Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

WECKERLIN, Jean-Baptiste Théodore

Guebwiller, 9 novembre 1821 – Trottberg, 20 mai 1910

Patricia Frechon, et Pascal Leray et Sophie Lévy

Texte intégral

Après avoir étudié la musique au Conservatoire de Paris, il s’engage d’abord dans une carrière musicale avant de devenir bibliothécaire à la Société des compositeurs de musique, puis à la bibliothèque du Conservatoire de Paris dont il prend la responsabilité en 1876.

gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.

1Né dans une famille de la bourgeoisie alsacienne, son père, lui-même teinturier et fabricant d’étoffe, le destine à des études de chimie mais il part à Paris en 1843 pour étudier la musique. Il entre au Conservatoire de Paris en 1847 et y suit notamment l'enseignement du compositeur Fromental Halévy. Nommé chef de chœur de la Société de Sainte-Cécile, il écrit, compose et fait jouer certaines de ses œuvres, en particulier l’opéra-comique L’organiste dans l’embarras qui rencontre un certain succès. Deux de ses opéras-comiques, Dreifach Hochzeit im Bäsethal, et Der verhäxt Herbst sont écrits sur des livrets en langue alsacienne. Pourtant, malgré l’inspiration populaire qui nourrit aussi bien ses œuvres lyriques que ses mélodies, la carrière du musicien reste confidentielle. Elle est aujourd’hui encore principalement connue des spécialistes de la musique française du XIXsiècle.

2En marge de ses propres compositions, Weckerlin s'intéresse de près aux musiques populaires traditionnelles de France et d’ailleurs (Suède, Norvège, Italie, Allemagne, etc.). Il édite recueils de chansons et essais dont il réalise l’accompagnement pour piano. Il contribue ainsi à l’émergence du folklorisme, dans le sillage du romantisme allemand, se constituant une importante bibliothèque en la matière.

3En 1856, Weckerlin se marie avec Fanny Cinti-Damoreau, élève en solfège au Conservatoire. En 1863, il est recruté comme bibliothécaire et archiviste à la Société des compositeurs de musique. Devenu en 1869 préposé à la bibliothèque du Conservatoire de Paris, il est nommé bibliothécaire-adjoint en 1872 puis bibliothécaire en chef en 1876. Ses notes et correspondances, aujourd’hui conservées à la BnF, montrent toute la constance de ses efforts pour adapter la bibliothèque aux besoins du Conservatoire et en consolider l’organisation qu’il s’agisse du dépôt légal, de la gestion des espaces ou des questions de reliure.

4Il accroît considérablement les collections de la bibliothèque par une démarche d’acquisition très volontariste. Sous son impulsion, la bibliothèque devient, entre 1876 et 1909, l'une des collections musicales des plus riches du monde. Le nombre de volumes passe de 15 000 à 30 000. Il se déplace à l'étranger pour effectuer des acquisitions de manuscrits originaux, de portraits d'artistes, d’estampes, de lettres autographes ou encore de recueils de brochures. Il rédige en 1885 un ouvrage sur les collections de la bibliothèque, intitulé Bibliothèque du Conservatoire national de musique et de déclamation : catalogue. Ce livre, le premier à décrire les collections de l’institution, se distingue par la qualité de ses notices qui s’attardent sur les ouvrages les plus rares et méconnus et prend la forme d’un « dictionnaire bibliographique », selon le mot de Henri de Curzon.

5Ses activités de musicien et d’essayiste ne faiblissent pas. Parfois décrit comme un polygraphe, Weckerlin s’attache aussi bien à fixer le patrimoine de la chanson populaire (Chansons populaires de l’Alsace, 1885 ; Chansons de France pour les petits français, 1886) qu’à établir l’édition d’ouvrages rares tels que Les peines et plaisirs de l’amour et Pomone de Robert Cambert (1880) ou encore la musique du Ballet comique de la Reine de Baltasar de Beaujoyeux (1882). Il compose un drame biblique, Samson et une suite de scènes sur le thème du Juif errant en 1901. Nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1884, admis à la retraite le 1er octobre 1908, il décède en 1910 à Trottberg, non loin de Guebwiller, son lieu de naissance. Deux ans avant son décès, Charles Malherbe, directeur de la bibliothèque de l’Opéra, avait fait l’acquisition d’une partie importante de sa collection personnelle, principalement relative au folklore musical français et étranger. Cette collection est aujourd’hui conservée à la BnF.

ISNI

0000 0001 2137 5280

Sources primaires et bibliographie

Bibliothèque nationale de France, fonds Jean-Baptiste Weckerlin ;

Getreau, Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, 2003 ;

Lebeau et Clampin, The New Grove dictionary of music and musicians, 2001 ;

Oddon, 2016 ;

Pougin, 1883 ;

Saint-Arroman, 2012 ;

Wallon, 1955.

Table des illustrations

Crédits gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13454/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

Auteurs

Responsable des livres, périodiques, collections de référence et patrimoniales, Médiathèque Hector Berlioz, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

Conservateur de bibliothèque en charge de l’informatique documentaire, Médiathèque Hector Berlioz, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

Responsable des archives, Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search