Version classiqueVersion mobile

Une voix qui manque toujours : journées d’hommage à Jean Gattégno

 | 
Thierry Ermakoff

3. L’engagement scientifique de Jean Gattégno dans les bibliothèques

Valérie Tesnière

Texte intégral

1Le nom de Jean Gattégno, Directeur du livre et de la lecture de 1981 à 1989, reste attaché au développement de la lecture publique, secteur auquel il donne une impulsion décisive dans le contexte politiquement favorable du ministère de Jack Lang. Son engagement dans l’action publique culturelle est plus marqué par son parcours d’universitaire qu’on ne le pense, et ce, non seulement parce qu’il a été un grand traducteur de la littérature anglaise, mais aussi par son engagement personnel dans la formation des étudiants à l’université de Vincennes. Après la Direction du livre, il devient délégué scientifique de l’Établissement public de la Bibliothèque de France (EPBF), poste qui le passionne, car il y voit un prolongement de son action et un enjeu essentiel de modernisation de la recherche et de l’accès au savoir à travers un établissement phare. Ce fil rouge, fait de convictions scientifiques autant que politiques, l’a guidé de la Direction du livre et de la lecture à la direction scientifique de l’EPBF.

1. Lecture publique ?

2Le Directeur du livre qui prend ses fonctions en 1981 n’établit pas d’échelle de valeur : lire un roman peut être une forme de joie ou de bonheur, étudier et chercher une autre. D’ailleurs, pour cet excellent connaisseur du xixe siècle, la fiction peut magistralement éclairer la compréhension du passé ou du présent. La lecture publique, en bref, s’applique à toutes les formes de lecture. C’est un service public, qui concerne aussi bien l’apprentissage des savoirs que l’éveil à la culture.

3Une telle conception n’allait pas de soi en 1980. La séparation institutionnelle entre bibliothèques de lecture publique et bibliothèques universitaires et de recherche pèse alors de tout son poids. Les militants des associations professionnelles sont obnubilés par le retard français en matière de promotion de la lecture comparé aux équipements des pays d’Europe du Nord ou des États-Unis. Au sein de l’Association des bibliothécaires français (ABF), les représentants des bibliothèques territoriales sont majoritaires, les conservateurs exerçant dans les bibliothèques de recherche sont quasi absents et ceux de la Bibliothèque nationale (BN) sont davantage impliqués dans les instances internationales (International Federation of Library Associations and Institutions [IFLA]) que dans les instances nationales. La profession est peu unie. Ses divisions sont anciennes. À l’ABF, la fonction d’étude et de recherche continue d’être synonyme d’une érudition dépréciée et les bibliothèques universitaires sont perçues comme des services documentaires voués à gérer les conséquences du passage à l’université de masse. Les points communs de ces dernières avec les structures rattachées au ministère de la Culture semblent limités. En 1981, Jean Gattégno découvre une profession de bibliothécaire encore clivée par les combats des années 1970 en faveur de la promotion d’une lecture publique au profit quasi exclusif des bibliothèques municipales ou des bibliothèques centrales de prêt (Noë Richter, Michel Bouvy), assez loin des milieux d’universitaires, d’écrivains ou de militants politiques qu’il a l’habitude de fréquenter.

4Dès sa nomination, il épouse la cause de la promotion de la lecture avec enthousiasme. Lecture et non lecture publique au sens où l’entendent les professionnels des bibliothèques. Si publique il y a, c’est dans le sens d’un accès libre et ouvert au plus grand nombre, en particulier ceux pour lesquels cet accès est difficile ou malaisé (prisons et hôpitaux) ou ceux qui se désintéressent de la lecture (jeunes, c’est-à-dire adolescents, pour lesquels il crée une mission spécifique). Le développement de la lecture est un enjeu politique qui n’est pas l’apanage de l’État, même si ce dernier doit réinvestir cette mission beaucoup plus qu’il ne l’a fait jusqu’alors, en s’appuyant sur les institutions comme sur les associations. C’est à cette condition qu’il devient possible de parler de lecture publique. L’intérêt que Jean Gattégno portait aux associations, pourvu que celles-ci concourent sans sectarisme à cette finalité émancipatrice, s’est manifesté dans le soutien qu’il a apporté, par exemple, à la Bibliothèque des amis de l’instruction, dans le 3e arrondissement de Paris, en place depuis le xixe siècle. Cette anecdote n’est pas qu’un clin d’œil à Dickens. Les « amis de l’instruction » doivent être encouragés au même titre que des institutions ayant pignon sur rue. Il est en effet tout aussi légitime de lire des romans, le journal que des essais ou des manuels, au sein de structures qui œuvrent dans la même direction.

5Cette attitude très ouverte a pu susciter parfois de l’incompréhension tant était ancrée dans les associations professionnelles l’idée que les missions de l’État réaffirmées depuis la Libération et symbolisées par les BCP ne pouvaient être exercées par d’autres acteurs que des professionnels dûment formés. Le jacobinisme culturel va être ébranlé dès 1981 par la mise en œuvre de la décentralisation qui transforme les bibliothèques dites « centrales de prêt » en bibliothèques départementales de prêt. Dans une lecture très politique de la réforme, Jean Gattégno réaffirme le primat du politique et le rôle des élus des collectivités territoriales dans le développement de la lecture publique. En cela comme dans son appui aux associations, il a pu se heurter aux professionnels des bibliothèques. Il leur a surtout fait franchir un cap en leur donnant à comprendre que la diversité de pratiques de la lecture renvoie à une diversité d’acteurs, dont la légitimité est à apprécier en fonction de la philosophie qui les anime plus qu’en fonction des institutions auxquelles ils se rattachent. Cette philosophie correspond à la haute idée qu’il a d’une éducation par la lecture, quels qu’en soient les vecteurs.

2. Usages de la lecture

6En insistant sur la diversité de pratiques de lecture, on aborde une problématique émergente au milieu des années 1980, celle des usages de la lecture. Quand Jean Gattégno prend son poste de délégué scientifique à l’EPBF en novembre 1989, la notion d’« usages de la lecture » ne s’est pas imposée comme aujourd’hui parmi les professionnels des bibliothèques ou les cercles universitaires. Les sociologues, analystes des pratiques culturelles, utilisent alors les outils caractérisant leur discipline, des grilles par catégories socioprofessionnelles (CSP), pour déterminer le taux de pénétration de la lecture. Le contenu des lectures, la manière dont les gens lisent et les supports qu’ils privilégient, tout ceci est au second plan. De nombreuses études s’intéressent notamment à l’illettrisme, préoccupation pertinente du point de vue des politiques publiques, notamment de l’éducation, tandis que l’on observe avec dépit que la majorité des « gros liseurs » relève des catégories CSP+. Les promoteurs du développement de la lecture sont déroutés par ces constats quantitatifs et s’en servent dans un premier temps pour plaider leur cause. La presse se fait l’écho de ces enquêtes auprès du public ; les sociologues et les journalistes qui font autorité sont alors assez loin dans l’ensemble des recherches en cours dans les domaines des sciences cognitives, des sciences de l’information, voire de l’histoire de la lecture, qui insistent sur la diversité des usages de la lecture, dont le livre est un support parmi beaucoup d’autres. L’intérêt de ces travaux apparaîtra au grand jour avec la révolution numérique, qui apporte un nouveau regard sur enjeux des pratiques de lecture et d’appropriation des connaissances.

7Bousculant la relation au livre en tant que codex imprimé, Internet a en effet beaucoup contribué à désacraliser celui-ci, en tant que réceptacle d’une lecture suivie, et à généraliser la prise de conscience de la simultanéité de différentes formes de lecture chez un même individu : fragmentées, au long cours, rapides, lentes, avec annotations, etc. Il convient à cet égard de parler du numérique, Internet étant le vecteur de dissémination de ces pratiques nouvelles plus que leur origine. La lecture fragmentée n’est pas une nouveauté : la recherche d’une information dans une base de données ou dans un journal se pratique quotidiennement. Le numérique démultiplie les modes d’accès et de navigation dans les textes et bouscule la hiérarchie symbolique des supports imprimés, où le livre l’emporte sur le journal ou la documentation. Ainsi la lecture annotée, qui intéresse alors surtout les chercheurs en lettres et sciences humaines car l’outil numérique facilite la recherche d’occurrences dans les textes eux-mêmes et en renouvelle radicalement les modes d’appréhension. Au début des années 1990, Internet est encore dans les limbes et n’est pas entré dans la vie quotidienne. La lecture annotée par ordinateur en est à ses débuts. Jean Gattégno, désormais délégué scientifique de l’EPBF, s’y investit avec enthousiasme, en apportant un soutien public au prototype du poste de lecture assistée par ordinateur (PLAO). Il en est lui-même un expérimentateur très investi en tant que traducteur.

  • 1 Jean Gattégno, La Bibliothèque de France à mi-parcours, de la TGB à la BN bis, Paris, Éditions du C (...)

8En quoi ces réflexions développées au sein de l’EPBF comme dans d’autres laboratoires de recherche ont-elles eu une incidence sur le projet scientifique général, porté par Jean Gattégno1 ? Les problématiques de la lecture sont connues du délégué scientifique. S’y ajoute une connaissance approfondie des bibliothèques étrangères, de la British Library à la reference library américaine et d’autres grandes bibliothèques de recherche, européennes ou américaines. Ces points de comparaison permettent de proposer une organisation des espaces de lecture conforme à l’exigence démocratique du projet présidentiel. Deux niveaux seront accessibles au public. L’articulation du Haut-de-jardin et du Rez-de-jardin de la future Bibliothèque de France se fonde sur une analyse des usages et non exclusivement sur une partition des lecteurs selon des critères socioprofessionnels préétablis. Une même personne dotée d’un capital intellectuel donné peut éprouver le besoin de mixer des usages multiples de la lecture, par exemple une démarche d’approfondissement dans sa spécialité à une démarche de mise à niveau ou d’information dans un domaine proche du sien, sans même parler de l’envie de lire quelque chose de très différent encore aux antipodes de ses centres d’intérêt principaux. Elle peut être conduite à fréquenter un premier niveau de référence tout en consultant dans un second temps dans la bibliothèque de recherche des documents plus spécialisés. On peut appliquer ce schéma à toutes sortes d’individus relevant de catégories socioprofessionnelles diverses, avec des niveaux inégaux de formation : certes un chercheur, un étudiant, mais aussi un ingénieur, un chômeur en reconversion, un amateur d’histoire, etc.

  • 2 Notamment François Dagognet, Jacques Brunschwig ou Immanuel Wallerstein parmi les philosophes.
  • 3 André Miquel a été administrateur de la BN de 1984 à 1987. Le rapport sort en 1989.

9Cela n’allait alors pas de soi. Ni pour les sociologues, ni pour les politiques qui s’appuient sur les travaux de ceux-ci, ni pour un certain nombre d’intellectuels. Le concept de « bibliothèque publique de recherche », correspondant à une première appropriation de la recherche au niveau Haut-de-jardin, n’a pas été bien reçu. Au sein de l’équipe scientifique réunie autour de Jean Gattégno, c’est ainsi qu’on avait tenté de définir le niveau « grand public » de la future BnF, signifiant par là l’intérêt et la nécessité d’une « propédeutique de la recherche », d’un apprentissage démocratique des méthodes de la recherche. Reference library : le concept anglo-saxon ne passait pas davantage dans une « République des lettres » française, qui ne s’était pas encore remise des conséquences de la démocratisation de l’enseignement supérieur et qui était au fond soucieuse de ne pas trop mélanger dans un même espace de travail les professeurs ou les étudiants ou de simples citoyens, dont les comportements pourraient se révéler incompatibles. Parmi les universitaires mobilisés autour de Jean Gattégno, il s’en est pourtant trouvé un certain nombre pour considérer que le Haut-de-jardin avait une utile fonction d’information et de référence qui les conduirait à fréquenter ce niveau, avant de rejoindre le niveau du Rez-de-jardin où seraient communiqués les fonds plus rares ou plus « pointus », anciens ou issus du dépôt légal, conservés en magasin2. C’est donc l’usager qui, en fonction de l’étape de sa recherche de documentation, irait d’un niveau à l’autre. Le statut de la personne ne serait pas le seul déterminant pour définir son inscription privilégiée à l’un des deux niveaux. On ne s’appesantira pas sur la polémique qui discrédita une partie du travail produit par les équipes et les groupes de travail mobilisés par Jean Gattégno. Le rapport d’André Miquel sur la misère des bibliothèques universitaires3 a pu faire de surcroît redouter une invasion des salles par des foules d’étudiants : il contribua probablement à brouiller le message. Le plan Université 2000 permit ultérieurement à l’État, avec l’appui de la région Ile-de-France, de rendre cette crainte largement infondée. Cet exemple illustre que la démocratisation de la lecture est un combat à multiples dimensions. Lecture publique, outils au service de la recherche, il y a bien en somme des points communs.

3. Encyclopédisme, pluridisciplinarité, interdisciplinarité

10Portée par cette exigence de démocratisation de l’accès au savoir, la démarche du délégué scientifique de l’EPBF consista à mobiliser un nombre considérable d’universitaires et de professionnels des bibliothèques au sein de groupes de travail définissant les contours de la future grande bibliothèque. La question des usages de la bibliothèque rejoint ici l’enjeu de ses contenus. Le projet de Très Grande Bibliothèque (TGB) fait le pont entre un phantasme des bibliothèques, l’actualité de l’encyclopédisme des Lumières, et des enjeux scientifiques du temps présent. Le savoir contemporain, incarné dans une nouvelle bibliothèque, ne pouvait pas en effet couper les humanités des sciences sociales, ni des sciences. Cet aspect, sans doute plus méconnu, mérite qu’on s’y attarde. En effet, la place de certaines disciplines au sein de la future bibliothèque a suscité un vif débat. Tout particulièrement celle des sciences et techniques, dont un certain nombre d’historiens en particulier ne voyaient pas l’intérêt dans le nouveau temple du savoir. L’argument invoqué, non sans fondement, était que les chercheurs en sciences utilisent depuis longtemps des outils accessibles depuis leur laboratoire. Avec le recul, dans cette réaction, on peut aussi déceler une défiance forte vis-à-vis de la culture scientifique de la part des sciences humaines.

  • 4 Jean Gattégno, La Bibliothèque de France à mi-parcours, op. cit., p. 169.
  • 5 C’est ici l’occasion de saluer le travail de Francine Masson, alors directrice de la bibliothèque d (...)

11Car les premiers à se mobiliser pour soutenir le projet présidentiel ont été des chercheurs en sciences « dures », sans doute parce que l’enjeu politique d’une diffusion de la culture scientifique dans la société est pour eux fondamental, et parce que nombre d’entre eux éprouvent le besoin de sortir de leur spécialité pour la raccorder à d’autres problématiques, notamment d’ordre sociétal. Cela va toutefois plus loin. « […] Il est clair qu’il n’existe pour aucun scientifique ou lecteur scientifiquement formé de centre permettant de prendre connaissance de l’état d’une problématique scientifique dans une discipline voisine de la sienne. C’est donc à ce niveau référentiel que la Bibliothèque de France devrait se situer pour drainer un public souhaitant appréhender l’évolution de la science4. » Cette réflexion est directement issue des discussions du groupe de travail « sciences » auquel participaient des mathématiciens comme Pierre Barral, Jean-Pierre Bourguignon et les animateurs du réseau Mathdoc, le physicien Franck Laloë et bien d’autres5. En sciences, on ne se limite toutefois pas à la définition d’un niveau (référence ou recherche) ; la place des sciences au sein d’un plus vaste ensemble est débattue.

  • 6 Traduction française du concept de science studies.
  • 7 Jean Gattégno, La Bibliothèque de France à mi-parcours, op. cit.

12Jean Gattégno vient d’un univers scientifique différent des habitués de la salle Labrouste, majoritairement issus des universités de lettres et sciences humaines. Il a fréquenté la salle Labrouste de la BN mais aussi la Bristish Library, qui n’exclut des humanités ni les sciences, ni le droit ou l’économie. À l’université de Vincennes, où il a enseigné, les débats sur les enjeux de la pluridisciplinarité ou de l’interdisciplinarité ont porté bien des renouvellements de l’université française après 1968. De plus, ses engagements personnels l’ont sensibilisé aux projets pédagogiques innovants s’appuyant sur la lecture. Fort de cette expérience, il anime avec conviction le travail des commissions d’acquisitions destinées à définir la politique documentaire. On tente de cerner les disciplines en mutation, utiles aux champs des sciences humaines et sociales : « L’histoire des sciences – dotée à la Bibliothèque nationale de riches collections qui n’ont d’ailleurs pas cessé d’être enrichies – mais aussi la documentation concernant les disciplines transverses : études sur la science6, sciences cognitives, biotechnologies, pourraient constituer le socle d’un futur département des sciences », écrit Jean Gattégno7. La forte mobilisation des groupes de travail est ainsi venue de la conviction partagée par une majorité des universitaires alors sollicités qu’on ne pouvait, avec un projet d’une telle envergure, laisser de côté des champs en complète évolution. Ce sont essentiellement les biologistes et les médecins qui sont restés à l’écart de ce grand brassage d’idées nourri par les différentes commissions d’acquisitions. Ont répondu présents les philosophes et les mathématiciens déjà cités, ainsi que ceux impliqués dans le renouvellement des sciences sociales dans une approche pluridisciplinaire, et, pour les sciences, dans les enjeux d’interdisciplinarité. La place des sciences cognitives, aujourd’hui reconnue, a ainsi engendré des débats assez vifs ; la mise en cause de leur légitimité débordait largement le champ de la psychanalyse et interroge d’ailleurs sur des blocages plus généraux d’ordre épistémologique quant à la réception de la recherche interdisciplinaire.

  • 8 Christian Puech et Valérie Tesnière, « Expertise scientifique et évaluation des collections, une mé (...)
  • 9 Valérie Tesnière, « L’ouverture du site François Mitterrand. Mutations, enjeux scientifiques et org (...)

13Pour s’en tenir au registre des sciences sociales, les chercheurs en économie ou politique exprimèrent aussi leur intérêt pour les enjeux documentaires de la TGB, entre autres afin d’exploiter des sources abondantes en provenance du dépôt légal (statistiques, presse technique…), au même titre que les archives publiques. Le cas de la linguistique, discipline totalement renouvelée au cours du xxe siècle, montrait aussi que la production scientifique étrangère qui ne relevait pas de la tradition philologique avait été inégalement couverte par la veille documentaire assurée à la BN8. Dotée de moyens insuffisants, la politique d’acquisitions de cette dernière n’avait pas pu suivre, sauf dans des domaines circonscrits, portés par un noyau d’universitaires français, essentiellement historiens et littéraires. L’exemple de la linguistique révélait là aussi un malaise plus profond : un établissement national, dont la mission est d’accueillir largement au-delà d’une institution universitaire donnée, peut-il se tenir à l’écart des évolutions épistémologiques au cœur même des humanités ? Sans vouloir tout embrasser de façon exhaustive, ce qui d’ailleurs n’est pas la définition de l’encyclopédisme, le travail des commissions a fait remonter la nécessité de mettre en phase l’institution avec les enjeux scientifiques de la recherche, débattus au niveau international9.

  • 10 Notamment pour les travaux des historiens. Voir Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et soc (...)

14De façon sous-jacente se croisent au fond sans cesse des inquiétudes de divers ordres chez les intellectuels les plus hostiles au projet : d’une part, des réticences vis-à-vis d’acquis relativement récents, ce qui coïncide d’ailleurs avec le début d’un reflux éditorial dans les sciences humaines françaises10 ; d’autre part, l’enjeu de partage du savoir au-delà de l’environnement immédiat de la communauté de chercheurs avec lesquels on est en relation. Enfin, la nécessité pour la BN de s’intégrer davantage au réseau des bibliothèques françaises de recherche, qu’elles relèvent de la Culture ou de l’Enseignement supérieur, avait la même signification. D’une certaine façon, le développement d’Internet accentuera radicalement la démocratisation, qui est déjà en débat avec la Bibliothèque de France.

15C’est bien d’un engagement politique dont il s’agit tout au long de ce parcours, dont le fil conducteur est celui d’une émancipation par la lecture, condition de l’accès au savoir. Héritage des Lumières, sans nul doute, mais aussi questionnement très contemporain. Il ne faut pas s’y tromper. L’encyclopédisme tel qu’il se définit pour la BnF au tournant du xxie siècle n’est plus le même que deux siècles auparavant. C’est un choix documentaire raisonné et non une course à l’exhaustivité. Il convoque dans un registre pluriel des disciplines différentes. Il s’inscrit aussi dans un registre interdisciplinaire dans la mesure où il piste et met en valeur le renouveau de la recherche, à l’affût de ce qui bouge, à l’échelle des moyens d’une institution nationale qui se doit d’être largement ouverte. Jean Gattégno a su porter une telle ambition à la hauteur des enjeux de démocratisation des connaissances, dans la continuité de son parcours personnel autant que public. Les réalisations tant en matière de politique de la lecture qu’en politique scientifique de la BnF ont confirmé la justesse de son combat.

Notes

1 Jean Gattégno, La Bibliothèque de France à mi-parcours, de la TGB à la BN bis, Paris, Éditions du Cercle de la Librairie, 1992.

2 Notamment François Dagognet, Jacques Brunschwig ou Immanuel Wallerstein parmi les philosophes.

3 André Miquel a été administrateur de la BN de 1984 à 1987. Le rapport sort en 1989.

4 Jean Gattégno, La Bibliothèque de France à mi-parcours, op. cit., p. 169.

5 C’est ici l’occasion de saluer le travail de Francine Masson, alors directrice de la bibliothèque de l’École polytechnique après avoir exercé en lecture publique.

6 Traduction française du concept de science studies.

7 Jean Gattégno, La Bibliothèque de France à mi-parcours, op. cit.

8 Christian Puech et Valérie Tesnière, « Expertise scientifique et évaluation des collections, une méthode appliquée aux fonds de linguistique de la BnF », Bulletin des bibliothèques de France, 2000, n° 4.

9 Valérie Tesnière, « L’ouverture du site François Mitterrand. Mutations, enjeux scientifiques et organisation du travail », Jacqueline Sanson, une vie au service de la BnF, p. 57-65.

10 Notamment pour les travaux des historiens. Voir Sophie Barluet, Édition de sciences humaines et sociales : le cœur en danger : rapport de mission pour le Centre national du livre sur l’édition de sciences humaines et sociales en France, mars 2004.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search