Version classiqueVersion mobile

La conception des documents pour le Web

 | 
Aline Chevalier

Chapitre I. L’activité de conception

Texte intégral

Quelques repères historiques en conception

1L’intérêt pour les situations de conception est très ancien : des publications rédigées par des concepteurs eux-mêmes, sur la manière de concevoir, se trouvent dès la période romaine (premier siècle avant J.C., selon Gero [1990]). L’une de ces plus célèbres publications est le traité d’architecture rédigé par l’architecte, ingénieur et écrivain romain Vitruve (titre original : De Architectura). C’est le seul traité d’architecture de cette période ; il a été traduit en plusieurs langues et a inspiré de nombreux architectes depuis plus de 1500 ans [Heath, 1989].

2À partir du xix e siècle, les penseurs de la conception commencent à considérer la conception comme un processus ([Durand, 1802] cité par Gero [1990]). Cependant, ce n’est qu’à partir des années 1960 que des travaux de recherche ont été réellement initiés. Les travaux en architecture d’Alexander [1964] et d’Eastman [1970] sont souvent aussi considérés comme pionniers des travaux permettant une meilleure compréhension des processus de conception. De nombreuses études ont également visé à développer des modèles prescriptifs (tel que le modèle de Pahl [2007] datant des années 1970 réédité plusieurs fois, dont en 2007, dans le domaine de l’ingénierie mécanique) afin de normaliser le processus de conception. Progressivement, les chercheurs se sont aperçus que les problèmes de conception se prêtaient difficilement à la systématisation. Cela a donné naissance à l’étude empirique de la conception dans les années 1970. Simon, [1969/1996, 1973] a fortement contribué à cette approche. Dans son ouvrage The sciences of the artificial, Simon soulignait l’intérêt de développer une science de la conception qui consisterait à obtenir un corps de connaissances et d’analyses du processus de conception ; l’objectif étant de développer des approches théoriques indépendantes des domaines d’application.

3Toutefois, encore bon nombre de concepteurs clament bien souvent que la conception constitue une activité mystérieuse ne pouvant pas faire l’objet d’investigations scientifiques. Borillo et Goulette [2002] indiquent également que la conception d’un produit requiert évidemment les connaissances techniques de l’ingénieur, mais également quelque chose de « plus énigmatique » (pour reprendre les termes exacts des auteurs), le talent de l’architecte, du designer, etc., qu’ils considèrent quelque part comme des artistes.

4Cependant, nous pouvons noter que depuis les années 1960, les activités de conception ont fait l’objet et font toujours l’objet de nombreuses études scientifiques. Ainsi, dans les années 1980/1990 des revues scientifiques entièrement consacrées à la conception ont été créées, dont la plus célèbre et ancienne Design Studies (1979 – dont Nigel Cross est l’éditeur) ; on en trouve d’autres telles que Design Issues (1984) ou encore Design Journal (1997).

5Différents courants et approches théoriques de la conception se retrouvent dans la littérature. Cross [2001], sur la base d’une revue de la littérature, distingue :

  • Design Science (expression empruntée à Gregory [1966] adaptée par Fuller [1999]) : selon Cross, cette expression fait référence à une approche systématique, organisée et rationnelle de la conception, et pas seulement à l’utilisation des connaissances scientifiques sur les artefacts. Au contraire, concevoir, dans son sens courant, est une activité scientifique par elle-même. Cette idée de la conception est très controversée par bon nombre de concepteurs et de théoriciens de la conception, qui avancent l’idée selon laquelle la conception est une activité non scientifique.

  • Science of Design : Grant [1979] (cité par [Cross, 2001]) avance l’idée selon laquelle l’étude de la conception peut faire l’objet d’investigations scientifiques, mais n’est pas une activité scientifique. Selon Gasparski et Strzalecki [1990], l’expression Science of Design doit être comprise comme la fédération de sous-disciplines ayant comme centre d’intérêt commun la conception. Pour Cross [2001], cela peut être rapproché de ce qu’il définit par design methodology, c’est-à-dire l’étude des principes, des pratiques et des procédures de conception. Plus précisément, cela requiert d’étudier la façon dont les concepteurs pensent et travaillent en vue de l’établissement de structures appropriées aux processus de conception, de techniques et procédures, etc. En d’autres termes, cela revient à tenter d’améliorer les connaissances des processus de conception et à l’élaboration de méthodes d’investigation, ce qui se distingue de Design Science.

  • La conception comme une discipline : l’idée sous-jacente est que la conception doit être étudiée dans ses propres termes et à l’intérieur de sa propre culture. Cela signifie une science de la conception basée sur la pratique réflexive de la conception (dans la terminologie de Schön [1983]) : la conception comme une discipline, et non la conception comme une science. Cette discipline cherche à développer des approches théoriques indépendantes des domaines, car les connaissances des concepteurs seraient indépendantes des domaines de conception. Ce qui rejoint la conception de Simon [1973] que nous venons juste de présenter.

  • 1 J. Gero est actuellement Professeur à l’Université George Mason aux États-Unis.

6Cela a abouti, en particulier dans certains pays anglo-saxons, à la création de départements et/ou de laboratoires de recherche spécialisés dans les sciences de la conception. Par exemple, à l’Université de Sydney, John Gero1 a été professeur en sciences de la conception et co-directeur du Key Centre of Design Computing and Cognition. Nigel Cross est professeur (émérite) à l’Open University de Milton Keynes (Grande-Bretagne) au sein du département de conception et innovation ; pour ne citer que ces deux chercheurs imminents dans le domaine de la conception. En France, on ne trouve pas l’équivalent en termes de structure. Les chercheurs qui s’intéressent à la conception sont principalement issus de la psychologie, des sciences de l’éducation, de sociologie, d’école d’architecture ou de design, ou encore de l’ingénierie.

7Du point de vue de la psychologie, ce n’est que depuis les années 1980 que des chercheurs s’intéressent aux processus de conception. Au départ, les études psychologiques portant sur l’activité de conception s’intéressaient à la conception individuelle, puis au début et milieu des années 1990, on a vu également apparaître un intérêt pour les activités collectives de conception. À présent, les deux champs coexistent car certains domaines de compétences requièrent l’étude des processus cognitifs individuels et dans d’autres des aspects plus collaboratifs.

8Depuis une quarantaine d’années, notre compréhension des processus de conception a progressé. L’intérêt de la psychologie pour la conception trouve son origine dans l’approche développée par Herbert Simon. Bien que Simon n’ait pas eu une grande contribution empirique (à l’exception d’une publication en conception informatique, [Kim, 1995]), sa contribution théorique dans le domaine de la conception est essentielle.

9Simon [1969/1996, 1973] a proposé d’aborder la conception non plus comme un statut professionnel, mais comme un type particulier d’activité cognitive. À partir de là, n’étaient plus uniquement considérés comme concepteurs les ingénieurs, mais l’ensemble des individus qui mettaient en œuvre des actions visant à modifier une situation existante en une autre meilleure, plus adaptée.

10Dans les parties qui suivent, nous présenterons les caractéristiques des problèmes de conception, pour parvenir au domaine d’étude qui est l’objet de cet ouvrage : la conception de documents électroniques et plus précisément de sites Web.

Des caractéristiques générales de la résolution de problèmes aux caractéristiques spécifiques des problèmes de conception

11Dans la littérature en psychologie cognitive portant sur la résolution de problèmes, différentes typologies de problèmes ont été proposées.

Typologies des problèmes

12Les travaux de Greeno [1978 ; 1988] conduisent à effectuer une distinction entre trois types de problèmes :

  • les problèmes d’induction de structure pour lesquels il est nécessaire d’identifier les relations qui caractérisent un ensemble d’éléments donnés. À partir de là, il faut identifier une règle qui soit compatible avec l’ensemble de ces informations ;
  • les problèmes de diagnostics (médicaux, mécaniques…) en sont un exemple. Il est nécessaire de trouver la pathologie à laquelle différents symptômes correspondent ;
  • les problèmes de transformation : on a une situation initiale et une situation but ou finale, il faut passer de la première à la seconde en utilisant des opérateurs qui permettent de transformer la situation. Le problème de la Tour de Hanoï2 en est un exemple. On a une situation initiale (3 disques posés sur une tige), une situation finale (3 mêmes disques posés sur une autre tige) et un ensemble de règle à respecter pour passer de la situation initiale à la situation finale (exemple de règle : on ne peut déplacer qu’un seul disque à la fois) ;
  • les problèmes d’arrangement : on dispose d’un ensemble d’éléments arrangés d’une certaine façon au départ et il faut trouver plusieurs autres arrangements qui satisfassent un critère donné. Les problèmes d’anagramme ou de cryptarithmétique (casse-têtes numériques) en sont des exemples.

13Mais en réalité, bon nombre de problèmes sont mixtes.

14Minsky [1961] distingue deux grands types de problèmes d’après la nature d’acceptabilité des solutions : les problèmes bien définis et les problèmes définis. Selon cet auteur, un problème est bien défini lorsqu’il s’accompagne de la donnée d’une procédure systématique permettant de décider qu’une proposition de solution est correcte ou non. En d’autres termes, il est totalement décidable : toute solution avancée à son propos peut être strictement évaluée selon une variable binaire vrai/faux. La résolution est décrite comme un phénomène du tout ou rien. Au contraire, selon ce même auteur, les problèmes mal définis admettent une multiplicité de solutions qui peuvent être repérées non pas selon une valeur de vérité binaire, mais sur une échelle relative d’acceptabilité des solutions.

15La plupart des problèmes pratiques de la vie quotidienne sont des problèmes mal définis pour lesquels il y a amélioration d’un objet ou d’un dispositif, utilisation nouvelle du déjà connu, recherche d’une idée de vente ou de promotion, composition d’un texte, etc.

16À peu près à la même période, une autre taxonomie a été proposée par Reitman [1964]. Elle vise à distinguer six classes de problèmes impliquant la transformation ou la création d’états, d’objets ou de collections d’objets, c’est-à-dire pour la plupart des problèmes mal définis. Cette taxonomie n’est pas présentée comme un cadre universel susceptible de couvrir le champ entier des situations créatives, mais simplement comme une structure générale qui permet d’accueillir le plus grand nombre possible de ces dernières avec une forte valeur descriptive [Rouquette, 1997]. Le travail de Reitman est fondé sur l’introduction de trois concepts suivants :

  • État A : l’état ou l’objet initial (celui qui est proposé à la transformation, complétion, amélioration…) ;
  • État B : l’objet ou l’état terminal (solution à atteindre, suppression du problème) ;
  • Symbole ‘=>’ : pour noter un processus, programme ou séquence d’opérations [Rouquette, 1997].

17Il est alors possible de représenter un grand nombre de situations problématiques à partir de ces trois symboles en les figurant par un vecteur général à trois composantes de la forme [A, B, =>]. Sur la base de ces trois concepts, on peut distinguer six types de problèmes :

18Les problèmes de type I : les états A et B sont tous deux bien spécifiés, les données sont connues et les exigences à satisfaire se trouvent précisément explicitées. Le problème consiste alors à découvrir le processus ‘=>’ permettant de passer de l’état bien spécifié A à l’état bien spécifié B. (ex. : Comment pourrait-on doter tel site Web de telle fonction ?).

19Les problèmes de type II : l’état B est nettement moins spécifié que dans le type I, alors que A est entièrement laissé à la discrétion du résolveur : rien n’est dit au niveau de l’énoncé concernant l’état, l’objet ou l’ensemble d’objets dont on doit partir. Le matériel initial est largement indéterminé et admet pour seule contrainte d’aider à constituer une solution possible.

20Les problèmes de type III : l’état A est constitué d’un ensemble de composantes dont chacune représente une entité concrète. B correspond à un état ou un objet à atteindre vaguement défini et tel qu’une ou plusieurs composantes de A y ont perdu leurs identités séparées (ex. : concevoir un site Web (B) à partir des indications et documents disponibles (A)).

21Les problèmes de types IV : A et B sont présentés tous deux comme divisés en sous-composantes et restent assez mal définis. À la différence du type II, il n’y a pratiquement pas de contraintes imposées à la recherche, les différentes voies analogiques, les différents chemins associatifs pouvant être explorés d’une manière relativement fructueuse. La distinction de sous-composantes fournit des contraintes à l’intérieur desquelles la résolution du problème doit prendre place. La recherche s’en trouve donc plus étroitement endiguée que dans les problèmes de type II.

22Les problèmes de types V : l’état A est donné par référence à un objet bien spécifié, l’état B par ensemble de ressemblances et de différences relativement à A.

23Les problèmes de type VI : l’état B se trouve bien spécifié alors que l’état A reste essentiellement vide, informel et largement indéterminé.

… et les problèmes de conception ?

24Simon [1973] a proposé, dans le cadre de la théorie du traitement de l’information symbolique [Newell, 1972], d’aborder les activités de conception comme des activités de résolution de problèmes complexes. Selon cette approche, un individu se trouve confronté à une situation de résolution de problèmes dès lors qu’il souhaite atteindre un but mais qu’il ne dispose pas de procédure immédiate lui permettant de l’atteindre, ce qui l’oppose aux situations d’exécution [Richard, 1995 ; 2005 ; Squire, 1992]. Ainsi, résoudre un problème nécessite de passer de l’état initial de ce problème à son état final. L’activité du résolveur consiste à trouver comment passer de cet état initial à cet état but [Newell, 1972]. Pour cela, il est nécessaire d’appliquer des opérateurs servant de médiateurs entre ces deux étapes. Ces opérateurs peuvent être par exemple des contraintes à respecter (la notion de contrainte sera développée au chapitre III).

25Du point de vue de la psychologie cognitive, les activités de conception sont considérées comme des activités de résolution de problèmes complexes (cf., par exemple, [Eastman, 1969 ; Reitman, 1964 ; Simon, 1973]), car ils sont mal définis (ou mal structurés), en ce sens que toutes les informations nécessaires à leur résolution ne sont pas attribuées dans l’énoncé du problème (qui, en conception correspond au cahier des charges). Contrairement à certains problèmes « de laboratoire », tel que le problème de la Tour de Hanoï (cf. figure 1), qui constituent des problèmes qui n’admettent qu’une solution optimale (ce sont des problèmes fermés), les problèmes de conception doivent être considérés comme des problèmes ouverts, c’est-à-dire des problèmes où plusieurs solutions sont acceptables [Fustier, 1989].

Figure 1. Exemple d’un problème de la Tour de Hanoï et les règles à respecter.

Figure 1. Exemple d’un problème de la Tour de Hanoï et les règles à respecter.

263 disques (en noir) sont disposés sur la tige de gauche. Le but est de déplacer ces 3 disques pour parvenir à la même configuration sur la tige de droite, en respectant les règles suivants :

27Par exemple, si deux architectes doivent réaliser un plan à partir d’un même cahier des charges, les plans proposés par ces architectes seront différents (tout en intégrant aussi des similarités – en partie dues aux contraintes prescrites dans le cahier des charges). En outre, le concepteur ne dispose pas d’une procédure prédéfinie à appliquer pour parvenir à une solution [Malhotra, 1980]. Le problème ne préexiste pas à la solution, l’un et l’autre sont construits simultanément et différents chemins permettent de parvenir à une solution possible et acceptable [Falzon, 1990]. Par conséquent, il est impossible de distinguer deux étapes successives d’analyse de problème puis de résolution, puisque définir le problème, c’est parvenir à une solution. Aussi, la conception est-elle émergente : les activités de conception sont décrites comme une dialectique entre la construction du problème et sa résolution [Cross, 2002 ; Schön, 1983]. Dans sa recherche de solutions, le concepteur découvre les moyens d’harmoniser la solution naissante avec sa compréhension croissante du problème. Pour résoudre un problème donné, le concepteur doit alors préciser sa représentation mentale et par-là même compléter le cahier des charges attribué pour transformer le problème mal défini en un problème mieux défini, en déterminant les buts et les spécifications de la conception [Simon, 1973]. Ainsi, la conception constitue une activité orientée par un (des) but(s) [Gero, 1990 ; Simon, 1973]). Le méta-but de la conception étant de transformer les besoins, plus généralement appelés fonctions, lesquelles combinent les attentes des buts de l’artefact à concevoir en des descriptions de celui-ci [Gero, 1990].

28Compte tenu que la solution ne préexiste pas à la résolution du problème de conception, le concepteur doit, pour chaque nouveau problème, générer de nouveaux éléments de solution. Ce faisant, la conception est souvent considérée comme une activité cognitive créative [Bonnardel, 2006 ; Borillo, 2002 ; Chevalier, 2003a ; Lubart, 2003 ; Meneely, 2005].

La conception : une activité créative et contrainte

29Selon Rouquette [1997], inventer ou plus largement créer consiste à trouver le bon endroit ou le bon chemin vers cet endroit. Invenire par exemple signifie en latin venir-dans, marcher-sur. La notion découvrir implique la même idée d’une existence antérieure et indépendante de la découverte.

30Les activités de conception sont considérées comme des tâches cognitives génératives, c’est-à-dire des tâches qui requièrent de la part du concepteur la création ou la conception de nouveaux produits [Chrysikou, 2005 ; Marsh, 1999 ; Smith, 1995]. Les tâches cognitives génératives sont étudiées dans le cadre de situations expérimentales, allant de situations imaginaires – généralement conduites en laboratoire – où les participants ne sont pas des concepteurs professionnels, mais des individus auxquels il est demandé, par exemple, de dessiner des personnages extra-terrestres [Marsh, 1999 ; Smith, 1993] ou de réaliser des croquis relevant du design comme dessiner des tasses à café [Chrysikou, 2005]. D’autres situations expérimentales s’intéressent aux situations de conception d’objets ou artefacts réels requérant des connaissances relevant d’un domaine de compétence, comme l’architecture, le design ou la conception de sites Web.

31Le concepteur, pour résoudre un problème donné, ne dispose d’aucune procédure prédéfinie directement applicable qui lui permettrait de parvenir à une solution, ce qui lui confère un certain degré de liberté quant aux choix de solutions de conception à opérer. Une part plus ou moins importante de son activité est consacrée à l’innovation, à la nouveauté ou à la créativité [Bonnardel, 2006 ; Chevalier, 2003a ; Gero, 1990 ; Meneely, 2005].

32Dans le champ de la résolution de problèmes, Mayer [1989] distingue les problèmes routiniers des problèmes non routiniers. Les problèmes routiniers sont des problèmes pour lesquels l’individu dispose d’une procédure toute prête à appliquer. Dans un problème non routinier, l’individu ne dispose d’aucune procédure à appliquer, il doit en élaborer une nouvelle. Sur cette base, ainsi qu’à partir des travaux de Gero [1990, 2000], trois formes d’activités de conception peuvent être distinguées. Cette distinction s’appuie sur les connaissances mobilisées par les concepteurs :

  • les activités de conception routinières (ou familières). Ces activités sont définies comme des situations de conception qui se déroulent à l’intérieur d’un espace de recherche de solution(s) basé sur des cas traités et développés antérieurement. Dans ce cas précis, les connaissances antérieures du concepteur sont directement instanciées à partir de solutions existantes (ou prototypes dans la terminologie de Gero [1990]) ; ce qui peut être rapproché du raisonnement à base de cas [Kolodner, 1997]. Ainsi, en situation de conception routinière, l’espace de recherche de solutions est bien plus restreint que l’espace des solutions possibles à cause des contraintes qui émanent de ces prototypes de conception ;

  • les activités de conception innovantes. Ces activités sont définies comme des situations de conception qui se déroulent dans un espace de recherche de solutions sur la base également de solutions antérieures. À la différence des activités de conception routinières, les artefacts réalisés disposent d’une structure familière mais avec une apparence nouvelle car les valeurs des variables définies sont non-familières ;

  • les activités de conception créatives. Ces activités sont définies comme des situations qui utilisent de nouvelles variables conduisant à la génération de solutions nouvelles et consistant à étendre l’espace de recherche des solutions possibles.

33Concevoir un site Web peut se trouver dans chacune des trois formes de résolution de problèmes de conception. En effet, un concepteur peut être amené à réutiliser une solution développée antérieurement pour une nouvelle situation. La solution découlera du cas traité antérieurement (activité de conception routinière). Un concepteur peut être confronté à une activité de conception créative dans le cas où il doit élaborer un site totalement novateur pour lequel il doit introduire de nouvelles variables. Enfin, et cela semble être le cas le plus courant, un concepteur est confronté à une situation de conception innovante en ce sens où les concepteurs réutilisent et adaptent des parties de solutions développées antérieurement.

34Dans le cadre de cet ouvrage, nous nous intéressons plus particulièrement aux problèmes de conception non routiniers, englobant les deux derniers types d’activités de conception décrits ci-dessus. Les problèmes de conception routiniers sont relativement rares : la conception étant un processus dirigé vers un résultat qui n’existe pas encore et avec aucune procédure prédéfinie, les activités de conception sont rarement routinières [Gero, 1990].

  • 3 Introduction de l'ouvrage Création et Cognition qu'ils coordonnent.

35De nombreuses études qui ont porté sur la créativité ont fait émerger l’idée selon laquelle une production créative doit principalement être innovante et adaptée (cf. par exemple, [Amabile, 1982 ; Lautrey, 1998]), c’est-à-dire qu’elle doit tenir compte des attentes des experts qui peuvent l’apprécier, ainsi que de l’état de l’art du domaine concerné, en ajoutant les caractéristiques propres au concepteur (cf. l’approche multivariée de la créativité de Lubart [2003]. Borillo et Goulette [2002] indiquent3, que ce soit une maison, une automobile, un ordinateur, un logiciel informatique, etc., ces objets doivent concilier un certain nombre de propriétés fonctionnelles qui les rendront aptes à l'usage auquel ils sont destinés. Meneely et Portillo [2005] soulignent, dans le domaine de la conception, que la nouveauté et l’adaptabilité sont liées aux critères de « forme » et de « fonction ». Ici, la forme signifie que les concepteurs doivent créer des produits nouveaux et différents de ce qui a été fait jusqu’alors, notamment au niveau des aspects esthétiques (point qui fera l’objet du dernier chapitre de cet ouvrage). En outre, les concepteurs ont à développer des produits qui doivent satisfaire les besoins des clients et des futurs utilisateurs, pouvant avoir des besoins et attentes distincts (critères de fonction).

36Bonnardel [2006] met en exergue que la conception créative ou non routinière nécessite la construction d’un environnement cognitif contraint par le concepteur. La construction de cet environnement cognitif contraint repose sur la mise en œuvre de trois processus cognitifs :

  • (1) la mobilisation et la gestion de contraintes ;
  • (2) la prise en compte de différents points de vue ;
  • (3) le raisonnement par analogie.

37Après avoir abordé les différentes caractéristiques des problèmes de conception, il est nécessaire de se pencher de façon plus précise sur les modèles de cette activité.

Quels modèles de la conception ?

38Plusieurs tentatives de modélisation du processus de conception ont été proposées, en particulier en ingénierie. Ces modèles sont principalement de type prescriptif ; ils visent à normaliser le processus de conception. On peut citer le modèle en spirale, le modèle en cascade ou encore en V (pour plus de détails sur ces modèles, cf. [Kolski, 2001]). Ces modèles décrivent le processus de conception (industrielle, dans la majeure partie des cas) en plusieurs phases. Les aspects humains sont peu pris en compte.

39Sur la base d’études empiriques conduites auprès de concepteurs-ingénieurs, Akin et Lin [1995] ont proposé de diviser l’activité d’ingénieurs expérimentés en trois sous-processus (que nous appellerions plutôt étapes ou phases en psychologie) : dessiner, examiner et penser. À la même période, Roozenburg et Eekels [1995] ont décrit le processus de conception de façon plus précise en établissement un cycle de base du processus de conception composé des activités suivantes : l’analyse, la synthèse, la simulation, l’évaluation et la prise de décision.

40D’autres auteurs [Pahl, 2007] ont proposé un modèle général qui prend en compte quatre phases allant du plus abstrait au plus concret :

  • la clarification de l’énoncé du problème est une phase durant laquelle le problème et les spécifications générales du produit à concevoir sont formulés. Les buts principaux à atteindre sont également définis ;
  • la conception conceptuelle : on recherche des solutions de principes et où on structure le système à partir de la décomposition des fonctions ;
  • la conception préliminaire : les choix conceptuels sont concrétisés par leur expression technique et aboutissent, selon les domaines, à la spécification technique des besoins ou à une représentation graphique plus ou moins détaillée du système à élaborer ;
  • la conception détaillée : toutes les parties du système sont définies dans le détail et leurs relations spécifiées jusqu'à obtenir un produit commercialisable.

41À chacune de ces phases, des activités de conception de base (définies plus haut) sont impliquées de sorte que la conception devienne de plus en plus définie et précise.

42Selon Roozenburg [1995] ainsi que Pahl [2007], le processus d’évaluation est central dans l’évolution de l’activité de conception : chaque action d’évaluation guide l’évolution de la conception et, par là même, l’espace de recherche des solutions possibles.

43Les activités de conception ont ainsi été décrites comme étant basées sur une dialectique itérative entre la construction du problème et sa résolution [Schön, 1983 ; Simon, 1995 ; Cross, 2002 ; Kruger, 2006]. Par exemple, Dorst et Cross [2001] ont rapporté des exemples de co-évolution dans lesquels des concepteurs industriels expérimentés formulaient un espace de recherche partiel qu’ils transféraient ensuite dans l’espace de solutions. Les concepteurs développaient en parallèle le problème et sa solution dans lesquels le processus d’évaluation joue un rôle central.

44Dans la même direction, dans le domaine Interaction / Interface Homme-Machine (IHM), plusieurs modèles ont été développés. Dans ces modèles, les différentes phases sont itératives. Parmi eux, on a noté le modèle en étoile (ou Star Model proposé par Hix [1993, 1995]).

45Ce modèle est très intéressant pour décrire l’activité de conception de sites Web (cf. figure 2). Il situe l’évaluation au centre du développement de la solution, en montrant des itérations possibles entre chaque phase. Ce modèle n’impose pas d’ordre au cours des différentes étapes du processus. Toutefois, dans la pratique, la phase de développement (ou implémentation) arrive à la fin du cycle. Bien que cette flexibilité peut donner aux concepteurs une certain liberté, aucun guide sur comment procéder entre les phases ne leur est fourni.

Figure 2. Modèle en étoile. Source : extrait et traduit de Deborah Hix, Usability evaluation : how does it relate to software engineering?, Symbiosis of human and artifact : human and social aspects of human-computer interaction, Amsterdam, Elsevier Science, 1995, p. 355-360.

Figure 2. Modèle en étoile. Source : extrait et traduit de Deborah Hix, Usability evaluation : how does it relate to software engineering?, Symbiosis of human and artifact : human and social aspects of human-computer interaction, Amsterdam, Elsevier Science, 1995, p. 355-360.

46Nous reviendrons sur ce modèle plus en avant dans cet ouvrage, car il nous sert de base pour la conception Web.

47Après avoir présenté quelques point théoriques essentiels à la compréhension de la suite de l’ouvrage, nous allons à présent entrer dans le vif du sujet, la conception de sites Web.

Les spécificités de la conception de sites Web

48À ses débuts, la conception de sites Web pouvait, d’une certaine façon, être rapprochée de la conception de programmes informatiques, car créer un site Web nécessitait des connaissances avancées en informatique, en particulier en programmation, ce qui n’est plus uniquement le cas actuellement. Certes, pour concevoir des sites Web « avancés » au niveau des fonctionnalités, il est nécessaire de savoir programmer, mais depuis l’apparition d’éditeurs de pages HTML (Hyper Text Mark-up Langage) vers le milieu des années 1990, tels que Macromedia Dreamweaver ou Netscape Composer, concevoir un site Web n’est plus une activité réservée aux ingénieurs informaticiens. Au contraire, des personnes disposant de quelques notions de bases en informatique peuvent concevoir des sites Web, puisque ces éditeurs génèrent automatiquement les pages en HTML. La plupart des ces éditeurs sont WYSIWYG pour What You See Is What You Get, ce qui facilite encore leur utilisation. Toutefois, les sites réalisés à partir de ces éditeurs (sans programmation) correspondent souvent à des sites statiques : ils ne disposent pas de base de données permettant, par exemple, à l’internaute d’effectuer des recherches via un moteur de recherche interne au site. Malgré cette limite, ces éditeurs présentent des avantages incontestables en offrant à un grand nombre de personnes la possibilité de créer des pages Web, que cela soit à visée personnelle (page personnelle, blog, etc.) ou à visée professionnelle (sites vitrines, sites commerciaux, etc.). Cela expliquerait en partie pourquoi nous assistons, depuis ces dix dernières années, à une envolée du nombre de pages et de sites Web. De façon plus précise, le WYSIWYG désigne en informatique les interfaces permettant de concevoir visuellement le résultat escompté, comme c’est le cas avec des logiciels de traitement de texte par exemple. Ce qui est fait à l’écran et ce que l’on voit ressemblera beaucoup au résultat final (dans le cas du Web à une page HTML, par exemple). Prenons l’exemple du logiciel libre NVU (de type WYSIWYG). Dans la figure 3, le concepteur peut apporter des modifications sur la page qu’il est en train de créer. Certaines fonctionnalités proposées par le logiciel sont assez proches de celles présentées par un logiciel de traitement de texte. Le concepteur peut sélectionner du texte pour le souligner, le mettre en gras, etc.

Figure 3. Exemple de page Web que l’on peut voir directement quand on conçoit avec NVU.

Figure 3. Exemple de page Web que l’on peut voir directement quand on conçoit avec NVU.

Dans l’encart en pointillé, les principales fonctions pour la mise en forme de la page sont présentes (elles sont très proches des fonctions que l’on trouve sur un logiciel de traitement de texte).

49Cette page que l’on voit sous NVU (figure 3) et que l’on est en train de concevoir avec NVU ressemble de très près à celle qui sera affichée avec un navigateur Web (tels que Internet Explorer, Mozilla Firefox, etc. ; cf. figure 4).

Figure 4. Page Web telle qu’elle s’affiche sur un navigateur Web.

Figure 4. Page Web telle qu’elle s’affiche sur un navigateur Web.

50D’autres outils pour mettre du contenu sur des pages pré-formatées existent. C’est le cas notamment des blogs que l’on peut trouver sur le Web.

51Par ailleurs, l’une des spécificités de la conception Web par comparaison à d’autres domaines de conception repose sur le fait que les concepteurs ont un double statut. Ils sont à la fois concepteurs, donc créateurs de sites Web, mais également utilisateurs du Web. Ce double statut leur confère une relation particulière avec Internet et ses outils. Intuitivement, on pourrait penser que le fait d’être aussi amenés à utiliser et à naviguer sur des sites Web les aiderait à prendre conscience de certaines erreurs ergonomiques pouvant entraver leur activité d’utilisateurs. Or, comme on le verra au cours de ce chapitre, leur statut d’utilisateurs leur permet de se mettre à la place de futurs utilisateurs. Toutefois, les concepteurs ne sont plus des utilisateurs novices, ce qui peut les empêcher de voir certaines erreurs ergonomiques… Ce point sera développé plus loin.

52Malgré cette apparente simplicité technique pour créer et mettre en ligne des pages Web, il semblerait que les concepteurs (pris ici au sens large, c’est-à-dire toute personne créant et mettant en ligne des pages Web) soient confrontés à d’autres sources de difficultés. En effet, un nombre important de recherches montre que les sites Web sont difficiles d’accès et d’utilisation par les internautes, du fait qu’ils ne répondent pas entièrement à leurs besoins et ne sont pas adaptés à leurs capacités cognitives.

53Si concevoir un site Web n’est plus sur le plan technique une activité aussi complexe qu’à ses débuts, on peut s’interroger sur les difficultés rencontrées par les concepteurs : de quelle(s) nature(s) sont ces difficultés ? À quoi les attribuer ? Comment essayer d’y remédier ? C’est dans l’objectif d’apporter quelques premiers éléments de réponse à ces questions que cette partie s’inscrit. Nous insistons sur « premiers éléments », car peu de travaux issus de la psychologie cognitive ergonomique s’intéressent à l’activité cognitive des concepteurs de sites Web, alors que paradoxalement un nombre relativement élevé d’études a trait au fonctionnement cognitif des utilisateurs de ces systèmes (cf. par exemple l’ouvrage de Boubée et Tricot [2010]). Or, ces deux types d’étude doivent être conduits conjointement car c’est également en identifiant les difficultés que rencontrent les concepteurs que nous pourrons leur apporter une aide efficace à la prise en compte des besoins des utilisateurs.

Qui peut concevoir un site Web ?

54Jusqu’à la fin des années 1990, très peu de formations à la conception de sites Web étaient proposées (que ce soit à l'université ou dans d’autres lieux comme des associations). Ce faisant, la plupart des concepteurs se sont auto-formés. Au départ, il s’agissait principalement d’ingénieurs informaticiens ou de personnes possédant un niveau de connaissances en programmation (relativement) élevé. Puis, avec le développement d’éditeurs de pages HTML, concevoir un site Web n’a plus été réservé à cette population de spécialistes. Au contraire, de plus en plus de personnes se sont formées (et bien souvent auto-formées) à l’utilisation de ces éditeurs. Pour répondre à la demande, des formations ont vu le jour : certaines correspondaient à des enseignements intégrés directement dans les cursus universitaires alors que d’autres consistaient en des formations de courtes durées (sur quelques jours, par exemple) ouvertes à tous. À présent, des formations à la conception de sites Web sont toujours dispensées par des sociétés ou associations spécialisées dans ce domaine. On en trouve également dans bon nombre de cursus universitaires touchant aux TIC.

55Par conséquent, au moins trois profils de concepteurs peuvent être distingués :

  • des « concepteurs-développeurs ». Leur tâche consiste à générer des pages Web d’un point de vue technique (c’est-à-dire à programmer). Ils ne touchent pas à l’architecture ni au graphisme. Ces professionnels disposent d’une formation d’ingénieurs informaticiens ou tout au moins de solides connaissances en programmation informatique. Ils travaillent généralement au sein de sociétés de taille importante et collaborent avec d’autres spécialistes impliqués dans le processus de conception, tels que les infographistes et/ou les ingénieurs marketing ;

  • des « concepteurs-éditeurs », qui utilisent des éditeurs WYSIWYG de pages Web. Ces concepteurs se sont auto-formés ou ont bénéficié d’une formation de courte durée (que cela soit à l’université, dans le secteur privé ou associatif). Ils travaillent pour la plupart dans de petites sociétés. Contrairement aux concepteurs-développeurs, ils créent presque entièrement seuls les sites Web et doivent donc faire preuve de compétences très diverses (infographie, marketing, etc.) ;

  • des individus débutants (sans formation) qui créent leurs pages personnelles, comme les blogs qui constituent en quelque sorte des journaux intimes automatiquement publiés en ligne.

56Quel que soit leur profil, très peu de concepteurs disposent de connaissances en ergonomie des interfaces Web, car peu de formations en informatique intègrent ce domaine de connaissances dans leurs cursus.

57Dans le cadre de cet ouvrage, nous présenterons principalement des résultats de recherches conduites auprès de concepteurs-éditeurs de pages Web, car ces derniers développent une activité cognitive particulièrement complexe. En effet, ils sont généralement seuls à prendre en charge l’intégralité du projet Web et doivent donc faire preuve de compétences très différentes allant de la conception de sites Web au design, en passant par les aspects commerciaux. Ils peuvent alors rencontrer diverses difficultés pour considérer ces différentes facettes de la conception Web.

Quelles difficultés pour les concepteurs-éditeurs ?

58Comme pour tout nouveau domaine de recherche non encore balisé par des travaux antérieurs, il a été nécessaire de conduire une étude de terrain visant à faire émerger certaines sources de difficultés que rencontrent les concepteurs pour pouvoir ensuite les étudier de façon systématique.

59Afin de déterminer de façon plus précise certaines de ces difficultés, nous avons conduit une étude qui a duré plusieurs mois auprès de concepteurs travaillant au sein de deux sociétés (pour plus de détails, cf. [Chevalier, 2002]). Cette étude a consisté à analyser la tâche et l’activité de concepteurs travaillant dans de petites sociétés spécialisées en conception de sites Web situées à Marseille.

60Pour cela, nous avons :

  • enregistré et étudié des interactions entre des commanditaires réels et des concepteurs ;

  • analysé différents cahiers des charges attribués par les commanditaires aux concepteurs dans le but de déterminer le nombre et la nature des contraintes le plus souvent prescrites aux concepteurs par les commanditaires qui souhaitent un site Web ;

  • enregistré des situations individuelles de conception dans l’objectif d’identifier la nature des contraintes que les concepteurs considèrent pour effectuer leur activité de conception ;

  • conduit des entretiens avec les concepteurs.

61Cette étude a visé, plus particulièrement, à déterminer comment les concepteurs tenaient compte (ou ne parvenaient pas à tenir compte) des besoins des futurs utilisateurs des sites créés ainsi que les difficultés auxquelles ils étaient confrontées.

62Cette étude exploratoire a tout d’abord montré que bien que l’activité des concepteurs travaillant dans de petites sociétés puisse paraître a priori comme une activité individuelle pour le concepteur, elle requiert en réalité l’intervention plus ou moins directe d’autres acteurs, qui peuvent être considérés comme des partenaires du processus de conception – comme pour la plupart des relations de services. Ce constat rejoint une étude de Ledoux [1995], en conception architecturale, dans laquelle l’auteur a mis en évidence qu’un projet architectural n’était pas totalement élaboré par les architectes responsables de la résolution du problème de conception. Selon elle, la personne à l’initiative du projet participe de cette façon à la définition et à la résolution du problème de conception. Plus précisément, dans le cas de la conception de site Web, sont distingués :

  • le commanditaire du site Web, c’est-à-dire la personne qui s’adresse au concepteur pour la réalisation de son futur site. Même si le commanditaire ne participe pas directement au travail de conception, il entame le projet, ne serait-ce que par les exigences initiales qu’il formule dans le cahier des charges. La participation du commanditaire ne se restreint pas aux seules exigences ou contraintes prescrites dans le cahier des charges, elle se manifeste également par de nombreuses interventions tout au long du processus de conception, en donnant, par exemple, son avis sur certains aspects liés au produit à concevoir ; ce qui influe directement sur les orientations (ou réorientations) et choix conceptuels du concepteur ;

  • les futurs utilisateurs du site, c’est-à-dire les futurs visiteurs du site qui peuvent dans certains cas (notamment pour les sites commerciaux) être des clients potentiels du commanditaire. Les utilisateurs sont, à l’inverse du commanditaire, très peu présents (voire absents) dans le processus de conception, à l’exception faite du cas où un ergonome intervient dans le projet Web et élabore des tests utilisateurs. Dans les petites sociétés spécialisées en conception de sites Web, l’intervention d’un ergonome est très rare. Ce sont généralement les concepteurs qui essaient de prendre en compte les futurs utilisateurs en essayant de se mettre à leur place.

63Ces différents acteurs ne peuvent pas être présents tout au long du processus de conception, c’est alors au concepteur d’essayer de considérer leurs points de vue respectifs (reflétant les attentes), une fois en situation de conception individuelle de sites Web. Par conséquent, ces deux acteurs tiennent un rôle essentiel dans le processus de conception, même s’ils interviennent peu de façon directe durant le processus. Ainsi, on peut reprendre le cadre de Bonnardel [2006] qui consiste à aborder la conception comme une activité qui se déroule au sein d’un environnement cognitif contraint impliquant la prise en compte de points de vue différents. Dans notre cas, ces points de vue font référence au commanditaire et aux futurs utilisateurs, en plus de leur propre point de vue pendant les phases de conception individuelle. Pour prendre en compte le point de vue de ces autres acteurs du processus de conception, le concepteur devra considérer des contraintes reflétant ces différents points de vue.

64Dans le cadre des études présentées dans cet ouvrage, nous nous intéressons plus particulièrement aux premières phases de conception car celles-ci tiennent un rôle prépondérant dans le processus de conception. En effet, des choix conceptuels doivent être opérés dès le début du processus de conception ; ces choix déterminent en grande partie les orientations de solutions du concepteur. Au cours de ces premières étapes du processus de conception, la clarification des objectifs et des étapes de conception conceptuelles sont importantes, ces dernières jouant un rôle majeur dans les orientations du produit à concevoir [French, 1985 ; Pahl, 2007], en particulier sur sa qualité [Andersson, 1994]. Pour cela, le concepteur doit anticiper, en plus des attentes et des besoins des futurs utilisateurs (ceux-ci n’étant pas ou rarement représentés pendant le processus de conception), certaines attentes étant liées au commanditaire afin de compléter le cahier des charges et de lui proposer une solution à l’occasion de leur prochaine rencontre. Les premières étapes du processus de conception sont concrétisées par l’élaboration d’une première ébauche (ou maquette), soit sous format papier soit électronique.

65Par ailleurs, cette étude de terrain ainsi que les modèles de conception présentés au cours du chapitre 1, nous ont permis de proposer un modèle descriptif général de l’activité de conception Web où l’évaluation joue un rôle central. Plus précisément, nous avons divisé le processus de conception entre trois phases (cf. figure 5) :

  • analyse de l’existant et des besoins : le concepteur analyse le cahier des charges ainsi que les documents fournis par le commanditaire. Si besoin et si cela s’avère possible, il contacte et interagit avec le client pour préciser ses besoins. Le concepteur procède également à une étude (ou analyse) des sites Web existants dans le même domaine afin de déterminer les points communs entre les sites et les tendances actuelles. L’analyse de l’existant et des besoins est le premier pas vers la structuration/définition du problème à résoudre [Goel, 1992] et se traduit bien souvent par une planification de son activité ;

  • le prototypage papier ou électronique : le concepteur définit la structure et le contenu principal des pages Web à élaborer. Cela peut se concrétiser sur papier ou directement sur support informatique. Cette activité repose à la fois sur la structuration du problème et sa résolution (dans la lignée de Goel [1992]) ;

  • l’implémentation : le concepteur développe le site en HTML (ou tout autre langage adapté au Web). Cette phase consiste à traduire sous forme d’hypermédias le prototypage papier (ou électronique). Au cours de cette phase, le concepteur peut s’apercevoir d’erreurs ou d’améliorations à apporter qu’il pourra considérer à ce niveau. Ainsi, des activités de résolution et de structuration du problème peuvent apparaître.

66Ces trois phases ne sont pas séquentielles, mais itératives, en ce sens qu’elles apparaissent tout au long du processus de conception. L’évaluation est au centre du processus de conception puisqu’il apparaît au cours des différentes phases. L’évaluation repose souvent sur des contraintes à considérer.

Figure 5. Les trois principales activités impliquées dans le processus de conception Web. L’évaluation apparaît au centre du processus. Source : Aline Chevalier, Nicolas Fouquereau & Jean Vanderdonckt, 2009 (notre traduction).

Figure 5. Les trois principales activités impliquées dans le processus de conception Web. L’évaluation apparaît au centre du processus. Source : Aline Chevalier, Nicolas Fouquereau & Jean Vanderdonckt, 2009 (notre traduction).

67En outre, des travaux antérieurs ont mis en évidence des différences entre experts et novices concernant les niveaux d’abstraction des solutions développées lors de ces premières étapes [Kao, 1997 ; Qian, 1992].

68Nous essayerons d’apporter, au cours des prochains chapitres, des éléments de réponses aux questions suivantes :

  • de quelle façon les concepteurs de sites Web parviennent-ils, ou tout au moins, essaient-ils de tenir compte des attentes du commanditaire et de l’utilisateur, une fois en situation de conception individuelle ?

  • quels sont les facteurs qui interviennent dans la prise en compte, et l’anticipation, des besoins de ces partenaires du processus de conception ?

  • observe-t-on des différences en fonction de l’expertise des concepteurs ? Intuitivement, on pourrait penser que les concepteurs débutants (ou novices) pourraient plus aisément prendre en compte les besoins des utilisateurs que ceux des clients et inversement. Mais qu’en est-il réellement ?

69Afin d’apporter des éléments de réponse, nous allons aborder le rôle de l’expertise en résolution de problèmes, et plus précisément en conception. L’expertise est une notion centrale en psychologie cognitive ergonomique et cela pour différentes raisons. Notamment, étudier l’expertise permet de déterminer comment des connaissances « académiques » sont mises en pratique puis transformées pour devenir des savoir-faire et concourent aux développements de certaines stratégies. Cela permet également de contribuer à la formation des novices et de développer des aides aux novices et aux experts. La notion de contraintes et de gestion de contraintes seront également abordées au cours du chapitre suivant et mises en lien avec l’expertise.

Notes

1 J. Gero est actuellement Professeur à l’Université George Mason aux États-Unis.

2 Voir figure 1, p. 22.

3 Introduction de l'ouvrage Création et Cognition qu'ils coordonnent.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Exemple d’un problème de la Tour de Hanoï et les règles à respecter.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1718/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Figure 2. Modèle en étoile. Source : extrait et traduit de Deborah Hix, Usability evaluation : how does it relate to software engineering?, Symbiosis of human and artifact : human and social aspects of human-computer interaction, Amsterdam, Elsevier Science, 1995, p. 355-360.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1718/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 3. Exemple de page Web que l’on peut voir directement quand on conçoit avec NVU.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1718/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Dans l’encart en pointillé, les principales fonctions pour la mise en forme de la page sont présentes (elles sont très proches des fonctions que l’on trouve sur un logiciel de traitement de texte).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1718/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Figure 4. Page Web telle qu’elle s’affiche sur un navigateur Web.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1718/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Titre Figure 5. Les trois principales activités impliquées dans le processus de conception Web. L’évaluation apparaît au centre du processus. Source : Aline Chevalier, Nicolas Fouquereau & Jean Vanderdonckt, 2009 (notre traduction).
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1718/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

© Presses de l’enssib, 2013

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search