s’exerce essentiellement dans deux domaines fondamentaux : le budget et les ressources humaines, les deux du reste étant liés puisque la toute première mesure des RCE est de confier au président de l’université la gestion de la masse salariale globale, personnel titulaire de la fonction publique compris.

À la valeur ajoutée des bibliothèques

  • 10 La loi de 1984 d’orientation de l’enseignement supérieur, qui fait suite à la loi de décembre 1968 (...)
  • 11 Daniel Renoult, qui était alors doyen de l’Inspection générale des bibliothèques, a donné en octob (...)

33Pendant longtemps, les BU ont bénéficié de crédits fléchés, ce qui signifie que l’essentiel de leurs crédits étaient attribués de manière spécifique par le ministère de l’Enseignement supérieur et que les universités, devenues tutelle directe des bibliothèques après la loi de 1984 et le décret d’application de 198510 sur la documentation, n’intervenaient pas dans cette attribution budgétaire. L’autonomie des universités met un terme à cette pratique. Et désormais, les moyens budgétaires dont bénéficient les bibliothèques sont ceux que leur attribue l’université de rattachement. Comme l’a justement écrit Daniel Renoult11,

« l’État a été le pilote de la politique des bibliothèques depuis 1945. En consacrant l’autonomie des établissements, cette loi renverse les rôles et confère la responsabilité première aux universités. Le budget global met un terme au fléchage des crédits, achevant un processus d’intégration engagé depuis quelques années. Sur le plan statutaire, la DGES (Direction générale de l'enseignement supérieur) sera conduite à revoir le décret de 1985 qui régit les SCD (services communs de documentation). Mais surtout, l'amélioration de la gouvernance des universités sera tout à fait déterminante. Si les présidents ont davantage de capacité de maîtriser l'organisation interne de leurs établissements, cela vaudra aussi pour la documentation, encore beaucoup trop dispersée notamment au niveau de la recherche. La montée en puissance de la documentation électronique va inciter les présidents à rationaliser les achats. »

34Nous reviendrons plus bas sur la question, fondamentale, de la rationalisation des achats, pour nous en tenir dans un premier temps aux conséquences du « défléchage » des crédits. Cette opération signifie tout simplement que désormais le président de l’université a pleine et entière autorité sur le montant des crédits qu’il choisit d’affecter à la documentation. Plus exactement, il a pleine et entière autorité pour proposer au conseil d’administration, vrai détenteur du pouvoir dans le système instauré par la loi LRU, une répartition budgétaire qui prend en compte les moyens affectés à la documentation. Et ces moyens comprennent les ressources humaines puisque désormais le traitement des personnels est intégré pleinement au budget de l’université.

35Le président a donc à s’interroger sur une question qu’il ne s’était jamais posée : combien coûte le personnel et à quelle fonction ce personnel est-il affecté ? Dans le système précédent, même la seconde partie de l’interrogation ne se posait guère, parce que les crédits étaient fléchés, mais les personnels aussi, d’une certaine manière, en particulier pour la filière des bibliothèques, que l’administration centrale destinait spécifiquement aux SCD. Désormais, le président a la liberté d’affecter le personnel comme il le souhaite. Une liberté qui a évidemment ses limites, ne serait-ce que parce qu’une réforme de cette ampleur a besoin de temps pour se déployer pleinement et que, jusqu’à présent, on s’est surtout contenté de reproduire ce qui existait jusque-là. Mais cette reproduction à l’identique ne durera pas et, progressivement, les présidents comprendront l’intérêt qui est le leur de pouvoir investir librement les moyens globaux de l’université dans le développement des fonctions qui reflètent la politique qu’ils entendent mener. Et les moyens de la documentation seront pris globalement dans cette logique. C’est précisément ce que signifiait Daniel Renoult en affirmant que la loi LRU était un tournant, « achevant un processus d’intégration engagé depuis quelques années ».

36En « achevant le processus d’intégration », la nouvelle loi donne au président les moyens de comprendre et d’agir. Comprendre la logique des moyens documentaires, et notamment la répartition des rôles entre les différentes catégories de personnel. Agir en répartissant les moyens comme il l’entend. Dans ces conditions, il est probable qu’à court terme les présidents se poseront la question du sens du service documentaire, et en particulier de la valeur ajoutée de ce service pour le public de l’université.

37Il est probable, dans ces conditions, que les réflexions conduites actuellement par les bibliothèques américaines sur la notion de retour sur investissement trouveront une forme d’écho. Et cet écho sera particulièrement fort lorsqu’il s’agira de la répartition du personnel entre les différentes fonctions de l’université. Depuis quelques années, on voit se multiplier aux États-Unis les travaux sur le Return on Investment (ROI) – qui permettent de calculer finement ce que rapporte chaque dollar investi dans la bibliothèque. Les feuilles de calcul sont destinées non seulement aux responsables politiques, mais également à tout contribuable soucieux de comprendre à quoi sert l’argent public. L’enjeu pour les bibliothécaires est de montrer que cet argent « rapporte ». Un rapport qui n’est assurément pas de même nature que celui investi dans l’industrie, mais qui peut néanmoins se calculer. Aux États-Unis aujourd’hui, ce sont surtout les bibliothèques municipales qui se sont lancées dans ces calculs. Mais ils s’appliquent tout autant aux universités. L’introduction du site Lib-Value donne bien l’esprit de cette approche :

  • 12 Traduit de l’anglais, texte introductif du site Lib-Value, consacré à l’application du retour sur (...)

« Confrontée à une période économique difficile et à des coupes dans les budgets des universités, la valeur de la bibliothèque dans les perspectives plus larges de l’université est confrontée à un questionnement toujours plus important. Les mesures de retour sur investissement constituent un moyen concret de démontrer aux administrateurs et au public le rôle vital que jouent les bibliothèques académiques à la fois auprès de leurs communautés respectives et à une plus large échelle. Alors que les bibliothèques, traditionnellement, ont été plutôt modestes dans la communication sur leur propre valeur, elles doivent aujourd’hui apprendre à éclairer les voies mal connues par lesquelles elles contribuent au succès de leur institution. »12

38Plus généralement, ces réflexions rattachent les bibliothèques aux évolutions de l’économie de la connaissance. Depuis deux décennies, en effet, une attention toute particulière est portée à la place qu’occupent les activités de recherche, d’éducation, dans l’économie mondiale.

  • 13 Bruno Amable, Philippe Askenazy, « Introduction à l’économie de la connaissance »: contribution po (...)

« L’économie de la connaissance se définit alors comme un stade du capitalisme où se généraliserait un modèle productif particulier organisé autour des complémentarités organisationnelles et technologiques entre les TIC, le capital humain des agents susceptibles d’utiliser ces technologies et une organisation relative de la firme qui permettrait la pleine utilisation du potentiel de productivité des deux premiers éléments. »13

39Pour Dominique Foray,

  • 14 Dominique Foray, L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte, 2009 (coll. Repères, Économi (...)

« l’économie fondée sur la connaissance correspond essentiellement, dans chaque pays, au secteur d’activités de production et de service fondées sur des activités intensives en connaissance. Celles-ci sont habituellement repérées en combinant des indicateurs portant sur la production et la gestion des savoirs, tels que les dépenses de recherche et développement (R&D), le taux d’emploi des travailleurs diplômés et l’intensité de l’utilisation des nouvelles technologies de l’information. »14

  • 15 Bruno Amable, Philippe Askenazy, op. cit.
  • 16 John W. Kendrick, « Total Capital and Economicgrowth », Atlantic Economic Journal, 1994, vol. XXII, (...)
  • 17 Moses Abramovitz, Paul A. David, « Technological Change and the Rise of Intangible Investments: The (...)

40Amable et Askenazy remarquaient15 que la part des investissements « intangibles » s’était accrue par rapport aux investissements « tangibles », avec, pour certains auteurs16, un dépassement des seconds par les premiers au début des années 1990, pour d’autres17dès les années 1970.

41Quelle place les bibliothèques ont-elles, peuvent-elles avoir, dans cette organisation nouvelle de l’économie ? Maurice B. Line en a donné une analyse très fine dans un article du Bulletin des bibliothèques de France, publié en 2000, mais qui garde toute sa pertinence. Il montre en effet que, face à la nécessité d’épanouissement de l’économie moderne et de la société démocratique, les bibliothèques devraient être en mesure d’occuper une place de choix.

  • 18 Maurice B. Line, « Les bibliothèques dans une économie de l’information : des bastions de la libert (...)

« Les sources d’information changeront, c’est inévitable, mais il faut aujourd’hui et il faudra demain des canaux aussi fiables, objectifs, équilibrés et complets que possible. La capacité à chercher, choisir, évaluer l’ensemble des sources d’information est cruciale pour l’équilibre du corps social. » 18

42Et cette place de choix repose sur la capacité des bibliothèques à mettre en avant indépendance intellectuelle et esprit critique.

  • 19 Hans-Christoph Hobohm, « Les bibliothèques sont-elles rentables ? : usages et valeur des services » (...)
  • 20 José-Marie Griffith, Donald W. King, Speciallibraries: Increasing the Information Edge, Washington (...)
  • 21 Carolin Pung, Ann Clarke, Laurie Patten, « Measuring the Economic Impact of the British Library », (...)
  • 22 Sandra Blanck, Wert und Wirkung von Bibliotheken. I : BIT Online Innovativ. Bd. 12 Neues für Biblio (...)

43Sans s’éloigner de ces questions, le problème de la rentabilité, de la mesure de la valeur des services – proche de la question du ROI évoquée plus haut – a suscité également des analyses nombreuses. Un article d’Hans-Christoph Hobohm en 2008 dans le Bulletin des bibliothèques de France, en a fait une synthèse19. Il rappelle notamment l’ouvrage fondateur de José-Marie Griffith et Donald King20, qui avaient montré, en 1993, à partir de cas pour la plupart issus du monde industriel, à quel point les bibliothèques étaient rentables pour les entreprises étudiées qui en possédaient. Il cite également l’étude marquante faite sur la British Library21, qui fait ressortir que « chaque livre sterling de financement public de la British Library rapporte 4,40 livres sterling par an à l’économie britannique ». Une étude allemande de même nature a montré que chaque euro investi dans la bibliothèque de l’arrondissement de Berlin-Mitte rapportait 5,60 euros22. Mais surtout, Hans-Christoph Hobohm insiste sur les limites de ce type d’approche.

  • 23 Hans-Christoph Hobohm, art. cit., p. 67.

« La réduction de la bibliothèque à des valeurs monétaires, même obtenues indirectement par les statistiques, ne convient pas aux prestations qu’elle assure de fait. Ces calculs restent superficiels au vrai sens du terme, car ni le contribuable dans l’enquête d’évaluation contingente, ni l’économiste dans la simulation du produit national brut ne peuvent estimer à leur juste valeur tous les services de bibliothèques. »23

44C’est finalement dans cet espace laissé libre par l’insuffisance des analyses chiffrées à rendre compte de « la juste valeur » de tous les services de bibliothèques que vient se placer la justification du rôle non seulement de la bibliothèque, mais aussi des bibliothécaires. Malgré tout, et malgré le regard critique pertinent d’Hans-Christoph Hobohm, il est probable qu’une forme d’approche quantitative, proche des analyses sur la place des bibliothèques dans l’économie – vue y compris sous l’angle de leur apport à l’économie – pourra être privilégiée, dans les prochaines années, notamment dans le cadre universitaire où de nouveaux modèles de relation de l’université à la documentation sont à imaginer. Elle pourra être privilégiée notamment par l’impression (fausse, a montré Hobohm) de procurer une certaine facilité, une objectivité d’analyse, qui peut séduire les décideurs, notamment lorsqu’ils sont face à la contrainte de la répartition des moyens.

45Et derrière cette question de la répartition, c’est en fait celle de la justification des moyens qui sera posée. S’agissant de la documentation, trois grandes fonctions devront être examinées de près, qui conditionneront à l’évidence la décision de répartition des moyens. Pourquoi à l’évidence ? Parce que la logique nouvelle dans laquelle les universités françaises entrent est celle d’une maîtrise par les présidents et leur conseil d’administration des moyens dont ils disposent et de l’usage qu’ils en font. Cette maîtrise croise le chemin de la demande sociale et, plus précisément, de l’exigence du public à bénéficier d’un service d’enseignement supérieur qui prenne en compte l’ensemble des nécessités. Jusqu’alors, l’université reposait sur un diptyque enseignement-recherche, parfois déséquilibré au bénéfice de l’un ou l’autre des volets. Désormais, ce sera un triptyque enseignement-recherche-documentation qu’il faudra prendre en compte, non pas tant parce que subitement les universités auraient découvert les nécessaires vertus de la bibliothèque, mais parce que désormais la bibliothèque, ses collections, ses personnels et le service rendu coûtent directement à l’université, ce qui n’était pas le cas précédemment. Ou en tout cas, ce n’était pas vu ainsi.

À la relation au public

46Mettre en évidence le troisième volet du triptyque passera par la mise en avant de ce qui, d’une certaine manière, se « voit » le plus : le service direct rendu au public. Il y aura, de la part des présidents, une demande de rééquilibrage entre les fonctions techniques – par définition peu visibles, voire peu compréhensibles – et les fonctions directement tournées vers le public. Et cette demande de rééquilibrage touchera assurément l’ensemble des personnels des bibliothèques, du bas de la hiérarchie jusqu’à son sommet.

Le cas des magasiniers.

47Il est lié à plusieurs évolutions, relevant à la fois des bibliothèques et des universités plongées dans leur nouveau contexte. Les fonctions des magasiniers ont subi de profonds changements depuis une quinzaine d’années, ne serait-ce, comme on l’a vu plus haut, que parce que les magasins disparaissent ou sont en voie de disparaître. On peut diviser en trois grandes catégories les fonctions classiques des magasiniers : entretien des magasins et service des collections qui y sont conservées ; équipement des collections à l’entrée dans la bibliothèque et rangement des emprunts à leur retour ; service public en salle de lecture ou en banque de prêt.

48Tout ce qui touche à la gestion des magasins n’a pas forcément disparu, mais se trouve largement atténué à cause du développement, voire de la généralisation du libre accès. Les bibliothèques qui ont encore des magasins fermés au public sont celles qui possèdent des collections importantes, mais en général elles mettent en magasin ce qui est peu demandé. L’équipement des collections est une fonction classique des magasiniers, mais tout porte à croire qu’on verra se développer dans un avenir proche une « externalisation » de cette fonction, notamment à l’instigation de certains libraires qui proposeront ce service en accompagnement de la fourniture des documents eux-mêmes. Certains le font déjà et la récente modification de la législation en matière de fourniture de livres aux bibliothèques publiques, qui limite fortement le taux de remise consentie, incite les candidats aux appels d’offres à proposer d’autres services, l’équipement matériel étant évidemment l’un d’entre eux. Quand il s’agira de mesurer ce que coûte l’équipement par les magasiniers, comparé à ce que coûte le même service acheté à l’extérieur, il est bien probable que la question se posera rapidement de décaler les magasiniers sur d’autres missions…

  • 24 Le décret nº 2007-1915, du 26 décembre 2007, fixe les conditions de recrutement et d’emploi des étu (...)
  • 25 Le décret de 2007 prévoit que la rémunération « ne peut être inférieure au produit du montant du sa (...)

49Le rangement des emprunts au retour des documents est également classiquement confié aux magasiniers. Mais ils se trouvent, dans cette mission, en concurrence directe avec les étudiants, que les bibliothèques emploient en nombre, dans des conditions qui ont été précisées et améliorées par une récente modification de la réglementation24 dans ce domaine. Pour un président d’université, l’emploi étudiant présente deux avantages majeurs : un avantage économique d’une part, un avantage politique d’autre part. Sur un plan économique, un contrat d’étudiant est sensiblement moins coûteux qu’un emploi de magasinier titulaire25 . Au moment où les équipes dirigeantes se mettent à gérer des budgets consolidés, qui incluent pleinement le coût salarial, cette question, marginale jusqu’alors, devient essentielle. Sur un plan politique, la justification de l’emploi étudiant est intéressante pour un président et son équipe, pour peu qu’on sache articuler ces contrats avec l’emploi des titulaires de la fonction publique. Elle permet en effet de mettre en avant les qualités d’écoute d’un président soucieux de la situation des étudiants dont il a la charge.

  • 26 RFID : il s’agit d’un système permettant, entre autres, de faciliter le prêt et le retour des docum (...)

50Si l’on n’y prend pas garde, l’accueil en salle de lecture ou en banque de prêt peut subir le même sort ; d’autant plus facilement que, dans bien des cas, l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques universitaires s’est faite en mettant en banque de salle ou en banque de prêt des emplois d’étudiants. En outre, la multiplication des systèmes automatiques de prêt et de retour par le Radio Frequency Identification (RFID)26 rend moins évidente la nécessité de maintenir du personnel dans ces fonctions. Dans un contexte où les équipes présidentielles commencent à compter avec rigueur et précision le coût des ressources humaines, cette évolution aura évidemment des conséquences qu’elle n’aurait pas eues il y a ne serait-ce que dix ans.

51Dans ces conditions, il apparaît que l’avenir de ces personnels se situe dans deux directions : l’évolution vers des tâches techniques liées au catalogage et précédemment dévolues aux personnels de la catégorie B (assistants et bibliothécaires adjoints spécialisés) ; l’évolution dans des fonctions plus nettement orientées vers l’accueil du public. Passons sous silence la première évolution, qui n’entre pas directement dans notre propos. La seconde en revanche s’y rattache de manière nette. Les magasiniers devront développer une compétence particulière dans l’accueil du public. Entendons par là que cette compétence doit se distinguer clairement et nettement de celles qu’on peut reconnaître aux étudiants recrutés en bibliothèques. Le magasinier, sans même que le lecteur le sache, est en effet le premier, et parfois le seul, que le lecteur voit dans la bibliothèque et à qui il va avoir à faire pendant son séjour dans ce lieu. C’est par cette relation que se construira ce qu’on pourrait appeler « l’atmosphère d’accueil » de la bibliothèque. Les prochaines années devront donc conduire les responsables des bibliothèques à avoir une position claire sur cette question : si les magasiniers ne prennent pas en charge, de manière résolue, visible et professionnelle cette fonction d’accueil, leur avenir en bibliothèque universitaire n’est pas garanti. Les équipes présidentielles se tourneront assurément vers l’emploi étudiant ou la mécanisation pour remplir ces fonctions. L’enjeu est de taille. Mais la situation vaut qu’on prenne la question au sérieux. Les magasiniers ont un rôle à jouer et à développer dans trois directions : le renseignement bibliographique de premier niveau ; la formation, également de premier niveau, des étudiants, notamment de premier cycle (niveau L) ; des fonctions techniques internes en lien avec le catalogue. Laissons de côté le dernier point et examinons rapidement les deux premiers.

52Le renseignement bibliographique de premier niveau est ce qu’on attend aujourd’hui des magasiniers en service public de salle de lecture. Il s’agit de renseigner sur les collections de la salle, le maniement du catalogue, l’utilisation de premier niveau des ressources numériques. C’est en assurant ce renseignement bibliographique que les magasiniers trouveront leur place par rapport aux étudiants employés à la bibliothèque. Et cette place sera renforcée par le fait que les magasiniers ont une présence de longue durée, comparée à celle des étudiants qui ne sont que là pour un temps court. Cette présence longue donnera une garantie de précision dans la connaissance de ces éléments et établira une distinction claire pour la bibliothèque, son public, l’équipe dirigeante de l’université.

53Cette connaissance de la bibliothèque plus profonde que celle des étudiants doit conduire les magasiniers à intervenir dans la formation des étudiants, en mettant dans cette formation des éléments qui sont le pendant du renseignement de premier niveau défini plus haut : visite détaillée de la bibliothèque et présentation succincte des ressources. Pour le public de première, et même de deuxième année, c’est une condition essentielle de la capacité à utiliser la bibliothèque.

54Affirmons-le avec force : les magasiniers n’ont d’avenir en bibliothèque universitaire que dans l’accueil du public.

Le cas des personnels intermédiaires

  • 27 Décret du 21 septembre 2011, portant statut particulier du corps des bibliothécaires assistants spé (...)

55Il s’agit en fait des personnels de la catégorie B de la fonction publique, assistants de conservation et bibliothécaires adjoints spécialisés, regroupés depuis l’automne 2011 en un seul corps, dit des « bibliothécaires assistants spécialisés »27. Au Québec, on les appelle les « bibliotechniciens ». On l’a vu plus haut, leur identité professionnelle plonge ses racines dans la construction du dispositif normatif d’échange des données catalographiques, qui a trouvé une forme d’apothéose dans l’élaboration des grands catalogues collectifs. Le terreau dans lequel ces racines se sont développées est ce diplôme à forte valeur identitaire, dont on a déjà parlé, le CAFB, qui faisait la part belle au catalogage et à ses subtils arcanes. On se reconnaissait entre « vrais » bibliothécaires à la capacité à pénétrer ces arcanes. La question difficile qui se pose est que, depuis le milieu des années 1980, on développe partout dans le monde le catalogage en réseau, conduisant avec autant d’efficacité que de détermination à l’apparition et au développement de puissants catalogues collectifs, qui échangent des données au plan mondial. Il en résulte évidemment, au plan local, c’est-à-dire dans chaque bibliothèque, un malaise évident de ces personnels, qui ont l’impression de voir disparaître le noyau dur de leur métier. D’autant qu’ils se rendent bien compte que l’objectif poursuivi, sinon avoué, est bien de mettre un terme au catalogage local. Voire de mettre un terme au catalogage tout court, pour se contenter de la récupération de notices élaborées ailleurs et achetées, peut-être à un prix élevé, mais qui sera de toute façon toujours plus faible que la charge salariale de ces personnels intermédiaires. Et comme on l’a vu plus haut, aujourd’hui les équipes dirigeantes savent le poids de cette masse salariale…

56L’avenir est-il possible ? Sans aucun doute, mais à la condition unique et expresse d’effectuer un changement radical d’orientation pour ces personnels, de les amener rapidement vers une part essentielle, voire exclusive de leur service orientée sur le service au public. On attend d’eux une implication différente de celle des magasiniers. Le renseignement bibliographique qu’ils doivent donner en salle de lecture doit aller plus loin que le premier niveau défini pour les magasiniers et entrer dans le contenu même de l’information disponible sous forme imprimée ou numérique. L’intervention auprès du public doit aussi se manifester dans la formation des lecteurs. Il ne s’agit plus là de premier niveau, comme on l’a défini pour les magasiniers, mais d’une intervention plus nette sur les ressources documentaires imprimées et en ligne. Ce qui suppose évidemment d’être soi-même un bon connaisseur de ces ressources et de savoir en expliquer la richesse à des néophytes. Compétences sur le contenu, compétences pédagogiques, à mettre en œuvre avec des publics variés, aptitude avérée à savoir aller au-devant du public… On est très loin de ce qu’on attendait des titulaires du CAFB naguère. Mais, comme pour les magasiniers, c’est à ce prix que cette catégorie de personnels aura un avenir dans les bibliothèques universitaires. Comme pour les magasiniers, c’est en se tournant résolument vers le service au public que cet avenir peut avoir un sens.

Le cas des bibliothécaires et des conservateurs

57Sans refaire une histoire des bibliothécaires, et sans remonter jusqu’à Gabriel Naudé, il est utile de rappeler que les bibliothécaires à l’origine sont d’abord des lettrés, qui connaissent le contenu des collections. C’est la figure de Charles Nodier à l’Arsenal. Ensuite, ce sont les chartistes qui prennent le pas, parce que leur formation d’historiens les rend les mieux aptes à gérer les fonds « anciens » issus des confiscations révolutionnaires. Leur omniprésence dure presque un siècle, jusqu’à la création de l’École nationale supérieure des bibliothécaires (ENSB) dans les années 1960. Les conservateurs ont alors des compétences sur le contenu – on l’a vu plus haut, c’est la justification de leur compétence scientifique telle que leur statut l’énonce – et des compétences sur la gestion et le management, progressivement acquises au fur et à mesure que s’accentue la difficulté, en tout cas la complexité, de la gestion des bibliothèques actuelles. Il est impératif aujourd’hui que cette compétence se développe en direction des publics : connaissance de la sociologie des publics, méthodes d’enquêtes, analyse des besoins du public, formation du public. Remarquons du reste que ce dernier élément nous rapproche à l’évidence d’une compétence « classique » des conservateurs, à savoir leur connaissance fine des contenus, leur compétence scientifique.

58C’est donc au double prix de la compétence en management et de la compétence sur les publics – incluant la fonction scientifique – que bibliothécaires et conservateurs pourront justifier leur place dans les bibliothèques telles que les universités vont les développer dans les années qui viennent. On verra dans le chapitre suivant comment développer ces compétences face à une double opposition, celle des grands opérateurs numériques d’un côté, qui contestent aux bibliothécaires leur compétence en matière de gestion des documents ; celle du corps enseignant au sein même de l’université, qui leur conteste la compétence scientifique.

  • 28 Voir notamment le chapitre 7 sur l’avenir du lieu.

59Il en résulte aussi que le public est, d’une certaine manière, plus exigeant avec les bibliothèques, donc avec les bibliothécaires. On pourrait, trop rapidement, y voir un paradoxe avec le fait que les bibliothèques connaîtraient une forme nette de désaffection du public. Est-ce vraiment le cas ? À y regarder de plus près28, on se rend compte que la désaffection du public ne porte pas sur les bibliothèques elles-mêmes, mais sur certaines fonctions classiques des bibliothèques, notamment universitaires. C’est un fait avéré aujourd’hui de constater, partout, la désaffection du public pour le seul service de prêt de documents imprimés de la bibliothèque. En revanche, le public attend désormais des services nouveaux : des petites salles confortables où l’on puisse travailler en groupe, des connexions libres au réseau Internet, la possibilité de boire un café pendant une séance de travail, dans un lieu agréable, un personnel attentif et accueillant. Bref, tous éléments qui contribuent à ce qu’on pourrait appeler, de manière générique, la qualité de l’accueil, et dont nous analyserons les développements dans le chapitre suivant. Cette notion de qualité de l’accueil, dont nous verrons qu’elle doit constituer le pivot d’une bibliothéconomie nouvelle, est véritablement l’élément central autour duquel doivent s’organiser les bibliothèques des universités, autour duquel doit se penser l’avenir des bibliothécaires dans l’université.

60Il en résulte aussi, à l’évidence, une rupture avec la représentation symbolique des bibliothécaires, tout particulièrement dans le monde académique. Comme on l’a vu plus haut, cette représentation symbolique repose sur deux éléments qui finalement se répondent l’un l’autre : d’une part le bibliothécaire lettré qui connaît ses collections ; d’autre part, et dans un ajout historiquement plus récent, une capacité technique à gérer ces collections. Il ne s’agit pas véritablement de tourner le dos à ces représentations, mais d’en ajouter une troisième, la capacité à comprendre et vivre la relation au public comme élément constitutif de la notion de bibliothèque. Et c’est véritablement là que se situe le point de rupture dans les représentations symboliques de la profession de bibliothécaire, telles qu’elles sont vécues par les bibliothécaires, mais aussi par leur public.

61Cette rupture symbolique ne se fait pas sans difficulté. D’abord pour les bibliothécaires eux-mêmes. Mais aussi pour les équipes dirigeantes des universités. Pour les bibliothécaires, il s’agit – et c’est considérable – d’aborder un autre continent de la planète bibliothéconomique. Dans la sphère culturelle française, ce n’est pas une évidence. Les équipes dirigeantes des universités sont marquées, de manière naturelle, par un certain classicisme en matière de bibliothèque, parce que la génération actuellement à la direction des universités est celle qui a été formée selon des principes anciens, du point de vue des ressources documentaires. Mais elles évolueront, très vite, sous une double contrainte : celle des obligations qu’entraîne le nouveau régime issu de la loi LRU ; celle de la pression du public et de ses exigences plus grandes. Ces deux contraintes se croisent et vont se rejoindre pour amener les bibliothèques à mettre le public au cœur de leurs préoccupations.

62C’est donc à une rupture symbolique que nous assistons et la réduction de cette rupture doit constituer le lieu cardinal d’évolution de la bibliothéconomie.

Notes

1 Paul Otlet, Traité de documentation : le livre sur le livre, théorie et pratique, Bruxelles, Palais mondial, 1934.

2 Anne-Marie Bertrand, Bibliothèque publique et public library : essai de généalogie comparée, Villeurbanne, Presses de l’Enssib, 2010 (coll. Papiers. Généalogies).

3 Le premier texte est la loi du 29 novembre 1873, qui institue le droit de bibliothèque. Les autres textes réglementaires sont l’Instruction générale du 4 mai 1878, les trois arrêtés du 23 août 1879 (dont l’arrêté qui fonde l’autorité, sur la bibliothèque, du recteur, assisté d’une commission dans laquelle siègent les professeurs, mais pas le bibliothécaire ; le rôle de la commission porte notamment sur les acquisitions), la circulaire du 23 avril 1880. On se reportera notamment à la mise au point qu’Alban Daumas a donnée dans « Des bibliothèques des facultés aux bibliothèques universitaires », in Dominique Varry (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 3, Les bibliothèques de la Révolution et du XIXe siècle (1789-1914), Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 2009 [1991], pp. 545-571, spécialt. pp. 552-557.

4 La dénomination actuelle est issue de la réforme de 1952, qui fait suite au statut général de la fonction publique de 1946 ; un corps unique est constitué, composé des bibliothécaires, conservateurs, conservateurs en chef. Voir à ce propos Daniel Renoult, « Les formations et les métiers », in Martine Poulain (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, t. 4, Les bibliothèques au XXe siècle, 1914-1990, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1992, pp. 421-445, spécialt. p. 422.

5 Voir l’Annuaire de l’université de Grenoble, qui donne, année après année, la liste nominative complète du personnel de l’université, dont celui de la bibliothèque.

6 Arrêté du 17 septembre 1951.

7 Le chapitre suivant, consacré à la bibliothéconomie, nous permettra d’analyser en quoi cette particularité – la bibliothéconomie trouva ses sources dans les normes techniques – présente en soi une difficulté.

8 La loi LRU a introduit d’importants changements dans le fonctionnement même des universités françaises.

9 Le passage aux RCE s’est fait par vagues successives, de janvier 2009 à janvier 2012. Depuis cette date, toutes les universités exercent en plénitude ces responsabilités et compétences élargies.

10 La loi de 1984 d’orientation de l’enseignement supérieur, qui fait suite à la loi de décembre 1968, a été suivie d’un décret d’application en juillet 1985, portant organisation de la documentation à l’université. Aux termes de ce décret, les bibliothèques sont organisées en services communs de la documentation, regroupant l’ensemble des ressources documentaires de l’université. Mais les crédits de fonctionnement des SCD restent « fléchés » par l’administration centrale.

11 Daniel Renoult, qui était alors doyen de l’Inspection générale des bibliothèques, a donné en octobre 2007 une importante interview à l’Agence de presse AEF, spécialisée dans les questions relatives à l’enseignement supérieur et à la recherche (dépêche nº 85434 du 22 octobre 2007). Il aborde dans cette interview les conséquences prévisibles de la loi LRU, nouvellement votée et promulguée, sur les bibliothèques universitaires et leur fonctionnement.

12 Traduit de l’anglais, texte introductif du site Lib-Value, consacré à l’application du retour sur investissement aux bibliothèques : [en ligne] < http://libvalue.cci.utk.edu/content/libvalue-project > (consulté le 7 décembre 2012).

13 Bruno Amable, Philippe Askenazy, « Introduction à l’économie de la connaissance »: contribution pour le rapport de l’Unesco Construire des sociétés du savoir, Paris, décembre 2003.

14 Dominique Foray, L’économie de la connaissance, Paris, La Découverte, 2009 (coll. Repères, Économie, nº 302), p. 3.

15 Bruno Amable, Philippe Askenazy, op. cit.

16 John W. Kendrick, « Total Capital and Economicgrowth », Atlantic Economic Journal, 1994, vol. XXII, nº 1, pp. 1-18.

17 Moses Abramovitz, Paul A. David, « Technological Change and the Rise of Intangible Investments: The US Economy’s Growth-path in the 20th century », in Dominique Foray, Bengt A. Lundvall (dir.), Employment and Growth in the Knowledge-basedeconomy, Paris, OCDE, 1996.

18 Maurice B. Line, « Les bibliothèques dans une économie de l’information : des bastions de la liberté et de la culture », Bulletin des bibliothèques de France, 2000, t. XLV, nº 2, pp. 17-25.

19 Hans-Christoph Hobohm, « Les bibliothèques sont-elles rentables ? : usages et valeur des services », Bulletin des bibliothèques de France, 2008, t. 53, nº 3, pp. 64-68.

20 José-Marie Griffith, Donald W. King, Speciallibraries: Increasing the Information Edge, Washington DC, Special Libraries Association, 1993.

21 Carolin Pung, Ann Clarke, Laurie Patten, « Measuring the Economic Impact of the British Library », New Review of Academic Librarianship, 2004, vol. X, nº 1, pp. 79-102.

22 Sandra Blanck, Wert und Wirkung von Bibliotheken. I : BIT Online Innovativ. Bd. 12 Neues für Bibliotheken, Neues in Bibliotheken ?, Wiesbaden, Dinges & Frick, 2006, pp. 62-65.

23 Hans-Christoph Hobohm, art. cit., p. 67.

24 Le décret nº 2007-1915, du 26 décembre 2007, fixe les conditions de recrutement et d’emploi des étudiants au sein des établissements publics d’enseignement supérieur. Il dispose dans son article premier que les présidents d’université peuvent recruter par contrat des étudiants, pour, entre autres, le service d’appui aux personnels des bibliothèques.

25 Le décret de 2007 prévoit que la rémunération « ne peut être inférieure au produit du montant du salaire minimum de croissance par le nombre d’heures effectuées ». Dans la pratique, cette rémunération fondée sur le SMIC est inférieure à celle des magasiniers.

26 RFID : il s’agit d’un système permettant, entre autres, de faciliter le prêt et le retour des documents par des automates que le public utilise avec commodité.

27 Décret du 21 septembre 2011, portant statut particulier du corps des bibliothécaires assistants spécialisés.

28 Voir notamment le chapitre 7 sur l’avenir du lieu.

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search