Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

SALVAN, Paule

Vors-Baraqueville, 25 septembre 1901 – Paris, 13 mai 1997

Cécile Rabot

Texte intégral

Conservatrice en chef et adjointe au chef du service technique de la direction des bibliothèques, elle s’attache à la formation des bibliothécaires et contribue à la création du Bulletin des bibliothèques de France et de l’ENSB dont elle est la première directrice. Co-autrice du Que sais-je ? sur les bibliothèques, elle est surtout spécialiste des questions de classification.

1Elle est licenciée ès lettres et diplômée d’études supérieures d’histoire et de géographie en 1926. Lauréate du CAFB en 1927, elle exerce ses fonctions à la bibliothèque municipale et universitaire de Clermont-Ferrand de 1928 à 1932. Elle est ensuite mutée à Montpellier (1933-1935), puis à la bibliothèque de la Sorbonne (1936-1949) où elle est chargée du classement des thèses étrangères et de la refonte du catalogue « méthodique ». En 1938, elle est secrétaire de l’ABF.

2Repérée par Julien Cain et Pierre Lelièvre, elle est appelée en juin 1949 au Service technique de la Direction des bibliothèques et de la lecture publique qui souhaite s’entourer de personnels de terrain, et elle est nommée en 1950 adjointe de Paul Poindron, chef de service. Elle s’occupe plus particulièrement des bibliothèques universitaires et devient conservatrice. Elle réfléchit au recrutement et à la formation des personnels de manière à perfectionner le tout jeune DSB, à accroître les effectifs et à faciliter les carrières.

3Elle s’intéresse au catalogage, qui constitue un des principaux enjeux dans les bibliothèques d’étude de l’après-guerre. Elle élabore un rapport présenté lors des journées d’étude des bibliothèques universitaires organisées en décembre 1952. Elle devient secrétaire de la commission du Code de catalogage mise en place à la BN en lien avec l’Afnor, et collabore avec Yvonne Ruyssen à la refonte du Code de catalogage des imprimés communs dans une optique de normalisation.

4Chargée de la supervision de l’enseignement préparatoire au DSB, elle assure elle-même un cours sur les classifications. Elle porte un intérêt particulier à ce sujet, traduit l’ouvrage de Brian Campbell Vickery sur La classification à facettes (1963) et rend compte de ces problématiques dans le Bulletin des bibliothèques de France. Elle publie plus tard une Esquisse de l'évolution des systèmes de classification (ENSB, 1972).

5Secrétaire de la commission nationale française de bibliographie, elle participe à des réflexions internationales en lien avec la section bibliographique de l’Unesco. En 1953, elle rédige une étude sur Les lacunes des bibliographies internationales spécialisées courantes qu’elle conclut par une série de recommandations. Elle est nommée chevalier de la Légion d'honneur en 1954.

6Attentive aux évolutions et aux pratiques des pays étrangers, elle considère les langues vivantes comme essentielles à la formation d’un bibliothécaire, surtout en bibliothèque universitaire. Elle recense des ouvrages en anglais et en italien dans le bulletin de documentation bibliographique et s’engage dans des activités de traduction de l’anglais vers le français (y compris un roman : Harmer John/Les crapauds et la lumière, de Hugh Walpole). Réciproquement, elle est l’auteure de la notice sur les bibliothèques françaises dans l’Encyclopedia of library and information science.

7En 1961, Paule Salvan est promue conservatrice en chef et chargée de la formation professionnelle. Avec Pierre Lelièvre, inspecteur général, dont elle est l’adjointe, elle obtient la création d’une école nationale supérieure de bibliothécaires. Selon ses propositions, la nouvelle école propose un enseignement pratique et théorique mais dispensé par des pairs, c’est-à-dire des professionnels des bibliothèques et non des universitaires. L’ENSB accueille sa première promotion en 1964 dans les locaux de la BN au 2 rue de Louvois à Paris. Paule Salvan en prend la direction jusqu’à sa retraite en 1971. En 1972, elle accède au rang d’officier de l’ordre national du Mérite.

8Paule Salvan est aussi coautrice avec André Masson du premier Que sais-je ? sur les bibliothèques (quatre éditions de 1961 à 1975).

9Elle s’intéresse à l’histoire tout au long de sa carrière et publie des articles, par exemple sur Lamennais en 1956. En 1981, elle préface Jésus et la Gnose, d’Émile Gillabert, traducteur de l’Évangile selon Thomas et fondateur de l’association Métanoïa. Elle y résume la démarche gnostique, quête d’une vérité intérieure dégagée de toute idéologie. En 1986 et 1988, elle traduit deux livres d’entretiens avec le penseur indien Uppaluri Gopala Krishnamurti.

ISNI

0000 0001 1766 9446

Bibliographie

Roux-Fouillet, 1997.

Table des illustrations

Crédits D.R.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13379/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search