Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

RONSIN, Albert

Blois, 20 juillet 1928 – Saint-Dié-des-Vosges, 2 juillet 2007

Gaëtan Barbier

Texte intégral

Directeur de la BM et du musée de Saint-Dié-des-Vosges, président du groupe Lorraine de l’ABF, pionnier dans l’introduction du multimédia en bibliothèque, il reste connu pour être à l’origine de la théorie de la bibliothèque de secteur.

Collection Particulière Nadine Ronsin

1Après une enfance passée à Dijon où il débute sa carrière professionnelle en tant qu’employé au Service national de la statistique, il effectue – en 1948 – son service militaire au 46e bataillon de transmission en Allemagne. En 1950, il fait ses premiers pas à la bibliothèque de Dijon en tant que commis puis sous-bibliothécaire, des années très formatrices auprès du directeur d’alors : Pierre Gras. Il y mène ses premières recherches scientifiques sur la bibliothèque du Président du Parlement de Dijon, Jean Bouhier. En 1952, il obtient une capacité en droit, suivie dix ans plus tard, par une thèse intitulée : Le livre en Lorraine du XVIe au XVIIIe siècle.

2Nommé directeur-adjoint de la BM de Nancy en 1958, il prend alors conscience de la faiblesse des outils mis à sa disposition et entreprend une longue recherche sur les imprimeurs et libraires de Lorraine qui aboutit en 1984 à la publication du Répertoire bibliographique des livres imprimés en France du XVIIsiècle, Lorraine et Trois Évêchés. Enfin, suite à la démission de Georges Baumont en 1960, il est appelé à prendre le poste de directeur de la BM de Saint-Dié-des-Vosges. Il conçoit alors le projet de création d’un nouvel établissement, inauguré en 1966 et rejoint en 1968 le « groupe des sept » où il rencontre Michel Bouvy avec lequel il travaillera à Médiathèques publiques (1977-1988).

3En 1967, il devient président du groupe Lorraine ABF et s’engage simultanément dans la formation des futurs professionnels en devenant professeur vacataire à l’IUT de Nancy. L’année suivante, il devient contractuel à l'ENSB, dont il démissionne peu de temps après, suite au refus de classement de sa bibliothèque par le ministère. En effet, Albert Ronsin ne possède pas le concours de conservateur, diplôme attendu pour la direction d’une BMC.

4Il s’engage dans des missions à l’étranger et part dispenser ses connaissances : en 1969 en République malgache, en 1972 au Sénégal et à Saint-Pierre-et-Miquelon et enfin en 1976 au Burkina Faso (alors Haute-Volta). Ses voyages prennent la forme de stages organisés par le secrétariat d’État à la Jeunesse et au Sport, durant lesquels il enseigne les bases de la bibliothéconomie aux futurs professionnels du pays.

5En 1970, il est nommé conservateur du musée municipal conjointement au poste de directeur qu’il occupe à la BM. Parallèlement, Albert Ronsin devient un membre actif de la société savante locale : la Société philomatique vosgienne dont il est le président à partir de 1977. C’est en tant que membre de cette société qu’il prend la tête de fouilles archéologiques afin de découvrir les vestiges du camp celtique de la Bure.

6Au même moment, il organise à Saint-Dié les premières rencontres des discothécaires qui accélèrent le développement des fonds de disques en bibliothèque. Le premier plan de classement de ce nouveau média est d’ailleurs établi au sein de cette, désormais, médiathèque.

7De 1977 à 1984, il endosse de nouveau le costume d’enseignant à l'ENSB où il présente notamment sa vision de la bibliothèque de secteur : un territoire français organisé en secteurs (arrondissement ou district scolaire) au sein desquels un réseau de bibliothèques et de bibliobus œuvre à développer un maillage de lecture et de lecteurs le plus dense possible. Prônant un modèle futuriste et controversé, ses thèses ne seront jamais appliquées, bien que de nombreuses révolutions actuelles, telle la mise en réseau, s’en inspirent largement.

8Ses qualités professionnelles seront néanmoins notoires puisqu’il est fait chevalier de l'ordre des Arts et Lettres en 1984, reconnaissance à laquelle s’ajoute en 1988 celle de chevalier de l'ordre national du Mérite. En dépit de ses nombreuses fonctions, Albert Ronsin construit une vie de famille épanouie, se mariant deux fois et ayant quatre enfants. L’un de ses fils, Laurent Ronsin, suit la lignée de son père en devenant conservateur.

9Albert Ronsin quitte ses fonctions de directeur du musée et de la bibliothèque en 1990 mais continue à rester actif pour le développement de la culture devenant à titre bénévole conseiller culturel au cabinet du maire. Il décède en 2007 à l’âge de 78 ans, laissant en Déodatie le souvenir d’un homme omniprésent dans les milieux culturels de sa ville.

ISNI

0000000110248534

Sources primaires et bibliographie

Archives privées – BM Saint Dié ;

Ansroul, 1995 ;

Barbier, 2018 ;

Bibliothèque municipale de Saint-Dié, 1965 ;

Ronsin, 1982.

Table des illustrations

Crédits Collection Particulière Nadine Ronsin
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13362/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 667k

Auteur

Assistant de conservation du patrimoine, fonds patrimoniaux, médiathèque intercommunale de Saint-Dié-des-Vosges

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search