Version classiqueVersion mobile

Une voix qui manque toujours : journées d’hommage à Jean Gattégno

 | 
Thierry Ermakoff

2. Bibliothèques et développement de la culture

Gérald Grunberg

Texte intégral

1Pour introduire cette table ronde, je citerai une des premières interventions publiques de Jean alors qu’il venait d’être nommé Directeur du livre et de la lecture. C’était lors du colloque « Lectures et bibliothèques publiques » organisé à Hénin-Beaumont en novembre 1981. Il faut se remettre dans l’ambiance très particulière de ce moment : ce colloque qui se tient dans l’effervescence de l’après-mai 1981 rassemble tout ce que la France compte de bibliothécaires et d’acteurs de la diffusion du livre.

2Jean commence par lire un court texte de Jack Lang qui déclare à l’assistance : « Deux maîtres mots résument notre politique : décentralisation et création… Pour la création, n’ayez aucun complexe. Nous savons, vous comme moi, qu’un tableau ne vit que d’être regardé, une musique d’être écoutée, un livre d’être lu. Le sort même de la création littéraire dépend de la démocratisation de la lecture. »

3Puis il enchaîne et, comme très souvent, Jean parle pratiquement sans notes. On pourrait croire qu’il va se contenter de faire valoir le résultat du débat budgétaire qui vient d’avoir lieu au Parlement. En effet, le budget de l’État consacré au fonctionnement des bibliothèques municipales (BM) venait de passer de 17,5 millions de francs en 1981 à 214 millions en 1982, le budget d’équipement de 26 millions en 1981 à 115 millions, en même temps qu’une centaine d’emplois étaient créés dans les bibliothèques centrales de prêt (BCP), etc. Pour tous les bibliothécaires de France et de Navarre, c’était enfin le démarrage tant attendu d’une grande politique en faveur des bibliothèques publiques. Or Jean rappelle ces chiffres, ce qui fait la joie des bibliothécaires, mais il ajoute immédiatement que ce qui est au moins aussi important « c’est le contexte nouveau dans lequel se font ces choses et essentiellement, la volonté de décentralisation qui commande la politique de la Direction du livre et de la lecture ». Précisant que tout le monde, acteurs de terrain comme administration, va devoir opérer une véritable reconversion, ce sont ses termes, il développe quelques points particulièrement importants. D’abord, il annonce le changement de statut des personnels et l’égalité à venir entre fonctionnaires d’État et fonctionnaires territoriaux, ensuite il se prononce sur le fait qu’il faudra redéfinir les compétences entre les échelons et repenser l’Inspection, mais il précise : « je souhaite que nous continuions, nous, service national, à avoir un rôle d’appui technique à jouer pour les bibliothèques municipales, c’est-à-dire pour les collectivités élues qui ont une Bibliothèque et qui font travailler du personnel ». Enfin, il pose frontalement une question essentielle. Je cite :

« Il est certain que si on croit que décentraliser, cela veut simplement dire transférer un certain type d’organisation de Paris vers une région ou un département, on risque d’avoir de véritables déconvenues. La décentralisation dans l’optique du Gouvernement et pour le ministre de la Culture est une mesure d’autogestion.

Cela veut dire que le problème auquel nous risquons tous d’être confrontés est une mise en question de notre compétence. Ce que je veux dire, c’est qu’il vous faut, il nous faut, trouver des structures et une attitude qui permettent qu’à la base, là où vous travaillez, les décisions auxquelles on doit arriver dans tout service collectif soient prises non par celles et ceux qui ont la compétence, mais par l’ensemble de celles et ceux qui font fonctionner et utilisent le service public… En d’autres termes, on pourrait se poser la question de ce qui fonde notre légitimité ou de ce qui est notre légitimation. Je sais que dans le milieu des bibliothécaires comme dans le milieu des enseignants dont je sors, vous avez tendance à penser et nous avons toujours tendance à penser, dans nos professions respectives, que notre science légitime le pouvoir que nous exerçons et les modalités de ce pouvoir. Je suis de ceux qui pensent que pour les enseignants c’est extrêmement contestable. Peut-être que la plupart d’entre vous sont arrivés à la même conclusion dans l’univers des bibliothèques. Je n’en suis cependant pas sûr, et je ne suis surtout pas sûr que les élus et les lecteurs en aient été convaincus jusqu’à présent. Cela veut dire qu’il nous faudra trouver d’autres sources que la légitimation. Je me trompe peut-être mais il nous manquera comme Bible en quelque sorte, notre compétence scientifique. Nous ne serons plus, vous ne serez plus, les représentants de l’État dans les BM et, vraisemblablement un jour, dans les BCP. Sur quoi alors se fondera notre pouvoir, votre autorité ? Je ne veux pas dire le pouvoir d’oppression mais le pouvoir d’organiser votre établissement. C’est une interrogation, je n’ai pas de réponse.

En dernier lieu, j’ai entendu dire, et je comprends cette inquiétude, que pour beaucoup de professionnels, l’un des risques de la décentralisation vient de ce que les élus locaux sont souvent mal informés, voire peu concernés par le problème de la lecture. On retrouve là le problème de la compétence. Il est probable que nous sommes globalement plus compétents pour parler des bibliothèques que tel ou tel élu. Il n’est pas évident du tout que nous soyons plus compétents pour parler de la lecture.

La décentralisation est un enjeu non pas technique mais politique. Si nous ne la prenons pas ainsi, nous la raterons et tant que je serai Directeur du livre et de la lecture, je m’arrangerai pour qu’on la prenne de manière politique. »

4Quelle formidable profession de foi qui vise un double objectif : affirmer la dimension politique de la question de la lecture publique, mettre en mouvement toute une profession en ébranlant ses fondements corporatistes, et ne pas craindre d’en appeler à l’utopie, l’autogestion, pour créer une dynamique.

5Quelle honnêteté en même temps. Il en faut pour accepter de n’être pas celui qui apporte toutes les réponses et pour le dire publiquement, illustrant par cette façon d’aller à contre-courant que l’autorité peut s’exercer autrement que sous la forme du sujet supposé savoir. C’est ainsi qu’il s’adressait aux bibliothécaires de lecture publique et c’est avec le même souci d’authenticité qu’il exercera sa fonction de délégué scientifique dans la conception et la réalisation de la future Bibliothèque nationale de France (BnF).

6Enfin, ce qui frappe dans ce discours, hautement politique, c’est qu’il est habité par une vision. Vision que l’histoire va d’ailleurs confirmer sur bien des points, même lorsque c’est d’une façon totalement imprévisible, je pense par exemple au rôle joué par Internet dans le rapprochement entre bibliothécaires et lecteurs. Je souligne cette dimension car c’est peut-être aussi pour cela que nous manque Jean : il était la figure trop rare d’un haut fonctionnaire qui ne s’est jamais contenté d’être un simple rouage dans cette machine si bien huilée qu’est l’administration.

7Du texte que j’ai cité, on pourrait, me semble-t-il, revenir sur quelques aspects pour illustrer l’actualité de la pensée de Jean, mesurer le chemin parcouru, se demander ce qui est dépassé et ce qui ne l’est pas et, au fond, apprécier comment nous avons fait ou non fructifier l’héritage.

8Pour ma part, je retiens plusieurs thèmes :

  • Continuité et rupture. Seuls les plus anciens se souviennent de ce qu’était la misère des bibliothèques publiques françaises avant 1981. Un rapport, commandé juste avant les élections par le prédécesseur de Jean, en donnait toute la mesure et dressait en même temps un plan très conséquent pour résorber ce retard. Ce rapport volumineux avait été rédigé par Louis Yvert, chef du service des bibliothèques à la DLL, et son équipe. Certains pressaient Jean de mettre ce rapport à la poubelle et d’attendre les conclusions du rapport qui venait d’être commandé par le nouveau ministre à Bernard Pingaud et Jean-Claude Barreau. Il n’en fit rien et, pour préparer le budget 1982 qui vit le budget de la lecture publique être multiplié par dix, il s’appuya largement sur le plan de rattrapage proposé par Louis Yvert. Ce plan proposait pour l’essentiel de développer les structures existantes : BM et BCP. Le rapport Pingaud-Barreau faisait le même constat concernant la misère des bibliothèques françaises, mais les propositions étaient pour partie différentes, notamment la construction de médiathèques régionales et la mise en place de services régionaux de coopération qui ne virent pas le jour, en tout cas pas sous la forme préconisée.
    Et de fait, si le retard a globalement bien été rattrapé dans les villes et les départements, la construction d’un réseau reliant les différents échelons, municipal (BM), départemental (BCP devenues bibliothèques départementales de prêt [BDP]), régional, national (BnF), n’a pas connu le même succès. Alors que s’ouvre une nouvelle phase de décentralisation qui va mettre en avant les régions et redéfinir les compétences des différents échelons territoriaux, cette question revient en pleine lumière. Elle ne saurait se poser aujourd’hui sans envisager toutes les catégories de bibliothèques, y compris les bibliothèques universitaires. On se souvient que Jean Gattégno avait souhaité avec Denis Varloot, alors responsable des bibliothèques universitaires, créer cette réflexion globale qu’il encouragera également lors de la création de la future BnF. Que faut-il en penser aujourd’hui ?
  • Maintien du rôle de l’État. Jean sait que l’État doit accompagner l’effort de rattrapage et, tout convaincu qu’il soit du bien-fondé de la décentralisation, il ne ménagera pas sa peine pour faire en sorte que soit institué en faveur des BM un régime dérogatoire au droit commun de la décentralisation. C’est le fameux concours particulier au bilan plus que positif. Quid aujourd’hui de ce dispositif qui devait au départ être transitoire ? Au-delà de ce dispositif, de la décentralisation des BCP, des tentatives de faire évoluer le régime des BM classées, etc., existe-t-il encore une question de décentralisation en matière de bibliothèques et de lecture ?
  • Le rôle des élus. On l’a vu dans le texte que j’ai cité, Jean avait un immense respect pour les élus dont il estimait que la légitimité était très supérieure, du fait du suffrage universel, à celle que confère le savoir professionnel (faut-il y voir l’influence de Debord et de sa critique des experts ?). Comment se sont finalement calés dans le temps les rapports entre bibliothécaires et élus ? Jean ne se contentait pas d’appeler au respect des élus, il a multiplié les démarches pour les écouter et les associer à la mise en œuvre de la politique du livre et de la lecture. Non seulement il répondait à toutes les invitations d’élus, dans la plus grande comme dans la plus petite des communes, mais il fit également plusieurs tentatives pour mettre en place des structures de concertation permanente. Quelle forme cela pourrait-il prendre aujourd’hui ?
  • L’évolution du métier de bibliothécaire. On imagine mal aujourd’hui le choc que fut pour une bonne partie de la profession le discours d’Hénin Beaumont, son appel à redéfinir la légitimité du bibliothécaire, son exhortation à inventer de nouvelles pratiques qui associent les lecteurs (on dirait aujourd’hui les usagers…). C’est la même conviction qui l’anima envers les chercheurs et les universitaires lorsqu’il s’est agi de définir la future BnF. Au-delà des avancées contingentes que permet le Web participatif, qu’en est-il aujourd’hui de la volonté politique sur ce point ?

9J’aimerais pour terminer cette introduction évoquer encore deux aspects qui ne sont pas directement traités dans le discours d’Hénin Beaumont.

10Le premier concerne le rapport de Jean, homme de culture s’il en fut qui jamais n’opposa modernité et classicisme, à l’importance qu’il convenait d’accorder à la création architecturale pour les bâtiments de bibliothèques. C’est véritablement sous son impulsion que fut dépassée, non sans peine, la vulgate très répandue qui voulait que pour être fonctionnel un bâtiment devait le plus possible ressembler à une boîte à chaussures. Une génération de BM et de BCP a vu le jour qui a contribué à la création architecturale dans notre pays. En retour, la qualité architecturale de ces équipements a contribué à en modifier l’image. Comment évaluer aujourd’hui cette dimension ?

11Le second regarde la question de la lecture dans son ensemble. Jean a essayé avec la générosité qui le caractérisait de favoriser l’approche la plus englobante possible, faisant une place réelle à ce que l’on appelait le « tiers réseau » : bibliothèques de comités d’entreprise, bibliothèques de prisons et d’hôpitaux, bibliothèques de rue, etc. Jamais les animateurs de ces bibliothèques n’ont autant été regardés comme partenaires à part entière. Que sont-ils devenus ? En fait, nous voyons de nouvelles formes de solidarité par la lecture émerger, à côté, en dehors, des politiques publiques. En d’autres termes, de quoi Bibliothèques sans frontières, qui fait au demeurant un travail admirable, est-elle aujourd’hui le nom ?

12Pour illustrer cette introduction mais surtout la corriger, la compléter et apporter des éléments de réponses aux questions posées : Valérie Tesnière, Denis Llavori, Nicolas Galaud vont apporter leurs éclairages.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search