Version classiqueVersion mobile

Utile, utilisable, désirable

 | 
Amanda Etches
, 
Aaron Schmidt

Chapitre 6. Signalétique et orientation

Texte intégral

1Où suis-je ? Que puis-je faire ici ? Où puis-je aller à partir d’ici ? Où sont les toilettes ? Comment puis-je sortir d’ici ? Où se trouve ce livre ? Comment trouver la bonne direction ?

2Dans l’idéal, la signalétique de votre bibliothèque doit permettre aux gens de répondre à toutes ces questions. Elle est une aide essentielle, notamment pour les nouveaux arrivants. Une signalétique plus ou moins réussie peut non seulement améliorer ou diminuer la qualité de l’expérience visuelle dans votre bibliothèque, mais aussi jouer sur la probabilité que les gens y vivent un moment agréable.

3Imaginez la signalétique de votre bibliothèque comme une forme de service public, comme la traduction de son attitude envers ses utilisateurs. À l’instar du personnel d’accueil, est-elle agréable, utile et prête à aider ceux qui en ont besoin ? La signalétique permet de partager des informations avec les gens : il faut donc bien la concevoir comme faisant partie intégrante du travail de la bibliothèque.

4Vous pourrez utiliser les diagnostics de ce chapitre pour évaluer et améliorer les différentes facettes de la signalétique dans votre établissement.

6.1. Votre bibliothèque dispose d’une charte graphique bien conçue

Pourquoi c’est important

Difficulté ***

5Une charte graphique, au sens large, est une liste de préconisations qui indiquent à quoi la signalétique (murale, imprimée, en ligne…) devrait ressembler. En ce sens, une charte graphique est intrinsèquement prescriptive. Développer un tel outil prend du temps, mais, en fin de compte, sa mise en place permettra d’en gagner, car vous ne partirez pas de zéro à chaque fois que vous aurez besoin de créer une nouvelle signalétique ou une nouvelle page web. Les décisions concernant la forme et le design auront déjà été prises, et créer un nouveau support sera aussi simple que de mettre à jour un contenu déjà stylé.

6Cette charte devrait être utilisée pour tout ce que voient les usagers de la bibliothèque et tout ce qui leur est distribué : brochures, affiches, site web, cartes de lecteurs, signalétique, sacs fourre-tout, etc. Pourquoi est-ce important ? Une identité visuelle cohérente rendra votre établissement attractif et reconnaissable et permettra au public de savoir où il met les pieds. Cette identité graphique vous permettra d’exprimer de manière visible les valeurs portées par votre établissement, sa personnalité. Cette identité montrera aussi que vous êtes attentif aux détails, ce qui augmentera le degré de confiance que le public place dans votre bibliothèque. Les bibliothécaires sont des professionnels de l’information et, à ce titre, devraient traiter leurs informations en conséquence. Bien que cela puisse aider, vous n’avez pas besoin de devenir un expert en design ou un graphiste chevronné pour créer une charte graphique pour votre établissement. Les étapes suivantes vous permettront de démystifier le processus de création graphique.

7Dans de nombreux cas, vous êtes dépendant de l’identité graphique de votre établissement de tutelle, collectivité territoriale, université ou école. Appréciez votre marge de manœuvre et ce qui peut permettre à la bibliothèque d’être bien identifiée dans cette communauté : votre propre jeu de couleurs, un complément de logo, des éléments de langage ou un slogan en propre, une police complémentaire. De toute manière, les informations ci-dessous peuvent vous permettre d’ouvrir la discussion avec les services de communication, de mieux comprendre la logique de leur travail et de vous appuyer sur un vocabulaire commun. Souvent, pouvoir s’appuyer sur une identité visuelle construite par des professionnels est une chance et non une contrainte : engagez le dialogue sur ce qui fait la spécificité de votre bibliothèque et sur la façon dont elle peut s’inscrire dans une démarche générale.

À vous de jouer

8Soit votre établissement dispose d’un référentiel, soit il n’en a pas. L’autodiagnostic est facile à faire.

9Vous avez une charte graphique complète et vous l’utilisez : 25 points.

10Vous n’en avez pas : 0.

11Vous êtes à un stade intermédiaire ? Attribuez-vous des points comme bon vous semble. Souvenez-vous, le CUTI n’est pas une science exacte, tant que vous faites preuve d’honnêteté intellectuelle et d’esprit critique.

Passez à l’action : construisez une charte graphique

12Pour créer cette charte graphique, vous choisirez des polices de caractère et des couleurs officielles, propres à votre établissement, et fournirez un guide d’usage indiquant comment ces éléments doivent être mis en œuvre. Voici un exemple des éléments indispensables à la mise en place d’une charte graphique digne de ce nom.

Éléments de base :

  1. de caractère qui devront être utilisées sur tous les supports imprimés, des logos aux titres, en passant par le texte ;
  2. Couleurs – donnent toutes les informations sur les couleurs principales et secondaires qui devront être utilisées sur l’ensemble des supports ;
  3. Logo ou marque – règle d’usage, emplacement et modèles couleur et noir et blanc intégrables dans des documents web ou destinés à l’impression sur papier (vectoriel).

Gabarits type pour différentes sortes de documents :

  1. Signalétique ;
  2. Affiches ;
  3. Brochures ;
  4. Site web.

13Voici quelques éléments dont vous devrez tenir compte lorsque vous définirez votre charte graphique.

Sélection des polices de caractères

14La base de la communication visuelle repose sur les lettres. Ces lettres peuvent être de taille et de formes variées : choisir les meilleures pour votre bibliothèque est un enjeu important en termes de design. Sélectionner les bonnes polices de caractère va au-delà du choix de quelque chose de « joli » : vous devez également tenir compte de la lisibilité d’une police et de sa capacité à transmettre les valeurs de votre établissement. Choisissez-les avec soin, car vous les utiliserez dans toutes les productions de votre bibliothèque. Restez-en aux polices classiques : elles ne le sont pas devenues sans une bonne raison. Les polices peuvent être regroupées en deux grandes familles :

15Serifs : les polices à empattement ont de petites extensions au bout des lettres. Ces extensions sont appelées serif en anglais, traduit par empattement en français. Elles donnent souvent aux caractères une dimension formelle, élégante et traditionnelle.

16Dans la plupart des cas, les polices à empattement sont intéressantes pour les longs paragraphes. De nombreux livres sont imprimés dans ce type de police. Les polices à empattement les plus populaires sont Georgia et Times.

17Sans empattement ou sans serif : comme leur nom l’indique, les polices sans empattement sont dépourvues des extensions ornementales au bout des caractères. Les polices de ce type peuvent donner au graphisme une apparence moderne, élégante et chaleureuse. Les plus courantes sont

18Elles sont particulièrement efficaces quand elles sont utilisées pour les titres ou la signalétique. Observez la signalétique de n’importe quel aéroport, vous pouvez être sûr de trouver une police sans empattement. Notez que si les polices avec empattement sont adaptées aux longs textes imprimés, celles qui en sont dépourvues sont plus lisibles sur la plupart des écrans.

19Les polices les plus populaires adaptées à la lecture sur écran sont Arial et Verdana.

20Combien de polices choisir ? Probablement deux. Les polices que vous aurez sélectionnées ont besoin de bien fonctionner ensemble : en choisir plus de deux compliquera leur combinaison. Une valeur sûre consiste à associer une police avec empattement avec une qui en est dépourvue. Cela garantit un bon contraste entre les deux.

21L’exemple suivant associe un titre en Bodoni avec un corps de texte en Helvetica :

22Agréables et classiques tout à la fois, ces deux polices sont simples et lisibles.

23Une autre bonne combinaison consiste à associer un titre en Helvetica avec un corps de texte en Century Schoolbook.

24Dans les deux exemples qui suivent, remarquez comment le titre en Futura Bold (à droite) offre une hiérarchie visuelle plus forte et, en règle générale, fonctionne mieux avec un corps de texte en Helvetica qu’un titre en Futura Light (à gauche).

25Trop simple ? Choisir une seule police peut conduire à des graphismes inélégants, lourds ou difficiles à lire. Si vous n’en utilisez qu’une seule, essayez Helvetica et, dans ce cas, veillez à augmenter les contrastes afin de souligner le caractère délibéré de votre graphisme. L’exemple qui suit met en contraste un titre en Helvetica Bold avec un corps de texte en Helvetica :

26Plusieurs exemples ci-dessus mettent en œuvre des polices payantes comme Helvetica ou Futura, qui ne sont pas fournies par défaut dans les logiciels de traitement de texte de base. Si vous faites le choix d’adopter une police payante, ce qui vaut souvent le coup et assure à votre communication visuelle un aspect professionnel, vous veillerez à la faire installer sur tous les postes.

Mettez en place un référentiel de couleurs

27Le spectre des couleurs est infini : choisir les bonnes pour votre bibliothèque peut vous paraître une lourde responsabilité. À l’instar des polices que vous aurez choisies, vous aurez intérêt à utiliser partout ces couleurs. Quand vous choisissez des couleurs, gardez toujours à l’esprit qu’elles seront utilisées sur de multiples supports, imprimés ou en ligne. Limitez-vous à une palette de couleurs simples, en visant peut-être quatre à cinq couleurs (hors noir et blanc). En intégrer davantage rendra non seulement le choix plus difficile, mais compliquera leur agencement.

28Avant de trouver de jolies couleurs, il vous faut savoir ce que vous voulez qu’elles expriment. Ces couleurs diront quelque chose de votre établissement : soyez sûr d’envoyer le bon message. Rattachez cette décision aux missions de votre bibliothèque et à son orientation générale. Choisissez trois mots et cherchez des couleurs qui expriment ces valeurs. Par exemple :

  • fiable, stable, solidaire ;

  • fun, moderne, aventureuse ;

  • à la pointe, drôle, étonnante.

29Une excellente manière d’associer des couleurs à ces valeurs consiste à créer ce que les designers appellent un mood board, qu’on pourrait traduire en tableau d’humeurs. Accrochez trois feuilles de paperboard et notez-y les valeurs que vous aurez choisies. Mettez une pile de vieux magazines, de la colle et des ciseaux à proximité et demandez aux usagers de découper les couleurs qu’elles associent à chaque valeur. Mieux encore : disposez tout cela dans un espace public et faites-le faire aux bibliothécaires. Il peut être très intéressant de faire réaliser cet exercice en parallèle par le personnel et le public et de comparer les similarités et les différences.

30Une fois que vous aurez une idée générale des couleurs que vous souhaitez utiliser, vous n’aurez pas à partir d’une page blanche pour effectuer vos choix finaux. Vous pouvez toujours lancer une recherche de « palette de couleur » sur le web et trouver des sites utiles pour vous lancer. Jetez un œil sur des sites comme COLOURlovers < www.colourlovers.com > et Adobe Kuler < https://kuler.adobe.com >. Ils vous donneront de l’inspiration et vous aideront à choisir des couleurs fonctionnant bien ensemble.

31Gardez une trace de votre nuancier en enregistrant chacun des codes hexadécimaux (#8CCCD9, par exemple) et, si vous produisez beaucoup de documents imprimés, leurs références Pantone, entreprise américaine dont les nuanciers font référence dans le monde entier (par exemple, Pantone 630 – Vintage Blue) ou RVB, Rouge Vert Bleu, système de codage informatique des couleurs (par exemple, 140, 204, 217).

Créez votre logo

32Prendre au sérieux l’expérience globale de l’utilisateur, ainsi que l’image de votre bibliothèque et la relation entre les usagers et votre établissement, implique d’embaucher un professionnel pour en réaliser le logo (un symbole qui représente votre bibliothèque) ou la marque (un type de logo qui n’est jamais qu’une représentation textuelle de votre établissement). Vous pouvez également mobiliser de futurs professionnels en formation pour explorer des pistes, dès lors que vous vous engagez à ne pas utiliser leur travail sans rémunération.

33Si vous n’avez pas les moyens de recruter un professionnel, il faut envisager de concevoir votre logo ou votre marque vous-même. Investissez-y un peu de réflexion, ils n’en seront que mieux conçus. Avant de commencer la conception, recherchez des sources d’inspiration dans les logos des grandes marques. Le travail de Saul Bass (graphiste américain, auteur notamment de génériques et d’affiches de films célèbres), Paul Rand (graphiste américain, auteur par exemple du logo d’IBM) et de Chermayeff & Geismar (auteurs des logos d’entreprises comme NBC, Mobil…) est un bon point de départ. Consultez la bibliographie en fin de chapitre pour des sources d’inspiration complémentaires.

34Dressez ensuite la liste de certaines des caractéristiques de votre bibliothèque et de la communauté qui l’entoure. Y a-t-il des particularités architecturales ou naturelles exceptionnelles pouvant servir de base à un logo ? Gardez à l’esprit que vous avez déjà sélectionné vos polices de caractères et vos couleurs de référence. Pouvez-vous les utiliser pour produire quelque chose d’efficace et approprié ?

35Prenez soin d’utiliser un logiciel de dessin vectoriel tel qu’Adobe Illustrator ou ses équivalents libres comme Inkscape ou OpenOffice Draw pour créer votre logo. Cela vous permettra de l’adapter à divers usages, y compris les formats d’impression en haute résolution, et de les redimensionner sans dégrader la qualité de l’image.

36Comme dans tous les domaines du design, la simplicité produira la plupart du temps de bons résultats en limitant les risques d’impair. Si vous n’êtes pas satisfait de ce que vous avez créé, optez pour le nom de votre bibliothèque en utilisant l’une des polices que vous aurez choisies.

Concevez des gabarits

37Sélectionner des typographies et des couleurs est un bon début, mais il y a encore du travail à faire. L’étape suivante – créer des gabarits – orientera la mise en œuvre de ces éléments et garantira que les typographies et couleurs que vous aurez choisies seront utilisées de manière appropriée.

38Avant de concevoir ces gabarits, vous devez savoir ce que vous voulez. Si vous ne l’avez jamais fait, c’est le bon moment pour lancer un audit sur la signalétique de votre bibliothèque (6.2 Une même charte graphique pour toute la signalétique). Vous trouverez probablement de nombreux éléments de signalétique exigeant un design propre, mais complémentaire (6.3 Les différents types de signalétique sont visuellement distincts). Une fois que vous aurez dressé cette liste pour votre bibliothèque, vous saurez quels types de gabarits créer.

39Pour illustrer cet exemple, nous créerons un gabarit de format 21 x 29,7 pour une affiche d’information, et montrerons comment il peut être utilisé.

fig. 6.1 Gabarit pour une affiche d'information

fig. 6.1 Gabarit pour une affiche d'information

Disposition

40Créer des gabarits structurés par une grille vous simplifiera la vie et contribuera à homogénéiser l’ensemble de votre production. La grille désigne le découpage en colonnes qui facilite le placement du texte, la mise en place d’une hiérarchie visuelle et vous aide à structurer la conception globale.

41Avant de diviser le canevas, il est nécessaire de créer une bordure, l’ensemble de l’espace n’étant pas utilisable. Insérer du contenu – plus particulièrement du texte – sur le bord de votre canevas rendra les choses difficiles à lire et ajoutera de la tension dans le design. Créez donc une bordure au sein de laquelle vous insérerez le texte. Dans l’exemple suivant, la page est entourée de chaque côté d’une marge d’un centimètre.

Pressé par le temps ?

S’il est recommandé de créer un gaba¬rit pour chaque type de signalétique dans votre bibliothèque, les contraintes de temps limitent ce qu’il est possible de faire. N’abandonnez pas pour autant. Disposer d’un unique gabarit bien conçu pour l’ensemble de la signalétique de votre établissement sera toujours mieux que de n’en avoir aucun. Qui plus est, il vous sera plus facile de créer un consensus avec un seul gabarit et d’inciter ainsi vos collègues à l’utiliser.

42Créer une grille implique de diviser l’espace utile du canevas. Bien que les manières de diviser cet espace soient infinies, nous choisirons ici, pour faire simple, cinq colonnes assez larges. Il s’agit d’un nombre pertinent, car il permet de limiter les variables et les complications inutiles. Mais créer une grille est un peu plus complexe que la simple division de l’espace en parts égales. En plus des marges entourant le gabarit, il est nécessaire de laisser des espaces de respiration entre les colonnes, appelés gouttières (figure 6.2). Sans gouttières, les éléments de la page se chevauchent et sont illisibles.

fig. 6.2 Grille et gouttières

fig. 6.2 Grille et gouttières

43Une fois le canevas obtenu, on peut tester la disposition des éléments de signalétique informationnelle en variant leur agencement sur le gabarit. Mais tout d’abord, quels sont les contenus devant figurer dans notre signalétique ? Les informations de base incluent :

  • le logo de la bibliothèque ;

  • la nature de l’événement ;

  • la date de l’événement ;

  • le lieu de l’événement.

44La figure 6.3 en donne un aperçu. Faites des essais en plaçant ces informations élémentaires à différents endroits de la grille, comme dans la figure 6.4.

fig. 6.3 Placement des éléments sur la grille

fig. 6.3 Placement des éléments sur la grille

fig. 6.4 Les éléments de la figure 6.3 retravaillés

fig. 6.4 Les éléments de la figure 6.3 retravaillés

45Créer des gabarits pour les différents types de signalétique de votre établissement facilitera leur production et, grâce à une conception cohérente, les rendra plus facilement compréhensibles pour vos utilisateurs.

Une bibliothèque de modèles pour votre site web

46Votre site web devrait employer les mêmes typographies et couleurs que vos autres productions graphiques. Là encore, utiliser les mêmes typographies et couleurs ne suffit pas à garantir un design réussi. Vous aurez également besoin de structurer la disposition de vos pages web. Une manière efficace de le faire est de créer une bibliothèque de modèles. Celle-ci est un peu comme un gabarit, mais, au lieu – ou plutôt en plus - d’indiquer exactement comment disposer les éléments sur la page, cette bibliothèque détaille l’aspect qu’ils devraient prendre. Même si le design du site est réalisé par une seule personne, ce sera toujours un outil très utile. Le site web de démonstration du Global Experience Language de la BBC < http://static.bbci.co.uk/gel/0.5.7/downloads/GEL_web_styleguide.pdf > est un exemple assez remarquable. Une autre excellente bibliothèque de modèles est celle de la Grand Valley State University (< http://labs.library.gvsu.edu/​ui/​ > et figure 6.5).

fig. 6.5 Bibliothèque de modèles de la Grand Valley State University

fig. 6.5 Bibliothèque de modèles de la Grand Valley State University

47Créez un gabarit pour tous les types de page de votre site. Des pages type peuvent être, par exemple :

  • la page d’accueil ;
  • les pages de renvoi ou de navigation ;
  • les catégories et sous-catégories ;
  • les formulaires.

48Détaillez ensuite l’aspect que devraient prendre les différents éléments sur ces pages. Développer une bibliothèque de modèles fait gagner du temps sur le long terme et est essentiel dans tout projet de refonte de site web.

Utilisez les couleurs efficacement

Utilisez les couleurs efficacement. Gardez ces dif¬férents points à l’esprit quand vous concevez vos gabarits : vous créerez une hiérarchie cohérente si un même type de signalétique correspond toujours à la même couleur ; le noir est difficile à lire sur la plupart des couleurs. Restez-en au noir et blanc uniquement, ou peut-être au jaune. Avez-vous déjà remarqué que la plupart des aéro¬ports utilisent du noir sur fond jaune pour les informations importantes ? Le noir et le jaune forment un contraste saisis¬sant, facile à lire pour la plupart des gens, même à distance ; un texte coloré peut être attrayant, mais aussi diffi¬cile à lire. Le choix le plus sûr est d’oublier les typogra¬phies en couleur et d’en rester, pour le texte, au noir et blanc ; un texte en blanc est un choix pertinent sur n’importe quelle couleur, pourvu qu’elle soit assez sombre pour produire un contraste suffisant.

49Mettez en œuvre dans la durée et partout votre nouvelle identité visuelle

50Même si vous suivez scrupuleusement le mode d’emploi ci-dessus pour établir votre nouvelle identité visuelle (police, couleurs, logo, gabarit), vous ne pourrez pas l’implémenter d’un seul coup de baguette magique partout où il le faudrait dans votre bibliothèque.

51Pour y arriver, vous devrez d’abord faire l’inventaire de tous les endroits où vous utiliserez cette nouvelle identité visuelle – des marque-pages au site web –, puis créer un plan d’action et d’implantation réaliste et le respecter. Des progrès mesurables et constants sont, en la matière, une bonne chose. Un plan d’implantation à moitié réalisé et abandonné à mi-chemin est inefficace. Si vous n’allez pas jusqu’au bout de la démarche, votre gros effort initial de création d’une charte graphique n’aura servi à rien.

6.2 Une même charte graphique pour toute la signalétique

Difficulté **

Pourquoi c’est important et à vous de jouer

52Cela devrait être évident : la meilleure charte graphique du monde ne donnera rien si elle n’est pas mise en œuvre correctement sur le terrain.

53Regardez chaque élément de la signalétique de votre bibliothèque. Est-il conforme à votre charte graphique ? Identifiez tout ce qui n’en relève pas et corrigez-le. Vous pouvez pour ce faire conduire un audit de la signalétique et, en la matière, la méthode la plus simple et la plus rapide de procéder est de prendre des photos. Insérez-les dans un tableur et listez les points suivants :

  • localisation de la signalétique ;

  • nature de la signalétique – directionnelle, d’identification, pédagogique, informative, réglementaire (6.3 pour la définition de ces termes) ;

  • conforme à la charte graphique ? (oui ou non) ;

  • scotché au mur ? (oui ou non) ;

  • rédigé de manière correcte ? (oui ou non).

54N’oubliez pas que pour atteindre les 15 points vous devez, ici, disposer d’une charte graphique. Si, après l’audit, vous constatez que l’ensemble de votre signalétique s’inscrit dans l’identité visuelle de la bibliothèque décrite dans la charte : 15 points.

55Si vous trouvez beaucoup d’éléments aberrants ou incohérents : 0 point. Comme toujours des notes intermédiaires sont possibles, mais ne soyez pas trop indulgent.

Passez à l’action et normalisez votre signalétique

56L’audit de la signalétique vous permettra de planifier votre travail pour supprimer les éléments hétérogènes ou aberrants. Ne vous débarrassez pas de votre fichier une fois que vous aurez terminé ! Utilisez-le comme un outil d’évaluation permanent, vous permettant de garder une trace de toute la signalétique qui aura été créée.

57Ce plan de travail suppose bien sûr que vous ayez déjà créé votre charte graphique. Si c’est le cas, bravo ! Supprimer la signalétique inadaptée sera aussi simple que de la rendre compatible avec les lignes directrices de votre charte. Si vous n’en avez pas encore, laissez cette étape en suspens. Une fois que vous aurez une identité visuelle, vous pourrez y revenir.

6.3 Les différents types de signalétique sont visuellement distincts

Pourquoi c’est important

Difficulté ***

58Il y a différentes sortes de signalétique dans les bibliothèques et toutes ont des objectifs différents. Certaines, par exemple, permettent d’aider les gens à se rendre d’un point à un autre ; d’autres les informent d’un changement dans le règlement. Quand chaque élément a son propre design visuel, c’est tout le système de signalétique qui gagne en efficacité. C’est une bonne chose en soi, mais il faut surtout garder à l’esprit le résultat final : ce système aidera les usagers de la bibliothèque à l’utiliser avec succès.

À vous de jouer

59Avant de veiller à ce que les éléments de signalétique de votre bibliothèque soient visuellement distincts, il vous faudra faire le point sur les différentes sortes de signalétiques existantes. En voici une liste, tirée du livre Interior Design for Libraries, de Carol Brown :

60Directionnelle : signalétique aidant les usagers à aller d’un point A à un point B. L’exemple courant est celui d’un lieu associé à une flèche.

61Identification : signalétique identifiant les zones de la bibliothèque.

62Pédagogique : signalétique guidant les usagers dans leur utilisation de la bibliothèque. L’exemple type de cette signalétique est celle installée à proximité des photocopieurs et imprimantes.

63Injonctive ou réglementaire : signalétique exprimant une règle ou essayant d’influencer les comportements. De nombreuses bibliothèques ont une signalétique interdisant l’utilisation des téléphones portables ou le fait de consommer de la nourriture.

64Informative : signalétique décrivant la bibliothèque ou ses services. Cela va du nom de la bibliothèque sur le fronton du bâtiment à l’annonce d’un événement à venir. Les étiquettes sur les livres constituent une signalétique d’identification très présente et parfois négligée. Elle demande un choix cohérent de couleurs et de polices dans la durée et d’éviter la multiplication des pastilles et autres gommettes qui ne parlent qu’aux bibliothécaires et polluent l’espace visuel.

65Reprenez la liste de toute la signalétique si vous l’avez faite au moment du diagnostic précédent (6.2) et indiquez de quelle catégorie relèvent ses éléments. Notez également si la signalétique utilise le même design que les autres éléments du même type. Si votre bibliothèque ne dispose pas d’un système de signalétique formalisé, il y a de grandes chances que les éléments ne s’harmonisent pas entre eux.

Passez à l’action et créez des éléments de signalétique visuellement distincts

66Rappelez-vous que chaque élément de signalétique devrait avoir son propre design tout en partageant une même identité visuelle. Bien qu’il ne soit pas facile de créer cette identité dans votre bibliothèque, l’effort initial simplifiera la création d’éléments visuellement distincts. Une signalétique injonctive pourra partager, par exemple, la même typographie qu’une signalétique pédagogique, tout en étant de couleur différente.

67Un schéma homogène peut faire évoluer une collection bigarrée d’éléments de signalétique vers un système complet d’orientation. Utiliser des formes et couleurs différentes est une manière efficace d’y arriver. L’ensemble d’une signalétique injonctive pourra ainsi être rouge, blanche, noire et ronde. Tous les signes liés à l’identification pourront être jaunes, noirs et rectangulaires. Il faudra que cela soit plus détaillé, bien sûr : toutes ces spécifications devront être incluses dans votre charte graphique.

6.4 La signalétique est minimale

Pourquoi c’est important

Difficulté *

68Les éléments de signalétique ne sont pas mauvais en eux-mêmes, mais ils traduisent parfois, par leur abondance, un problème plus général. Pour inverser la perspective d’une façon schématique, un bâtiment idéal n’aurait a priori pas besoin de signalétique directionnelle. Il serait organisé de manière si intuitive que les utilisateurs pourraient s’orienter facilement juste en regardant autour d’eux. De même, dans l’idéal, l’ensemble de vos services et de vos équipements devrait être assez facile à utiliser pour qu’il n’y ait pas besoin, non plus, de signalétique didactique.

69Une bibliothèque ainsi conçue et équipée serait la bibliothèque idéale. Elle n’existe pas. Toutes les bibliothèques ont besoin d’une signalétique pour aider les visiteurs à s’orienter et à travailler efficacement. Mais cela ne signifie pas qu’il faille afficher toute la signalétique possible et imaginable… Tout comme vous devez supprimer de votre site web les contenus parasites et les gadgets afin de faciliter la recherche, vous ne devez avoir aucune signalétique superflue dans votre bâtiment. Une signalétique foisonnante distrait l’attention et crée une atmosphère étouffante. Chaque élément ajouté rend les autres moins efficaces.

70L’évaluation est toujours ici un peu subjective, car il est difficile de distinguer une signalétique pertinente de celle qui ne l’est pas. Accordez-vous de 0 à 10 points en fonction de la manière dont la signalétique est perçue en général.

Passez à l’action et supprimez la signalétique superflue

71Quels éléments de signalétique devriez-vous supprimer ? Commencez par la signalétique injonctive – celle qui influe sur les comportements, parce que, la plupart du temps, elle tente de réguler des comportements exceptionnels. Vous obligez ainsi tout le monde à voir quelque chose qui ne s’applique finalement qu’à un très petit nombre de gens. En outre, cette signalétique est la plupart du temps inefficace. Est-ce qu’une simple affiche indiquant aux personnes qu’elles ne sont pas autorisées à consommer de la drogue dans les toilettes va permettre d’éviter ces comportements problématiques ? Ils doivent être traités de vive voix, avec prudence et courtoisie, pas avec des affiches.

72Une fois la signalétique injonctive supprimée, faites le point sur la signalétique didactique de votre bibliothèque. Que pouvez-vous faire pour la rendre superflue ? Il est probable que cela exige des changements substantiels partout où les choses restent confuses pour les usagers. La figure 6.6 illustre bien ce genre de cas de figure.

fig. 6.6 Le signe du bouton de la porte

fig. 6.6 Le signe du bouton de la porte

73Supprimer la signalétique directionnelle au jugé n’est pas une bonne idée, car il est difficile de savoir quand elle est utile ou non. Livrez-vous plutôt au test décrit en 6.8 afin de déterminer ce qu’il est pertinent de maintenir.

74Après avoir nettoyé l’environnement visuel de votre bibliothèque de sa signalétique inutile, soyez attentif aux changements dans le comportement des usagers. Il est peu probable que vous observiez une augmentation soudaine des infractions ou des comportements déviants, et vous n’aurez probablement pas à répondre vous-même à une série de questions à laquelle cet affichage apportait des réponses.

6.5 Bannir le scotch

Difficulté *

Pourquoi c’est important

75Une affiche scotchée au mur, sur un bureau d’accueil ou sur une table est déprimante. Mais ne pensez pas à vous ; préoccupez-vous de vos usagers. Cet affichage d’aspect fort peu professionnel a un effet négatif sur l’environnement visuel de votre établissement et nuit à l’expérience vécue par l’utilisateur. Réfléchissant à l’implication dans l’aménagement de la bibliothèque centrale de Seattle, Bruce Mau écrivait :

  • 1 Bruce Mau, Life Style, New York, Phaidon, 2000, p. 242. Bruce Mau est un designer canadien reconnu (...)

Au départ, il y avait un problème, les livres, et une solution, les étagères. Aujourd’hui, quand vous entrez dans une bibliothèque, il y a littéralement des centaines d’affiches et de meubles divers destinés à présenter autant de nouveaux supports. Tout, depuis les magazines jusqu’aux DVD, dispose d’un meuble spécifique, d’un manuel d’utilisateur, d’un catalogue et d’étiquettes spécifiques. Le résultat est un colossal problème de communication. Si l’on peut féliciter les bibliothécaires pour leur inventivité, les usagers, eux, sont confrontés à une confusion permanente, et une superposition organisée de strates d’informations scotchées les unes sur les autres. Il est temps d’imaginer autre chose1.

76Au mieux, ces affichages sont peu attractifs. Après quelques mois de passage et de manipulation, ils donnent un sentiment d’usure et de négligence. Ce n’est certes pas ce que vous aviez en tête, n’est-ce pas ?

77Dégageant une impression d’amateurisme, ces affiches posées à la hâte sont souvent le symptôme d’une pauvreté de l’aménagement et, peut-être, d’habitudes centrées sur les besoins des bibliothécaires. Généralement, elles sont mises en place parce que quelque chose ne fonctionne pas très bien. Quelques exemples, en vrac :

  • des instructions pour l’utilisation des bornes de prêt sont scotchées à proximité de l’écran parce que le personnel ne souhaite pas se déplacer pour donner des explications ;

  • une signalétique injonctive est mise en place parce que la bibliothèque n’a pas réussi à trancher entre des besoins contradictoires de lieux de travail en groupe et d’espaces de travail individuel ;

  • un affichage directionnel provisoire est nécessaire pour guider les participants vers leur salle de réunion, car la signalétique permanente est absente ou inadaptée.

78Si vous avez déjà fait l’audit proposé en 6.2, vous pouvez mesurer rapidement si votre bibliothèque est parasitée par ces affichages ou non.

79S’il n’y a pas d’affichages parasites : 10 points.

80Dès la première affiche scotchée, même s’il n’y en a qu’une : 0 point. Même chose s’il reste des morceaux de scotch laissés après le retrait des anciennes affiches.

Passez à l’action

81Le meilleur moyen d’aborder le problème des affiches provisoires est d’affronter celui, plus profond, qui rend la signalétique nécessaire. Vous pourriez remplacer l’affichette par une signalétique professionnelle, mais cela ne serait que de la poudre aux yeux. S’attaquer radicalement aux causes de cette signalétique permettra non seulement de nettoyer l’environnement visuel, mais améliorera aussi la manière dont les choses fonctionnent.

6.6 La signalétique réglementaire est simple, conviviale et courtoise

Pourquoi c’est important

Difficulté *

82Il faut bien l’avouer, les bibliothécaires peuvent vite devenir désagréables quand ils rédigent des affiches injonctives. Et vous conviendrez que cette signalétique et les messages discourtois qu’elle véhicule n’améliorent guère l’expérience de l’utilisateur…

83Si vous avez suivi les choses dans l’ordre, vous avez déjà supprimé la plupart des affiches injonctives de votre bibliothèque, puisqu’elles ne s’appliquent qu’à une frange minoritaire des usagers et sont inefficaces. Si vous devez maintenir l’affichage d’un rappel réglementaire, assurez-vous qu’il ne fasse pas passer les bibliothécaires pour des peaux de vache moralisatrices ou des donneurs de leçons sentencieux.

84Utilisez votre audit pour identifier l’ensemble de la signalétique injonctive ou réglementaire qui reste dans votre bibliothèque. Testez le ton de vos affiches en les lisant à voix haute : ce que vous ne pourriez pas dire de vive voix à un utilisateur de la bibliothèque n’est pas non plus à écrire sur une affiche. Faites la chasse à toutes les formules négatives. Recherchez une meilleure manière de formuler ces consignes, notez-la et prévoyez une réécriture.

85Si l’ensemble de votre signalétique injonctive est simple, conviviale et courtoise : 10 points.

86Si la moitié demande une amélioration : 5 points.

87Si plus de 50 % nécessitent une remise à plat complète : 0 point.

Passez à l’action et réécrivez la signalétique

88Cela ne devrait pas prendre trop de temps, puisque, en apprenti designer UX appliqué, vous avez déjà supprimé la plupart des affiches injonctives de votre bibliothèque.

Fig. 6.7 Exemple d'affiche injonctive : interdiction absolue de téléphoner

Fig. 6.7 Exemple d'affiche injonctive : interdiction absolue de téléphoner

89Voici un exercice de réécriture pour illustrer comment améliorer une mauvaise signalétique. Une affiche qui ne passe pas le test de ton décrit ci-dessus (figure 6.7) est désobligeante, laide et, sur le fond, tente de réguler les comportements en régulant l’usage de la technologie. C’est une perspective complètement erronée et une piètre manière de communiquer. Tout cela compromet la qualité de l’expérience vécue par l’utilisateur.

90Une meilleure solution est illustrée par la figure 6.8. Notez qu’elle ne se place pas sous un angle technologique : elle s’adresse au comportement, et ce de manière positive et engageante.

Fig. 6.8 Exemple de message bienveillant

Fig. 6.8 Exemple de message bienveillant

6.7 La carte de bibliothèque contient des informations utiles et respecte la charte graphique

Pourquoi c’est important

Difficulté *

91D’accord, cette étape est un peu la cerise sur le gâteau. Une superbe carte de bibliothèque ne procurera pas, en elle-même, une valeur ajoutée exceptionnelle à l’expérience de l’utilisateur. Malgré tout, ne négligez pas cet élément de votre identité visuelle. La carte est une toute petite part de votre établissement, mais une petite part que les usagers vont très souvent utiliser et rapporter chez eux : assurez-vous qu’elle puisse être jolie et utile. Une carte de bibliothèque, c’est une attention discrète, certes, mais c’est une marque d’attention quand même…

À vous de jouer

92De deux choses l’une, ou votre carte respecte la charte graphique de votre bibliothèque, ou ce n’est pas le cas. C’est facile à mesurer. Quelles sont les informations type à faire apparaître sur une carte ? Assurez-vous qu’elle comprend bien les éléments suivants :

  • nom de la bibliothèque ;

  • numéro de téléphone ;

  • horaires ;

  • URL du site web ;

  • adresse ;

  • slogan de la bibliothèque ;

  • nom de l’usager ;

  • code-barres.

93Accordez-vous de 0 à 5 points selon la qualité de votre carte.

Repensez le design de la carte de bibliothèque

94Utilisez les lignes directrices de votre charte graphique pour concevoir le design de votre carte. Si vous êtes en panne d’inspiration, jetez un œil sur les élégantes cartes professionnelles des grandes entreprises : vous en trouverez de nombreux exemples en ligne.

95Si vous concevez une nouvelle carte, vous pouvez tout aussi bien en prévoir plusieurs. Il vous suffit d’utiliser les différentes couleurs de votre charte graphique et de laisser les usagers choisir celle qu’ils préfèrent.

96Vous pouvez aussi envisager des cartes de taille différente. Certains usagers préfèrent les versions minimales (sous forme de porte-clés) au lieu du format de type carte de crédit.

6.8 Les nouveaux visiteurs repèrent facilement l’organisation générale de la bibliothèque

Pourquoi c’est important

Difficulté *

97Bien sûr, faire bonne impression à l’utilisateur dès sa première visite est important. Mais même les usagers de longue date se comportent comme les visiteurs qui découvrent les lieux pour la première fois quand ils viennent à la bibliothèque pour faire quelque chose de nouveau.

98Assurez-vous que chaque nouveau visiteur puisse aisément se repérer dans toutes les zones de la bibliothèque. Cela garantira à chacun d’entre eux de passer un moment agréable en se promenant dans le bâtiment.

À vous de jouer

99Trouvez des personnes qui n’ont jamais visité votre bibliothèque. Demandez-leur de se placer dans le hall d’entrée et de repérer des lieux ou des services. Proposez-leur des scénarios type et regardez comment ils s’en sortent. Ces scénarios pourraient être, par exemple :

  • rendre un document ;

  • trouver où a lieu l’heure du conte ;

  • trouver un livre sur un sujet donné ;

  • retirer un document réservé ;

  • trouver un bibliothécaire pour lui poser une question.

100Restez en retrait, suivez-les discrètement et observez-les pendant qu’ils se livrent à l’exercice. Errent-ils à l’aveuglette ? S’adressent-ils au personnel, ou celui-ci va-t-il au-devant d’eux ? Regardent-ils la signalétique ? Quels sont leurs points d’arrêt, c’est-à-dire les endroits où ils marquent une pause afin de décider de la direction à prendre ? Passent-ils à côté d’affiches qui pourraient les aider ?

101Cet exercice classique de carte d’itinéraire (voir le chapitre 2) peut vous être très utile pour comprendre les différents trajets de personnes qui recherchent la même chose, et le temps que cela leur prend.

102Une fois que les volontaires auront atteint leur objectif, posez-leur des questions dans la foulée sur leur expérience. Demandez-leur ce qu’ils ont trouvé pratique ou, au contraire, déroutant. En associant vos observations et les résultats de la carte d’itinéraire, vous aurez suffisamment de données valables pour déterminer comment ils s’orientent et retrouvent leur chemin dans la bibliothèque.

103Si chacun de vos utilisateurs néophytes parvient à remplir son objectif rapidement, avec facilité et sans confusion : 15 points. Vous n’avez rien à faire de plus.

104Si à l’inverse la plupart des gens peinent à se repérer dans la bibliothèque : 0 point. Du travail vous attend.

Mise en garde

Ne trichez pas en demandant à un collègue de la ville d’à côté de se porter volontaire pour ce genre de test. Un bibliothécaire en sait toujours plus que n’importe quel utilisateur type sur la manière d’organiser une bibliothèque. Des amis ou des parents sont en revanche des personnes ressources potentielles, même si dans l’idéal, il vaut mieux faire appel à un des volon¬taires enregistrés dans votre base de testeurs.

Passez à l’action et réglez les problèmes d’orientation dans le bâtiment

105Si de nombreux usagers éprouvent des difficultés à identifier un endroit précis de la bibliothèque, étudiez les moyens de rendre ce lieu plus facile à trouver. Mettez en œuvre votre meilleure idée et effectuez quelques tests. Le changement améliore-t-il les choses ? Dans le cas contraire, recommencez et faites de nouveaux tests jusqu’à cela soit le cas.

6.9 Lectures en plus

106Calori C., Vanden-Eynden D., Signage and Wayfinding Design: A Complete Guide to Creating Environmental Graphic Design Systems, 2nd edition, Hoboken, Wiley, 2015.

107Chermayeff I., Geismar T., Kenedi A., Haviv S., Identify: Basic Principles of Identity Design in the Iconic Trademarks of Chermayeff & Geismar, New York, NY : Print Publishing, 2011… Quelques-unes des réalisations d’un des plus grands cabinets de design américain, auteur notamment du logo de la Library of Congress.

108GEL (Global Experience Language), BBC. [En ligne] < http://static.bbci.co.uk/​gel/​0.5.7/​downloads/​GEL_web_styleguide.pdf >.

109Gibson D., The Wayfinding Handbook: Information Design for Public Places, New York, Princeton Architectural Press, 2009.

110Learning Space Toolkit. [En ligne] < http://learningspacetoolkit.org/​ >.

111Müller-Brockmann J., Grid System in Graphic Design: A Visual Communication Manual for Graphic Designers, Typographers and Three Dimensional Designers, Sulgen, Niggli, 2008. [En ligne] < http://www.sudoc.fr/​140017186 >. Un classique absolu en matière de design.

112Williams R., The Non-designer’s Design Book: Design and Typographic Principles for the Visual Novice, 4th edition, Berkeley – Peachpit – Londres, Pearson Education, 2015. [En ligne] < http://www.sudoc.fr/​184587573 >.

Notes

1 Bruce Mau, Life Style, New York, Phaidon, 2000, p. 242. Bruce Mau est un designer canadien reconnu, auteur de la signalétique de la bibliothèque centrale de Seattle, dont l’architecte est Rem Koolhaas. La conception et la construction de ce bâtiment ont coûté 200 millions de dollars.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre fig. 6.1 Gabarit pour une affiche d'information
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre fig. 6.2 Grille et gouttières
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre fig. 6.3 Placement des éléments sur la grille
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre fig. 6.4 Les éléments de la figure 6.3 retravaillés
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre fig. 6.5 Bibliothèque de modèles de la Grand Valley State University
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre fig. 6.6 Le signe du bouton de la porte
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 6.7 Exemple d'affiche injonctive : interdiction absolue de téléphoner
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Fig. 6.8 Exemple de message bienveillant
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1552/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Accès ouvert
Mode lecture
Chargement ePub
Chargement PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search