Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

VAILLÉ, Eugène

Bédarieux, 10 août 1875 – Riols, 30 mai 1959

Sébastien Richez

Texte intégral

Docteur en droit, bibliothécaire au ministère des PTT, fondateur du musée postal de France, son travail de recherche fait de lui le premier historien de la Poste reconnu comme tel par l’école des Annales.

Eugène Vaillé, premier conservateur du musée Postal, 1946.

© Musée de la Poste - La Poste, 2020

1Aîné d’une fratrie de trois enfants, issu d’une famille de négociants, son père exerçant dans le domaine lainier à Lodève, Eugène Vaillé est le neveu de l’écrivain cévenol Ferdinand Fabre. Bachelier ès lettres et philosophie en 1892, il présente avec succès le concours de surnuméraire des Postes, Télégraphes et Téléphones la même année, débutant une carrière administrative qui le mène à Lyon. Il y commence des études de droit et soutient en 1902 un doctorat portant sur la coalition ouvrière et les grèves. Marié à Shama Julia de Chaslelain, jeune femme anglaise rencontrée à Courbevoie, il est parent adoptif d’une fille qu’il déshérite à sa mort car elle s’est mariée contre l’avis de ses parents.

2Nommé rédacteur à la direction des Postes de la Seine en 1903, Vaillé traverse les ministères du Commerce puis de l’Agriculture, avant d’embrasser la carrière de professeur de composition française et de géographie à l’Institut administratif de Paris. En 1920, il revient aux PTT dont il dirige la bibliothèque centrale, créée en 1878 et installée au ministère, rue de Grenelle. Constituée sur un fonds administratif postal français et étranger, elle s’enrichit fortement avec Vaillé d’une collecte historique plus systématique avec des ouvrages remontant jusqu’au XVIIIsiècle et portant sur la Poste aux chevaux et ses routes, la télégraphie et les technologies de télécommunication, l’histoire administrative, économique et sociale de la Poste et de ses services financiers. Vaillé développe une orientation encyclopédique dans les domaines scientifique, technique et juridique. La bibliothèque est uniquement accessible aux employés du ministère qui y trouvent des informations utiles autant à leur travail qu’à leur loisir personnel. Jusqu’à sa retraite en 1935, Vaillé y travaille à créer une grande partie des 150 000 fiches, notices récapitulatives ou chronologiques qui serviront à la rédaction de ses futurs ouvrages.

Timbre poste à l'effigie d'Eugène Vaillé édité en 2009 par le musée de la Poste.

Timbre-poste, Eugène Vaillé, graveur et dessinateur André Lavergne, 2009 © Musée de La Poste - La Poste, 2020

3Ses débuts en tant qu’auteur sont jalonnés d’écrits témoignant de sa culture et de son érudition, qu’il cultive aussi sous pseudonymes, Jean Coulanges ou Pierre Grézac. Avant 1905, il a ainsi œuvré comme auteur, puis rédacteur en chef de la revue Panurge, publié deux contes fantastiques et un recueil de poèmes. Comme enseignant, il rédige deux manuels, l’un d’apprentissage à la rédaction française et l’autre de géographie sur les voies navigables en France. Comme « bibliothécaire-postier », il livre une dizaine de premiers articles sur l’histoire postale dans la revue du ministère des PTT, Bulletin d’informations, de documentation et de statistique, devenue ensuite la Revue des PTT de France, où sa capacité à traduire l’allemand, l’italien et l’anglais lui permet de présenter des sujets rares.

4Retraité, Vaillé n’en demeure pas moins la personne idoine capable de faire aboutir le projet complexe de la création d’un musée postal. Il s’en fait le promoteur auprès des autorités politiques. Nommé en 1937 à la tête du projet, Vaillé en devient officiellement le conservateur à l’ouverture en 1946. S’en suit une foisonnante période de publications : il livre aux Presses universitaires de France deux Que sais-je ? de synthèse sur l’histoire des Postes, Jusqu’à la Révolution (1946) et Depuis la Révolution (1947), un autre sur l’histoire du timbre-poste (1947). Il écrit son Histoire générale des postes françaises des origines à 1789, en six tomes. Il n’y cite quasiment pas ses sources, suit une méthode descriptive, et organise son récit selon un déroulé chronologique. En 1950 et 1955, Lucien Febvre salue, dans la revue Annales, Économies, Sociétés. Civilisations, l’énorme compulsation d’archives effectuée par Vaillé, qui a fait entrer l’histoire de la Poste dans le champ de la recherche académique.

ISNI

0000 0001 1592 9013

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (F/90/20548 ; 19800035/297/39989) ;

« Musée de La Poste (cartons non cotés : conseils de gérance 1943-1959 et 1954-1973 » ;

Archives Crouzet (privées) ;

Albaret, 2006 ;

Eugène Vaillé (1875-1959), 2009 ;

« Nécrologie : Eugène Vaillé, historien de la Poste », 1959.

Table des illustrations

Légende Eugène Vaillé, premier conservateur du musée Postal, 1946.
Crédits © Musée de la Poste - La Poste, 2020
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Timbre poste à l'effigie d'Eugène Vaillé édité en 2009 par le musée de la Poste.
Crédits Timbre-poste, Eugène Vaillé, graveur et dessinateur André Lavergne, 2009 © Musée de La Poste - La Poste, 2020
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13407/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search