Version classiqueVersion mobile

Une voix qui manque toujours : journées d’hommage à Jean Gattégno

 | 
Thierry Ermakoff

6. Trente-trois ans après sa publication, relire « Du pécheur au militant »

Benoît Tuleu

Texte intégral

  • 1 Jean Gattégno, « Du pécheur au militant », Le Débat, 1981/3, n° 10, pp. 118-131. [En ligne] : < www (...)

1Je veux parler ici d’un sujet qui, s’il relève de l’intime, n’était pour Jean ni secret, ni insignifiant, ni fondamental : son homosexualité. Pour éviter l’écueil d’une approche essentialiste ou trop personnel, mon intervention s’en tiendra à ce que Jean lui-même a pu écrire sur le sujet : je remercie donc Marc Olivier Baruch et Gérald Grunberg d’avoir remis sous mes yeux l’article que Jean avait publié en 1981 dans la revue Le Débat, intitulé « Du pécheur au militant1 ».

2Il s’agit d’une synthèse sur la question homosexuelle en Occident, en particulier en France, Grande-Bretagne, Allemagne et États-Unis depuis la période moderne et surtout depuis le xixe siècle. Construit, référencé, plein d’intelligence, ce texte convoque l’histoire, la littérature, la politique, les sciences humaines et sociales, dans une forme universitaire classique mais avec un socle d’engagement militant qui, lui, ne l’est pas : la question du droit fondamental à la liberté des hommes et femmes homosexuels, en effet, n’y est pas défendue, mais elle est présente à chaque ligne comme une affaire entendue d’avance avec le lecteur, entre gens intelligents et de bonne compagnie. Le titre résume l’ensemble du propos de Jean Gattégno : la figure de l’homosexuel, homme ou femme, a évolué dans cette période de celle du pécheur que l’on punit à celle du militant qui revendique ses droits.

3Alors, trente-trois ans plus tard, dans la France du mariage pour tous péniblement mais finalement légalisé et de l’homoparentalité qui commence à avoir droit de cité, quelle lecture peut-on faire de ce texte ?

4Ce qui frappe à sa lecture, disons-le tout net, c’est sa pertinence et son actualité. Mais commençons par quelques éléments de contexte. L’article de Jean Gattégno est publié en mars 1981. La France pour encore quelques semaines est présidée par Valéry Giscard d’Estaing ; elle s’apprête à élire François Mitterrand mais pour l’instant et depuis vingt-six ans, la droite est au pouvoir. L’article 331-3 introduit par Pétain en 1942 dans le Code civil sur proposition de Darlan, et conservé tel quel en 1945 par la Quatrième République, punit d’un emprisonnement de six mois à trois ans et d’une amende de 60 à 15 000 francs quiconque aura « commis un acte impudique ou contre nature avec un individu de son sexe mineur de moins de vingt et un ans » (la majorité sexuelle pour les hétérosexuels étant à 15 ans). Le « délit d’homosexualité » légitime ainsi jusqu’en 1981 les descentes de police dans les bars et lieux de rencontre fréquentés par les homosexuels, les enfermant de facto dans la clandestinité. La violence, physique et verbale, à l’encontre des hommes et femmes homosexuels est courante et rien ne l’interdit particulièrement, au contraire : par une loi de juillet 1960, l’homosexualité est classée parmi les « fléaux sociaux » et le gouvernement est autorisé à « prendre toute mesure pour réprimer le délit d’homosexualité ».

  • 2 Notons au passage que si sur cette question le courage de Jean Gattégno et de Michael Pollak est re (...)

5C’est dire le courage qu’il faut pour signer de son nom un article aussi engagé, dans ce dossier intitulé « Histoire de l’homosexualité » au sommaire de la toute jeune revue Le Débat, en ce printemps 19812. L’article de Jean Gattégno est ainsi entouré d’un texte de l’historien archéologue Alain Schnapp sur « Une autre idée de l’homosexualité en Grèce antique » et une étude du sociologue américain Michael Pollak sur « Les vertus de la banalité », synthèse de deux recherches sur la condition des gays à la fin des années 1970. La fin du dossier est consacrée à un compte rendu par Jean-Claude Schmitt de l’article de John Boswell « Christianisme et homosexualité au Moyen Âge » publié l’année précédente aux États-Unis.

6Il est significatif que Jean Gattégno, brillant universitaire, spécialiste de Lewis Carroll et d’Oscar Wilde, ait pris part à cette publication qui fera date pour les militants de l’émancipation homosexuelle, dans un contexte où leur matériel théorique est rare. L’engagement de ces intellectuels (chercheurs, universitaires), pas nécessairement homosexuels d’ailleurs, relaie en effet un important mouvement associatif et militant, lui-même heureusement « récupéré » par les partis de gauche qui vont arriver au pouvoir. Le terrain militant est occupé par le très radical Front homosexuel d’action révolutionnaire (FHAR), et son pendant réformiste, le Comité national des homosexuels (CNH) ainsi que les Comités unis anti-répression des homosexuels (CUARH), dont les revendications sont soutenues par la Ligue des droits de l’homme. Ils constituent un maillage fragile mais présent et actif dans toutes les villes du pays. L’arsenal répressif reste entier mais ce réseau militant est soutenu par des intellectuels, des associations progressistes et des partis politiques.

7Sur les éléments de l’article eux-mêmes, mentionnons maintenant plusieurs points remarquables qui le rendent contemporain et toujours pertinent.

  • La description de la répression de l’homosexualité par la médecine, du xixe siècle à nos jours, au moyen de dispositifs atroces justifiés par les impératifs de santé publique. Rappelons que ce n’est qu’en 1992 que l’Organisation mondiale de la santé raye l’homosexualité de la liste des maladies mentales. Dans la prise en charge des « déviants » ou « pervers », le relais est également pris par une certaine psychanalyse normative qui s’abrite derrière les prises de position de Wilhelm Reich et de Jacques Lacan, qui passaient – et étrangement passent encore – pour des libérateurs.
  • La connaissance experte de la situation de la Grande-Bretagne, que ce soit sur le plan de la législation, de la morale sexuelle victorienne, de l’obsession du scandale dans la haute société anglaise… Ce miroir tendu par le spécialiste français d’Oscar Wilde et de Lewis Carroll permet de comprendre les rouages de ce qui est aujourd’hui en œuvre dans les débats sur le coming out et le outing. Il met en lumière l’incompréhensible et persistante réticence d’une partie des élites sur les questions d’énonciation et d’engagement personnel – questions que Jean Gattégno, il y a trente-trois ans, réglait avec élégance, notamment en signant cet article.
  • Au-delà de celle de la droite, cas désespéré, la dénonciation d’une certaine gauche très réservée, voire franchement hostile, sur la question de l’émancipation homosexuelle : le texte pointe par exemple les prises de position staliniennes de membres importants de la direction du Parti communiste (les Vermeersch, mais aussi Jacques Duclos, s’appuyant sur des écrits de Engels), mais aussi la frilosité des « socialistes » anglais, soucieux de préserver la famille ouvrière traditionnelle.
  • Le souci de traiter le sujet de façon globale, non seulement de façon interdisciplinaire mais sur une aire géographique étendue ; et, dans le même esprit, de réfléchir à l’ensemble du genre humain concerné, en intégrant à la réflexion la situation des lesbiennes qui est souvent le point aveugle des études sur l’homosexualité, en particulier quand elles sont conduites par des hommes. Jean Gattégno fait ici preuve d’un universalisme concret et qui apparaît très pertinent à l’heure de la convergence des luttes « lesbiennes, gays, bi, transgenres et intersexuels (LGBTI) ».

8Enfin, on peut relever avec jubilation que l’élégance et la précision du propos n’excluent pas l’humour, y compris quand il s’agit de céder à un jeu de mots au goût discutable ; ainsi, à propos des provocations des policiers américains dont la mission est de piéger les homosexuels dans leurs lieux de rencontres en se faisant passer eux-mêmes pour des gays, le texte expose que le but est « de les prendre, si j’ose dire, la main dans le sac »… En forçant à peine le trait, on pourrait dire que ce type d’humour fait partie de l’affirmation nouvelle de la condition homosexuelle. Peut-être est-il utile de rappeler ici que le mot « gay » était en 1981 en train de s’implanter en France et que son usage consiste à affirmer la gaieté dans tous les sens du terme : il s’agit d’être heureux et joyeux malgré et contre la sinistre et violente répression, et aussi malgré et contre sa version compassionnelle, plus soft, incarnée alors par Ménie Grégoire, auteure dix ans plus tôt d’une émission de radio intitulée « L’homosexualité, ce douloureux problème » (10 mars 1971).

9Plus sérieusement, l’article se termine par une réflexion sévère et malheureusement visionnaire. D’abord, Jean Gattégno constate la maladresse et la fragilité d’un front associatif militant qui en 1981 est animé par une radicalité de façade et en réalité une impuissance à se structurer en véritable mouvement. Il critique la résignation collective des homosexuels à subir les tracasseries, le harcèlement et le mépris qui sont le revers d’une tolérance a minima, sans droits réels ; cet homme épris d’engagement collectif fustige « leur stratégie individuelle permettant à beaucoup, en fait, toujours aux mêmes, de passer sans dommage au travers des obstacles ». Magistrale démonstration de conscience politique où l’on devine que ces questions abstraites sont incarnées dans des situations qu’il a quotidiennement vécues et que vivent encore bien des homosexuels.

10Enfin Jean Gattégno conclut son étude sur l’inquiétude suivante :

« En France, à l’automne 1980, les deux chambres du Parlement ont refusé d’abroger la discrimination antihomosexuelle introduite dans la loi par Pétain en 1942, le tout sans que la gauche traditionnelle s’émeuve outre mesure. Entrons-nous dans une nouvelle phase d’ordre moral ? »

11Deux mois plus tard, cette même gauche arrive au pouvoir. Elle abrogera le délit d’homosexualité le 4 août 1982 (dès juin 1981, une circulaire du nouveau ministre de l’Intérieur Gaston Defferre demande aux forces de police de cesser les interventions dans les lieux de rencontres homosexuels).

12Mais le 8 juin 1981, un mois encore plus tard, un article de la revue du Center Desease Control (CDC) d’Atlanta mentionne pour la première fois les maladies multiples dont meurent de façon inexplicable et foudroyante de jeunes hommes homosexuels aux États-Unis. À l’automne 1981, à Paris, le jeune Dr Willy Rozenbaum fait le lien entre cet article et les cas de malades auxquels lui-même est confronté.

13L’épidémie de sida a commencé. Bien sûr, elle s’étendra bien au-delà de la population homosexuelle, mais elle favorisera la propagation d’un discours de haine homophobe et plus largement d’ordre moral, répondant finalement par l’affirmative à la question inquiète de la fin de l’article de Jean Gattégno. Il y aurait beaucoup à dire sur la finesse de son analyse de la situation de 1981 : individualisme et faiblesse de l’engagement collectif, mollesse de la gauche sur la question des droits, retour possible de l’ordre moral, aggravation des discours et procédés discriminatoires devant la situation de fragilité de la population homosexuelle encore majoritairement réduite à la clandestinité.

  • 3 Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1991. (...)

14Il est difficile de dire si le parcours, du pécheur au militant, dessine aussi sur cette question intime une sorte d’autoportrait de Jean Gattégno. Montrer l’évolution de l’un à l’autre, c’est de toute façon tracer le chemin de bien des personnes homosexuelles, au-delà de sa génération. Sans doute lui-même avec sa subtilité toujours en éveil aurait-il aimé l’idée, développée dix ans plus tard par Eve Kosofsky Sedgwick dans Epistemology of the Closet3, que l’on ne sort jamais vraiment une fois pour toutes du placard, que le coming out et le chemin de l’émancipation sont à refaire presque quotidiennement, tant sont intériorisées les entraves de la condition minoritaire.

  • 4 Lors de ce colloque sont notamment intervenus Leo Bersani, George Chauncey, Eve Kosofsky Sedgwick, (...)

15Avec le recul des trente-trois ans qui se sont écoulés, on peut d’ailleurs regretter que ce travail de chercheur universitaire, précurseur et engagé, n’ait pas été poursuivi par l’émergence en France d’études et de recherches sur la question homosexuelle. C’est aux États-Unis qu’ont émergé les Gay and Lesbian Studies et les Gender Studies, qui ont d’ailleurs emprunté à des penseurs français (Foucault, Deleuze, Derrida) leurs outils théoriques. En France au contraire, la promesse qui affleure dans l’intelligence pluridisciplinaire de cet article n’a pas été tenue. Hors l’exception que constitue le colloque organisé par Didier Eribon en juin 1997 au Centre Pompidou4, le développement des études et recherches sur la question homosexuelle n’a rencontré que de l’hostilité, au nom d’un catéchisme conservateur et cocardier qui invoque l’universalisme pour mieux exercer sa domination. La dernière sinistre illustration de ce processus de blocage a été la caricature de ce champ d’étude en prétendue « théorie du genre », d’abord dans les milieux les plus homophobes et relayée ensuite un peu partout sans que les universitaires, à de rares exceptions près, ne se mobilisent contre une telle bêtise qui pourtant les menace tous, quels que soient leurs centres d’intérêt.

16Il y aurait pourtant un grand bénéfice à réfléchir sur la démarche de Jean Gattégno écrivant cet article, sur cette manière particulière de s’engager en tant qu’intellectuel et chercheur, avec des outils universitaires mais en franchissant les frontières entre le monde savant et le monde profane, entre les différentes disciplines, mais aussi entre l’intime et le social, entre l’expérience de celles et ceux qui sont homosexuels et l’intérêt solidaire de ceux qui ne le sont pas. Sa démarche procède d’un heureux et généreux amalgame qui vise, sur ce sujet comme sur tous ceux qu’il a abordés, à l’émancipation individuelle et collective. Surtout, l’effacement de Jean Gattégno derrière son sujet n’empêche pas en le relisant d’y distinguer nettement son sourire, plein d’intelligence amusée et de bienveillance.

Notes

1 Jean Gattégno, « Du pécheur au militant », Le Débat, 1981/3, n° 10, pp. 118-131. [En ligne] : < www.cairn.info >.

2 Notons au passage que si sur cette question le courage de Jean Gattégno et de Michael Pollak est resté intact comme le prouvent leurs parcours respectifs, il n’en va pas de même pour la ligne éditoriale de la revue Le Débat devenue depuis une tribune pour les pourfendeurs de la légalisation du mariage des couples de même sexe et de l’homoparentalité, habillés du vernis d’« experts » en psychanalyse ou en anthropologie. D’ailleurs la revue, bien mal nommée, avait entamé très tôt son virage néoconservateur ; dès 1990 elle était par exemple porte-drapeau des opposants les plus caricaturaux au projet d’une nouvelle Bibliothèque de France, future BnF.

3 Eve Kosofsky Sedgwick, Epistemology of the Closet, Berkeley, University of California Press, 1991. La traduction française, de Maxime Cervulle, a été publiée en 2008 par les éditions Amsterdam.

4 Lors de ce colloque sont notamment intervenus Leo Bersani, George Chauncey, Eve Kosofsky Sedgwick, Pierre Bourdieu, Monique Wittig. Les actes ont été publiés en 1998 par les éditions du Centre Pompidou.

Auteur

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search