Version classiqueVersion mobile

Former les utilisateurs de la bibliothèque

 | 
Odile Riondet

Première partie. Construire le processus de formation

D. L’autonomie documentaire des élèves ingénieurs à l’Insa de Lyon

Nicole Bion, Brigitte Prudhomme, Monique Joly et Serge Turlan

Texte intégral

1Doc’Insa, bibliothèque scientifique et technique de l’Insa (Institut national des sciences appliquées) de Lyon, met à disposition de ses lecteurs (étudiants, doctorants, enseignants/chercheurs, ingénieurs) un grand nombre de ressources documentaires. Afin de rendre les étudiants autonomes dans leurs pratiques de recherche et de jugement de l’information, l’institut doit leur donner, tout au long du cursus, les moyens d’acquérir une véritable « culture d’information » pour qu’ils soient capables de :

  • définir leurs besoins d’informations,

  • choisir des sources d’information appropriées,

  • acquérir une pratique des outils documentaires,

  • critiquer et évaluer l’information reçue, vérifier qu’elle correspond bien à leur besoin.

2À ce stade ultime de l’autonomie, il leur sera possible d’intégrer de façon décisive et constructive toutes les ressources informationnelles utiles à leur activité professionnelle.

3Comme d’autres structures, l’Insa de Lyon vise à donner un accès le plus large possible à la documentation achetée pour ses usagers. L’accès par le réseau depuis le poste de travail, les interfaces Web conviviales sont autant de signes qui peuvent laisser croire que la recherche d’information sera une affaire facile. Les « silos à données » sont au bout de la souris, mais quelle méthode conduira à identifier l’information indispensable, pertinente, exhaustive et fiable ?

1. Etre élève-ingénieur à l’Insa de Lyon

4La formation initiale se déroule sur 5 ans après le baccalauréat :

  • le 1er cycle en 2 ans, tronc commun de la formation,

    • 1 Départements de 2eme cycle : biochimie, génie civil et urbanisme, génie électrique, génie énergétiq (...)

    le 2e cycle en 3 ans dans l’un des dix départements de spécialité1.

5La disparité des disciplines enseignées induit des besoins en information très divers. La pédagogie qui intègre de plus en plus la conduite de projets individuels et collectifs transforme la demande tout au long du cursus : les attentes d’un étudiant de 1er cycle concernant une formation générale en mathématiques, physique, chimie, informatique, etc., ne sont pas les mêmes que celles d’un groupe de 3e année en projet collectif, ni même que celles d’un étudiant de 5e année qui participe individuellement à un projet de fin d’études (PFE) avec une entreprise.

6Par ailleurs, le public étudiant de l’Insa diffère de celui de l’université par son nombre (4 800 environ pour les cinq années), par le mode de recrutement sélectif sur dossier et par l’origine géographique des étudiants (environ 7 % d’étrangers). La fréquentation de la bibliothèque influera moins qu’à l’université sur le taux d’échec en début de formation et servira davantage à élargir les compétences des étudiants pour leur cursus scolaire et professionnel.

2. Utiliser les ressources documentaires

7Le projet de fin d’études (PFE) en cinquième et dernière année, à caractère de recherche et développement industriel, doit prouver concrètement les capacités du futur ingénieur. Depuis 1978, les PFE font largement appel aux ressources documentaires électroniques de l’institut. Les étudiants (800 par an) suivent une formation à la recherche d’information scientifique et technique (IST) d’une durée de 5 heures : un cours (2 heures), suivi de travaux dirigés (3 heures) par groupe de 8 à 10 étudiants, les conduit à dérouler une méthodologie de travail pour interroger différentes banques de données, scientifiques et non scientifiques, traiter l’information… Les départements de spécialité soutiennent depuis l’origine cette action de formation en finançant les heures de cours correspondantes, les coûts des interrogations en ligne et l’obtention des documents primaires.

8Dans le passé, cette intervention s’apparentait plus à une prestation de service du documentaliste, qui réalisait des interrogations de banques de données en ligne après avoir mis au point une stratégie de recherche avec l’étudiant. Aujourd’hui, l’autonomie de l’étudiant est largement sollicitée car les accès électroniques par licence de site ne pénalisent plus financièrement les projets. La prise en main des outils documentaires est plus complète, les nécessaires essais-erreurs permettent d’acquérir rapidement une pratique. L’intervention des documentalistes se fait discrète, insistant peu sur le caractère instrumental de l’apprentissage et beaucoup sur la méthodologie.

9Les étudiants deviennent conscients de la puissance et de la richesse de ces ressources et regrettent de ne pas avoir été initiés aux pratiques documentaires au début de leur spécialisation. Ils font rapidement le constat du vide pédagogique entre deux extrêmes : la visite de la bibliothèque en première année et le PFE en cinquième année. Les regrets exprimés par les étudiants ont donc renforcé la certitude de l’équipe pédagogique de la bibliothèque (documentalistes, bibliothécaires), mais aussi de certains enseignants convaincus, qu’une action plus précoce dans le cursus est indispensable.

3. Formaliser la pratique progressive de l’information dans le cursus pédagogique

10Acquérir des pratiques durables dans le domaine de l’information scientifique, technique, mais aussi économique (ISTE), demande du temps et des mises en situations nombreuses et variées. Le moment le plus approprié pour réaliser cette immersion se place en début de 3e année, à la sortie du 1er cycle qui marque la fin d’une période très encadrée. Ce stade se caractérise par une ouverture soudaine et une forte curiosité pour la vie professionnelle en promesse.

11Amener l’usage de l’ISTE à ce moment suppose que l’on s’intègre dans la pédagogie du département de spécialité, car il serait inconcevable de conduire un enseignement méthodologique qui ne pourrait pas être mis immédiatement en pratique. Doc’Insa a entrepris des négociations avec les directeurs des départements afin d’intégrer les enseignements de méthodologies documentaires dans les projets en cours. Pour l’année 1998- 1999, l’expérience a été conduite avec un seul département : Génie mécanique et construction (GMC).

  • 2 3GMC : troisième année d’études à l’INSA = première année de spécialisation au département GMC.

12Cette action de formation s’insère dans le programme Découverte de l’entreprise en 3GMC2 qui se déroule en début d’année et propose, sous la forme de conférences de professionnels de l’entreprise, d’aborder le thème de l’insertion des ingénieurs Insa et les différents services dans l’entreprise : finances et comptabilité, marketing, production, qualité, intelligence économique…

13Une équipe pédagogique, constituée de l’enseignant responsable de ce programme et de trois bibliothécaires, a été chargée de définir l’application de l’enseignement documentaire. L’information sur l’entreprise, facilement abordable par des élèves en début de spécialisation, a semblé opportune pour cette nouvelle action. De plus, les étudiants sont sensibilisés à l’entreprise par le stage ouvrier de fin de première année, l’élaboration du projet personnel professionnel et les séminaires sur les différents métiers de l’ingénieur.

14L’équipe pédagogique a décidé d’adjoindre au programme Découverte de l’entreprise un projet collectif qui s’est déroulé sur cinq mois.

4. Un projet collectif : « Dire l’entreprise »

4.1. Amener les étudiants à se montrer curieux de l’information

15Dans le cadre de ce projet collectif, DIRE l’entreprise (Découverte des informations de l’entreprise selon les aspects recherche et économie), les étudiants, par groupe de dix, recherchent de l’information sur une entreprise choisie dans une liste établie par les intervenants. Ils doivent retrouver différents renseignements disponibles sur ses technologies, ses produits, son marché, et sont amenés à se forger une vision critique de l’information : sa qualité, sa crédibilité, sa fraîcheur… Ils approfondissent leurs connaissances sur une technologie mise en œuvre par l’entreprise et cherchent à lui apporter du conseil en identifiant les compétences externes qui peuvent l’aider : laboratoires, centres techniques, en commençant par les laboratoires de l’Insa, que les étudiants découvrent.

16Ce travail correspond à une mise en situation réaliste, largement utilisable dans le cursus scolaire et professionnel.

4.2. Un cours électronique et un tutorat

17Selon les principes définis ci-dessus, l’équipe pédagogique a décidé de construire un outil d’autoformation, accessible par l’Internet, couplé à un tutorat. On peut trouver, à l’adresse http://csidoc.insa-lyon.fr/​diere/​dieregmc.html, le programme de travail du projet collectif, ainsi qu’un guide de recherche des informations de (et pour) l’entreprise qui pointe sur les ressources documentaires de l’institut (en Intranet pour la plupart).

18Le guide électronique se présente sous forme de fiches relatives à un type d’information : identité de l’entreprise, comptes sociaux, produits, brevets… L’équipe pédagogique a sélectionné les types d’informations et les outils documentaires abordables par des étudiants en début de spécialisation. L’unité du cours est visible dans la structure des fiches qui comportent toutes les mêmes éléments. Une définition du type d’information à rechercher est proposée. Deux rubriques précisent la nature des « auteurs/producteurs » et les « usages/finalités », afin d’amener les étudiants à se questionner sur les diverses utilisations d’une même information dans des contextes variés. Un dernier paragraphe indique, précisément, quel est le détenteur de cette information et où se la procurer - bases de données, entreprises, bibliothèques de l’Institut…

19Si le cours électronique permet aux étudiants de trouver, à tout moment, des pistes de recherche d’information, le tutorat s’impose pour le suivi des réalisations (conseil, recadrage, maintien de la motivation). L’équipe pédagogique s’est voulue très disponible, tout en faisant respecter les contraintes vécues dans les entreprises (demande d’aide par messagerie, demande de rendez-vous).

4.3. Le déroulement du projet

20Le projet se déroule sur cinq mois. Lors de la présentation générale, les groupes de travail sont constitués (13 groupes de 9 étudiants) et un responsable de projet se désigne. Chaque groupe choisit une entreprise parmi les vingt sélectionnées par l’équipe pédagogique. Lors d’une deuxième rencontre, les responsables de projet sont initiés aux outils documentaires, avec pour consigne de transmettre ces acquis aux autres membres de leur groupe.

21Après un mois de travail, un bilan intermédiaire rend compte de la méthodologie pratiquée, du travail réalisé, des difficultés rencontrées. La confrontation des groupes enrichit la réflexion des uns et des autres.

22Trois mois plus tard, chaque groupe remet un dossier comportant une synthèse sur l’identité de l’entreprise, la technologie retenue et les centres de compétences identifiés, ainsi que les documents primaires commentés selon des critères de fiabilité, de validité et de coûts. Le dossier comporte, par ailleurs, un bilan sur l’organisation du groupe, l’investissement en temps de travail et l’apport d’un tel projet collectif.

23Un mois plus tard, lors d’un exposé oral, chaque groupe présente aux autres ses travaux. Les étudiants doivent se placer en situation de convaincre une entreprise du bien-fondé de leurs conclusions.

4.4. Évaluer le travail des étudiants

24L’évaluation, qualitative, est conduite par l’équipe pédagogique et par l’ensemble de la promotion. L’équipe pédagogique, lors du bilan intermédiaire, de l’exposé oral et à partir du dossier rendu, porte un jugement sur la démarche de travail mise en œuvre et la conduite collective du projet. Les étudiants, quant à eux, évaluent la qualité de la présentation orale et la force de conviction de leurs camarades en se situant comme « acheteur » de l’étude. En final, trois équipes sont félicitées pour le travail global.

25Sur le plan pédagogique, l’objectif est atteint. Les étudiants sont motivés par le travail en groupe, par une pédagogie qui leur laisse beaucoup d’initiative et par l’objet de l’étude (la découverte d’une entreprise). L’équipe pédagogique écoute, guide, réoriente, dialogue, rentrant ainsi dans une fonction de tutorat.

5. Coûts du projet dire

26Du côté des étudiants, l’investissement demandé a représenté 14 heures de face-à-face pédagogique et entre 5 et 20 heures de travail personnel (selon les groupes). Hormis quelques remarques d’ajustement de calendrier, la charge de travail n’a pas été perçue comme insurmontable, alors que les étudiants ont un planning d’enseignement très lourd (36 heures par semaine).

27Sur le plan économique, la mise en place d’une telle action doit prendre en compte divers éléments :

  • la construction du projet : programme de travail (72 heures/homme), cours électronique (70 heures/homme), formation des formateurs (64 heures/homme) ;

  • l’encadrement par les enseignants : face-à-face pédagogique et corrections (129 heures/homme, la première année, optimisé à 60 heures/homme l’année suivante).

28Cette mise en place a mobilisé quatre personnes sur cinq mois, dont trois bibliothécaires, ce qui représente un investissement important pour une petite structure comme Doc’Insa.

6. Déployer le programme vers d’autres départements de spécialités

29La mise en place d’un tel programme de travail, le suivi du projet et la construction des outils pédagogiques ont représenté un investissement important, comme nous l’avons vu ci-dessus, pour un résultat qui n’était pas acquis d’avance : il s’agissait de réaliser une expérimentation qui, si elle était concluante, pouvait être reprise, dans son principe, par d’autres départements de spécialités.

30Le bilan pédagogique très satisfaisant, l’exposé des réalisations et la communication des conclusions devant les directeurs de départements et de la formation ont marqué l’aboutissement de l’expérimentation. Certains ont marqué un vif intérêt pour ce projet, qui a déclenché chez eux l’aspiration à construire également un enseignement documentaire adapté à leur spécialité.

31Au cours de l’année prochaine, le programme d’enseignement DIRE sera repris à l’identique avec le département GMC. Des ajustements seulement techniques vont permettre de « lisser » les quelques difficultés organisationnelles qui sont apparues dans le calendrier.

32Pendant cette même période, la bibliothèque débutera un nouveau projet avec un deuxième département. Une équipe pédagogique forte (plusieurs enseignants du département) prendra en main le suivi de cet enseignement. En effet, Doc’Insa, peu dotée en enseignants, ne peut libérer suffisamment d’heures pour assurer tout l’encadrement documentaire qui sera nécessaire.

33Les bibliothécaires interviendront de façon prioritaire en formation de formateurs auprès des enseignants impliqués, pour les rendre eux-mêmes autonomes sur ces outils documentaires que nous avons l’ambition de faire découvrir à leurs étudiants, mais qu’ils connaissent parfois très mal… L’expertise des bibliothécaires interviendra aussi sur la sélection des sources d’information les plus appropriées et sur la construction d’un guide de recherche des informations spécifiques pour ce nouveau projet.

7. De nouveaux rôles pour la bibliothèque

34• Parmi les conséquences bénéfiques, l’intérêt porté par les étudiants au projet DIRE est sans doute l’une des plus visibles, même si nous ne pouvons évaluer, à ce jour, toutes les retombées. La confiance et la responsabilité qui leur ont été accordées pour conduire leurs travaux ont sans doute joué dans leur détermination à surmonter les difficultés, lesquelles n’ont pas manqué. L’organisation du groupe, l’interprétation des informations, les présentations orales, très professionnelles, ont été jugées avec beaucoup de réalisme et de vérité par l’ensemble de la promotion. Le chemin vers l’autonomie semble bien engagé.

35• Deuxième conséquence : l’implication du département GMC qui, en soutenant très activement ce projet, s’est trouvé conforté par ce succès et a décidé de faire évoluer l’année suivante la pédagogie d’un autre enseignement conduit sous la forme d’une mise en situation. La réussite de la prise d’autonomie donne envie de la prolonger.

36• Troisième conséquence : un deuxième département souhaite que ses enseignants deviennent autonomes vis-à-vis des outils documentaires et puissent acquérir une expertise crédible auprès de leurs étudiants. Tout le monde a envie d’être autonome, surtout quand il s’agit d’information.

37L’objectif initial du projet - rendre les étudiants curieux, intéressés et consommateurs d’information avisés — est à nos yeux atteint. Des objectifs seconds, mais non secondaires, comme l’émergence de besoins latents, sont également marquants, notamment vis-à-vis des enseignants. Des retombées non recherchées mais très valorisantes, comme la reconnaissance professionnelle d’une grande expertise et la perspective de pouvoir valoriser au mieux ces compétences avec des interlocuteurs, devenus exigeants, constituent un atout remarquable pour les bibliothécaires-documentalistes de Doc’Insa. Enfin, l’opportunité de nouer des relations d’égal à égal avec des enseignants, dans une équipe pédagogique traversée de sensibilités diverses, a formé, à nos yeux, l’essence même de la réussite de ce projet innovant en même temps qu’un cadre de travail très motivant.

Notes

1 Départements de 2eme cycle : biochimie, génie civil et urbanisme, génie électrique, génie énergétique et environnement, génie mécanique construction, génie mécanique développement, sciences et génie des matériaux, génie productique, informatique, télécommunications : services et usages.

2 3GMC : troisième année d’études à l’INSA = première année de spécialisation au département GMC.

© Presses de l’enssib, 2000

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search