Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

SEGUIN, Jean-Pierre

Avranches, 7 mars 1920 – Granville, 17 décembre 2014

Michel Melot

Texte intégral

Fondateur de la Bibliothèque publique d’information (Bpi) au Centre Pompidou, puis conservateur du département des Estampes et de la Photographie à la BN et enfin inspecteur général des bibliothèques, il a promu une conception moderne et très ouverte de la lecture publique.

Crédit photographique, DR Archives du Centre Pompidou.

1Il est le fils de Jean Seguin, archéologue, bibliographe et généalogiste, secrétaire de la Société d’archéologie d’Avranches. Il entreprend des études de lettres classiques à Rennes mais est mobilisé le 20 juin 1940 et fait prisonnier. À son retour de captivité en 1942, désireux de devenir bibliothécaire, il entre à la BN parmi la catégorie des chômeurs intellectuels. On lui confie le traitement du fonds Le Senne en 1948, puis, en 1951, la gestion des magasins du département des Imprimés tout en assurant la fonction d’adjoint à la bibliothèque de l’Arsenal. Il effectue des missions au Palais de l’Élysée où il prépare la documentation des déplacements à l’étranger du Président de la République. L’accroissement des collections et du public fait naître le projet d’une « BN bis » ouverte à tous, destinée à accueillir un large public. En 1965, il est chargé de suivre ce projet et lorsque le président Georges Pompidou, décide de construire à Paris un centre de culture et d’art contemporain, cette "BN bis" y est intégrée. Jean-Pierre Seguin peut donner libre cours à son projet d’une bibliothèque encyclopédique et multimédia, sans mission de conservation ni prêt, ouverte gratuitement sans condition depuis l’entrée jusqu’aux rayonnages. Il obtient de haute lutte que la bibliothèque garde son autonomie de gestion. Les critiques fusent et celles de certains bibliothécaires ne sont pas les moins acerbes. On juge irréaliste la prévision d’accueillir 4 000 lecteurs par jour, de ne pas pratiquer le prêt, d’installer des appareils audiovisuels en libre accès. Le personnel s’inquiète de l’ouverture jusqu’à 22 heures et le dimanche avant d’y adhérer. Jean-Pierre Seguin va visiter avec son équipe les bibliothèques publiques américaines et scandinaves, s’inspire de la Gedenkbibliothek de Berlin et poursuit son projet avec détermination. Son parti pris d'informatiser le catalogue se heurte à la politique centralisée de l'Éducation nationale. Le succès public de la Bpi désarme peu à peu ses adversaires. Peu après l’inauguration, le 1er février 1977, il la quitte le 31 août, lassé d'avoir eu à mener tant de combats. Il est alors nommé selon son vœu à la BN, comme directeur du département des Estampes et de la Photographie. Il met à profit son expérience de gestionnaire ambitieux, voire visionnaire. Il entreprend le microfilmage systématique des collections, l’illustration des catalogues et produit le premier exemplaire d’un vidéodisque français en 1980. Profitant des crédits d’un plan de sauvegarde octroyé par le premier ministre Raymond Barre, il engage un plan de rénovation des conditions de conservation des collections. Il préside le Comité national de la gravure française et la commission de l’Afnor chargée de la normalisation de la description des images fixes qui aboutira à la norme Z 44 077.

Présentation de la maquette du projet lauréat au concours pour la construction du futur Centre Georges Pompidou : de gauche à droite : Renzo Piano, Jean-Pierre Seguin, Richard Rogers et Henri Domerg en 1971.

Crédit photographique, DR Archives du Centre Pompidou.

2Disciple convaincu d’Eugène Morel, il contribue à diffuser ses écrits en publiant Eugène Morel et la lecture publique (1869-1936) : un prophète en son pays, portrait et choix de textes. Il laisse une œuvre importante d’historien de la Normandie et sur l’imagerie populaire. Après son Iconographie de Barbey d’Aurevilly, il publie de nombreux articles et ouvrages sur l’histoire du livre illustré, des cartes à jouer, des papiers peints, des « occasionnels » et des manuels de civilité. Il développe son intérêt pour l’art contemporain.

3En 1981, il est nommé à l’Inspection générale des bibliothèques jusqu’à son départ en retraite en janvier 1984.

4Il est élevé au rang de commandeur de la Légion d’honneur en 1993.

ISNI

0000 0001 3968 6503

Bibliographie

Kupiec, 2009 ;

Melot, 2014 ;

Saou-Dufrêne, 2000 ;

J.-P. Seguin, communication personnelle, 2001 ;

Seguin, 1987.

Table des illustrations

Crédits Crédit photographique, DR Archives du Centre Pompidou.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13382/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende Présentation de la maquette du projet lauréat au concours pour la construction du futur Centre Georges Pompidou : de gauche à droite : Renzo Piano, Jean-Pierre Seguin, Richard Rogers et Henri Domerg en 1971.
Crédits Crédit photographique, DR Archives du Centre Pompidou.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13382/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 226k

Auteur

Conservateur général des bibliothèques honoraires, directeur de l’Inventaire général du patrimoine de 1996 à 2003, Direction de l’architecture et du patrimoine, Ministère de la Culture

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search