Version classiqueVersion mobile

L’édition indépendante critique

 | 
Sophie Noël

Conclusion. Grandeur et misère de l’édition indépendante critique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Si on concevait la pauvreté non plus comme “manque d'argent” mais comme choix de vie, on pourrait alors penser l'édition indépendante d'une tout autre manière. On assisterait aujourd'hui, non plus aux Rencontres de l’édition indépendante, mais plutôt à celles de l’édition pauvre, comme il y eut naguère un théâtre pauvre (Grotowski) ou un art pauvre (arte povera), terme forgé par Germano Celant pour définir une “attitude” prônée par des artistes italiens, à la fin des années 1960, qui (je cite Celant) “adoptent un comportement qui consiste à défier l'industrie culturelle et plus largement la société de consommation, selon une stratégie pensée sur le modèle de la guérilla”. Je propose donc que nous adoptions désormais ce terme pour définir notre activité. Nous ne serions plus alors des “exclus de la dépendance” (qui donne toute liberté d'agir et de dépenser l'argent des autres), mais désormais des guérilleros qui ont fait le choix de cette pauvreté, par laquelle il nous est possible...

© Presses de l’enssib, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search