Version classiqueVersion mobile

Utile, utilisable, désirable

 | 
Amanda Etches
, 
Aaron Schmidt

Chapitre 3. La bibliothèque comme lieu

Texte intégral

1Dès l’introduction de ce livre, l’accent a été mis sur l’importance d’adopter une démarche globale. L’UX ne se résume pas, comme on le pense encore souvent, à avoir un site web fonctionnel et facile à utiliser. C’est aussi une histoire de lieux, d’atmosphère, d’odeurs et d’univers sonore. Ce chapitre va parler de tout ça et vous offrir plusieurs pistes à explorer pour proposer des espaces agréables à utiliser.

3.1 Le bâtiment de la bibliothèque est propre et fonctionne bien

Pourquoi c’est important

Difficulté *

2Votre bâtiment doit être propre et fonctionnel. Ce doit être une de vos priorités. Votre bâtiment incarne la bibliothèque dans le monde physique : il a, en tant que tel, de l’importance et influence de manière majeure la perception de l’institution.

3Si vous avez l’intention que les utilisateurs de votre bibliothèque se sentent bien, alors que votre bâtiment est abîmé, délabré ou sale, il va falloir proposer des services extraordinaires pour compenser l’impact négatif de cet environnement physique déplaisant. Un bâtiment bien équipé et propre ne saurait garantir, à lui seul, que les usagers y viennent, s’y sentent bien et utilisent les services proposés, mais y aidera, c’est sûr.

Autodiagnostic

4Voici une liste qui vous permettra de faire un premier état des lieux de votre bâtiment. Vous êtes sans doute capable de dresser tout seul un bilan objectif, mais vous pourrez ainsi pousser l’exercice un peu plus loin. Demandez à quelques usagers de vous aider. Leur regard neuf révélera des choses que vous pourriez ne plus remarquer. Utilisez un système de notation simple :

  • 0 - faible, nécessite des améliorations importantes ;
  • 1 - correct, de petites améliorations seraient souhaitables ;
  • 2 - exemplaire, pas d’améliorations possibles.

Ameublement

5L’ameublement doit être propre et en bon état. Assurez-vous que les textiles et revêtements ne soient ni tachés ni déchirés et qu’il n’y ait pas de pièces cassées.

Toilettes

6Il s’agit d’un sujet sensible, qui peut paraître trivial, mais qui revêt au quotidien une importance majeure. L’état de vos sanitaires joue un rôle décisif dans la bonne ou la mauvaise opinion que les usagers se font de votre bibliothèque. Les sanitaires doivent être propres et nets, correctement éclairés, bien situés et ne jamais manquer des consommables nécessaires. Le calendrier de nettoyage va dépendre de la taille de votre bibliothèque et du nombre de sanitaires, mais, en tout état de cause, ces derniers doivent être souvent nettoyés. Les personnels de la bibliothèque utilisent-ils des sanitaires spécifiques pour éviter d’utiliser ceux destinés au public ? Si oui, c’est mauvais signe.

Zones fumeurs

7Depuis qu’il est interdit de fumer à l’intérieur des bâtiments publics et des bureaux, les espaces situés à proximité des issues accueillent tous ceux qui sortent fumer une cigarette. Ces zones fumeurs sont-elles convenablement équipées et régulièrement nettoyées ? Les cendriers sont-ils assez nombreux, bien identifiés et faciles d’utilisation ? Est-il possible de matérialiser une zone fumeur protégée de la pluie qui ne soit pas immédiatement devant les sas d’entrée afin d’éviter que le hall de la bibliothèque ne sente le tabac froid ? Être attentif à tous ces points est important pour améliorer l’expérience de vos utilisateurs, fumeurs comme non-fumeurs.

Murs et vitrages

8Observez les murs et vitrages de la bibliothèque comme si vous étiez en train d’inspecter une pièce récemment réaménagée de votre maison. Répondent-ils à vos exigences ? Les détails suivants altèrent l’apparence générale de votre bibliothèque :

  • trous ;

  • morceaux de ruban adhésif restés en place après décollage des affiches ;

  • marques laissées par les meubles ;

  • dégâts des eaux ou autres dégradations ;

  • graffitis ;

  • peinture mal appliquée, écaillée ou noircie ;

  • traces de saletés sur les surfaces verticales (portes, plinthes, vitrages intérieurs).

9Faites une analyse de détail, espace par espace, et dressez une liste des réparations ou opérations d’entretien nécessaires.

Sols

10Que les sols de votre bibliothèque soient en bois, carrelage, moquette, linoleum, béton ou composites, ils doivent être propres, comme le reste de la bibliothèque. Pour cela, programmez périodiquement un nettoyage en profondeur avec votre service de ménage ou bien faites intervenir un spécialiste. Si votre moquette est trop sale pour pouvoir être récupérée, prévoyez dans votre budget les frais nécessaires à son remplacement par une moquette neuve ou par un autre revêtement moins sujet à l’usure.

11Les sols doivent également répondre à des exigences de sécurité. Assurez-vous que les déplacements restent sécurisés même par temps froid ou humide afin que de simples aléas météorologiques ne transforment pas vos circulations, parvis, terrasses, escaliers et halls d’entrée en piscines ou en patinoires.

12Le choix des matériaux a aussi des conséquences fonctionnelles, phoniques et esthétiques. Les surfaces dures comme le carrelage ont tendance à renforcer le bruit en renvoyant les ondes sonores tandis que la moquette aide à atténuer et à adoucir les sons produits dans une pièce.

À vous de jouer

13Votre diagnostic a mis en évidence très peu de 0 et de 1 : marquez 25 points.

14Vous avez environ 50 % de 0 et de 1 ? 12 points.

15Votre bâtiment a des problèmes importants, ou vous avez coché plus de 50 % de 0 et de 1 : accordez-vous entre 0 et 12 points.

16Si vous utilisez l’annexe 1, reportez-y votre note CUTI sur 25.

Passez à l’action : lancez une campagne de nettoyage et de petites réparations

17Ce diagnostic peut facilement aboutir à un plan d’action. Reprenez tous les 0 et 1 dans un document qui récapitule concrètement ce qui nécessite une intervention. Attaquez-vous en priorité aux espaces les plus visibles et les plus fréquentés (votre entrée principale et votre rez-de-chaussée) et travaillez à partir de ce point de départ en cercles concentriques. Assurez-vous que ces petits travaux soient bien financés, planifiés et effectués. L’été peut être propice à ce que votre bibliothèque se refasse chaque année une beauté.

3.2 Le bâtiment de la bibliothèque n’est pas encombré inutilement

18Travailler quotidiennement dans un bâtiment conduit souvent à une certaine indulgence. Les gens s’habituent à leur environnement et se résignent à ce que les choses restent en l’état simplement parce qu’elles sont comme ça depuis longtemps.

19L’un des détails facilement occultés est l’encombrement de l’espace. Un certain bric-à-brac a tendance à s’accumuler dans les bibliothèques : marque-pages, prospectus publicitaires, lettres d’information, écrans d’ordinateur, usuels relégués dans un coin et qui ne sont plus consultés, et pendant qu’on y est, étagères entières de livres non consultés, papier brouillon et stylos, câbles d’ordinateurs, flyers épinglés sur un tableau en liège… cette accumulation d’objets peut réellement créer une impression d’encombrement de vos espaces. Baigné au quotidien dans ce fatras, vous ne le remarquez même plus. Cette liste a pour but de vous rendre attentif à ces détails et de vous encourager à poser un regard critique sur l’état d’encombrement de votre bâtiment.

Pourquoi c’est important

Encombrement à l’échelle macroscopique

20Il faut refuser toute forme d’encombrement. Contrairement à un lieu harmonieux et bien rangé, les espaces encombrés ne sont propices ni au repos ni à un séjour agréable. L’accumulation est le symptôme d’aménagements faits sans plan prémédité : les choses sont déplacées et ajoutées les unes aux autres sans que l’on prenne en compte l’impact que cela peut avoir sur le tableau d’ensemble. Sans adopter systématiquement l’esthétique minimaliste qui caractérise le design scandinave, il faut affirmer que la simplicité a sa place dans toute bibliothèque, quel que soit son style.

Encombrement à l’échelle microscopique

21Pour en revenir à la simplicité, moins il y a de choses dans un système, plus il est facile de les ordonner et de leur donner un aspect impeccable. Prenez un exemple extrême et imaginez une collection de deux objets : il sera facile de les garder en ordre. Deux cents objets, ce sera plus difficile. Et 200 000 ? VRAIMENT plus difficile.

22Encore une fois, il ne s’agit pas seulement d’esthétique. Débarrasser votre bibliothèque du petit bazar qui l’encombre facilitera la vie de vos usagers et apportera de réels avantages au personnel.

23Un exemple parmi d’autres : une bibliothèque propose des prospectus et des marque-pages sur un présentoir, près des postes informatiques publics. Il y a douze objets de communication sur ce présentoir, chacun d’un niveau différent d’actualité et de pertinence. Personne ne prend vraiment le temps de les lire (après tout, il y en a douze) et celui qui y jettera un simple coup d’œil a toutes les chances de passer à côté de l’information qui aurait pu l’intéresser. Un conseil ? Divisez par deux le nombre de documents présentés. Il vous reste six documents ? Recommencez jusqu’à ne garder que trois documents différents au maximum par présentoir.

24Il y a des avantages évidents au fait de ne conserver que trois ou quatre prospectus : les usagers peuvent repérer d’un coup d’œil tous les titres et y trouver en un instant ce qui leur sera utile. Les plus maximalistes d’entre vous pourraient répondre que s’il y a seulement trois ou quatre objets, cela réduit les chances pour les usagers d’y trouver ce qui les intéresse. Effectivement, si le présentoir était dégarni au hasard, ce pourrait être le cas. Il faut faire confiance au personnel pour déterminer ce qui intéresse ou non les usagers (le mieux est que vos collègues fassent quelques enquêtes auprès du public pour le savoir !) et pour faire le tri dans cette collection de brochures. Bien fait, cet exercice augmentera la pertinence des documents laissés sur le présentoir en éliminant ceux dont personne ne se soucie. Ainsi, réduire l’encombrement ne se contente pas de rendre l’environnement plus agréable : la bibliothèque est aussi plus facile à utiliser.

Autodiagnostic

25Prenez le temps d’ouvrir les yeux et de regarder vraiment votre bibliothèque. Il peut être utile de demander aux agents d’observer les secteurs où ils ne travaillent pas habituellement, de manière à porter sur ceux-ci un regard neuf. Prenez des notes. Les photographies sont un bon outil dans le cadre de cet exercice, car elles peuvent mettre en évidence les lieux trop encombrés. Rassemblez tout le monde, discutez de ce que chacun a vu. Envisagez, ici encore, de demander à des utilisateurs de vous aider à évaluer le degré d’encombrement de votre bâtiment. Il y a souvent, dans une bibliothèque normale, au moins une demi-douzaine de recoins où s’entassent des choses inutiles.

Les collections

26Si vous avez une politique de désherbage rigoureuse et régulière, c’est bien. Dans ce cas, vous savez déjà que les collections de la bibliothèque sont un candidat de premier choix pour une opération visant à désencombrer les lieux.

27Si vous travaillez dans une petite bibliothèque sans beaucoup de moyens, et que vous n’y avez jamais fait beaucoup de désherbage, c’est le moment de vous lancer. Il ne s’agit pas nécessairement d’une lourde tâche : de la même façon que vous relevez les contenus non consultés sur votre site internet, vous devriez vous pencher sur les statistiques de circulation pour trouver les exemplaires qui ne sortent plus assez pour justifier la place qu’ils prennent sur les étagères. Conserver les classiques est une chose, mais s’accrocher à Windows 98 pour les nuls en est une autre… Mettez au pilon tout ce qui présente une couche de poussière.

28Si vous travaillez dans une grande bibliothèque de recherche ayant pour mission de collecter et de conserver l’ensemble du savoir humain, vous pouvez sauter cette partie et passer directement au conseil suivant concernant le désencombrement de votre établissement. Mais même des bibliothécaires ayant travaillé pour de grandes bibliothèques de recherche savent que ce type de mission encyclopédique n’existe plus ou n’est plus réaliste. Si vous-même ou l’un de vos collègues êtes contrariés à l’idée d’éliminer des documents, c’est le moment de vous souvenir que l’espace est un bien rare, cher et non dématérialisable et qu’il représente la priorité numéro un. Si un document n’est pas du tout consulté, il faut le considérer sérieusement comme un candidat à l’élimination.

29Essayez de prendre du recul. Jetez par exemple un œil sur les collections de référence imprimées. Si ces dernières ne sont pas plus réduites qu’il y a cinq ans, il est temps de les évaluer. Il se peut que la plupart de ces documents (si ce n’est la totalité) puissent être supprimés. Un autre domaine qui mérite d’être regardé de près est votre collection de magazines grand public. Beaucoup de titres perdent rapidement leur intérêt : pourquoi les laisser en libre accès alors que la date de péremption est passée ? Le désordre s’installe si facilement dans les magazines. Le seul fait de retirer les vieux numéros de vos collections en libre accès va améliorer l’apparence de vos rayonnages.

Les équipements

30L’une des règles incontournables de la bibliothèque est que si vous possédez des documents nécessitant l’usage d’un certain type d’équipements pour être consultés, vous devez alors également donner accès à ces équipements. Les microfilms et microfiches sont un bon exemple : si vous possédez de vieux journaux ou des thèses visibles uniquement sur ces supports, vous ne pouvez pas vous passer d’un lecteur de microfilms ou microfiches permettant à vos usagers de les lire. Il s’agit là simplement de bon sens. Mais lorsque vos collections changent et que vous commencez à vous débarrasser de certains formats, n’oubliez pas de réduire votre offre d’équipements en conséquence. Vous ne serez sans doute pas surpris d’apprendre que les bibliothèques passent souvent à côté de cette étape cruciale en gardant des équipements hérités du passé même si les collections proposées dans les formats correspondants décroissent en volume et en popularité. Ces quatre lecteurs de microfilms que votre bibliothèque a achetés en 1960 étaient probablement plébiscités à l’époque, mais, récemment, combien de fois ont-ils été utilisés tous les quatre simultanément ? Il est peut-être temps d’en réduire le nombre. La même chose vaut pour les magnétoscopes, les lecteurs de CD ou DVD et tous les autres appareils qui ne rencontrent plus le succès d’autrefois.

Les entrées du bâtiment

31Comment réagiriez-vous si quelqu’un venait chez vous et déposait des journaux gratuits, des horaires de bus ou de train, des flyers pour des manifestations culturelles et d’autres documents publicitaires juste devant votre porte ? Vous seriez sûrement horrifié de ce fatras. Celui accumulé à l’entrée des bibliothèques fait exactement le même effet à la plupart des visiteurs. Faites en sorte que la première impression de ceux qui entrent dans la bibliothèque soit bonne en enlevant tout ça de vos sas et halls d’entrée.

32Prospectus, brochures, lettres d’info et autres documents placés sur présentoirs

33Les présentoirs accueillant des prospectus et d’autres documents de ce genre sont souvent victimes du même mécanisme d’expansion qui frappe les entrées de bâtiments : de plus en plus d’éléments s’y entassent, se faisant concurrence les uns les autres. Gardez surtout pour objectif d’être sélectif en proposant un choix restreint d’éléments pertinents et bien mis à jour.

Programmation et événements

34Si de trop nombreux événements organisés par la bibliothèque n’encombrent pas son espace physique, ils peuvent en revanche encombrer son espace mental. Votre bibliothèque continue-t-elle d’accueillir par inertie une programmation au long cours plutôt que de faire le nécessaire pour provoquer une attention enthousiaste ? Peut-être est-il temps de la revoir et d’arrêter certaines choses. Libérer du temps et des ressources financières peut vous permettre de tenter de nouvelles actions.

Signalétique

35L’excès de signalétique peut, sans que vous vous en rendiez compte, créer un environnement fatigant, surtout si son aspect formel laisse à désirer. À l’avenir, plutôt qu’ajouter d’emblée un élément de signalétique, essayez de changer le contexte qui vous incite à le faire. Vous répondrez mieux aux besoins de vos usagers et l’aspect de votre espace en sera amélioré.

À vous de jouer : estimez votre CUTI

36Cet autodiagnostic compte pour 20 points. Essayez de faire preuve d’objectivité et d’honnêteté dans votre jugement, même si cette estimation comporte bien sûr une part subjective.

37Votre bibliothèque est un parangon d’ordre et de tranquillité ? Accordez-vous 15 points ou davantage.

38Votre bibliothèque est pleine à craquer ? Restez sous la barre des 10 points.

Passez à l’action et réduisez l’encombrement

39Il y a deux étapes pour limiter le désordre et toutes deux peuvent être difficiles à mettre en œuvre.

40Identifiez tout d’abord les facteurs qui en sont à l’origine. Vous devrez ensuite obtenir les consentements nécessaires pour supprimer des choses. Pour un présentoir à journaux, ce sera sans doute facile, mais d’autres zones comme les services ou les programmes culturels seront sûrement plus sensibles. Ces éléments sont au cœur des missions de la bibliothèque et auront probablement une forte dimension affective pour les bibliothécaires. Pour surmonter les conflits potentiels, faites passer votre discussion de la sphère des considérations subjectives à celle des besoins des usagers. Fiez-vous aux méthodes décrites dans les deux premiers chapitres de ce livre pour vous aider à déterminer ce qu’il convient de garder et ce dont il faut se débarrasser.

3.3 Le mobilier répond aux besoins des usagers

Pourquoi c’est important

Difficulté **

41Charles Eames, un designer du milieu du siècle dernier, disait que « le rôle du designer ressemble à celui d’un hôte attentionné qui emploie toute son énergie à essayer d’anticiper les besoins de ses invités ». Si ce constat concernant l’hospitalité s’applique à tous les points de contact de la bibliothèque, il est évident qu’il vaut en particulier pour l’ameublement de votre bâtiment.

42Le postulat de départ de ce diagnostic semble tout simple. Défendre le principe de meubles confortables va apparemment de soi : qui accepterait de proposer volontairement un mobilier inconfortable et inutilisable ? Mais il ne s’agit pas seulement de s’assurer que chaises et fauteuils sont confortables ; il faudra aussi vous demander s’ils sont fonctionnels et répondent à tous les besoins – ceux des utilisateurs comme les vôtres.

43Amanda Etches et Aaron Schmidt racontent avoir eu un jour un échange avec le responsable d’une bibliothèque qui affirmait qu’il ne voulait pas « que les chaises soient trop confortables ». Un passant surprenant cette conversation aurait pu être déconcerté. La suite de la conversation a éclairé ces propos : cette personne parlait spécifiquement de sièges pour les ordinateurs réservés à une consultation rapide (limitée à cinq minutes par consultation). Dans ce cas particulier, ce responsable appliquait en fait un des huit principes du Design UX exposés dans le chapitre 1 – il choisissait l’ameublement en fonction d’un type de comportement spécifique. En d’autres termes, si vous souhaitez que vos usagers ne passent pas plus de cinq minutes sur une tâche donnée en un lieu donné, n’y placez pas vos sièges les plus confortables, sachant que des sièges confortables vont leur donner envie de s’y attarder. L’environnement que vous créez influence le comportement des gens : anticipez l’impact de vos choix de manière avisée.

Faites votre autodiagnostic

44Il est aisé de déterminer si le mobilier de votre bibliothèque est confortable : utilisez-le pendant une journée. Vous y sentez-vous bien ? Avez-vous suffisamment de place pour votre ordinateur, vos papiers et votre tasse à café ? Avez-vous mal au dos après être resté trente minutes à lire dans une chauffeuse ? Répondre à des questions de ce genre devrait déjà vous éclairer. N’en restez pas là : demandez aux usagers de la bibliothèque ce qu’ils en pensent. Préparez une petite enquête ou bien interrogez-les pendant qu’ils utilisent le mobilier.

45Déterminer si un meuble est fonctionnel et répond aux besoins des utilisateurs peut être difficile, mais ce n’est pas impossible. Lorsque vous commencerez à réfléchir à l’utilité de votre ameublement, il sera essentiel de penser aux activités qu’il est censé faciliter. En voici quelques-unes :

  • étudier ;

  • lire ;

  • travailler en groupe ;

  • utiliser un ordinateur portable ;

  • utiliser un ordinateur fixe ;

  • assister à des animations ;

  • obtenir de l’aide à un bureau d’information ;

  • emprunter des documents ;

  • rendre des documents.

46Envisagez de conduire quelques enquêtes contextuelles, d’observer les usagers lorsqu’ils se livrent à ces tâches. Les utilisateurs font-ils le tour de la bibliothèque à la recherche d’une place pour s’installer ? Y a-t-il des groupes qui travaillent ensemble dans des espaces conçus pour un usage individuel ? Des utilisateurs qui détournent les petites salles de groupe pour y travailler seuls ? Les usagers déplacent-ils les meubles afin que ceux-ci s’adaptent mieux à leurs besoins ? Les animations affichent-elles complet en permanence ?

47Ici aussi, vous pouvez poser des questions directement aux individus ou leur soumettre un questionnaire. Demandez aux usagers d’exprimer leur accord ou leur désaccord par rapport à des affirmations comme « Je trouve toujours une place à la bibliothèque ». Vous pouvez aussi proposer des phrases à compléter du type « La bibliothèque a besoin de plus de… ». Cependant, ne justifiez pas un changement important de mobilier à partir des réponses apportées à ces phrases à compléter. Souvenez-vous que les opinions et le comportement des personnes sont souvent deux choses bien différentes. Relevez les réponses qui reviennent souvent et utilisez-les pour confirmer ou infirmer vos intuitions.

À vous de jouer

48À l’issue de cette enquête par observation ou par questionnaire – le mieux étant de faire les deux –, accordez-vous jusqu’à 20 points.

49Vous proposez des espaces confortables correspondant aux besoins de tous les types d’usagers : 20 points.

50Votre mobilier présente des défauts importants ou se révèle inapproprié : 0 (si tout est à jeter) à 10 points.

51Votre CUTI, si votre bibliothèque a déjà quelques années, sera sans doute compris entre 8 et 15.

Passez à l’action

52La seule façon d’améliorer du mobilier inconfortable est de le remplacer… par du mobilier confortable. Cette solution simple est malheureusement difficile à mettre en œuvre, du fait du prix élevé de l’ameublement. Si vous avez identifié des meubles inconfortables dans votre bibliothèque, faites une liste de priorités où figurent les éléments les plus utilisés. En les remplaçant en premier, votre action aura un impact important. Vous aurez sans doute besoin de demander des subventions pour terminer ce projet. Comme toujours, construisez votre argumentaire en vous appuyant sur les besoins des usagers. Utilisez les données que vous avez collectées pour présenter vos demandes et n’oubliez pas d’inclure quelques photographies de personnes contorsionnées, assises dans des positions inconfortables. Il est difficile d’en dire plus ici pour évaluer le caractère fonctionnel de votre mobilier sans connaître vos exigences, vos besoins et vos contraintes. Voici cependant trois conseils :

53Appuyez-vous sur ce que font les usagers. S’ils sont sans cesse en train de réagencer les meubles de la même façon, observez-les et essayez d’introduire des changements en accord avec ces réorganisations.

54Si vos problèmes vous conduisent à acquérir différents types de mobilier, achetez des meubles qui pourront facilement être réutilisés dans des buts différents et pour des besoins qui évoluent. Pensez à la manière dont votre bibliothèque est susceptible de se transformer dans les cinq prochaines années, et assurez-vous que vos nouveaux meubles pourront s’y adapter.

55Opérez des choix délibérés quand vous prenez la décision d’acheter et de mettre en place des meubles dans votre bibliothèque. Des meubles différents incitent à des usages différents : il est donc nécessaire de prendre en compte ces usages au moment de l’achat et du choix des emplacements. Le point suivant développe cet aspect.

3.4 Le bâtiment s’adapte à des comportements variés

Pourquoi c’est important

Difficulté **

56Les bibliothèques sont utilisées par des personnes très différentes pour des raisons différentes. L’une d’entre elles pourra rechercher, par exemple, un espace calme où utiliser son ordinateur portable, tandis que d’autres pourront avoir besoin d’un espace pour travailler en groupe. Chacune de ces activités est légitime et chacune exige un environnement différent. Comment faire en sorte que tous les usagers soient confortablement installés et puissent mener à bien leurs activités, en particulier quand certaines de ces activités sont incompatibles entre elles ? Une solution réside dans la mise en place de différentes zones adaptées aux différents usages.

57Appliquer le principe du zonage à votre bibliothèque est une façon coopérative de gérer les comportements. Les tentatives pour faire respecter des règlements d’une rigueur déraisonnable créent un climat de conflit entre la bibliothèque et ses usagers et sont bien rarement couronnées de succès. Il est clair que les bibliothécaires préfèrent occuper leurs journées de façon plus productive qu’en faisant la police.

Où en est votre bibliothèque ?

58Si votre équipe reçoit beaucoup de plaintes au sujet de certains comportements comme le bruit ou la consommation de nourriture, cela indique que les besoins de différents usagers sont en conflit. Pour évaluer réellement la situation, passez un peu de temps à observer les utilisateurs de votre bâtiment. Vous pouvez par exemple rechercher les activités en concurrence qui se déroulent en un même lieu – comme des personnes essayant de travailler en groupe et individuellement.

59Choisissez une période de deux semaines pour conduire votre enquête contextuelle. À la fin des deux semaines, donnez-vous 20 points si les activités de vos usagers se déroulent la plupart du temps harmonieusement, 15 points si vous observez quelques conflits et 0 point si vous observez beaucoup de conflits.

Passez à l’action et adaptez les lieux aux différents comportements

60Si votre bibliothèque a eu un mauvais résultat à cet autodiagnostic, il est recommandé d’établir un zonage permettant de différencier les types d’activités. Le projet peut sembler a priori coûteux, mais ne l’est pas nécessairement. En fait, le zonage se met parfois en place naturellement parce que les différentes sections se trouvent en général dans différentes parties du bâtiment de la bibliothèque. Vous ne le réalisez peut-être pas, mais beaucoup de bibliothèques (peut-être même la vôtre) possèdent déjà une expérience en matière de création d’espaces dédiés à des usages différenciés : beaucoup d’entre elles ont un espace dédié aux pratiques collectives, heure du conte ou ateliers pratiques ; certaines bibliothèques ont des espaces de lecture où même taper sur un clavier d’ordinateur est interdit – et a fortiori le fait de parler. Tirez parti de cette expérience pour vous assurer que vos usagers peuvent accomplir leurs tâches dans toute leur diversité.

61Un autre élément à garder en tête est que le type de mobilier et sa mise en place dans l’espace peuvent avoir un impact sur la capacité de vos zones à bien fonctionner. Vous venez d’entendre parler de l’importance d’avoir un mobilier qui correspond aux besoins des usagers. Vous devez aussi prendre en compte l’impact de l’ameublement sur votre projet de service. Par exemple, si vous voulez dédier un espace :

  • aux activités silencieuses, vous choisirez probablement des carrels de travail individuels et des chaises de bureau ;

  • au travail en groupe, vous devrez probablement opter pour de grandes tables et des chaises ;

  • aux échanges informels, des canapés et des tables basses enverront aux usagers un signal adéquat.

62Il existe bien sûr d’innombrables possibilités en dehors de celles qui viennent d’être évoquées. Gardez à l’esprit que l’ameublement que vous choisissez pour un espace donne des indications tacites sur l’usage qui peut en être fait. Faites des choix conscients quand vous prenez la décision d’acheter du mobilier pour une zone donnée.

63Une fois que vous aurez délimité des zones dans votre bâtiment, assurez-vous d’utiliser d’autres moyens en plus de l’ameublement, pour signifier aux gens quelles sont ces zones et quel usage est autorisé dans chacune d’entre elles. La solution retenue par les bibliothèques de l’université de Houston envoie un message clair dans une typographie facile à lire.

Figure 3.1 Signalétique indiquant le zonage des espaces dans les bibliothèques de l’université de Houston

Figure 3.1 Signalétique indiquant le zonage des espaces dans les bibliothèques de l’université de Houston

Figure 3.2 Une adaptation en France, à la bibliothèque Belle Beille de l’université d’Angers, exploite la division du bâtiment en trois blocs et une signalétique colorée sur les poteaux porteurs du bâtiment

Figure 3.2 Une adaptation en France, à la bibliothèque Belle Beille de l’université d’Angers, exploite la division du bâtiment en trois blocs et une signalétique colorée sur les poteaux porteurs du bâtiment

64Si votre bibliothèque est petite, la mise en place de zones sera plus délicate : dans un petit bâtiment, le bruit venant d’un espace peut se propager partout. Pour créer un zonage, il est possible de prévoir différents usages à différents moments de la journée ou de la semaine. Si votre bibliothèque est de petite taille, vous le faites sans doute déjà par défaut. Vous vous attendez à ce que l’heure du conte et les heures de sortie d’école soient un peu agitées, alors que les soirées seront peut-être un peu plus calmes. Au lieu d’un zonage des espaces, envisagez un zonage des activités fondé sur le temps.

3. 5 Les usagers ont facilement accès aux prises de courant

Pourquoi c’est important

Difficulté *

65Si vous avez déjà fait le tour d’une rame de train, d’une gare ou d’une salle de réunion à la recherche d’une prise de courant, pour en trouver une finalement hors d’usage ou déjà utilisée, il n’y a pas besoin de vous expliquer les enjeux. C’est frustrant, n’est-ce pas ? Épargnez cette frustration à vos usagers en faisant en sorte que tous ceux qui le souhaitent soient en mesure de brancher un équipement. Voire deux.

Évaluez le besoin en prises électriques

66Il n’existe pas de normes ou de recommandations systématiques sur le nombre de prises électriques dont vous avez besoin, parce que les besoins des uns et des autres sont évidemment différents. Ils dépendent de la taille de votre bibliothèque, du nombre et du type d’usagers, de la capacité d’accueil de votre bâtiment, de votre infrastructure électrique et d’un ensemble de données locales spécifiques à votre établissement. Pour cette raison, voici quelques conseils sur la manière de déterminer vous-même ce nombre, plutôt que de proposer un nombre arbitraire.

67Consacrez un peu de temps à observer les personnes qui fréquentent votre bibliothèque. Confiez cette tâche à quelques collègues et soyez attentif au nombre de personnes qui utilisent les prises à différents moments de la journée et à différentes périodes de l’année. C’est aussi une bonne occasion d’interroger les usagers sur la question. Plutôt que de rédiger et de distribuer une enquête formalisée, discutez avec des personnes que vous voyez utiliser des appareils électroniques dans la bibliothèque. Demandez-leur à quelle fréquence ils utilisent ces équipements dans la bibliothèque et ont besoin de les recharger, s’ils ont déjà eu du mal à trouver une prise… Cela vous permettra d’évaluer s’il est nécessaire d’en ajouter et combien.

68Si vous proposez suffisamment de prises à vos usagers, accordez-vous 15 points.

69Si les usagers attendent leur tour pour se brancher ou apportent leurs multiprises, 0 point.

70De nombreuses bibliothèques se situent autour d’une moyenne de 7 points.

Passez à l’action et proposez plus de prises

71La plupart des bibliothèques ont été construites avant la généralisation des appareils électroniques : elles n’ont pas été conçues pour recevoir des personnes qui utilisent et chargent ordinateurs portables, téléphones et/ou tablettes. Votre bâtiment répond peut-être déjà aux besoins en matière de prises, mais si vous remarquez que des usagers ou des membres de l’équipe doivent avoir recours à des stratégies élaborées pour accéder à l’électricité, à base de rallonges, de multiprises ou de déplacement de mobilier, ou si vous avez eu des réclamations de personnes demandant plus de prises, prenez-le en compte.

Ajoutez des prises

72Si votre bâtiment manque de prises, vous pourrez en ajouter quelques-unes. Cela va exiger l’intervention d’un professionnel, mais, en fonction des installations électriques de votre bâtiment, cela ne coûtera pas nécessairement très cher. Attention, dans un ERP de type S (Établissement recevant du public), cela doit toujours être certifié par un contrôleur technique. Sollicitez d’abord les services techniques de votre établissement, puis faites réaliser quelques devis pour vérifier la faisabilité du projet. Une solution très souple, peu connue en France, consiste à installer au plafond une grille de type « canalis », d’où partent des prises munies de rallonges sous la forme de câbles rétractables ou spiralés. Ce type de rallonges peut être utilisé pour alimenter une rangée d’ordinateurs ou de multiprises. L’avantage de cet aménagement est que l’ameublement de la bibliothèque peut être configuré sans avoir à prendre en compte l’emplacement des prises puisque ces dernières peuvent être mises à disposition presque partout. C’est la solution adoptée dans la plupart des grandes surfaces, qui reste encore trop peu connue et encore moins utilisée par les services techniques des collectivités publiques.

De nouveaux meubles

73Si votre infrastructure actuelle le permet, vous pouvez acheter des tables et des chaises qui offriront un accès aisé aux prises de courant. Il s’agit là d’une solution coûteuse, mais conviviale et confortable.

Multiprises

74Créer davantage de prises peut passer simplement par la mise en place de quelques multiprises installées à des emplacements stratégiques. Il vous revient de vous assurer au préalable que le matériel mis à disposition répond bien aux normes NF, que les prises choisies supportent la puissance et ont la protection nécessaire au rechargement simultané de plusieurs équipements, en envisageant les plus gourmands que l’on est susceptible d’y brancher. Ayez à l’esprit la multiplication des vidéoprojecteurs, qui exigent souvent une puissance importante.

Stations de rechargement

75Parfois, les gens ont seulement besoin d’un endroit où recharger la batterie de leurs appareils pendant qu’ils se livrent à d’autres activités dans le bâtiment. Il existe, dans certains aéroports, des stations de recharge ergonomiques offrant dans un petit espace une multitude de prises alignées dans lesquelles il est possible de mettre en charge un nombre important d’appareils, voire des stations proposant des connecteurs et des alimentations correspondant aux types de chargeurs les plus courants. Si le fait de laisser des appareils sans surveillance pose problème, il existe des stations de rechargement où il suffit de laisser son appareil dans un casier qui ferme à clé.

76En ajoutant des prises supplémentaires, vous risquez de provoquer un enchevêtrement de câbles. Assurez-vous donc que la solution retenue ne crée pas de problème esthétique. Il existe toute une gamme de produits permettant de contourner le problème : les catalogues de Legrand, Merlin Gerin, Schneider Electric ou GE General Electric vous donneront plein d’idées d’équipements aux normes françaises conjuguant esthétique et sécurité. Certains fabricants de mobilier commercialisent également des équipements ingénieux.

3.6 Plus de lectures

771. Designing Libraries. [En ligne] < http://www.designinglibraries.org.uk/​ >.

782. Valotteau H., Couleurs en bibliothèque : architecture, signalétique, esthétique, Mémoire d’étude de conservateur des bibliothèques, sous la direction de Christophe Catanèse : Villeurbanne, Enssib, 2011.

Table des illustrations

Titre Figure 3.1 Signalétique indiquant le zonage des espaces dans les bibliothèques de l’université de Houston
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1549/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Figure 3.2 Une adaptation en France, à la bibliothèque Belle Beille de l’université d’Angers, exploite la division du bâtiment en trois blocs et une signalétique colorée sur les poteaux porteurs du bâtiment
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/1549/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search