Version classiqueVersion mobile

À l’ombre des bibliothèques

 | 
Clément Bert-Erboul
, 
Sylvie Fayet
, 
Louis Wiart

Introduction

Clément Bert-Erboul, Sylvie Fayet et Louis Wiart

Texte intégral

  • 1 De sa première formulation jusqu’aux développements qu’elle revêt à travers les parcours de lecture (...)

1Qu’est-ce que la crise Covid révèle des usages des bibliothèques1? Ce livre documente la manière dont ont réagi sur Internet les utilisateurs de bibliothèques à la fermeture de ces institutions durant les périodes de confinement notamment en France. Sans aller jusqu’à parler d’anomie, l’enfermement que ceux-ci ont subi aurait pu bouleverser les modes de travail en bibliothèque. Les utilisateurs de bibliothèques auraient pu, spécialement en période de confinement, choisir des usages de la bibliothèque plus « extravertis », avec des échanges interpersonnels plus forts pour compenser l’isolement. Cette hypothèse « hypersociale » aurait aussi pu se confronter à un scénario opposé, plus économique, dans lequel les individus se seraient tournés vers le marché pour trouver les livres dont ils ont besoin et des formes virtuelles de compagnie de travail. Les auteurs de ce livre n’ont pas observé un renforcement des liens entre utilisateurs de livres ou d’espaces de travail. Ils n’ont pas non plus constaté le triomphe du marché dans la fourniture de supports pour le travail intellectuel. En revanche l’étude d’un groupe Facebook et de différents espaces vidéo de travail révèle l’existence de communautés distantes, regroupant quelques dizaines d’individus à plusieurs dizaines de milliers d’inconnus. Ce livre raconte les pratiques, les règles et les idéaux qui animent les utilisateurs de ces organisations en ligne, pris dans un contexte inédit.

2Deux pratiques sont particulièrement analysées ; d’un côté, l’échange de références et de documents numériques au sein d’une communauté ; de l’autre, une recherche de coprésence réalisée avec des outils de vidéo en ligne. Ces deux pratiques se rapprochent fortement par leur objet (les livres) et par leur but (le travail intellectuel) des attributs des bibliothèques. Pour cette raison, les Presses de l’Enssib, en partenariat avec une équipe créée pour l’occasion et constituée de chercheurs en sciences sociales et de professionnels du monde de la bibliothèque, proposent aux lecteurs de ce livre de découvrir et de comprendre, à partir de matériaux empiriques originaux, un ensemble d’activités en ligne partageant certaines des caractéristiques des bibliothèques physiques.

3L’ouvrage s’adresse à tous les lecteurs, professionnels des bibliothèques, chercheurs universitaires, étudiants ou curieux. L’enquête donne la parole à des représentants de toutes ces catégories, et espère prolonger le dialogue autour des pratiques numériques dans les bibliothèques initié depuis plus de vingt ans. Ces débats sur les technologies numériques dans les bibliothèques sont parfois profanes, parfois spécialisés. Cette diversité est à l’image des outils utilisés, qui peuvent être grand public, comme Internet ou les plateformes de réseaux sociaux, mais aussi plus spécifiques au domaine, comme les logiciels d’accès aux bases de données des bibliothèques ou les outils de numérisation. La période du Covid et des confinements fait ressortir les usages personnels de la documentation, et révèle ce que nous pourrions appeler des besoins primaires en bibliothèque : consulter des ouvrages et recréer l’émulation et la motivation pour du travail personnel silencieux au long cours. Les autres pratiques constatées en bibliothèque ont pu se déporter vers d’autres types d’activités, ou être mises de côté temporairement, mais les usagers n’ont pas éprouvé la nécessité de les organiser ailleurs.

4Le résultat de la recherche ne conclut pas véritablement à une forme de résilience selon laquelle les utilisateurs chercheraient à maintenir coûte que coûte l’usage habituel de la documentation et des bibliothèques. Nous constatons, à travers notre enquête, l’apparition de « places à prendre », jusqu’à présent masquées par l’existence d’institutions comme les bibliothèques universitaires. L’analyse d’un groupe Facebook illustre par exemple les espérances collectives mises dans la construction d’une communauté scientifique d’échange d’ouvrages. Nous observons également l’agglomération de mouvements culturels initialement très différents (mouvements féministes, monde de l’open source…), autour de l’échange de documents. Ces observations donnent des pistes de réflexion stimulantes pour penser les aménagements futurs dans les bibliothèques dans le monde d’après Covid.

5Les auteurs du livre essayent de comprendre l’émergence de ces nouvelles configurations, au cours d’une enquête collective exploratoire. La méthodologie mixte utilisée révèle de multiples expériences visant à pallier le manque de bibliothèque à travers les outils numériques. Des données qualitatives comme des entretiens ou l’analyse des discours observés sur les espaces en ligne restituent la manière dont les utilisateurs mettent du sens dans leurs pratiques. Les données quantitatives d’usages des plateformes permettent, quant à elles, de documenter l’intensité du phénomène. Au cours des analyses contenues dans le livre, l’avis de certains experts situe ces observations par rapport à des débats plus larges comme les enjeux de droits de propriété intellectuelle pour les supports de connaissance ou encore la gestion de communautés virtuelles.

6Le livre est organisé en deux parties et comporte des annexes permettant au lecteur de prendre connaissance du dispositif d’enquête déployé par le collectif de chercheurs. Chaque partie est composée d’une série de « parcours » qui sont autant de points de vue sur des usages numériques consécutifs à la fermeture des bibliothèques.

7Dans la première partie intitulée « Bibliothèques et plateformes numériques : répliques documentaires », différentes contributions dressent le portrait de certaines pratiques et les mettent en rapport avec l’actualité des débats professionnels, académiques et politiques. Les premières contributions s’intéressent à l’accès à la documentation en ligne en période de Covid. Pour commencer, Romane Coutanson analyse l’enjeu de l’accès aux ressources documentaires en ligne en situation de crise, et fait un état des ressources documentaires disponibles en ligne. Cette approche technique est complétée ensuite par le texte de Joëlle Le Marec qui revient sur les formes de solidarité en ligne qu’elle a observées dans le monde de la documentation.

8Après cette présentation contextuelle, Grégoire Clemencin présente dans trois contributions successives un cas d’étude qui va ensuite faire l’objet de différentes analyses : le groupe Facebook La Bibliothèque Solidaire du confinement (BSc). Il décrit les règles qui régissent ce groupe et les grandes tendances statistiques de ses usages. À la suite de cette présentation, la parole est donnée à quatre utilisatrices de ce groupe, à partir d’écrits qu’elles ont réalisés pour l’occasion de ce livre.

9Pour terminer cette première partie faisant un état des pratiques en ligne ressemblant aux activités en bibliothèque, trois textes rendent compte des usages silencieux d’espaces de travail vidéo. Cécile Touitou présente la manière dont les espaces vidéo silencieux sont apparus dans les pratiques des bibliothèques universitaires durant la crise du Covid. Clément Bert-Erboul analyse différentes initiatives en ligne basées sur la vidéo où les utilisateurs cherchent explicitement à pallier l’absence de bibliothèques. Cette partie se termine par la retranscription d’un entretien avec Dan Sperber qui a lui-même créé un espace numérique vidéo de travail silencieux et témoigne de son expérience et de son besoin de compagnie discrète au travail.

10La deuxième partie s’intitule « De la continuité documentaire à l’enquête collective, modes de circulation des échanges documentaires ». Les chapitres qui la composent sont dédiés à l’analyse du groupe BSc. Louis Wiart met en perspective les enjeux de gestion du groupe Facebook par ses administrateurs avec des questions plus générales de community management. En regard de cette analyse, Isabelle Antonutti livre son témoignage d’utilisatrice du groupe et sa relation avec les administrateurs de BSc.

11Après ces éléments de cadrage sur l’organisation d’une communauté en ligne, Julien Hage analyse les usages de partages de ressources profanes et savantes observés dans le groupe BSc. Pour compléter cette approche, Sylvie Fayet avec Maryline Vallez, dans une contribution minutieuse, détaillent les échanges de références et font un état des types d’ouvrages dont les noms circulent dans le groupe BSc. En complément à ces observations, Charles Parisot-Sillon partage des expériences personnelles de recherche documentaire durant les confinements. Geneviève de Maupeou quant à elle revient sur les difficultés de recherche documentaire dans une communauté telle que BSc en analysant les posts orphelins, c’est-à-dire les messages qui n’ont pas reçu de réponse.

12Pour mieux cerner les enjeux d’usages documentaires dans un collectif distant comme BSc, Julien Hage et Maryline Vallez se sont intéressés dans leur contribution conjointe aux effets politiques du partage en ligne de documents par les utilisateurs. À la suite de cette analyse, la parole est donnée à cinq membres de BSc qui racontent leurs expériences d’usage. Enfin, Sylvie Fayet revient plus particulièrement sur la présence et l’influence des bibliothécaires et de leurs pratiques sur le groupe BSc.

  • 2 Par exemple : Nicolas MARIOT, Pierre MERCKLÉ et Anton PERDONCIN (dir.), Personne ne bouge : une en (...)
  • 3 Travaux recensés (liste non exhaustive) par exemple par la Maison des Sciences de l’Homme de Paris (...)

13Au final, ce livre s’inscrit dans la lignée des travaux académiques réalisés à la suite des périodes de confinement et qui ont documenté les effets sociaux des restrictions sanitaires2. Plus d’une trentaine d’enquêtes en sciences sociales ont été menées en France par différentes équipes pour évaluer les changements impliqués par les mesures sanitaires sur la vie quotidienne des Français3. Dans cet ensemble, la spécificité de l’enquête À l’ombre des bibliothèques est son attachement au monde des bibliothèques au sens large qui en fait une institution centrale de la vie démocratique. Parmi les enjeux récurrents soulevés dans le livre, on peut citer la circulation des idées, les catégories de savoirs experts et profanes, ou encore la solidarité. La participation plus ou moins longue, à grande échelle, à des mouvements sociaux alternatifs en ligne constitue sans doute un fait marquant dans une période caractérisée par l’imposition de l’autorité étatique. L’ombre des bibliothèques se construit autour de cette contradiction, où la bibliothèque institution est tenue par une obéissance à l’État, quand la bibliothèque maillon de la démocratie fait preuve d’une certaine subversion. Dans les deux cas, la bibliothèque est construite autour de règles portant sur la disposition des espaces, la modération des comportements, la normalisation des échanges. Bien qu’alternatifs et parfois à la limite de la légalité, les espaces numériques observés sont socialement construits, comme le sont leurs reflets hors ligne fermés pour cause de restrictions sanitaires. À travers les contributions qui composent ce livre, l’image de la bibliothèque comme lieu régulé prend corps : pour faire bibliothèque ailleurs qu’à la bibliothèque, tout commence ou presque par poser une règle.

Notes

1 De sa première formulation jusqu’aux développements qu’elle revêt à travers les parcours de lecture proposés, la belle idée qui est à la source de ce livre a été portée par Muriel Amar, responsable de la collection La Numérique. Nous l’en remercions.

2 Par exemple : Nicolas MARIOT, Pierre MERCKLÉ et Anton PERDONCIN (dir.), Personne ne bouge : une enquête sur le confinement du printemps 2020, Grenoble, UGA Éditions, 2021. Voir : < https://www.uga-editions.com/menu-principal/collections-et-revues/toutes-nos-collections/carrefours-des-idees-/personne-ne-bouge-777658.kjsp >.

3 Travaux recensés (liste non exhaustive) par exemple par la Maison des Sciences de l’Homme de Paris-Saclay, voir : < http://msh-paris-saclay.fr/enquetes/ >.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search