Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

TASCHEREAU, Jules-Antoine

Tours, 19 décembre 1801 – Paris, 10 novembre 1874

Marie de Séverac

Texte intégral

Journaliste, littérateur, député, puis administrateur de la Bibliothèque impériale à un moment clé de sa réorganisation, son parcours se révèle très éclectique. Si la postérité a surtout retenu le nom de son successeur, Léopold Delisle, il importe cependant de garder en mémoire celui de Taschereau, « grand administrateur » qui l’a précédé sur la voie des réformes.

Portrait de Jules-Antoine Taschereau par Franck (François-Marie-Louis-Alexandre Gobinet de Villecholles).

Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program.

1Il est issu d’une vieille famille tourangelle. Son père, Antoine, occupe les fonctions de magistrat au présidial de Tours, et est inquiété à la Révolution pour ses opinions monarchistes. C’est de son second mariage, avec Jeanne Philippine Sophie Cahouët, fille d’un secrétaire du roi, que naît en 1801 son fils unique : Jules-Antoine.

2Ce dernier gagne Paris, un an après la mort de son père, avec pour projet d’y étudier le droit. Il se tourne cependant bien vite vers une carrière de journaliste et d’homme de lettres. Ses premiers articles paraissent au Courrier français, à la Revue de Paris et à La Revue française. Passionné par l’histoire littéraire, il édite les Œuvres complètes de Molière (L’Heureux, 1823-1824), les Œuvres de Boufflers (Furne, 1827) ainsi que la Correspondance littéraire de Grimm et de Diderot (Furne, 1829-1831). Son Histoire de la vie et des ouvrages de Molière (Ponthieu, 1825), puis son Histoire de la vie et des ouvrages de P. Corneille (Mesnier, 1829) lui assurent une certaine notoriété.

3Ami d’Armand Carrel et l’un des rédacteurs du National depuis sa fondation, il accepte une charge de secrétaire général de la préfecture de la Seine, puis un poste de maître des requêtes en 1830. Dès janvier 1831, il quitte ses fonctions et fonde une Revue rétrospective ou Bibliothèque historique contenant des mémoires et documents authentiques, inédits et originaux, pour servir à l’histoire de la littérature et à la biographie. Sous couvert de vérité historique, Taschereau y dénonce bon nombre d’affaires politiques contemporaines. Après l’échec de sa revue, il se lance dans un projet politique et est élu, en 1837, député de l’arrondissement de Loches. En 1842, il doit renoncer à son mandat car il ne peut plus payer le cens d’éligibilité. Il épouse la même année une Anglo-Irlandaise, Henriette Darley, dont il aura deux enfants : Jules-Antoine Charles et Sophie Amélie.

4La IIe République permet à Taschereau de reprendre sa carrière politique. Lors du coup d’État de 1851, il se rallie au futur Napoléon III, choix qui lui vaut d’être nommé l’année suivante administrateur général adjoint de la Bibliothèque impériale, « spécialement chargé des catalogues ». Ses efforts se portent alors sur la partie du Catalogue des imprimés consacrée à l’Histoire de France et sur le Catalogue des sciences médicales. En 1858, il est placé définitivement à la tête de la Bibliothèque impériale dont il devient l’homme-clé, et y impose une administration très centralisée. Sa mission consiste à mener à bien la réorganisation de l’établissement, laquelle passe notamment par une amélioration du service public – répondre plus vite et de manière plus pertinente aux demandes des lecteurs – et la poursuite du chantier des catalogues des imprimés – en suivant l’ordre méthodique, c’est-à-dire un système de classement par sujets. La plus grande réforme que connaît alors l’institution est sans doute la création en 1868 de deux salles de lecture au département des Imprimés : l’une « entièrement publique, ouverte à tout venant même le dimanche », et l’autre « réservée aux travailleurs dûment autorisés », qui poursuivent des recherches savantes qu’ils ont pu justifier.

5Si la guerre de 1870 permet surtout à la Bibliothèque de rappeler son rôle de fidèle soutien du pouvoir impérial, en créant notamment un petit hôpital pour les blessés, la Commune force Taschereau à fuir pour Versailles. Son absence conduit d’autres personnalités, comme Léopold Delisle, bibliothécaire au département des Manuscrits, à se révéler. La ferme opposition de Delisle au régime communard contribue à sa renommée et lui vaut, au moment de la retraite de Taschereau, en 1874, de devenir administrateur général de la BN. Taschereau, quant à lui, ne survit pas à sa mise à la retraite : il s’éteint deux mois après celle-ci, le 10 novembre 1874.

ISNI

0000 0001 2139 4721

Sources primaires et bibliographie

Archives modernes conservées au département des Manuscrits de la BnF, notamment :

Archives modernes 55-74 : Administration. Procès-Verbaux du Conservatoire puis du Comité consultatif de la Bibliothèque. An IV-1922 (registres) ;

Archives modernes 187-263 : Correspondance adressée en majorité à l’administrateur, classée en dossiers numérotés selon le sujet. (1858-1899) ;

Chassin Du Guerny, 1977 ;

Galvez, 2012, 2014a, 2014b, 2015, 2017 ;

« La Bibliothèque nationale de 1852 à 1870 : Un grand architecte, Labrouste, un grand administrateur, Taschereau [émission diffusée le 17 mars 1958] », 1999 ;

Leniaud, 2002 ;

Mérimée, 1858 ;

Netchine et Strauch, 1998 ;

Vouillot, 2001.

Table des illustrations

Légende Portrait de Jules-Antoine Taschereau par Franck (François-Marie-Louis-Alexandre Gobinet de Villecholles).
Crédits Digital image courtesy of the Getty's Open Content Program.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13397/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M

Auteur

Responsable formation, Direction des collections, Bibliothèque nationale de France

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search