Version classiqueVersion mobile

La conception des documents pour le Web

 | 
Aline Chevalier

Conclusion

Texte intégral

1Ces trente dernières années ont été marquées par l’expansion des documents électroniques et du Web, en particulier dans les milieux professionnels, éducatifs et culturels. Cet essor a eu pour conséquence une intégration de ces documents aux formations (notamment avec le e-learning que cela soit à l’université ou dans le secteur privé) ainsi qu’à diverses activités professionnelles. Ce faisant, pour une grande partie d’entre nous, ces documents font partie de notre quotidien. Cependant, ils se sont très rapidement révélés difficiles à utiliser en générant, notamment, des erreurs pour trouver les informations. Cela a conduit les chercheurs en psychologie cognitive à s’y intéresser.

2Les difficultés d’utilisation de ces documents peuvent être attribuées, en partie au moins, à leur complexité : un grand nombre d’informations textuelles, imagées, vidéos et sonores peuvent être présentées simultanément. Cela se complique encore davantage dès lors que ces documents sont ouverts, comme c’est le cas des sites Web. En effet, on peut sortir d’un site sans s’en rendre compte et se trouver perdu(e), non plus dans le site, mais sur le Web.

3Nous avons choisi de contribuer à ce champ de recherche en nous intéressant à l’activité que développent les concepteurs pour créer des sites Web, sans pour autant négliger les utilisateurs.

4Comme nous l’avons souligné dans l’introduction de cet ouvrage, plusieurs questions ont motivé, et motivent encore, ces recherches :

  • quelle activité cognitive développent les concepteurs ? Quelles difficultés rencontrent-ils ? Comment les expliquer ?

  • comment les aider à considérer les besoins des futurs utilisateurs sans pour autant perturber ou alourdir leur activité ?

  • quelle est la place de et pour l’esthétique dans l’utilisation et la conception de documents pour le Web ?

5À l’issue de la lecture de cet ouvrage, que peut-on conclure par rapport à ces trois questions ? Vers quelles pistes de recherche s’orienter ?

6Tout d’abord, on peut noter que les concepteurs du Web ont souvent peu, voire pas de connaissances en ergonomie des interfaces, car les formations intègrent encore peu cette discipline. Malgré cela, les concepteurs, qu’ils soient débutants ou professionnels, sont conscients de la nécessité de prendre en compte les besoins des futurs utilisateurs (au moins en termes d’utilisabilité et d’attractivité des informations). Néanmoins, les concepteurs rencontrent des difficultés à considérer les contraintes liées aux utilisateurs, en particulier celles liées à l’ergonomie. Les concepteurs se focalisent principalement sur la satisfaction du commanditaire. Des explications d’ordre social et cognitif sont avancées.

7Explication 1 : le commanditaire étant la première personne à évaluer la maquette de sites Web, les concepteurs s’attacheraient à satisfaire ses attentes, même si cela se fait au détriment des futurs utilisateurs. En outre, compte tenu que les concepteurs ont davantage l’habitude d’interagir avec des commanditaires, il est plus aisé d’un point de vue cognitif d’anticiper les besoins du commanditaire (en inférant de nouvelles contraintes) que ceux des futurs utilisateurs. En effet, certains besoins étant récurrents d’un commanditaire à l’autre, les concepteurs ont pu acquérir, en particulier avec l’expertise, des connaissances transférables entre les projets de conception.

8Explication 2 : plus les concepteurs rencontreraient de difficultés à changer de points de vue (difficulté liée à la flexibilité cognitive), plus ils se focaliseraient sur le développement d’une solution orientée vers le commanditaire et moins ils prendraient en compte les utilisateurs. Ainsi, il semble pertinent d’essayer d’aider les concepteurs à changer de points de vue. Pour cela, les systèmes DENIM et OUTPOST semblent pertinents, car ils permettent que les maquettes papiers soient transportables sur support électronique, en particulier, que les pages papiers soient liées par des liens hypertextes. Ainsi, le fait de naviguer à l’intérieur de maquettes non élaborées pourrait aider les concepteurs à identifier certains problèmes de navigation et à les corriger. Comme nous avons pu l’observer avec l’étude conduite avec le système MetroWeb, le fait de donner la possibilité de consulter des recommandations ergonomiques aide les concepteurs à considérer cet aspect [Chevalier, 2009b].

9Ces deux explications ne sont pas exclusives, au contraire elles peuvent être fortement liées. Les concepteurs, considérant le commanditaire comme l’acteur prioritaire à satisfaire, ont pu développer des schémas de connaissances liées aux besoins de ce dernier. Ainsi, au cours des phases amont du processus de conception, il serait plus aisé de s’attacher à satisfaire cet acteur, ce qui aurait pour conséquence d'encourager les concepteurs à changer peu souvent de points de vue et à développer une solution centrée sur le commanditaire.

10Il paraît donc nécessaire d’aider les concepteurs à changer de points de vue pour davantage considérer les futurs utilisateurs et cela dès le début du processus de conception où les orientations choisies vont impacter la suite du processus de conception et, ce faisant, le produit final. Pour cela, on a pu noter que mettre à disposition des recommandations et critères ergonomiques, que cela soit sous forme papier ou informatisé, aide les concepteurs à davantage considérer les futurs utilisateurs et à créer des pages Web comportant moins d’erreurs ergonomiques que ceux qui ne disposent pas de ces outils (cf. chapitre 5). Ces résultats sont encourageants et devraient conduire à la mise en place de nouvelles études pour affiner ce point.

11Ainsi, des aides à l’autoévaluation centrée utilisateurs du site en cours de création pourraient être intégrées aux différentes phases d’évaluation proposées sur la figure 5 (chapitre I).

  • 1 Un système est efficace quand il permet aux individus d’atteindre les objectifs poursuivis (et pour (...)

12Les aspects ergonomiques sont centraux pour une utilisation efficace et efficiente1 d’un site Web. Il ne s’agit pas des seuls aspects qui entrent en considération et qui influent sur la navigation des internautes, d’autres points sont également importants à considérer, tel que l’esthétique (cf. chapitre 6). Les relations entre esthétique, utilisabilité, satisfaction/préférence et performances ne sont pas encore bien établies. La littérature scientifique rapporte des résultats contradictoires. Néanmoins, les travaux s’accordent sur le fait que l’esthétique influe sur la satisfaction des internautes et impacte le succès du produit conçu [Norman, 2004]. Cela implique donc de s’intéresser aux relations entre ergonomie et esthétique en conception pour essayer de faire en sorte que les sites Web soient les plus simples possibles à utiliser tout en étant beaux et attractifs pour les internautes. Trop peu d’études sont conduites visant à déterminer de façon plus précise comment les concepteurs considèrent l’esthétique et comment les y aider sans que cela se fasse au détriment de l’ergonomie du site. Il s’agit d’une voie de recherche à approfondir qui semble prometteuse, tant sur le plan des connaissances fondamentales que des retombées appliquées qu’elle engendrera.

13Tout au long de cet ouvrage, nous avons parlé de critères et recommandations ergonomiques à considérer lors du développement d’un site Web pour que celui-ci soit adapté aux futurs utilisateurs. On a pu noter que les concepteurs créent des pages Web qui comportent un certain nombre d’erreurs ergonomiques. Une question que l’on peut légitimement se poser est la suivante : est-ce que toutes ces erreurs ont le même niveau d’impact sur l’activité cognitive des utilisateurs ? Certaines erreurs ne génèrent-elles pas plus de conséquences négatives que d’autres ?

14Nielsen [1993, 2003] note que les erreurs ergonomiques peuvent être de niveaux différents de sévérité. Le niveau de sévérité résulte d’une combinaison de trois facteurs :

  • la fréquence du problème : est-il commun ou rare ?

  • l’impact : l’utilisateur peut-il facilement le surmonter ou pas ?

  • la persistance : l’utilisateur sera-t-il face à des difficultés à plusieurs reprises dues à l’erreur ou arrivera-t-il à la dépasser une fois pour toutes ?

15Ce même auteur propose de catégoriser la sévérité des erreurs ergonomiques en fonction de leur impact sur les utilisateurs qui la rencontrent et de la proportion d’utilisateurs qui la rencontrent (tableau 8).

Tableau 8. Sévérité des erreurs ergonomiques (tableau adapté de Mariage [2005a])

Tableau 8. Sévérité des erreurs ergonomiques (tableau adapté de Mariage [2005a])

16Le problème majeur avec cette catégorisation réside dans le fait que si peu d’utilisateurs éprouvent d’importantes difficultés face à une erreur ergonomique donnée, celle-ci sera jugée comme étant d’une sévérité faible. Or, si on prend l’exemple d’un site Web destiné à une population allant des adultes jeunes aux âgés, comme c’est le cas par exemple d’un site Web d’une municipalité ou d’un site commercialisant des produits grand public, il est possible qu’une proportion importante d’adultes âgés rencontrent de sévères difficultés de navigation dues à des erreurs ergonomiques précises, alors que très peu de jeunes y seront confrontés. Cependant, parmi les utilisateurs, il y a une proportion moins importante d’adultes âgés que de jeunes (bien que les internautes âgés soient de plus en plus nombreux), ce faisant, cette erreur n’aura perturbé l’activité de navigation que d’une proportion faible d’utilisateurs. Ainsi, même si cette perturbation a un impact important sur les individus qui la rencontrent, elle sera jugée d’une sévérité faible (selon l’approche de Nielsen [1993, 2003]). Ce jugement pourra conduire le concepteur à ne pas y prêter attention, en particulier s’il doit faire face à une quantité importante d’erreurs à corriger.

17On voit bien, à travers cet exemple, la limite d’une telle catégorisation qui consisterait à ne pas attacher trop d’importance à des erreurs générant d’importantes difficultés pour naviguer concernant une faible proportion d’utilisateurs. Or, cette proportion concerne toute une partie, en expansion, d’un profil particulier d’utilisateurs du Web.

18Enfin, les recommandations ergonomiques que l’on trouve dans la littérature n’ont pas fait l’objet d’une pondération à partir d’études systématiques auprès d’utilisateurs. Or, afin de pouvoir réaliser un système d’aide à l’activité des concepteurs qui soit en mesure d’évaluer leurs maquettes électroniques, notamment sur les aspects ergonomiques, il paraît indispensable de déterminer l’importance, ou la sévérité, des erreurs ergonomiques et cela, en fonction même du profil des utilisateurs concernés, mais également en fonction des objectifs du site (site à visée commerciale, site d’université, etc.).

19Comme le lecteur aura pu le noter, de nombreuses recherches restent encore à conduire pour parvenir à répondre aux différentes questions posées pour mieux comprendre les traitements impliqués par ces documents et, ainsi, pouvoir les faciliter. Bien que nous n’en ayons pas parlé dans cet ouvrage, ces questions sont particulièrement vives avec le Web 2.0 qui a eu comme conséquence le fait que les utilisateurs deviennent également des sources de diffusion d’informations.

Notes

1 Un système est efficace quand il permet aux individus d’atteindre les objectifs poursuivis (et pour lesquels il a été conçu). L’individu atteint ses objectifs avec efficience quand un minimum de charge cognitive (ou de difficultés) a été mobilisée pour cela.

Table des illustrations

Titre Tableau 8. Sévérité des erreurs ergonomiques (tableau adapté de Mariage [2005a])
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1724/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search