Version classiqueVersion mobile

À l’ombre des bibliothèques

 | 
Clément Bert-Erboul
, 
Sylvie Fayet
, 
Louis Wiart

Partie 2. De la continuité documentaire à l’enquête collective, modes de circulation des échanges documentaires

Parcours 18. En filigrane. Des bibliothèques et des bibliothécaires sur BSc

Sylvie Fayet

Texte intégral

1Les contributions de Clément Bert-Erboul (parcours 8), Julien Hage (parcours 12), Cécile Touitou (parcours 7) et Louis Wiart (parcours 10) nous montrent comment, à travers différentes alternatives numériques développées par un public orphelin durant le confinement, la norme et la régulation se déclinent comme attributs typiques des bibliothèques : respect du silence, respect des catégories et des mots-clés, respect du droit d’auteur, respect de la forme codifiée des échanges… En filigrane, bibliothèques et bibliothécaires – ou du moins la représentation que s’en font les participants – signent la trame du groupe BSc. Mais nous avons aussi souhaité rendre compte de leur présence immédiate dans BSc, à travers les conversations dans lesquelles il est explicitement question de bibliothèques et de bibliothécaires. Nous supposons que ces conversations seront révélatrices de la manière dont s’articulent les besoins individuels exprimés par les membres du groupe et l’offre institutionnelle portée par les professionnels.

  • 1 Pour des précisions concernant la source de ces données, voir les modalités de construction de la (...)

2Sur le plan méthodologique, nous avons dans un premier temps regroupé les conversations qui comportaient les termes « bibliothèque(s) », « bibliothécaire(s) », « BU », « bibli », « bib », ce qui représente plus de 500 conversations. Nous y avons adjoint les 325 conversations indexées avec le hashtag #accèsbibliothèque et les 58 conversations indexées avec le hashtag #archivesetbibliothèques1. Un tri manuel a permis d’écarter les très nombreuses occurrences non significatives de notre point de vue : par exemple, le terme « bibliothèque » apparaît régulièrement dès qu’il est question en toutes lettres du groupe Bibliothèque Solidaire du confinement ; il est également employé, ainsi que « bibli » ou « bib », par les personnes qui mettent à disposition leur bibliothèque personnelle. De même, nombre de posts sont introduits par une salutation du type « Hello la bib » ou « Hello les bibliothécaires ». Ce tri permet de resserrer le corpus autour d’échanges dans lesquels il est explicitement question de l’institution bibliothèque ou de bibliothécaires professionnels.

Bibliothèques personnelles

3Dans les premiers temps du confinement, plusieurs personnes mettent spontanément à disposition leur bibliothèque. Les transactions s’opèrent en privé mais l’annonce et la description des grands thèmes couverts par chaque bibliothèque donne lieu à un message dans BSc. On en dénombre trente dans le corpus, souvent tagués #Accèsbibliothèque. Une partie des références bibliographiques associées se retrouve dans le groupe Zotero Bibliothèque Solidaire du confinement.

Les bibliothèques comme pourvoyeuses essentielles de ressources

4Dans la grande majorité des cas, les conversations de notre corpus débutent par un post demandant des références bien précises, qui ont été identifiées mais qui ne sont pas accessibles soit parce que la bibliothèque est fermée, soit parce que le demandeur est confiné trop loin de la bibliothèque et ne peut se déplacer, soit parce que le document est indisponible à la bibliothèque habituelle (emprunté ou manquant). Dans ces cas, la référence à la bibliothèque permet d’expliquer les raisons de la demande, et la rend encore plus légitime ; dans certains cas, le demandeur précise même que la recherche a été faite avec l’aide des bibliothécaires mais qu’elle est infructueuse, et qu’il n’y a pas d’autre recours que de porter la demande dans BSc. Ce sont donc des apparitions conjoncturelles de la bibliothèque, émanant de personnes rompues à la recherche documentaire et à l’interrogation de catalogues, dont le confinement bloque l’activité de recherche. Le principal enseignement que l’on peut en tirer est la confirmation du fait que les bibliothèques constituent souvent l’unique moyen d’accéder à de la documentation scientifique spécialisée, et qu’elles sont nécessaires aux chercheurs en sciences humaines et sociales.

5Parfois, le besoin d’obtenir une référence précise conduit à solliciter un accès direct ou indirect à l’ENT (environnement numérique de travail) d’un autre établissement. Il arrive en effet que le chercheur repère un document accessible seulement aux étudiants d’une autre université que la sienne (le cas le plus fréquent est celui de thèses en accès restreint, mais on le rencontre également à propos d’e-books ou de journaux en ligne). Dans ce cas, il fait appel aux étudiants de l’université en question soit pour lui procurer directement le fichier, soit pour lui communiquer un code d’accès. On constate que les demandes de ce type se sont développées au-delà du confinement, au point même d’être organisées et rationalisées par la modération. À la fourniture de documents numérisés, objet initial du groupe, se substitue progressivement la fourniture d’un accès à des ressources en ligne auxquelles l’université d’affiliation n’est pas abonnée, mais qui sont disponibles dans les bouquets souscrits par d’autres universités. Cette tendance à la migration d’un ENT à l’autre interroge nos modèles d’acquisition des ressources électroniques, jusqu’ici décalqués des pratiques d’acquisition de documents matériels. Il est manifeste – et l’idée avait été évoquée à propos de la redynamisation des Cadist – que les bouquets spécialisés s’adressent non à toute la communauté d’un établissement institutionnellement et géographiquement délimité, mais bien plutôt à une communauté disciplinaire éparpillée entre divers établissements. Or nos dispositifs d’acquisition collectifs (consortium, licences nationales, groupement d’achat…) raisonnent à l’échelle de chaque établissement tout entier, tous niveaux et toutes disciplines confondues, et non à l’échelle de communautés disciplinaires spécialisées inter-établissements. Le résultat en est la réplication d’une offre numérique « de base » d’une université à l’autre, même si les ressources en sont localement sous-exploitées, alors qu’on est dans l’incapacité de mutualiser réellement les ressources les plus rares. Seule la bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne a revendiqué durant le confinement une politique d’accès élargi à ses ressources électroniques, par le moyen de conditions d’inscription très assouplies. La Bibliothèque publique d’information (Bpi) a quant à elle carrément négocié avec les éditeurs l’ouverture contrôlée de certaines bases.

Les bibliothèques comme pourvoyeuses de services

6Les posts qui ont un autre objectif que la recherche de documents bien précis abordent des sujets variés. Dans près de 50 cas, on a affaire à des demandes assez larges de conseil bibliographique. Les réponses apportées par les membres sont pointues, et on y trouve le renvoi à des bibliothèques spécialisées. Lorsque la réponse est un peu plus ouverte, on rencontre des invitations plus génériques à contacter les bibliothécaires de son établissement et à vérifier la liste des ressources électroniques disponibles via la BU.

7Les bibliothèques ont globalement déployé de grands efforts de communication concernant les modalités de fermeture, réouverture, accès aux ressources, disponibilité des documents… L’information a été diffusée sur leurs sites web et sur les réseaux sociaux, et a été relayée par diverses listes. Il n’en reste pas moins que certains passent toujours à travers les mailles du filet et manquent l’information. Ainsi, une vingtaine de personnes demandent quand leur bibliothèque va rouvrir, si elle propose un drive, où trouver une liste des ressources numériques accessibles durant le confinement… Chaque fois, ces informations existent sur les sites web ou les profils Facebook, Twitter ou Instagram des bibliothèques, et chaque fois la réponse apportée est d’aller consulter ces informations en ligne. Le groupe relaye également le lien vers la liste établie par Couperin des ressources électroniques en accès ouvert durant le confinement. Des réseaux disciplinaires spécialisés récapitulent eux aussi ces informations.

Figure 1. Post du 14 avril 2020

Figure 1. Post du 14 avril 2020

8Pour certains, le confinement est l’occasion de découvrir des ressources électroniques pourtant régulièrement mises en avant par les BU et de partager leur satisfaction devant la qualité du service. Ces découvertes sont positives, mais pointent en creux le déficit de notoriété et la sous-exploitation des ressources électroniques, malgré l’effort de formation et d’information que déploient les bibliothèques en direction des étudiants et des enseignants.

Figure 2. Post du 24 janvier 2021

Figure 2. Post du 24 janvier 2021

9Parmi les pistes proposées par les membres pour accéder à la documentation, 15 occurrences suggèrent le recours au PEB (prêt entre bibliothèques), aux services de questions/réponses (notamment celui de la BnF), à l’interrogation d’un catalogue spécialisé, ou à une demande d’achat par la BU, toutes ces solutions témoignant d’un bon niveau de connaissance des services offerts par les bibliothèques. Quelques sujets se révèlent carrément techniques : matériel de numérisation, usage de Zotero, choix de Zotero versus Mendeley, logiciels de prises de notes. Les bibliothèques y sont citées pour leur expertise, leurs formations, leurs tutoriels (et les bibliothèques québécoises remportent la palme des supports de formation conseillés par les participants). Globalement, l’impression qui domine à la lecture des échanges est celle de circuits d’information incomplets, qui n’ont touché qu’une partie de leur public. Il faut toutefois prendre en compte un biais : les personnes qui manquent d’information s’expriment pour en demander, alors que tous ceux qui ont l’information sont généralement silencieux ; la présence dans les échanges de nombreuses questions sur les bibliothèques ne doit pas faire oublier que beaucoup d’étudiants possèdent déjà les clés et ont su s’informer.

Questions de droit

10On rencontre également quelques discussions sur les aspects juridiques, qui montrent que, si la modération a des idées très claires sur le sujet et s’attache à maintenir les échanges sur BSc dans le strict cadre de la légalité, les membres du groupe peuvent avoir des notions plus floues.

11Le point qui semble à peu près compris par tous, grâce aux efforts déployés par les administrateurs, est qu’il est illégal de mettre à disposition d’un collectif, fût-il un groupe Facebook fermé, une œuvre qui n’est pas encore tombée dans le domaine public, et qu’en conséquence aucun échange direct ne doit passer par BSc. Passé cet acquis fondamental, il subsiste des incertitudes sur le statut légal de la copie privée. C’est l’occasion de rappeler le principe de base : la reproduction d’une œuvre par un individu pour son usage personnel et à des fins privées rentre dans le cadre des exceptions prévues par la loi (article L122-5 du Code de la propriété intellectuelle) : « Lorsque l’œuvre a été divulguée, l’auteur ne peut interdire : […] Les copies ou reproductions réalisées à partir d’une source licite et strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective. » En bibliothèque comme ailleurs, une personne peut réaliser tout à fait légalement une copie d’une œuvre du moment que c’est à usage privé. La lutte contre le « photocopillage » et les déclarations au Centre français d’exploitation du droit de copie ne concernent pas la copie privée, mais la copie à des fins d’utilisation collective.

Figure 3. Extrait des échanges faisant suite à un post de modération du 12 janvier 2020

Figure 3. Extrait des échanges faisant suite à un post de modération du 12 janvier 2020

12Plus largement, il apparaît parfois difficile de dissocier appréciation morale et appréciation juridique. Lorsque le partage est la seule solution pour se procurer un ouvrage nécessaire mais indisponible, pour lequel l’éditeur ne propose aucune alternative, beaucoup trouvent incompréhensible que cette solution soit illégale, quand bien même elle ne cause aucun préjudice économique.

Figure 4. Post du 27 mars 2020

Figure 4. Post du 27 mars 2020

13Au-delà, un débat de fond affleure de temps en temps, même s’il tourne régulièrement court : faut-il, au nom du droit d’accès à la culture pour tous, mettre indifféremment à disposition toutes sortes d’œuvres ? Plusieurs voix s’élèvent pour souligner que des œuvres littéraires récentes, très facilement accessibles et à prix très modérés, ne devraient pas donner lieu à ce type d’échanges, indéfendable au regard du droit d’auteur. La scission du groupe et la création de « Lectures de confinés » mettent un terme aux quelques discussions sur le sujet.

14Concernant la numérisation de documents libres de droit, le recours à Gallica est fréquent mais force est de constater que la réactivité et la puissance de frappe de Google répondent mieux à la demande.

Figure 5. Post du 3 juin 2020

Figure 5. Post du 3 juin 2020

Présence des bibliothécaires

15Sur tous ces sujets, qui les concernent pourtant directement, les bibliothécaires se manifestent rarement, du moins ès qualités. Douze personnes sont intervenues à titre individuel pour apporter des réponses en s’identifiant explicitement comme bibliothécaires, et un seul compte institutionnel de bibliothèque apparaît dans les échanges. Les bibliothèques existent hors les murs, mais les bibliothécaires beaucoup moins.

  • 2 Voir le parcours 11.

16Isabelle Antonutti, dont le récit permet d’éclairer cet « angle mort » de BSc2, a été la plus active, en renouvelant régulièrement un ensemble de conseils génériques de recherche documentaire. Ce caractère générique et itératif, à contre-courant des réponses individualisées et pointues et des échanges spécialisés qui ont souvent cours sur BSc, a desservi la portée de ses recommandations. On constate que les quelques bibliothécaires qui s’intègrent avec fluidité aux échanges sont ceux qui rentrent dans les contenus et qui interviennent autant comme connaisseurs d’un sujet que comme professionnels ; ils peuvent d’ailleurs être parfois demandeurs eux aussi, au même titre que d’autres participants. Ce constat fait écho à un débat de fond qui traverse la profession avec une acuité particulière en BU  : les bibliothécaires sont-ils des professionnels des collections, familiers des méthodes et de l’épistémologie d’une discipline, capables d’appréhender et d’exploiter les contenus documentaires, ou bien sont-ils des professionnels de l’accès, dont le rôle est centré sur l’identification, le repérage et la mise à disposition des ressources ? Ou, dit autrement, est-ce que le travail du bibliothécaire s’arrête au moment d’ouvrir le livre ? Le besoin qu’expriment les utilisateurs sur BSc va clairement au-delà en tout cas.

17La majorité des interventions des bibliothécaires sont de la diffusion d’informations « officielles » (liens vers les sites Couperin ou Istex, annonces d’ouverture de ressources électroniques de certains établissements, informations sur les réouvertures ou les mises en place de click and collect…). Pour quelques-uns, l’implication dans BSc va de pair avec des convictions très fortes en matière d’open access, et souvent un engagement personnel revendiqué dans des actions en faveur des « communs ». Pour autant, ils sont les premiers à expliquer le distinguo entre une édition scientifique au modèle économique financé essentiellement par l’argent public mais capté par un secteur privé florissant et la création littéraire dont l’écosystème repose sur le respect du droit d’auteur. Le militantisme en faveur de l’ouverture des accès ne s’exprime jamais de manière indistincte, mais toujours au regard des structures de production et des circuits de diffusion.

18Au final, les bibliothécaires ont communiqué sur les sites web et les réseaux sociaux de leurs institutions, mais ils se sont rarement déportés vers les espaces virtuels créés par les usagers, du moins en y intervenant en tant que professionnels.

Notes

1 Pour des précisions concernant la source de ces données, voir les modalités de construction de la base BScSnap décrites au parcours 4.

2 Voir le parcours 11.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Post du 14 avril 2020
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/16682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 2. Post du 24 janvier 2021
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/16682/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 766k
Titre Figure 3. Extrait des échanges faisant suite à un post de modération du 12 janvier 2020
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/16682/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 759k
Titre Figure 4. Post du 27 mars 2020
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/16682/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 762k
Titre Figure 5. Post du 3 juin 2020
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/16682/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 506k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search