Version classiqueVersion mobile

La conception des documents pour le Web

 | 
Aline Chevalier

Chapitre VI. Ergonomie et esthétique, quels liens ?

Texte intégral

Selon Cross [2002], la conception est rhétorique, c'est-à-dire qu'elle doit persuader : le produit peut être inutile, mais beau !

1Les aspects esthétiques concernant le Web et, plus généralement, les interfaces informatiques, ont été laissés de côté jusque vers le milieu des années 1990. Ce sont les travaux de Kurosu [1995] qui ont aidé à l’émergence de ce concept dans le champ IHM. Depuis cette période, le nombre de recherche s’intéressant à l’impact de l’esthétique sur l’activité des utilisateurs n’a cessé de croître.

2La norme ISO/TR 9241-310 : 2010 (Ergonomie de l'interaction homme-système) consacre même une partie à l’esthétique (Partie 310 : Visibilité, esthétique et ergonomie des défauts de pixel).

3Ainsi, l’esthétique ne peut plus et ne doit plus être mise de côté, au contraire, il semble pertinent de s’intéresser aux liens entre ergonomie et esthétique.

Introduction

4Le terme « esthétique » apparaît pour la première fois dans les écrits du philosophe allemand Baumgarten en 1735 [cité par Talon-Hugon, 2008]. Mais c’est au xviii e siècle que l’esthétique naît. Esthétique provient du grec aisthêsis (sentir, percevoir).

5L’esthétique est une notion ancienne qui est souvent associée aux activités et produits artistiques, bien que des évolutions importantes aient eu lieu. En effet, le jugement esthétique chez les philosophes grecs était davantage basé sur la fonctionnalité et l’utilité de l’œuvre que sur la créativité de l’artiste. Cependant, durant la Renaissance, les « belles conceptions » devaient s’appuyer sur les lois de la nature.

6Dans le domaine artistique, l’esthétique fait référence à quelque chose de beau (comme dans le sens commun) par opposition à l’utile et au fonctionnel.

7La philosophie s’intéresse beaucoup à l’esthétique. Selon cette approche, on assiste à un débat entre une esthétique objective et une esthétique subjective.

8Durant la Renaissance, la beauté se trouve dans les propriétés objectives de l’objet. Ce qui prime ici est avant tout l’ordre, la proportion, la symétrie. Ainsi, l’esthétique peut se mesurer grâce à des formules mathématiques. En revanche, au XVIIIe siècle pour les philosophes Kant et Hume, la beauté ne réside pas dans l’objet mais est issue de la perception de l’individu.

9De nos jours, les théories de l’esthétique supposent une interaction entre la perception de l’esthétique qui dépend du stimulus et les caractéristiques de l’individu.

10Selon une perspective d’analyse empirique de l’esthétique, on distingue deux types d’approches :

  • l’approche expérimentale, qui étudie la perception objective de l’esthétique. Elle apparaît au xix e siècle. Son but est d’identifier les lois générales qui gouvernent les préférences esthétiques. On manipule et isole les caractéristiques esthétiques d’un objet pour en étudier les effets sur les préférences d’un évaluateur. La théorie de la Gestalt va à l’encontre du fait d’isoler les éléments esthétiques. Selon cette théorie, une totalité ne peut se réduire à la simple somme des stimuli perçus : il faut percevoir l’esthétique d’un objet dans un ensemble plutôt que dans ces particularités ;
  • l’approche exploratoire, qui étudie la perception subjective de l’esthétique. Elle a pour objectif de trouver les facteurs caractérisant la perception de l’objet à évaluer. Ici, on s’intéresse aux jugements et non à la propriété esthétique d’un stimulus.

11Progressivement, on a vu apparaître une tension entre la forme et la fonction. Cette tension est croissante depuis de nombreuses années dans le champ de la conception d’artefacts ([Lucie-Smith, 1983 ; Petroski, 1993] cités par Tractinsky [2000]).

12C’est avec la révolution industrielle et la production de masse que l’on a pu assister à une scission entre la fonctionnalité d’un produit et sa valeur esthétique. C’est seulement au début du XXe siècle qu’il y a eu introduction de la dimension esthétique dans la production de biens de consommation. Cette dimension visait à satisfaire les exigences des consommateurs et à augmenter les ventes. L’esthétique est perçue dorénavant comme un facteur d’augmentation des ventes en permettant une meilleure satisfaction des consommateurs.

13La psychologie n’a pas laissé l’esthétique de côté, bien que cela soit plus récent. Par exemple, dans une étude exploratoire menée sur la perception de l’esthétique dans le domaine architectural, quatre dimensions de l’évaluation de l’esthétique de vingt buildings représentant de nombreux styles architecturaux ont été mis en évidence [Oostendorp, 1978] : la clarté, la complexité, la familiarité, le ton « hédoniste » de la conception.

14D’autres études en psychologie ont montré que la beauté ou l’esthétique influencent les jugements humains envers autrui (cf., par exemple, [Dion, 1972 ; Hamermesh, 2003]) ou envers des produits quotidiens (cf., par exemple, [Helander, 2003 ; Norman, 2004].

15En ce qui concerne plus particulièrement notre propos, Internet et son développement, on remarque une évolution identique dans la conception de pages Web. Ainsi, dans les années 2000, les recherches dans le champ HCI ne concernaient principalement que l’utilisabilité des sites. Peu à peu, on assiste à un accroissement d’intérêt pour les recherches sur l’esthétique avec un pic de publications ces cinq-six dernières années.

Esthétique, utilisabilité et systèmes d’informations

16Pendant de nombreuses années – et dans une moindre mesure actuellement– des chercheurs, et concepteurs, pensaient que l’esthétique pouvait avoir des effets préjudiciables sur les performances et l’efficacité des systèmes informatiques et des sites Web ; par exemple, l’effet arbre de Noël selon lequel différentes couleurs et clignotements perturberaient l’utilisateur en le détournant de sa tâche initiale.

17Compte tenu des réticences à intégrer les aspects esthétiques dans la conception d’interfaces informatiques, beaucoup de chercheurs ont laissé de côté l’étude du rôle du look and feel ainsi que celui de l’esthétique sur les performances des utilisateurs des systèmes d’informations ; ce n’est que récemment que des études ont été conduites et publiées. Pourtant, si l’utilisabilité d’un site permet de rendre les tâches faciles à l’utilisateur, du point de vue de l’ergonomie, l’esthétique engendre aussi une certaine satisfaction à l’utiliser. La préférence d’un site sur un autre, pourrait en partie être liée à cette valeur esthétique. En effet, Jordan [1998] souligne qu’un produit utilisable n’est pas forcément un produit agréable. L’utilisabilité et l’esthétique devraient être considérées dans le développement de produits agréables qui affectent la décision d’acheter. En réalité, ces deux aspects, utilisabilité et esthétique, influent depuis bien longtemps sur l’appréciation d’un produit, mais ce n’est que très récemment que la psychologie ergonomique et le champ IHM s’y intéressent. Leur rôle a augmenté au cours du XXIe siècle avec le développement des (nouvelles) technologies.

18Dans cette direction, Liu [2003] expose longuement l’importance de l’esthétique en ergonomie et souligne la création d’une nouvelle discipline qu’est l’ « ingénierie esthétique ». L’objectif principal de cette nouvelle discipline est l’utilisation de méthodes scientifiques, en ingénierie et mathématiques en particulier, pour identifier et quantifier de façon systématique le rôle des facteurs esthétiques dans la conception de systèmes. Ainsi, la psychologie cognitive et l’ergonomie ont leur place à jouer dans l’étude de l’esthétique sur la conception et l’utilisation de documents électroniques tels que ceux pour le Web.

19Avant de présenter des études visant à déterminer quels facteurs influent sur la perception de l’esthétique et de l’utilisabilité, nous allons aborder un point essentiel qui est l’évaluation de l’esthétique.

Comment évaluer l’esthétique, en particulier pour le Web ?

20Pour évaluer l’ergonomie d’un système ou le niveau de créativité d’un produit, on fait souvent appel aux jugements de plusieurs experts dans les domaines concernés par l’évaluation. Pour l’esthétique, cela est également le cas, mais d’autres méthodes existent.

21Selon Liu [2003], l’évaluation esthétique d’un produit ou d’un système doit être interactive, en ce sens où le consommateur, comme l’évaluateur, ne doivent pas être de passifs examinateurs de l’objet à évaluer. Au contraire, ils doivent interagir avec le produit – cette interaction peut influer sur l’évaluation portée.

22Pour d’autres auteurs, tel que Zajonc [1980], l’évaluation esthétique semble reposer sur des processus très rapides et inconscients. Dans ce cas, il ne serait pas nécessaire d’utiliser le système ou le produit à évaluer.

23Un débat existe entre utiliser ou ne pas utiliser le produit pour pouvoir évaluer son esthétique.

24Quelle que soit la position adoptée, il est nécessaire de disposer d’outils pour évaluer la perception de l’esthétique.

25Dans le cadre du Web et à partir d’une revue de la littérature, Lavie et Tractinsky [2004] ont développé une échelle multidimensionnelle pour évaluer l’esthétique d’un site.

26Les études conduites par Lavie [2004] permettent de distinguer deux dimensions dans la perception esthétique d’une interface Web :

  • la première dimension, l’Esthétique Classique à laquelle on associe des adjectifs comme esthétique, plaisant/agréable, propre, clair, symétrique. Elle contribue à la compréhension du système tout en réduisant l’ambiguïté ;
  • la deuxième dimension, l’Esthétique Expressive, est le reflet de la créativité des concepteurs, de leur originalité ainsi que de leur capacité à se dégager des conventions de conception. On associe à cette dimension des adjectifs comme créatif, original, sophistiqué, fascinant. Cette dimension vise à accroître l’éveil/excitation et l’implication dans le système.

27Ces deux dimensions ont permis aux auteurs de développer et de valider un outil pour évaluer l’esthétique Web (cf. tableau 7 pour la présentation de l’échelle) :

Tableau 7. Items composant l’échelle mesurant l’esthétique classique et l’esthétique expressive de Lavie [2004] (notre traduction).

Tableau 7. Items composant l’échelle mesurant l’esthétique classique et l’esthétique expressive de Lavie [2004] (notre traduction).

28Les participants doivent donner leur degré d’accord pour chacune des affirmations sur une échelle de type Lickert en sept points.

29En plus de ces deux dimensions relatives à l’esthétique, l’outil développé par Lavie [2004] propose d’évaluer :

  • l’utilisabilité à l’aide de cinq items. Exemple d’affirmation : Ce site est pratique ;

  • l’agréabilité de l’interaction à l’aide de cinq items. Exemple d’affirmation : Je trouve l’interaction avec ce site plaisante ;

  • la qualité du service avec cinq items. Exemple d’affirmation : Le site fournit des informations fiables.

30Lavie et Tractinsky [2004] montrent que les deux dimensions esthétiques sont fortement corrélées avec le plaisir de naviguer chez les utilisateurs. En outre, la dimension esthétique classique est fortement corrélée avec la perception de l’utilisabilité [Kurosu, 1995 ; Lavie, 2004 ; Tractinsky, 2000]. Cette forte corrélation peut être expliquée par le fait que certains items sous-jacents à l’esthétique classique sont fortement liés à l’utilisabilité (par exemple, clarté, symétrie).

31Malgré l’élaboration de cette échelle, d’autres outils, que l’on peut qualifier de « plus simples », existent et sont utilisés. Par exemple, dans une étude conduite par Thielsch [2010], les participants, confrontés à plusieurs pages de sites, devaient indiquer leurs évaluations esthétiques sur une échelle en 7 points allant de (1) très plaisant à (7) très déplaisant. Cette échelle était constituée d’un seul item contrairement à celle de Lavie [2004], où plusieurs dimensions composent cette échelle.

Un produit utile et utilisable est-il forcément beau et réciproquement ?

32D’après l’approche Fonctionnaliste, développée par l’architecte Louis Sullivan à la fin du xixe siècle [Osborne, 1968], si un objet fonctionne efficacement et si ses attributs sont réduits à ceux permettant son fonctionnement et son utilisation, alors cet objet est beau. Selon ce courant, « ce qui est utilisable est beau » : l’utilisabilité entraînerait l’esthétique. Pour Norman [2004], l’esthétique doit venir une fois l’utilisabilité assurée, car pour qu’un produit connaisse un vif succès, il ne doit pas seulement être facilement utilisable, il faut aussi qu’il soit plaisant. Nielsen [2000] soutient également l’idée que ces deux dimensions – esthétique et utilisabilité – seraient nécessaires à la conception de sites Web. Aussi, la perception de l’esthétique de l’interface serait-elle fortement déterminante dans le plaisir et la préférence de l’utilisateur et influencerait sa perception de l’utilisabilité du site.

33Les recherches en IHM font aussi débats sur la montée d’exigences esthétiques. L’esthétique sur le Web a été peu étudiée jusqu’aux années 2000 car elle serait perçue comme pouvant nuire à l’ergonomie des sites Web [Tractinsky, 2000]. Cependant, depuis ces dernières années, les recherches en esthétique relatives au Web commencent à s’intensifier. Les premiers chercheurs à relever la relation entre esthétique et utilisabilité sont Kurosu et Kashimura [Kurosu, 1995] dans une étude sur les guichets de banques automatiques (automated teller machine, ATM). Grâce à une analyse de corrélation, ils remarquent que l’utilisabilité subjective (la perception de facilité d’utilisation des ATM) est davantage corrélée avec les aspects esthétique (coefficient de corrélation r=0.59) que l’utilisabilité objective (l’utilisabilité mesurée objectivement du système).

34Dans la continuité, Tractinsky [1997] a conduit trois expériences successives auprès d’utilisateurs japonais et israéliens afin de valider les résultats de l’étude de Kurosu [1995]. Leurs résultats corroborent ceux obtenus par Kurosu [1995] : de fortes corrélations ont été mises en évidence entre l’esthétique perçue de l’interface et l’utilisabilité perçue du système. Les auteurs mettent ces résultats en perspective avec la théorie de Zajonc [1968], selon laquelle plus une personne est confrontée à un produit, plus elle appréciera ce produit. Cependant, comme Hassenzahl [2004] le souligne, il est possible que les tâches à effectuer par les sujets de ces études aient été trop simples pour générer suffisamment d’erreurs, de stress ou frustration qui auraient pu affecter la perception de l’utilisabilité et de l’esthétique du système utilisé. En effet, Hassenzahl [2004] montre qu’après une réelle utilisation du produit la satisfaction de l’utilisateur est davantage affectée par la perception de l’utilisabilité que par la perception de l’esthétique.

35Lindgaard et al. [2006] ont montré que les internautes se construisent une impression esthétique immédiate (en 50 msec.). Cette impression reste stable avec d’autres expositions. Tractinsky et al. [2006] ont répliqué ces résultats et ont montré que la perception de l’esthétique était stable de 50 msec. à 10 sec. d’exposition.

36Une étude conduite par De Angeli [2006] met en évidence que les styles d’interaction (un menu classique ou un menu avec des animations et métaphores) avec des sites Web présentant des informations identiques montrent que les perceptions de l’esthétique expressive et de l’utilisabilité sont plus hautement notées quand les utilisateurs interagissent avec le site présentant un menu classique.

37Par contre, une étude conduite par Dillon [2001] met en évidence que la perception de l’utilisabilité et la perception de l’esthétique sont deux mesures de l’expérience utilisateur avec toutefois des discordances entre ces différentes mesures. Lindgaard et al. [2003] ont pu également montré que, malgré le fait que la perception de l’esthétique affecte la satisfaction de l’utilisateur, cela ne conduit pas à une haute perception de l’utilisabilité.

38Par conséquent, on peut noter des différences en termes de résultats empiriques quant aux liens entre utilisabilité et esthétique et leurs conséquences sur les préférences des utilisateurs, que cela soit avant ou après l’utilisation du système (cf. figure 19).

Figure 19. Synthèse des résultats concernant les relations entre perception de l’utilisabilité, de l’esthétique et des préférences utilisateurs.

Figure 19. Synthèse des résultats concernant les relations entre perception de l’utilisabilité, de l’esthétique et des préférences utilisateurs.

39Dans la continuité de ces travaux et de ce débat, Lee et Koubek [2010] ont conduit une étude expérimentale dans laquelle ils ont fait varier le niveau d’utilisabilité du site (haut versus faible) ainsi que son niveau d’esthétique (haut versus faible). Ainsi quatre versions d’un même site, présentant des informations liées aux allergies, ont été construites. Pour faire varier les deux niveaux d’esthétique des sites, les auteurs ont choisi d’utiliser des couleurs différentes, une luminosité et une saturation des couleurs différentes, ainsi que des polices de caractères différentes. Des couleurs chaudes étaient utilisées pour le site hautement esthétique et des nuances de gris pour celui faiblement esthétique.

40L’objectif principal de leur étude était de déterminer le rôle et les relations entre perceptions de l’esthétique, de l’utilisabilité et les préférences des utilisateurs avant et après l’utilisation du site. Pour cela, les auteurs ont repris une partie du questionnaire esthétique de Lavie [2004] ainsi que certains items du questionnaire d’utilisabilité développé par Lewis [2002] (Post-Study System Usability Questionnaire). Pour évaluer la préférence de l’utilisateur, une échelle composée d’un item était proposée aux participants. Les participants devaient remplir ces différentes mesures avant et après avoir utilisé le système. L’utilisation consistait à rechercher quatre informations dans le site (exemple de scénario : « Imaginez que vous souhaitiez obtenir des informations sur différentes sortes d’allergies. Trouvez des informations sur ces différentes formes et double cliquez sur “Eczema” »).

41Les principaux résultats montrent qu’avant de naviguer, les utilisateurs qui perçoivent le site comme utilisable l’évaluent également comme plus esthétique que ceux qui le perçoivent comme moins utilisable. De la même façon les perceptions de l’esthétique et de l’utilisabilité influent sur les préférences des utilisateurs. Ainsi, esthétique et utilisabilité seraient fortement corrélées avant d’utiliser le système.

42Après utilisation du système, les auteurs ont observé une baisse de l’évaluation de l’utilisabilité et de l’esthétique par rapport à l’étape précédente (avant utilisation). Le résultat le plus intéressent réside dans le fait que la perception de l’esthétique et la perception de l’utilisabilité sont fortement liées et influent sur les préférences des utilisateurs. En outre, plus le site Web esthétique est perçu comme plus utilisable que le site Web non esthétique présentant les mêmes informations, alors même que les performances des sujets sont similaires. Cela tend à montrer que l’esthétique influerait plus sur la perception de l’utilisabilité que les performances des sujets. Ces résultats tendent à aller à l’encontre des arguments de Lindgaard [2003] selon lesquels l’esthétique et l’utilisabilité ne seraient pas corrélées. Toutefois, les performances des sujets dans l’étude de Lee [2010] sont très proches. Les tâches à effectuer étaient peut-être trop simples. Des résultats différents pourraient être observés avec des tâches de différents niveaux de difficultés.

43Van Schaik et Ling [2009] ont conduit deux expériences dans lesquelles les participants devaient réaliser des tâches sur des sites qu’ils venaient d’évaluer. Les auteurs ont pu mettre en évidence que le type de tâches à effectuer (trouver des informations précises, collecter un ensemble d’informations sur un document ou naviguer sans objectif précis) avait une influence sur la perception de la qualité du site visité – qualité en termes d’attractivité, d’esthétiques classique et expressive. La perception de l’esthétique est plus stable quand les individus doivent trouver une information précise ou collecter un ensemble d’informations que dans la condition sans but précis. Toutefois, les auteurs n’ont pas observé de corrélations significatives entre les performances des sujets (mesures de l’utilisabilité) et la perception de l’esthétique.

  • 1 What is beautiful is usable inspiré de What is beautiful is good [Dion, 1972].

44Ces résultats (ceux obtenus par Van Schaik [2009] ainsi que ceux de Lee [2010]) semblent conforter le postulat de Hassenzahl [2004], en ce sens que l’esthétique et l’utilisabilité seraient deux composantes essentielles à l’attractivité et de la qualité d’un site, mais deux composantes indépendantes. Cela remet en question l’assertion de Tractinsky [2000] selon laquelle ce qui est beau est utilisable1.

45Cela ne semble pas être toujours le cas. En effet, dans ces études, les auteurs n’avaient pas fait varier la difficulté des tâches à effectuer, ni la familiarité avec le site. Or, dans le domaine de la peinture artistique, les produits peuvent conduire à des fluctuations en termes de plaisir et d’éveil [Berlyne, 1971]. Ces fluctuations peuvent être liées à la familiarité et à la complexité du produit.

46Dans l’objectif d’essayer de déterminer si ces deux facteurs influent sur la perception de l’esthétique et de l’utilisabilité d’un site Web, une étude expérimentale a été conduite [Chevalier, 2008b]. Dans cette étude, nous avons demandé à des participants familiers avec un site Web (pour l’utiliser de façon régulière) et à d’autres participants non familiers avec le site (ils ne l’avaient jamais utilisé) de rechercher des informations dans le site. Les tâches à réaliser étaient soit simples soit complexes. Les tâches de recherches simples consistaient à un « simple » appariement lexical entre un mot-clé de la recherche à effectuer et le menu de navigation du site Web alors que pour les tâches complexes il était nécessaire d’inférer à partir du menu où l’information escomptée pouvait être localisée. Une fois les recherches terminées, les participants devaient évaluer les esthétiques classique et expressive (via l’échelle de Lavie [2004]) ainsi que l’utilisabilité du site (via le WAMMI pour Website Analysis and MeasureMent Inventory développé par Kirakowski [1998]).

47Des mesures de performances (temps de recherche et scores) ont été réalisées et mises en lien avec les évaluations d’esthétique et d’utilisabilité.

48Les principaux résultats ont montré que les questions complexes génèrent des performances inférieures aux questions simples. Le niveau de familiarité n’a eu d’influence sur les performances que pour les questions complexes. En ce qui concerne les scores d’esthétiques classique et expressive, les mêmes patterns de résultats ont été obtenus : les participants non-familiers évaluent comme plus esthétique le site que les participants familiers face aux recherches simples. C’est l’inverse qui se produit face aux recherches complexes. Concernant l’évaluation de l’utilisabilité, la familiarité et la complexité des recherches ont un effet : le site est perçu comme plus facile à utiliser par les participants non-familiers que les familiers et les recherches simples génèrent également des scores plus élevés. Le niveau de familiarité est fortement et positivement corrélé avec l’esthétique mais pas avec l’esthétique perçue. Pour terminer, nous avons obtenu des corrélations positives entre les deux dimensions de l’esthétique et l’utilisabilité.

49Ces résultats semblent traduire un effet « d’ennui », pour les participants familiers au site Web, face à la répétition de tâches simples [Berlyne, 1971] et une attention soutenue face à des recherches plus complexes. En revanche, pour les participants non-familiers avec le site, des effets de « nouveauté » et de facilité face aux recherches simples ont été observés. Les corrélations positives entre les deux dimensions d’esthétique et l’utilisabilité semblent donc conforter l’approche de Tractinsky [2000], selon laquelle les deux aspects seraient fortement liés.

50D’autre études ont mis en évidence que l’esthétique a un effet positif sur le temps pour rechercher et trouver des informations [Moshagen, 2009 ; Sonderegger, 2010].

51Les différentes études présentées dans cette partie ne conduisent pas aux mêmes conclusions quant aux liens entre esthétique et utilisabilité. Ces différences peuvent provenir des objectifs des études, ainsi que du matériel utilisé.

52D’autres études doivent être conduites pour apporter de nouvelles connaissances à ce débat.

Quelles conséquences ?

53La perception de l’esthétique va avoir des effets importants sur l’utilisation des sites Web et surtout sur les objectifs poursuivis par les internautes.

54Jennings [2000] soutient que les éléments visuels agréables sont importants dans la conception d’interfaces parce qu'ils créent la première impression qui se traduit par une volonté d’explorer davantage le système.

55Dans cette même direction, Hall et Hanna [2004] montrent dans une étude sur les sites marchands de vente en ligne, qu’utiliser les couleurs préférées des clients potentiels comme le bleu, conduit à l’augmentation du jugement esthétique du site et de l’intention d’achat. Les plus hauts scores en esthétique sont significativement liés à l’intention d’achat. Les participants évaluent comme moins esthétiques les associations blanc-noir et noir-blanc que les associations de couleurs. Les couleurs peuvent aussi avoir un impact sur les émotions : les couleurs chaudes créent une atmosphère plus désirable et encouragent des émotions positives.

56Robins et Holmes [2008] ont montré que la perception de l’esthétique au cours des premières secondes d’exposition influe sur la crédibilité accordé au site : plus l’esthétique est évaluée comme haute, plus la crédibilité est perçue comme importante.

57Sur la base des études présentées ici, on peut noter que l’esthétique joue un rôle important dans l’activité d’utilisation du site. Mais comment les concepteurs considèrent-ils l’esthétique pendant le processus de conception ?

Esthétique et utilisabilité en conception Web

58Le site Web, développé par le concepteur, doit être original afin de faire face à une concurrence de plus en plus accrue. Si le site est à visée commerciale, il doit, en outre, apporter des clients supplémentaires. Par conséquent, créativité et conception centrée utilisateurs constituent deux aspects centraux de l’activité des concepteurs qui requièrent d’être encouragés [Carroll, 1996 ; Gero, 2000 ; Meneely, 2005). C’est en particulier le cas en conception de sites Web, où la créativité peut avoir une influence sur les aspects esthétiques des sites Web créés, qui affectent en retour le comportement des utilisateurs [Hall, 2004 ; Lavie, 2004 ; Norman, 2004].

59Comme nous l’avons vu au cours de ce chapitre, selon Norman [2004], l’esthétique doit venir une fois l’utilisabilité assurée pour qu’un produit connaisse un vif succès. On retrouve cette idée dans d’autres travaux. Des recherches portant sur la créativité font émerger l’idée selon laquelle une production créative doit principalement être innovante et adaptée (cf., par exemple, [Amabile, 1982 ; Lubart, 2003]). En conception, Meneely et Portillo [2005] soulignent que la nouveauté et l’adaptabilité sont liées aux critères de « forme » et de « fonction ». Ici, la forme signifie que les concepteurs doivent créer des produits nouveaux et différents de ce qui a été fait jusqu’alors (notamment au niveau des aspects esthétiques). Les concepteurs doivent également développer des produits qui satisfassent les besoins des commanditaires et des futurs utilisateurs, pouvant avoir des besoins et attentes distincts (critères de fonction).

60Les concepteurs prennent en considération des contraintes liées à l’esthétique des pages Web. Par exemple, les concepteurs énoncent les contraintes esthétiques suivantes :

  • il faut regrouper les documents de façon harmonieuse sur l'interface ;
  • en page d'accueil, il faut mettre de belles photographies ;
  • les couleurs doivent être attractives.

61Tout comme les contraintes liées à l’ergonomie, il s’agit très fréquemment (à l’exception des concepteurs ayant une formation en infographie) d’idées intuitives, basées sur les préférences esthétiques de chaque concepteur, sur ce qui pourrait plaire aux internautes, sur ce qui est joli. Bien souvent ces contraintes se voient aussi attribuer le statut de contraintes de préférence (sauf si elles émanent du commanditaire du site Web) et, de fait, peuvent être contournées au bénéfice des contraintes liées au commanditaire.

62En revanche, quand les contraintes esthétiques énoncées sont liées au commanditaire, leur statut devient plus important comme les contraintes suivantes :

  • les couleurs du site doivent être harmonieuses avec les couleurs du logo de la marque ;
  • il faut mettre beaucoup de jolies photographies du concessionnaire (commanditaire).

63Lorsque les contraintes esthétiques font référence au commanditaire, elles sont pour la plupart considérées comme des contraintes de validité, ce qui conduit les concepteurs à les respecter dans leurs productions. Mais bien souvent ces contraintes esthétiques concernent les utilisateurs. Ce qui peut expliquer qu’elles sont peu respectées (considérées comme des contraintes de préférence).

64Par ailleurs, certains concepteurs pensent que réaliser un site ergonomique va avoir des conséquences néfastes sur son esthétique. C’est sur ce dernier point que nous souhaitons nous étendre un peu en présentant les conséquences qu’a pu avoir l’introduction d’un système à base de connaissances centrées utilisateurs (ici, MetroWeb) sur la qualité esthétique des pages Web créées.

65Comme nous l’avons vu au cours du chapitre 5, les concepteurs qui ont eu la possibilité d’utiliser MetroWeb au cours du processus de conception sont parvenus à se détacher ponctuellement des contraintes-commanditaire, et, par-là même, à changer de points de vue plus fréquemment, pour considérer davantage les contraintes-utilisateurs. Mais l’introduction d’un tel système ne risque-t-il pas de perturber la créativité des concepteurs en les conduisant à se focaliser seulement sur des contraintes ergonomiques, et ainsi engendrer des répercussions négatives sur l’esthétique des pages Web créées ? Des études antérieures ont montré que les systèmes de conception assistée par ordinateur (CAO) peuvent freiner l’originalité des concepteurs [Lebahar, 1983 ; Whitefield, 1986]. Toutefois, MetroWeb diffère d’un système CAO dans le sens où les concepteurs ont la possibilité de consulter sa base de connaissances mais n’ont pas à concevoir (et à coopérer) directement avec ce système. Ils ne sont pas obligés de mettre en œuvre les connaissances ergonomiques qui leur sont fournies, sauf si tel est leur souhait. Dans ce cas, ils peuvent sélectionner les règles concernées et demander une évaluation assistée de ces règles.

66Afin de déterminer l’influence de MetroWeb sur l’esthétique des pages Web, nous avons demandé à des utilisateurs du Web d’évaluer l’esthétique des pages Web créées par les concepteurs avec et sans MetroWeb (via l’échelle de Lavie [2004].

67Les utilisateurs qui ont évaluée les pages d’accueil devaient indiquer leur degré d’accord sur une échelle en 7 points (allant de 1 tout à fait en désaccord à 7 tout à fait d’accord). Plus le score moyen se rapproche de 7, plus la page est considérée comme esthétique.

68Les résultats montrent que les utilisateurs ont évalué comme plus esthétiques les pages d’accueil réalisées par les concepteurs avec MetroWeb que celles réalisées par les concepteurs sans MetroWeb. Ainsi, la prise en compte de contraintes ergonomiques n'a pas nui à l’esthétique des pages Web créées, au contraire puisque les pages d’accueil réalisées par les concepteurs avec MetroWeb ont été évaluées par les utilisateurs comme plus esthétiques. Ainsi, MetroWeb encouragerait les concepteurs à inférer des contraintes liées à l’ergonomie tout en considérant des aspects esthétiques. Ce résultat est particulièrement intéressant, car il montre que :

  • les concepteurs ont conscience de l’importance des besoins des futurs utilisateurs dans leur activité tant au niveau de la qualité ergonomique que de l’esthétique des pages créées ;
  • la prise en compte de contraintes ergonomiques ne semble pas nuire à l’esthétique des pages Web créées. Au contraire, les pages d’accueil réalisées par les concepteurs avec MetroWeb ont été évaluées par les utilisateurs comme plus esthétiques et innovantes. Ce qui va dans le sens d’un lien positif entre utilisabilité et esthétique.

Conclusion

69L’objectif de ce chapitre était d’étudier les relations entre esthétique et utilisabilité sur les préférences des utilisateurs et leur navigation, mais aussi sur l’activité cognitive des concepteurs.

70On peut noter que les liens entre esthétique et utilisabilité sur les préférences et performances des utilisateurs ne sont pas encore très stables ni claires. Certains travaux montrent qu’un site Web est évalué comme utilisable si son esthétique est élevée, d’autres montrent qu’il n’y a pas de lien entre les deux. Toutefois, on pourra noter un manque de recherche sur les liens entre performances, esthétique et utilisabilté. Il s’agit d’une voie de recherche prometteuse à explorer.

71En ce qui concerne l’importance de l’esthétique dans l’activité des concepteurs, on peut observer que les concepteurs en tiennent compte mais l’importance accordée à l’esthétique dépend une fois de plus de l’acteur du processus de conception auquel elle fait référence.

Notes

1 What is beautiful is usable inspiré de What is beautiful is good [Dion, 1972].

Table des illustrations

Titre Tableau 7. Items composant l’échelle mesurant l’esthétique classique et l’esthétique expressive de Lavie [2004] (notre traduction).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1723/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 19. Synthèse des résultats concernant les relations entre perception de l’utilisabilité, de l’esthétique et des préférences utilisateurs.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1723/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search