Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Gérer les périodiques

 | 
Géraldine Barron

Partie IV. Conserver en réseau

4-3. Coopération nationale : conservation partagée de la presse quotidienne régionale

Thierry Cloarec et Philippe Mezzasalma

Texte intégral

LA PRESSE QUOTIDIENNE RÉGIONALE

QUELQUES DÉFINITIONS

1La PQR, ou presse quotidienne régionale est un terme tout à fait trompeur : l’ensemble concerné stricto sensu semble homogène, cohérent. Dans son sens usuel, l’expression recouvre en effet les grands quotidiens publiés dans les métropoles régionales, irriguant des espaces plus ou moins vastes au travers d’éditions locales : c’est-à-dire actuellement 62 titres, dont quarante à éditions multiples, et parmi les plus connus, Ouest France, la Voix du Nord ou la Dépêche du Midi. Mais l’ensemble est infiniment plus complexe. L’édition de journaux d’information en région est aussi constituée par des journaux locaux (quotidiens, bi ou tri hebdomadaire) couvrant une commune ou une agglomération (comme L’Indépendant, publié à Perpignan), ainsi que des hebdomadaires, régionaux, départementaux, ou couvrant un ou plusieurs cantons (comme Le Penthièvre, l’Hebdomadaire du pays de Saint-Brieuc). 249 hebdomadaires régionaux sont ainsi collectés par le dépôt légal, et les journaux locaux se comptent en dizaines par régions, parfois éphémères, souvent aux limites du bulletin ou du magazine local.

2Cette dernière distinction est fondamentale pour une conservation de la presse comme patrimoine écrit en régions, pour l’accès aux documents d’une part, pour la contribution à l’histoire de la presse, ou d’un événement, d’une région au travers de la presse d’autre part. À ce titre en effet, seuls les quotidiens et hebdomadaires à rayonnement régional relèvent des critères définissant la presse. Ils sont publiés sur papier « journal », de grand format (folio ou grand folio, même si le format « tabloïd » britannique, plus petit, a tendance à gagner du terrain), et sont vendus en kiosque ou en librairie (plus rarement de nos jours à la criée) par des réseaux de diffusion professionnels. Le tirage varie entre quelques dizaines et quelques centaines de milliers d’exemplaires au numéro (plus de 700 000 pour Ouest France, tirage le plus important). Les pages d’actualités comprennent toujours une rubrique internationale, des pages nationales et colonnes locales, souvent sous formes de brèves ou de mini-reportages. La rédaction, la mise en page, la maquette et l’impression sont effectuées par des corps de métiers professionnels, intégrés au groupe de presse éditeur, ou par des prestataires extérieurs.

UN PHÉNOMÈNE ANCIEN

3Ainsi que la presse publiée à Paris, quelques journaux, en général des gazettes en direction des publics lettrés, et des feuilles de commerce existent dès la fin du XVIIIe siècle. Si un premier essor est notable à partir des années 1830, il faut attendre les années 1880-1890 pour assister à une inflation de titres d’information générale, mais aussi d’opinion politique. D’autre part, là encore dans le sillage des journaux de Paris, on assiste au renforcement de la presse populaire à la fin du siècle à l’exemple du Petit parisien et du Petit Journal, dont la diffusion en région vit la création d’émules locaux. En fait, le développement de la presse en région suit très exactement le développement général de la presse, avec son « âge d’or » entre 1881 (après la loi dite de la liberté de la presse) et 1914. On notera que l’essentiel des titres paraît (et souvent disparaît) avant 1944.

LES COLLECTIONS À LA BnF

  • 119 Ces statistiques sont issues du dépouillement systématique de la presse en région pour les 60 prem (...)
  • 120 Voir à ce propos, Philippe Mezzasalma, « Les collections de presse du XIXe siècle à la BnF », in D (...)

4La BnF offre la particularité en matière de presse régionale de détenir plus de 93 % des titres parus en France des origines à nos jours, avec des états de collections pour ces titres à plus de 90 % de taux complétude en moyenne par titre119. Les bibliothécaires de la fin du XIXe siècle ne s’étaient pas du tout préparés à l’arrivée massive et subite d’un si grand nombre de titres120. En effet, la production de journaux à Paris et en province explose à partir de l’application de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, et submerge littéralement les capacités d’absorption de périodiques de la BN.

5L’administrateur de l’époque prend alors la décision de séparer presse de Paris, dite sérieuse, qui reste dans la cote du catalogue de l’histoire de France, et la presse de région, à laquelle on rajoute la presse des colonies et la presse spécialisée, dans une nouvelle cote, Inv Jx, puis JO (pour journaux). Séparés des titres nationaux, les journaux de province le seront d’autant plus qu’ils ne seront pas communicables pendant plusieurs décennies, faute de place pour les conserver correctement. Une annexe de la BN leur sera même dédiée à Versailles, qui ouvrira ses portes au début des années 1930. Mais c’est à partir de 1954 qu’un plan de reconditionnement et de remise aux normes de conservation et de consultation sera réellement mis en place. Ce plan concerne les dizaines de milliers de cotes relevant de la presse de région, c’est-à-dire de centaines de milliers de cartons et pochettes de périodiques : il touche à sa fin cinquante ans après.

6Mais dans le même temps, le reconditionnement des journaux anciens démontre la non conservation pérenne des journaux sous forme papier à cause de l’acidité du papier journal, en particulier entre 1890 et 1950. Il est par conséquent apparu indispensable de créer un fac-similé, et le microfilm parut alors le meilleur support pour les publications en séries. Les premières opérations des années 1958 à 1980 vont essentiellement permettre de sauvegarder les collections de titres nationaux. Entre 1978 et 1980 apparaissent les premiers programmes systématiques de microfilmage des grands quotidiens régionaux. Deux actions sont menées alors conjointement : d’une part le microfilmage des numéros en cours des titres vivants, et d’autre part le traitement rétrospectif de tranches chronologiques complètes de ces titres. Il parut en effet que le double effet de la réduction du nombre de titres de quotidiens régionaux et de l’augmentation du nombre d’éditions locales de ces mêmes titres rendait possible une couverture totale des principaux titres, ceux à éditions multiples.

LE TRAITEMENT ACTUEL

7Fin 2003, la BnF a été amenée à considérer que le prix global des opérations de microfilmage ne lui permettait pas de mettre à disposition des lecteurs aussi rapidement que souhaité une couverture exhaustive de la PQR à éditions multiples. D’autre part, la réussite des politiques de conservation partagée des éditions locales des titres de PQR avec certaines bibliothèques de dépôt légal imprimeur depuis la loi de 1994 a contribué à accentuer une décentralisation de certaines collections, qui les rendait ainsi plus facilement disponibles pour des publics considérés comme des publics de proximité. Cette politique semblait d’ailleurs permettre une conservation plus harmonieuse et plus précise des journaux de régions. Par conséquent, la BnF a décidé de conserver un exemplaire papier de chaque numéro des 22 quotidiens régionaux à édition simple, de chaque exemplaire de l’édition principale des 40 titres à éditions multiples, et de la totalité des éditions locales des 20 journaux les plus importants sous forme de microfilms. La conservation des éditions locales des 20 autres titres de PQR à éditions multiples revenant aux bibliothèques de dépôt légal imprimeur concernées par le rayonnement des titres.

8En terme de chiffres, la conservation des titres régionaux vivants, éditions papiers des 249 hebdomadaires régionaux incluses, représente près de 4 000 bobines de microfilms par an, et plusieurs dizaines de milliers de fascicules papier, pour une extension annuelle de plus de 200 mètres linéaires. Ce total s’ajoute aux dizaines de milliers de titres morts, qui représentent plus de 20 km de linéaire.

ÉVOLUTIONS RÉCENTES

9Comme pour la presse quotidienne nationale, publiée à Paris, l’offre de PQR s’est considérablement réduite ces trente dernières années. En 2008, la presse quotidienne régionale, déclinée en quelques chiffres, représente :

  • 62 quotidiens ;

  • chaque jour 18,5 millions de lecteurs, 5,5 millions d’exemplaires diffusés ;

  • 17 000 personnes employées (dont 5 000 journalistes), 25 000 correspondants locaux, 15 000 vendeurs-colporteurs ;

    • 121 Données extraites du site du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale

    33 titres de la PQR adhèrent au Syndicat de la presse régionale (SPQR)121.

L’ACTION DE LA BnF

ÉTAT DE LA CONSERVATION À LA BnF EN 2007

10Conformément à ses engagements, la BnF conserve aujourd’hui 22 titres de presse régionale à édition unique et un exemplaire papier de l’édition principale de chacun des 40 titres à éditions multiples. Elle assure par ailleurs la conservation et la communication sous forme argentique des 20 titres à éditions multiples les plus consultés. Pour ce faire, elle s’appuie sur un marché spécifique de reproduction courante qui, depuis 2004, concerne 8 titres principaux (La Montagne, la Dépêche du Midi, le Bien Public, la Charente Libre, Le Courrier de l’Ouest, Paris Normandie, Le Populaire du Centre, La Provence) pour un budget moyen de 405 000 euros, soit environ 500 000 pages par an. Les microfilms des 12 autres titres (Les Dernières nouvelles d’Alsace, Ouest France, Le Progrès, Sud Ouest, Le Courrier picard, Le Dauphiné libéré, L’Est Républicain, Le Midi libre, La Nouvelle République du Centre Ouest, L’Union, La Voix du Nord, Le Parisien) font l’objet d’acquisitions courantes ou rétrospectives auprès des organes de presse. Le budget annuellement consacré à ces acquisitions de microformes s’élève globalement à 380 000 euros, auxquels il faut ajouter 150 000 euros consacrés à l’achat de titres morts.

11Les moyens dévolus à la sauvegarde de la PQR représentent ainsi près de 910 000 euros chaque année. Cet effort constant depuis les années 1980 a permis à la BnF de mettre à disposition les collections les plus complètes et les plus accessibles de quotidiens régionaux ; tous figurent parmi les documents les plus consultés de la bibliothèque (plus de 1 000 consultations par an pour Le Parisien, près de 700 pour la Dépêche du Midi, plus de 600 pour Ouest France ou la Voix du Nord). Ce programme de développement et de renforcement des collections de la BnF se double d’un effort scientifique et financier dans la coopération avec des bibliothèques en région pour mettre à la disposition des publics des collections virtuelles complètes. La BnF propose ainsi un travail en réseau avec ses partenaires sur le sujet.

EN RÉSEAU : LES COLLECTIONS DES PARTENAIRES

12Le Plan d’Action pour le Patrimoine Écrit avait dégagé un certain nombre de pistes d’action parmi lesquelles « Lancer des plans régionaux de conservation de la presse quotidienne régionale ».

13Dans une dizaine de régions, des plans de microfilmage sont conduits en coopération, faisant appel à des financements croisés (État et collectivités territoriales aux différents niveaux).

14Mais l’exhaustivité de la conservation – et de la collecte – reste relative : si l’enquête menée par la BnF auprès des services responsables du dépôt légal imprimeur sur la collecte et la conservation des quotidiens régionaux donne dans l’ensemble des réponses satisfaisante, elle révèle aussi quelques insuffisances dans la collecte (1/4 des éditions locales n’est pas reçu par dépôt imprimeur, sur 400 existantes) et dans la conservation puisque certaines bibliothèques éliminent les éditions qui n’intéressent pas le territoire de leur « ressort ».

LE PLAN DE CONSERVATION

15La mise en place d’une esquisse de conservation répartie pour la PQR a une double raison :

  • le poids budgétaire croissant des financements nécessaires autour des documents ;

  • la volonté forte de la BnF de s’appuyer mieux sur les réseaux de ses partenaires et la conviction que la conservation de la PQR constitue un bon terrain d’expérimentation d’une distinction entre patrimoine national et patrimoine régional.

  • 122 < http://www.bnf.fr/PAGES/infopro/journeespro/JBDLI.htm >

16Un extrait des actes de la journée d’étude sur « la réforme du dépôt légal et ses conséquences pour le réseau des BDLI » organisée le 15 novembre 2004 permet de rappeler l’origine du concept et les principes de la conservation répartie de la PQR122 : « assurer à plusieurs la conservation du patrimoine écrit pour partager les charges économiques et techniques et favoriser l’accès aux documents.

17Il existe deux options ne s’excluant pas forcément :

  • la conservation partagée centralisée : c’est le système des bibliothèques de dépôt. Exemple en France : le CTLES ;

  • la conservation partagée répartie entre plusieurs établissements.

18Exemples de conservation partagée répartie : les plans régionaux de conservation des périodiques, les cadist, le réseau des pôles associés.

19Concernant la presse quotidienne régionale (PQR), la conservation est doublement partagée, entre la BnF et les BDLI et suivant que l’on considère l’édition principale d’un titre et/ou tout ou partie des éditions locales. »

LES ENQUÊTES

20Pour vérifier l’état de conservation des titres en région, deux enquêtes ont été réalisées : en 2005 auprès des BDLI et en 2006 auprès des services d’archives départementaux.

ÉTAT DE LA CONSERVATION DE LA PQR PAR LES BDLI (2005)

21Toutes les BDLI ne conservent pas la totalité des éditions des titres reçus par dépôt légal. Six BDLI font réaliser des pilotes :

  • Strasbourg pour les Dernières nouvelles d’Alsace, L’Alsace et Le Pays ;

  • Dijon pour Le Bien Public ;

  • Rouen pour Paris-Normandie ;

  • Nancy pour L’Est républicain, La Liberté de l’Est et Le Républicain lorrain ;

  • Toulouse pour La Dépêche du Midi ;

  • Amiens pour Le Courrier picard.

22Onze BDLI conservent une édition, plusieurs éditions ou la totalité des éditions sur microfilm, soit achetées au journal, soit réalisées par un prestataire :

  • Strasbourg : achat du microfilm des DNA, réalisation des microfilms pour L’Alsace et Le Pays ;

  • Bordeaux : achat d’une édition de Sud-Ouest ;

  • Clermont-Ferrand : acquisition d’un CD-ROM réalisé par les archives du Puy-de-Dôme pour quatre éditions de La Montagne ;

  • Dijon : achat à la BnF du microfilm du Bien public ;

  • Rennes : achat à Ouest-France du microfilm de cinq éditions ;

  • Orléans : microfilmage par la BDLI des sept éditions de La République du Centre ;

  • Montpellier : réalisation par un prestataire d’une édition du Midi-libre ;

  • Angers : microfilmage de l’édition d’Angers du Courrier de l’Ouest ;

  • Amiens : microfilm du Courrier picard (édition du Grand Amiens) réalisé par les archives municipales ;

  • Marseille : microfilm de La Provence acquis jusqu’en 2001 auprès du journal ; microfilm de La Marseillaise par un prestataire ;

  • Lyon : achat du microfilm du Progrès au journal.

23À l’exception de L’Alsace, du Pays, de La République du Centre et de La Marseillaise, ces titres conservés sur microfilms sont les mêmes que ceux conservés par la BnF, et encore ne couvrent-ils qu’une partie des éditions et non la totalité.

24Afin de compléter cet état de la conservation de la PQR dans les BDLI, il a été décidé de mener en 2005 une enquête similaire auprès des services d’archives départementaux.

ÉTAT DE LA CONSERVATION DANS LES SERVICES D’ARCHIVES DÉPARTEMENTAUX (2005-2006)

25Quarante-cinq services d’archives départementaux ont renseigné le questionnaire adressé par la Direction des archives de France.

26La situation est hétérogène :

  • le Bas-Rhin et le Haut-Rhin ne conservent rien, la BNUS étant considérée comme la bibliothèque de conservation (papier et microfilm) pour la région ;

  • à l’inverse, quelques départements conservent toutes les éditions depuis l’origine du quotidien ;

  • les autres services d’archives ne conservent généralement que l’édition de leur département, voire des départements limitrophes ;

  • les microfilms complets sont rares, soit parce qu’ils ne concernent qu’un certain nombre d’éditions soit, le plus souvent, parce qu’ils ne couvrent que quelques années.

SYNTHÈSE DES DEUX ENQUÊTES

  • la majorité des BDLI conserve l’ensemble des éditions papier du ou des titres de PQR de leur ressort, mais il existe des « défaillances » ;

  • la majorité des services d’archives ne conservent que les éditions de leur département ;

  • qu’il s’agisse des bibliothèques de dépôt légal imprimeur ou des services archives départementaux, on peut dire qu’il n’existe pas de politique de reproduction de la PQR sur microfilm, à l’exception de la BNU à Strasbourg pour l’Alsace et des Archives départementales de la Gironde et des Alpes-maritimes ;

  • il n’existe pas de programme de numérisation de la PQR pour les éditions courantes, les programmes de numérisation, quand ils existent, étant rétrospectifs.

PRÉCONISATIONS POUR UNE MEILLEURE CONSERVATION DE LA PQR

27La situation est complexe et risque d’évoluer rapidement. Elle nécessite de faire appel aux pouvoirs publics de tutelle :

  • pour la BnF : le budget annuel consacré à la sauvegarde (réalisation ou acquisition de microformes) demeure très conséquent, mais il ne garantit pas aujourd’hui d’assurer une couverture complète. Le maintien des engagements de la bibliothèque supposerait, dans le contexte actuel, une majoration des crédits alloués à ces prestations.

  • pour les BDLI : le constat des difficultés des BDLI amène à préconiser l’attribution à chaque BDLI de crédits ciblés (État ou État/Régions) pour la conservation des 20 titres non conservés à la BnF. Cette mesure devrait être accompagnée d’un solide dispositif de contrôle et de suivi.

28Cette aide tant pour la BnF que pour les BDLI ne serait que transitoire : en effet, on peut avoir bon espoir qu’à l’horizon 2010-2011, le dépôt légal de la presse par transfert de fichiers numériques deviendra d’usage. La période transitoire porterait donc sur les années 2006 (date du décret portant réduction du nombre d’exemplaires déposés) — 2011. À l’étape actuelle, seul un titre, Ouest France, dépose ses fichiers numériques à la BnF. Celle-ci attend beaucoup de la création du portail du SPQR pour accueillir via une seule filière un certain nombre de titres afin de traiter de manière unique les données numériques, et les mettre à disposition des lecteurs. Dans cette perspective, les BDLI auraient accès à ces fichiers pour les éditions locales leur revenant. Mais cette perspective souhaitée reste à moyen terme.

ENCADRÉS. RÉPARTITION DE LA CONSERVATION DES ÉDITIONS LOCALES DE TITRES DE PQR ENTRE LA BNF ET LES BDLI
Liste des 20 titres régionaux retenus pour une conservation complète par la BnF sous deux formes : papier pour l’édition principale et microfilm de toutes les éditions (principales et locales).

Titres

BDLI - Région

1 – DNA

ALSACE (Strasbourg)

2 – Sud-Ouest

AQUITAINE (Bordeaux)

3 – La Montagne

AUVERGNE (Clermont-Ferrand)

4 – Le Bien public

BOURGOGNE (Dijon)

5 – Ouest-France

BRETAGNE (Rennes)

6 – La Nouvelle république du Centre-ouest

CENTRE (Orléans)

7 – L’Union

CHAMPAGNE-ARDENNES (Châlons-en-Champagne)

8 – Le Populaire du Centre

LIMOUSIN (Limoges)

9 – Paris-Normandie

HAUTE-NORMANDIE (Rouen)

10 – Le Midi Libre

11 – L’Est républicain

LORRAINE (Nancy)

12 – La Dépêche du Midi

MIDI-PYRENÉES (Toulouse)

13 – La Voix du Nord

NORD-PAS-DE-CALAIS (Lille)

14 – Le Courrier de l’Ouest

PAYS-DE-LOIRE (Angers)

15 – Le Courrier picard

PICARDIE (Amiens)

16 – La Charente libre

POITOU-CHARENTES (Poitiers)

17 – La Provence

PROVENCE-ALPES-CÔTE-D’AZUR (Marseille)

18 – Le Dauphiné libéré

RHÔNE-ALPES (Lyon)

19 – Le Progrès

RHÔNE-ALPES

20 – Le Parisien

PARIS

Liste des 20 autres titres pour lesquels la BnF assurera seulement la conservation de l’édition principale :

Titres

Région

21 – L’Alsace

ALSACE

22 – Le Pays

ALSACE

23 – L’Yonne républicaine

BOURGOGNE

24 – Le Journal de Saône-et-Loire

BOURGOGNE

25 – Le Télégramme de Brest

BRETAGNE

26 – L’Écho républicain

CENTRE

27 – La République du Centre

CENTRE

28 – L’Indépendant

LANGUEDOC-ROUSSILLON

29 – L’Écho du Centre

LIMOUSIN

30 – La Liberté de l’Est

LORRAINE

31 – Le Républicain lorrain

LORRAINE

32 – Nord-Éclair

NORD-PAS-de-CALAIS

33 – L’Éclair

PAYS DE LOIRE

34 – Presse-Océan

PAYS DE LOIRE

35 – Le Maine libre

PAYS DE LOIRE

36 – La Marseillaise

PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR

37 – Nice-Matin

PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR

38 – Var-Matin

PROVENCE-ALPES-CÔTE D’AZUR

39 – Lyon-Matin

RHÔNE-ALPES

40 – Le Progrès – La Tribune

RHÔNE-ALPES

Notes

119 Ces statistiques sont issues du dépouillement systématique de la presse en région pour les 60 premiers fascicules départementaux du Bipfpig.

120 Voir à ce propos, Philippe Mezzasalma, « Les collections de presse du XIXe siècle à la BnF », in Dominique Kalifa, Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), La Civilisation du journal, Nouveau Monde, à paraître début 2009.

121 Données extraites du site du Syndicat de la Presse Quotidienne Régionale

122 < http://www.bnf.fr/PAGES/infopro/journeespro/JBDLI.htm >

© Presses de l’enssib, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access