Version classiqueVersion mobile

L’offre de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique : un regard international

 | 
Hans Dillaerts
, 
Benoît Epron

1. La situation au Québec1

Jean-François Cusson

Texte intégral

Mise en contexte

1Le projet de plateforme de prêt de livres numériques pour les bibliothèques publiques québécoises a démarré peu après le deuxième Congrès des milieux documentaires, tenu en novembre 2010. Conscientes du rôle qu’elles jouent dans l’équilibre de la chaîne du livre au Québec et avec la volonté de respecter l’esprit de la Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre (aussi connue comme la Loi 511), les bibliothèques publiques ont rapidement exprimé le besoin d’une interface unique entre l’ensemble des bibliothèques, des libraires et des éditeurs de livres numériques qui favoriserait le maintien et la stabilité de ce milieu en pleine mutation.

  • 2 L’ABPQ regroupe la très grande majorité des bibliothèques dites autonomes, c’est-à-dire desservant (...)
  • 3 Les réseaux BIBLIO, au nombre de 11, sont des organisations régionales qui desservent les municipa (...)

2L’Association des bibliothèques publiques du Québec (ABPQ)2, le réseau BIBLIO du Québec3 et Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) se sont donc associés pour mettre en commun leur expertise, évaluer les besoins du milieu et faire cheminer le projet.

Développement de la plateforme PRETNUMERIQUE.CA

3Lorsque les bibliothèques québécoises envisagèrent de se doter d’une plateforme pour gérer des collections numériques et diffuser celles-ci auprès de leurs usagers, elles se tournèrent tout naturellement vers la compagnie De Marque, établie dans la ville de Québec. Le choix de De Marque s’est imposé rapidement, étant donné l’expertise acquise par l’entreprise dans la distribution et la diffusion du livre numérique, notamment avec le développement de l’Entrepôt du livre numérique en collaboration avec l’Association nationale des éditeurs de livres (l’ANEL).

4En partenariat avec De Marque, un comité de bibliothécaires, issus de plusieurs bibliothèques publiques québécoises, a été mis sur pied afin de déterminer les besoins et les priorités devant mener à la création d’une plateforme permettant le prêt de livres numériques en bibliothèque. Cette plateforme a ainsi été conçue de façon à respecter les principes suivants :

  • Rendre accessible le service à toutes les bibliothèques publiques québécoises, peu importe leur budget ou leur expertise technique.
  • Respecter l’esprit de la Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre (Loi 51). Bien que le livre numérique ne soit pas assujetti à la Loi 51, il a été convenu qu’il était à l’avantage de tous les acteurs de respecter l’esprit de cette loi.
  • Simplifier l’implantation pour éliminer le plus de barrières technologiques.
  • Éviter la multiplication des plateformes. Afin d’offrir un contenu diversifié, certaines bibliothèques doivent utiliser plusieurs plateformes, ce qui multiplie les coûts et complique la vie de l’usager. PRETNUMERIQUE.CA est conçue comme une plateforme qui peut accueillir des contenus de tous les distributeurs et éditeurs, et à laquelle tous les libraires peuvent se brancher.
  • Favoriser la diffusion du livre numérique québécois et francophone. En 2011, le marché du livre numérique québécois était encore à ses débuts. La plateforme devait aider à faire rayonner cette nouvelle offre. Toutefois, la plateforme fut aussi conçue pour pouvoir offrir du contenu étranger (européen, canadien, américain, etc.).
  • Permettre l’intégration fine dans les catalogues des bibliothèques. La plateforme web de PRETNUMERIQUE.CA est pensée comme un outil, et non comme une fin. À terme, les fonctions de prêt, de réservation et de dossier d’usager pourront être complètement intégrées dans les catalogues en ligne et les systèmes intégrés de gestion de bibliothèque (SIGB) à travers des branchements par application programming interface (API).

5La grande particularité du projet PRETNUMERIQUE.CA réside sans aucun doute dans la collaboration entre un nombre important de représentants d’institutions publiques (les bibliothécaires) et une entreprise privée, dans une optique de partenariat. En effet, le cœur de l’entente entre De Marque et les bibliothèques s’est construit autour d’un échange d’expertise : les bibliothèques ont pu établir leurs besoins, décrire les fonctionnalités nécessaires, et suivre le projet selon un processus itératif, au fur et à mesure de son avancement. Ainsi, bien qu’il ait été construit à partir d’exigences assez précises énoncées par les bibliothèques, le projet PRETNUMERIQUE.CA n’a pas fait l’objet d’un complexe processus de rédaction de cahier des charges et d’appel d’offres. Au contraire, il a été conçu dès le départ pour évoluer en fonction d’usages et de besoins appelés à émerger progressivement, en suivant l’adoption du système par les bibliothèques et leurs usagers.

6La technologie développée dans le cadre du projet appartient à De Marque, qui la commercialise désormais, au Canada comme en Europe, sous le nom Cantook Station. Plusieurs bibliothèques européennes et canadiennes ont d’ailleurs commencé à déployer la technologie Cantook Station et à offrir le service de prêt numérique à leurs usagers, notamment Grenoble (France), Edmonton (Canada), ainsi que la Fédération Wallonie-Bruxelles (Belgique).

Entente avec le milieu du livre

7En parallèle de ces travaux de conception et d’idéation, des discussions ont été menées avec l’ensemble des partenaires de la chaîne du livre afin de définir les paramètres et modalités destinés à encadrer l’achat et le prêt de livres numériques. Ces discussions ont eu lieu, en bonne partie, en marge des travaux de la Table de concertation interprofessionnelle du livre, pilotée à l’époque par la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC). Au terme de ces échanges, un système de lettres d’entente a été mis en place afin de permettre le démarrage d’un projet pilote, dont le terme fut fixé au 31 décembre 2012 :

  • Lettre Éditeur – Entrepôt numérique.
  • Lettre Entrepôt numérique – Libraire.
  • Lettre Libraire – Bibliothèque.

8Plusieurs principes ont été établis et définis dans ces lettres d’entente, notamment un plafond de 100 prêts par licence acquise, l’achat de livres numériques au prix fixé par l’éditeur pour la vente grand public, ainsi que la notion d’exemplaire et l’impossibilité pour une bibliothèque de prêter un même exemplaire à plus d’un usager, simultanément.

9Pour en savoir plus sur le processus ayant mené à la définition du modèle entourant PRETNUMERIQUE.CA, on lira avec intérêt un billet rédigé par Clément Laberge, vice-président principal de De Marque, et publié en décembre 2011, au moment du démarrage de la phase pilote du projet.

Lancement du projet pilote

10Dès l’automne 2011, un groupe de six bibliothèques publiques se lance dans l’aventure : les réseaux des bibliothèques des villes de Montréal et de Québec, les réseaux BIBLIO de la Montérégie et du Centre du Québec, de Lanaudière et de la Mauricie, la bibliothèque de la ville de Brossard ainsi que BAnQ. C’est cette dernière qui ouvre le bal, en décembre 2011, suivie rapidement, en début d’année 2012, par les cinq autres. L’ABPQ assume alors un mandat provisoire de gestion du projet, et en partage la coordination avec un comité de gestion formé de représentants des organisations impliquées dans le pilote.

11Au printemps 2012, le projet est présenté à l’ensemble des bibliothèques publiques québécoises lors d’une journée d’information tenue à la Grande Bibliothèque, à Montréal. Madame Suzanne Payette, présidente de l’ABPQ, et monsieur Clément Laberge, alors vice-président de De Marque, expliquent le fonctionnement de la plateforme de même que les résultats préliminaires du projet pilote. Les bibliothèques publiques québécoises furent alors invitées à manifester leur intérêt pour intégrer la plateforme et, le cas échéant, à entamer les procédures d’abonnement et d’implantation.

12À la fin de la première année (2012), 23 bibliothèques ou réseaux de bibliothèques avaient joint le projet et intégré la plateforme. Ces bibliothèques desservaient environ 3,5 millions d’habitants, soit environ 43 % de la population québécoise.

Démarrage de BIBLIOPRESTO.CA

13À l’été 2012, BIBLIOPRESTO.CA fut officiellement incorporé en tant qu’organisme à but non lucratif avec pour principal mandat d’administrer et de développer la plateforme PRETNUMERIQUE.CA. Le projet de mettre sur pied un tel organisme a émergé des travaux du comité de gestion provisoire, en marge des premières expériences du projet pilote : l’idée d’avoir une entité légalement constituée, administrée par des représentants de bibliothèques publiques et apte à signer des ententes avec différents partenaires s’est rapidement imposée, en particulier en raison de la flexibilité que procurait une telle structure autonome.

14Afin de permettre la mise sur pied et le démarrage de cet organisme, une demande d’aide financière fut déposée au ministère de la Culture et des Communications par l’ABPQ. Le 6 septembre 2012, une aide financière non récurrente fut octroyée afin de couvrir une partie des frais liés à la mise en œuvre du projet à l’ABPQ. Cette somme fut accordée en vertu du programme Aide aux projets – Accueil. En mai 2013, l’ABPQ transférait à BIBLIOPRESTO.CA la comptabilité du projet PRETNUMERIQUE.CA, incluant le montant de la subvention, en s’assurant de la bonne gestion de celle-ci.

15Les objectifs poursuivis par cette demande d’aide financière étaient les suivants :

  • permettre la mise en place d’un consortium de gestion de la plateforme de prêt de livres numériques ;
  • disposer des moyens nécessaires pour faire une promotion adéquate de la plateforme ;
  • effectuer les ajustements techniques et technologiques nécessaires à la plateforme afin d’assurer un déploiement adéquat dans toutes les bibliothèques publiques du Québec.

16Concrètement, l’aide financière demandée devait servir, en bonne partie, à l’embauche d’un coordonnateur qui aurait comme principaux mandats d’assurer les suivis du développement technologique requis, la création et le maintien de partenariats avec les entreprises du milieu du livre et la promotion de la plateforme auprès des bibliothèques et du grand public. Les autres dépenses prévues avaient trait au développement technologique, au maintien et au support technique liés à la plateforme et à la promotion (relations publiques, placement publicitaire, création d’outils promotionnels, etc.).

BIBLIOPRESTO.CA : mise sur pied de l’organisme

17Le 17 juillet 2012, BIBLIOPRESTO.CA recevait ses lettres patentes et acquérait par la même occasion une existence légale. Afin de prendre les rênes de cette nouvelle organisation, le comité de gestion provisoire s’est mis en quête d’un chargé de projet, lequel fut engagé le 5 octobre 2012. L’une de ses premières tâches fut de préparer, en collaboration avec l’ABPQ, la tenue de l’Assemblée générale constitutive, le 31 octobre 2012, au Palais des congrès de Montréal, en marge du Congrès annuel des milieux documentaires.

18À cette occasion, 8 administrateurs furent élus ou nommés en fonction des critères énoncés dans les règlements généraux de BIBLIOPRESTO.CA, adoptés lors de cette même assemblée, à savoir :

  • 3 représentants des villes de moins de 100 000 habitants ;
  • 2 représentants des villes de 100 000 à 1 000 000 d’habitants ;
  • 1 représentant des villes de plus de 1 000 000 d’habitants ;
  • 1 représentant des réseaux BIBLIO régionaux ;
  • 1 représentant de BAnQ ;
  • 1 membre coopté par le conseil.

Mission / vision

19À la suite d’un exercice de planification stratégique, BIBLIOPRESTO.CA s’est doté d’une planification stratégique sur trois ans basée sur des éléments de mission et des valeurs clairement établies :

Mission

20BIBLIOPRESTO.CA développe des produits et services numériques appuyant la mission des bibliothèques.

Vision

21BIBLIOPRESTO.CA ouvre la voie au développement de la bibliothèque virtuelle d’avant-garde.

Valeurs

  • Accessibilité
  • Adaptabilité
  • Coopération
  • Innovation
  • Universalité

Mandat / projet

22Bien que le mandat de BIBLIOPRESTO.CA englobe toutes les activités de promotion et de développement des services en ligne en bibliothèque publique, il se décline principalement en trois volets :

  • Administrer, développer et faire la promotion de PRETNUMERIQUE.CA, la plateforme de prêt de livres numériques lancée en 2011.
  • Reprendre les activités du Consortium d’acquisition de ressources électroniques du Québec (CAREQ), un groupe qui, depuis 2003, contribue à rendre accessibles des ressources électroniques pour les usagers des bibliothèques publiques québécoises en négociant des licences collectives d’abonnement aux meilleurs tarifs et conditions possibles, notamment des accès à distance pour les citoyens. Plus de 200 bibliothèques et réseaux BIBLIO sont abonnés à l’une ou l’autre de la douzaine de ressources offertes, avec un potentiel de 5 millions d’utilisateurs4.
  • Établir un service de référence virtuelle coopérative pour toutes les bibliothèques publiques du Québec5.

23Cependant, considérant l’objet de cette communication, nous ne nous attarderons pas sur les deux derniers projets et nous nous concentrerons essentiellement sur le livre numérique.

Projet pilote

24Comme il a été mentionné précédemment, le projet pilote fut un véritable succès. Rapidement, plusieurs bibliothèques, de toutes les tailles et de toutes les régions du Québec, se sont manifestées pour intégrer la plateforme et offrir le service à leurs usagers. Au terme de l’an 1, les bibliothèques publiques québécoises avaient prêté, à travers la plateforme PRETNUMERIQUE.CA, 120 000 livres, sur une collection globale de 33 000 livres.

Renouvellement des ententes avec le milieu du livre québécois

25Le système de lettres d’entente qui encadrait le projet pilote autour de PRETNUMERIQUE.CA prenait fin le 31 décembre 2012. Dès lors, il fallut se rasseoir à la table de négociations avec l’ensemble des partenaires impliqués pour convenir des conditions et modalités qui assureraient la continuation du projet (à noter, étant donné l’échéance du 31 décembre 2012, aucune nouvelle bibliothèque ne put être intégrée sur la plateforme jusqu’au moment où une nouvelle entente put entrer en vigueur).

26Dès le départ, il fut convenu que bibliothèques et éditeurs négocieraient en vis-à-vis. Un comité de négociations fut donc mis sur pied, auquel participèrent BAnQ, les réseaux BIBLIO, l’ABPQ et BIBLIOPRESTO.CA. Les membres de ce comité rencontrèrent, à plusieurs reprises, les éditeurs, représentés par un comité de l’ANEL.

27Au terme de ces rencontres, il fut établi que le projet continuerait sous de nouvelles conditions, la principale nouveauté étant un plafond de prêt passant de 100 à 55 prêts. BIBLIOPRESTO.CA obtint en retour la capacité de conserver une copie de sécurité de tous les titres acquis afin de se prémunir du retrait ou de la disparition de ceux-ci de leurs entrepôts respectifs.

Principales conditions du modèle de licence utilisé par les bibliothèques québécoises

  • 1 licence acquise = 1 exemplaire ;
  • 55 emprunts possibles par exemplaire ;
  • prêts successifs seulement (pas de possibilité d’emprunts simultanés sur un même exemplaire) ;
  • achat aux prix grand public, fixés par l’éditeur ;
  • la bibliothèque détermine la période d’emprunt ;
  • la bibliothèque peut se prévaloir d’une copie de sécurité advenant le défaut d’un éditeur ou d’un distributeur.

28La rédaction d’une nouvelle entente fut coordonnée par la SODEC, avec la participation active de l’ANEL et de BIBLIOPRESTO.CA. Suite à d’importantes recherches juridiques et le conseil de spécialistes des lois en matière de droit d’auteur, on décida de créer une société de gestion de droits collectifs, la SOGANEL, afin de permettre que l’entente soit entérinée dans le respect du droit, et notamment de la loi fédérale sur la concurrence.

29Depuis lors, les éditeurs désirant rendre leurs titres numériques disponibles aux bibliothèques doivent signer un mandat pour se placer sous la licence SOGANEL6 alors que les bibliothèques participantes doivent signer un avis d’acceptation afin de signifier qu’elles souscrivent à l’ensemble des conditions incluses dans cette même licence. La nouvelle entente fut signée le 17 juillet 2013, par Jean-François Bouchard, président de l’ANEL, et Jean Payeur et Jean-François Cusson, respectivement président et directeur général de BIBLIOPRESTO.CA.

30Fin 2013, 133 éditeurs, principalement québécois (quelques éditeurs francophones du reste du Canada participent aussi), avaient rendu disponibles un peu plus de 11 000 titres numériques pour l’achat et le prêt par une bibliothèque. En janvier 2015, Sogides (Groupe Livre Québecor Média), plus grand groupe d’édition québécois, rejoignit le projet au grand bonheur des bibliothèques et de leurs usagers. À partir de ce moment, la très grande majorité des titres numériques publiés au Québec devinrent accessibles aux bibliothèques québécoises.

Ouverture de catalogues numériques d’éditeurs étrangers

31Si l’un des objectifs premiers du projet était de permettre aux bibliothèques de rendre accessible à leurs usagers la production éditoriale québécoise, il était clair que cela n’en serait pas pour autant la limite. Ainsi, des discussions ont rapidement été entreprises avec différents distributeurs et éditeurs, afin d’élargir l’offre disponible.

32Le premier résultat en ce sens vint du marché domestique : un contrat fut négocié et signé entre BIBLIOPRESTO.CA et Diffusion Dimedia, un distributeur québécois ayant les droits, entre autres, sur le catalogue numérique du groupe La Martinière. Cet accord, intervenu en novembre 2013, respectait en tout point les conditions déjà établies avec les éditeurs québécois, et décrites dans la licence SOGANEL. Les bibliothèques québécoises purent donc commencer à élargir l’horizon de leurs collections respectives, en choisissant parmi les quelques milliers de titres de La Martinière, du Seuil et d’une douzaine d’autres éditeurs français, diffusés par Dimedia.

33Par la suite, BIBLIOPRESTO.CA engagea des négociations avec d’autres groupes. Un accord intervint avec le groupe Madrigall à l’automne 2014 (selon des conditions très similaires à SOGANEL) et rendit accessibles près de 7 000 titres. De même, des discussions avec les représentants des éditeurs anglophones du Canada (réunis au sein de eBOUND Canada) ainsi qu’avec le libraire en ligne Feedbooks permirent d’offrir aux bibliothèques utilisant la plateforme PRETNUMERIQUE.CA des catalogues de plusieurs dizaines de milliers de titres numériques anglophones.

PRETNUMERIQUE.CA : un aperçu de la plateforme

34Au départ, la plateforme était plutôt limitée, tant en ce qui concerne les fonctionnalités que le design et l’ergonomie. Avec le temps et beaucoup d’effort, et grâce à une collaboration étroite avec l’équipe de développement de De Marque, nous avons réussi à proposer un produit performant, agréable à utiliser, adaptatif (en fonction de la taille de l’écran) et flexible.

35Deux formats de fichiers sont actuellement supportés par PRETNUMERIQUE.CA : le PDF et l’ePub (ePub et ePub2).

36La majorité des bibliothèques utilisent maintenant une plateforme publique, c’est-à-dire dont la collection est visible par tout un chacun, sur le Web, sans avoir besoin d’être d’abord identifié en tant qu’usager en règle (un processus de connexion est cependant nécessaire pour être en mesure de faire un emprunt ou une réservation).

Page d’accueil

37La page d’accueil présente, par défaut, une sélection aléatoire des dernières nouveautés acquises par la bibliothèque ainsi qu’un palmarès des livres les plus populaires dans les 100 derniers jours. Les bibliothèques peuvent y ajouter, à leur convenance, des bandeaux à leurs couleurs ou des carrousels de sélections thématiques.

Fig. 1 – Page d’accueil

Fig. 1 – Page d’accueil

Source : PRETNUMERIQUE.CA.

Affichage collection

38En mode collection, l’usager peut fureter à travers l’ensemble des catégories et connaître rapidement la disponibilité d’un titre. Il peut aussi utiliser différents filtres qui lui permettront de circonscrire sa recherche (recherche avancée, langue, disponibilité, format, etc.).

39Seules les catégories pour lesquelles les bibliothèques possèdent des livres seront affichées. Les catégories ne sont pas mutuellement exclusives : la biographie d’un politicien pourra, par exemple, se retrouver à la fois en Biographie, mais aussi en Sciences humaines et sociales et en Affaires, économie et droit.

Fig. 2 – Affichage collection

Fig. 2 – Affichage collection

Source : PRETNUMERIQUE.CA.

Notice d’un livre

40La notice d’un livre exploite les métadonnées déjà présentes dans le fichier numérique du livre. Ainsi, on peut généralement y consulter un résumé de l’ouvrage de même que, lorsque c’est pertinent, une table des matières et une biographie de l’auteur. On y trouvera en outre les informations bibliographiques comme l’éditeur, l’auteur, la langue, le format (ePub ou PDF), l’ISBN, le nombre de pages, etc.

41On peut aussi, à même la notice d’un livre, en feuilleter un extrait et ce, peu importe la disponibilité du titre.

Fig. 3 – Notice d’un livre

Fig. 3 – Notice d’un livre

Source : PRETNUMERIQUE.CA.

Dossier d’usager

42Dans son dossier, l’usager peut voir ses emprunts actifs, les emprunts qu’il n’a pas encore activés, de même que l’état de ses réservations et leurs dates de disponibilité. Il peut aussi avoir un aperçu de son historique de lecture.

43Pendant la période où un emprunt est actif (généralement 3 semaines), l’usager peut toujours retourner dans son dossier pour télécharger à nouveau le fichier de cet emprunt.

Fig. 4 – Dossier d’usager

Fig. 4 – Dossier d’usager

Source : PRETNUMERIQUE.CA.

Module d’aide et guides de démarrage

44Des centaines d’heures de travail ont été consacrées à la rédaction et à la constitution de ces guides. Plus nous avancions dans le projet, et plus nous avons constaté l’importance fondamentale d’outiller les usagers et de leur offrir un maximum d’informations et de soutien afin de les rendre autonomes. Cette section est régulièrement enrichie avec de nouveaux guides sur des appareils récents, ou des éléments d’information sur des problématiques qui peuvent être rencontrées (incompatibilité, message d’erreur, etc.).

Fig. 5 – Module d’aide

Fig. 5 – Module d’aide

Source : PRETNUMERIQUE.CA.

Fig. 6 – Guides de démarrage

Fig. 6 – Guides de démarrage

Source : PRETNUMERIQUE.CA.

PRETNUMERIQUE.CA : principaux résultats

45En janvier 2015, trois ans après le lancement du projet, le paysage du livre numérique en bibliothèque québécoise a beaucoup évolué. En voici maintenant un portrait sommaire :

  • 105 bibliothèques ou réseaux de bibliothèques branchés à la plateforme ;

  • 195 000 utilisateurs uniques ;

  • 1 500 000 emprunts ;

  • 210 000 livres numériques (collection globale) ;

  • 31 000 titres disponibles, provenant de 400 éditeurs ;

  • plus de 3 000 000 de visites sur la plateforme ;

  • 20 % de taux de roulement des collections ;

  • 65 % des emprunts sont des livres de fiction adultes, 25 % des documentaires adultes, et seulement 10 % des livres jeunesse ;

  • 7 % de taux de conversion : d’après une étude publiée par Dosdoce.com, les bibliothèques québécoises présentent le plus haut taux de conversion (proportion du nombre total d’inscrits utilisant le prêt numérique) parmi les modèles étudiés – dont la New York Public Library ;

  • un rapport publié en décembre 2014, par Dan Mount, du cabinet Civic Agenda, concluait que les bibliothèques québécoises paient, toutes proportions gardées, le moins cher par prêt numérique (coût d’achat initial divisé par 55 emprunts) parmi l’ensemble des modèles étudiés7.

Fig. 7–

Fig. 7–

Source : BIBLIOPRESTO.CA.

46À l’heure actuelle, la très grande majorité des bibliothèques publiques québécoises utilisent la plateforme PRETNUMERIQUE.CA. Le service a été ouvert aux bibliothèques collégiales au courant de l’année 2015.

47D’un point de vue budgétaire, certaines bibliothèques sont déjà à 20 % de leur budget d’achat en livres numériques, alors que plusieurs sont encore timidement à 1 ou 2 %. D’après les données récoltées par BIBLIOPRESTO.CA, le ratio budget d’acquisition de livre papier vs livre numérique s’établit, en moyenne, à environ 5 %.

48Finalement, il nous apparaît essentiel de dire un mot sur les efforts de formation et de soutien qui ont été déployés par les bibliothèques québécoises au cours des trois dernières années. Difficilement quantifiable, cette variable nous semble pourtant fondamentale pour bien comprendre les succès rencontrés par la plateforme PRETNUMERIQUE.CA : dès les tout débuts, les bibliothèques se sont investies dans la formation aux utilisateurs, en offrant des cliniques d’initiation, des séances de dépannage, des conférences, des ateliers. Ce faisant, les bibliothèques en sont venues à tenir un rôle laissé vacant par le reste de la chaîne du livre : former des lecteurs numériques.

PRETNUMERIQUE.CA : prospectives

49PRETNUMERIQUE.CA est maintenant un projet mature, connu des usagers et lecteurs, et solidement implanté dans les bibliothèques québécoises. Cela dit, nous avons toujours essayé de garder à l’esprit qu’il fallait accepter de voir l’écosystème et les usages numériques progresser et, en conséquence, accepter nous-mêmes de voir se transformer nos pratiques, nos outils et nos habitudes. L’univers du numérique en bibliothèque est nécessairement appelé à se redéfinir régulièrement que ce soit avec le développement de nouvelles technologies, mais aussi l’évolution des modèles économiques et des conditions d’accès.

50Nous avons identifié quelques enjeux pour lesquels nous serons particulièrement attentifs dans les mois et années à venir :

Livres augmentés et ePub3

51À l’heure actuelle, les livres numériques diffusés à travers la plateforme PRETNUMERIQUE.CA sont essentiellement des versions homothétiques de livres publiés initialement en version papier. Le livre augmenté amènera, sans aucun doute, de nouveaux types d’usages, tant du point de vue de la diffusion que de la lecture.

Verrous numériques

52PRETNUMERIQUE.CA utilise présentement le système de verrous numériques d’Adobe (DRM ; ACS4). Cette solution a été adoptée parce qu’il s’agissait, à l’époque, du standard industriel utilisé par la majorité des éditeurs. Ce verrou a évidemment le défaut d’être un système complètement fermé et très coûteux (dans le modèle québécois, ce sont les bibliothèques qui défraient les coûts liés aux DRM) et complexifie passablement le processus d’emprunt, en particulier pour les nouveaux utilisateurs. BIBLIOPRESTO.CA suit depuis un certain temps déjà les travaux de la Fondation Readium, et espère pouvoir expérimenter rapidement le déploiement de la solution ouverte LCP, lorsque celle-ci deviendra opérationnelle.

Streaming

53Le téléchargement de fichiers a été la méthode de diffusion privilégiée par les bibliothèques québécoises depuis les premières discussions entourant le projet PRETNUMERIQUE.CA. L’utilisation importante de liseuses, de même que les usages de lecture dans des contextes où les connexions réseau étaient difficiles, voire impossibles, ont amené les bibliothèques à choisir cette approche. Cependant, avec le développement des technologies et l’arrivée prochaine d’une offre différente (qu’on pense par exemple au livre audio), il semble important d’évaluer l’intégration de modes de diffusion en continu (streaming).

Autoédition

54Le phénomène, on le sait, prend de l’ampleur. Comme l’autoédition se produit et se diffuse généralement en marge des plateformes traditionnelles, il y a un risque que les bibliothèques ne puissent avoir accès à ces contenus. En conséquence, il apparaît essentiel de pouvoir développer la capacité technique d’accueillir une œuvre, quelle que soit sa provenance et en cas d’absence d’infrastructure industrielle pour la distribuer. De plus en plus, les bibliothèques deviendront elles-mêmes créatrices de contenus ; il faut se donner les moyens de les diffuser.

Découvrabilité, mise en valeur et médiation des collections

55Certaines bibliothèques québécoises ont maintenant des collections numériques de quelques dizaines de milliers de titres. Comment mettre en valeur, et travailler de telles collections, dans l’immatériel ? Comment outiller les bibliothèques afin qu’elles puissent faire une médiation efficace des contenus numériques ?

Intégration du numérique à l’espace physique de la bibliothèque

56Le numérique est peu présent dans les espaces physiques. Trop souvent, les bibliothèques ne savent pas comment mettre en valeur leurs collections numériques, et ne disposent pas de dispositifs efficaces pour le faire. BIBLIOPRESTO.CA s’est ainsi associé à Espaces temps, un organisme dont la mission est de contribuer à la libre circulation des informations et des connaissances, pour le développement du projet Manivelle, un réseau d’affichage numérique interactif et ouvert.

Gestion des licences

57Déjà, certains titres acquis par des bibliothèques ayant rallié la plateforme dès le départ arrivent à la fin de leur vie utile, c’est-à-dire qu’ils ont atteint la limite d’emprunt prévue dans les licences négociées avec les éditeurs.

58Ces cas d’épuisement des droits consentis ne sont pas encore nombreux, mais ils augmenteront progressivement avec le temps, amenant de nouveaux défis pour les bibliothèques dans la gestion de leurs collections numériques. Jusqu’à maintenant, nous n’avions que peu de données sur les usages numériques ; nous pourrons bientôt avoir une meilleure idée de la vie et du comportement des collections de livres numériques.

Pérennité technique

59Le système repose sur un modèle relativement stable et sur l’exploitation de fichiers aux formats standard, comme l’ePub et le PDF. Mais qui sait quels formats seront au goût du jour dans trois ou cinq ans ? Y aura-t-il rétrocompatibilité ? Est-ce que nos usagers voudront, au-delà de l’enthousiasme initial, continuer à s’équiper et à remplacer leurs appareils, rapidement rendus désuets par l’avancement de la technologie ? Comment accéderons-nous, dans vingt ans, aux collections numériques patiemment acquises et mises en place aujourd’hui ?

En guise de conclusion

60La place du livre numérique dans les bibliothèques publiques québécoises a considérablement évolué dans les trois dernières années. Alors qu’en 2011, pratiquement aucune n’offrait ce service (et, qui plus est, un service de prêt numérique de livres francophones), il s’agit maintenant d’un acquis, pratiquement un service de base.

61La force du modèle québécois réside, sans aucun doute, dans la concertation et la collaboration, que ce soit entre les bibliothèques elles-mêmes (la création de BIBLIOPRESTO.CA en est un bel exemple) ou avec l’ensemble du milieu du livre, comme en témoigne le lancement d’un projet comme PRETNUMERIQUE.CA. Plus qu’un service populaire ou un outil de diffusion efficace, il s’agit ni plus ni moins d’une réussite collective qui a permis aux bibliothèques de réaffirmer leur pertinence et de se positionner comme des acteurs incontournables dans un écosystème du livre en profonde mutation.

Notes

1 Texte issu de la conférence prononcée le 27 juin 2014 à l’Enssib (Lyon). À noter, les données présentées ont été actualisées en janvier 2015.

1 Loi sur le développement des entreprises québécoises dans le domaine du livre, chapitre D-8.1.

2 L’ABPQ regroupe la très grande majorité des bibliothèques dites autonomes, c’est-à-dire desservant des municipalités de plus de 5 000 habitants.

3 Les réseaux BIBLIO, au nombre de 11, sont des organisations régionales qui desservent les municipalités de moins de 5 000 habitants.

4 Plus d’informations sur le mandat et les ressources actuellement accessibles sur BIBLIOPRESTO.CA.

5 Le projet RÉPONSEATOUT.CA a été officiellement lancé à l’automne 2014.

6 Il est possible de consulter l’intégralité de la licence SOGANEL sur le site de l’ANEL.

7 Dan Mount, “A review of public library e-lending models”, rapport publié par Civic Agenda pour le compte de Taalunie, Bibnet et Bibliotheek.nl.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Page d’accueil
Légende Source : PRETNUMERIQUE.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-1.png
Fichier image/png, 963k
Titre Fig. 2 – Affichage collection
Légende Source : PRETNUMERIQUE.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-2.png
Fichier image/png, 990k
Titre Fig. 3 – Notice d’un livre
Légende Source : PRETNUMERIQUE.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-3.png
Fichier image/png, 655k
Titre Fig. 4 – Dossier d’usager
Légende Source : PRETNUMERIQUE.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-4.png
Fichier image/png, 310k
Titre Fig. 5 – Module d’aide
Légende Source : PRETNUMERIQUE.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-5.png
Fichier image/png, 72k
Titre Fig. 6 – Guides de démarrage
Légende Source : PRETNUMERIQUE.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-6.png
Fichier image/png, 109k
Titre Fig. 7–
Légende Source : BIBLIOPRESTO.CA.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1586/img-7.png
Fichier image/png, 808k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search