Version classiqueVersion mobile

Utile, utilisable, désirable

 | 
Amanda Etches
, 
Aaron Schmidt

Avant-propos : Dessine-moi une bibliothèque

Nathalie Clot

Texte intégral

1Les bibliothèques parlent beaucoup et depuis longtemps de mettre l’utilisateur au cœur de la bibliothèque. De la politique documentaire à la formation continue, parler usages, besoins, connaissance des publics sont les lieux communs du moment. Les boîtes à outils, revues professionnelles et comptes rendus d’expériences en ligne foisonnent d’idées d’actions concrètes en la matière.

2Alors, pourquoi s’attacher à traduire un petit livre professionnel américain, au titre intrigant ? Trois raisons à cela.

Parce que ce livre est utile

3Utile comme peut l’être un livre de recettes au moment de préparer un repas de fête. Utile comme le sont les cours de code et de conduite avant de passer le permis et de se mettre pour la première fois au volant de sa voiture. Utile comme le parent qui encourage son petit en courant derrière le vélo lors de sa conquête d’un équilibre encore précaire.

4En effet, sous une forme condensée, il offre une vision globale de bibliothèques créatrices de services et d’une authentique valeur d’usage pour les personnes qui les utilisent. Alors que bien des livres se concentrent sur un seul aspect, qu’il s’agisse de gestion des collections, d’animations, de formations, d’évaluation, de management, d’outils numériques ou d’aménagement des espaces, ce petit livre parle de tout cela à la fois et montre en quoi toutes ces choses sont intimement liées et doivent être pensées ensemble.

5Utile encore, car il propose une méthode de travail, assez facile à mettre en œuvre, qui ouvre des pistes réalistes et rapides d’amélioration.

Parce que ce livre est utilisable

6Il est bref et facile à lire. Il jargonne bien un peu, mais toujours après avoir donné des définitions préliminaires et s’efforce de tout illustrer d’exemples concrets tirés d’expériences de terrain. Vous pouvez n’en lire que quelques chapitres, y picorer, ne regarder que ce qui vous intéresse.

7Il est structuré, pratique, progressif. Comme tout vrai bon livre de cuisine, il propose toutes sortes de recettes, classées par ordre de difficulté, que chaque bibliothèque peut réaliser selon ses moyens, le temps dont elle dispose et ses priorités.

8Il laisse aussi de la place pour expérimenter et comme bien souvent, les recettes proposées ne sont que des prétextes qui permettront à chaque cuisinier… bibliothécaire d’élaborer l’adaptation locale qui lui convient et de pratiquer son tour de main.

Parce que ce livre est désirable

9Désirable, car comme le disait un des premiers lecteurs français, « partout où on se sait en bonne voie, ça fait chaud au cœur », et qu’il « donne sens à tous les efforts tentés çà et là par les bibliothécaires qui font de l’UX sans le savoir, et qui vont avoir grand plaisir à se reconnaître ».

10Désirable, car il fait « renaître un rêve, celui d’une relation privilégiée, proche, harmonieuse avec les lecteurs, rêve partagé par beaucoup de professionnels des bibliothèques, et qu’il donne les moyens de lui faire prendre corps ».

11Désirable enfin, car il peut permettre de partager largement au sein d’un service ou d’un établissement, un certain « désir de bibliothèque », une vision, une culture et un vocabulaire commun qui ne soient pas réservés aux quelques happy few lisant couramment l’anglais.

12Pour résumer, vous avez entre les mains un ouvrage à la fois terre à terre et idéaliste, pratique et théorique, que vous pourrez aisément partager pour dessiner collectivement une bibliothèque attentive à ses usages et à ses utilisateurs.

13Cette alliance de simplicité, de gros bon sens, de méthodes de recherche, de militantisme a séduit les traducteurs qui se sont dit que disposer d’un tel livre en français ne pourrait qu’aider à dépasser des oppositions stériles entre spécialistes de tout poil et serait susceptible de faciliter, sur le terrain, travail commun et choix délibérés.

14Traduire et adapter ce texte est né du désir de le partager au sein d’un établissement : il a rapidement paru évident qu’il pourrait être utile et utilisé plus largement, tant en bibliothèques publiques qu’universitaires. Le livre lui-même est loin d’être parfait ou exhaustif : il a hérité de l’original son ton à la fois direct et familier peu fréquent dans la littérature professionnelle francophone, son côté un peu donneur de leçon sur le thème « du passé faisons table rase » et une forme de prosélytisme qui ne laissera pas d’agacer certains lecteurs.

15Ces réserves faites, c’était le moment ou jamais de le faire connaître et de le diffuser sans rechercher la perfection : en effet, les méthodes de Design UX, qui sont bien décrites et définies par Amanda Etches et Aaron Schmidt en introduction, sont à la mode dans l’univers marchand. Il n’y avait à ce jour aucun ouvrage en français destiné aux professionnels des bibliothèques désireux d’en savoir plus. L’engagement des Presses de l’enssib et des traducteurs bénévoles a permis de poser ce premier jalon. Chacun pourra ensuite aller plus loin dans une littérature toujours plus abondante.

16Au-delà de l’effet de mode, qui n’aura qu’un temps, ces méthodes peuvent aider, dans la durée, tous ceux, très nombreux, qui cherchent et chercheront à s’adapter au moment présent des bibliothèques, celui des utilisateurs, quelle que soit leur situation de départ.

  • 1 Harper Lee, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Isabelle Stoïanov (trad.), Paris, Le Livre de Poche (...)

17En effet, l’idée toute simple prônée par Utile, utilisable, désirable est que nous ne pourrons redessiner nos bibliothèques qu’en nous mettant dans la peau de nos utilisateurs. Comment pourrions-nous mieux leur rendre service ? Ce n’est pas, en soi, une idée révolutionnaire, ni même neuve. Harper Lee, dans To Kill a Mockingbird écrivait déjà dans les années 1950 en faisant référence à un dicton plus ancien encore : « Atticus was right. One time he said you never really know a man until you stand in his shoes and walk around in them; you never really understand a person until you consider things from his point of view until you climb into his skin and walk around in it. »1

18Cette vieille idée n’a rien perdu de sa puissance, lorsqu’elle nous permet de réinterroger de manière pragmatique ce que nous pensons savoir, d’adopter une démarche d’essai / erreur et d’apprentissage mutuel et continu, et de nous adapter en douceur, sans les subir, aux changements de notre environnement.

19Ce livre dont vous êtes le héros est écrit à la deuxième personne du pluriel. L’intérêt que vous y trouverez sera ce que vous en ferez ensuite, pour dessiner les bibliothèques d’aujourd’hui et de demain.

20Bonne lecture !

Notes

1 Harper Lee, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, Isabelle Stoïanov (trad.), Paris, Le Livre de Poche, 2006.

© Presses de l’enssib, 2016

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search