Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gérer les périodiques

 | 
Géraldine Barron

Mémento

Géraldine Barron

Texte intégral

1Si cet ouvrage s’est attaché à traiter conjointement périodiques papier et électroniques, il ne peut être le parfait reflet d’un paysage documentaire bien contrasté. Discipline, taille, public, histoire des bibliothèques sont autant de facteurs qui pèsent dans la balance et auraient mérité des développements, car tandis que certaines bibliothèques font le choix du tout électronique, certaines en sont encore à s’interroger sur la pertinence d’une offre dématérialisée.

2Nous l’avons vu tout au long de cet ouvrage, la coopération inter-institutionnelle est de plus en plus indispensable en matière de gestion des périodiques. Si elle permet de maintenir une couverture documentaire la plus complète possible malgré la stagnation du « pouvoir d’achat » des établissements, elle impose également le respect des engagements collectifs (plans de conservation partagée, achats en consortium, signalement national, etc.).

  • 123 Dans un rapport intitulé : Quelles bibliothèques de référence pour l’enseignement et la recherche  (...)

3Le second élément incontournable et intimement lié au premier est la politique documentaire. La montée en puissance de l’électronique a un temps mis à mal la liberté d’action des bibliothécaires, sous le joug d’une documentation de plus en plus pesante financièrement et dont ils ne maîtrisaient plus les contenus. L’électronique a entraîné une augmentation considérable de l’offre en nombre de titres, mais sur un modèle de plus en plus standardisé, au prix de désabonnements papier et de réduction des achats de monographies, en bibliothèque universitaire notamment, avec des conséquences en chaîne dont on n’a pas encore pu mesurer l’impact sur le long terme. Les directeurs des cadist scientifiques s’en sont émus123 constatant que « la structure économique de ce marché menace directement les unica et les périodiques français qui sont condamnés à disparaître rapidement de l’offre des bibliothèques ». La couverture documentaire nationale se resserre et la conservation partagée des périodiques représente un enjeu plus fort que jamais. Le rôle que sont amenés à y jouer les établissements d’envergure nationale, BnF et ABES, administration centrale, est d’importance.

  • 124 Voir à ce sujet les réflexions de David Aymonin, développées aux congrès de l’ABF < http://www.abf (...)

4La tendance actuelle est de considérer une répartition des charges entre une collection nationale portée par de grands établissements, composée du plus grand dénominateur commun (bouquets des grands éditeurs, collections de référence), et le développement de politiques documentaires de niches par les autres bibliothèques de lecture publique ou d’enseignement supérieur et de recherche, au plus près des besoins de leurs publics ou de leur vocation patrimoniale124. Si ce modèle commence à se développer dans certains pays européens, il peine à s’imposer en France où la multiplicité des lieux et instances de coopération ne facilite pas la visibilité des choix, malgré un outil de signalement irremplaçable tel que le Sudoc-PS. Les expériences de mutualisation et coopération en cours laissent bon espoir quant à une évolution rapide de la situation.


Notes

123 Dans un rapport intitulé : Quelles bibliothèques de référence pour l’enseignement et la recherche ? Le rôle des Cadist scientifiques, 2006.

124 Voir à ce sujet les réflexions de David Aymonin, développées aux congrès de l’ABF < http://www.abf.asso.fr/IMG/doc/david%20aymonin.doc > et de l’ADBU < http://www.canalc2.tv/video.asp?idvideo=6863 >.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/155/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access