Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

WICKERSHEIMER, Ernest

Bar-le-Duc, 12 juillet 1880 – Strasbourg, 6 août 1965

Christophe Didier

Texte intégral

Bibliothécaire et historien de la médecine, en charge de la seconde bibliothèque du pays lors du retour de l’Alsace à la France, membre d’honneur ou correspondant de près de vingt sociétés savantes françaises et étrangères, il aura été, parfois malgré lui, un artisan engagé dans les soubresauts qu’ont pu vivre les bibliothèques au cours du premier XXe siècle.

Studio Harcourt, Paris, années 1950. © Collection Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg

1Fils d’un médecin militaire d’origine alsacienne, il est élève au lycée Janson-de-Sailly (la famille s’établit à Paris en 1885), puis étudiant à la faculté de médecine. Il y soutient en 1905 une thèse de doctorat intitulée La médecine et les médecins en France à l’époque de la Renaissance. En 1906-1907, il est stagiaire à la bibliothèque de cette même faculté, tout en passant six mois à l’université d’Iéna auprès de son oncle, le professeur de botanique Christian Ernst Stahl. Sorti major, en 1908, de sa promotion du CAFBU, il est nommé en décembre 1909 à la Sorbonne puis, en novembre 1910, à l’Académie de médecine. Il y travaille, entre autres, au Catalogue alphabétique des ouvrages imprimés depuis 1872, lequel paraît en 1919.

2En 1908-1909, il est aussi l’élève à Leipzig de Karl Sudhoff qui dirige alors un Institut d’histoire de la médecine appelé à une grande réputation. En 1910 enfin, il fait un voyage d’études aux États-Unis, où il noue des liens avec des spécialistes d’histoire de la médecine et des sciences. À son retour, il publie Notes sur quelques bibliothèques américaines (1911). Mobilisé en août 1914, il termine la guerre comme médecin-major, décoré de la Légion d’honneur à titre militaire et de la Croix de guerre.

3Le 19 février 1919, il est envoyé à Strasbourg pour prendre la direction de l’ancienne Kaiserliche Universitäts- und Landesbibliothek (Bibliothèque impériale de l’université et de la région) fondée par les Allemands en 1871, devenue Bibliothèque universitaire et régionale après la guerre. Il y est officiellement nommé le 24 mars 1920 et y reste jusqu’à sa retraite, le 30 avril 1950.
Son activité de bibliothécaire doit être comprise dans ce contexte historique particulier de changements de nationalités pour Strasbourg et l’Alsace-Moselle, à une époque de forte évolution des pratiques bibliothéconomiques. Ainsi, une des premières réformes qu’il met en place dès 1919 est le remplacement du classement systématique instauré par ses prédécesseurs par une cotation numérique (inspirée de celle de Léopold Delisle) ; elle a pour conséquences de mettre désormais deux catalogues à disposition du public, l’un d’auteurs et l’autre de matières. Sous son mandat aussi ont lieu les discussions, longues et délicates, qui aboutissent à la création du nouveau (et encore aujourd’hui unique en France) statut instituant la « Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS) le 23 juillet 1926. Il doit faire face en 1939 aux conséquences de l’avancée allemande, organisant le déménagement, durant sept mois, des collections de la BNUS en Auvergne, avant que les Allemands n’ordonnent leur rapatriement à Strasbourg, au cours d’un second déménagement qui dure de mars à octobre 1941. Entre 1940 et 1945, période d’annexion de l’Alsace par l’Allemagne nazie, Wickersheimer est replié, avec une partie du personnel de la bibliothèque, à Clermont-Ferrand, tandis qu’une « bibliothèque allemande » continue de fonctionner à Strasbourg. Il dirige à nouveau, dans les années de l’après-guerre, une BNUS éprouvée, dans ses bâtiments comme dans ses collections, par les bombardements de 1944.

4Son activité bibliothéconomique à Strasbourg est aussi visible avec la publication de catalogues ; il s’occupe personnellement de celui des manuscrits qui paraît en 1923 (comme tome 47 du Catalogue général des manuscrits des bibliothèques de France). Il supervise en outre le fonds de médecine de la BNUS qui était en 1939 l’un des plus riches au monde – et fut presque entièrement détruit lors des combats de 1944 entre Américains et Allemands. Comme bibliothécaire, mais aussi comme historien de la médecine, il laisse près de 250 contributions à une cinquantaine de revues, ainsi que huit ouvrages, dont le Dictionnaire biographique des médecins de France au Moyen Âge (1936, rééd. 1979). Il est secrétaire général de la Société française d’histoire de la médecine de 1910 à 1919, président de la Société internationale d’histoire de la médecine de 1954 à 1964, membre d’honneur ou correspondant de près de vingt sociétés savantes françaises et étrangères, et docteur honoris causa en médecine de l’université de Francfort-sur-le-Main (en 1960). Il reste membre du conseil d’administration de la BNUS de 1950 jusqu’à sa mort et préside, de 1947 à 1960, aux destinées de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace. Il est promu au grade d’officier de la Légion d’honneur en 1948.

ISNI

0000 0001 0855 0443

Sources primaires et bibliographie

BNU, dossier des personnels ;

Costabel, 1966 ;

Dubled, 1973 ;

Gueslin, 2016 ;

Lorentz, 2015 ;

Metz, 1965 ;

Wickersheimer (Ernest), s. d.

Table des illustrations

Crédits Studio Harcourt, Paris, années 1950. © Collection Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M

Auteur

Délégué à l’action scientifique et aux relations internationales, Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search