Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

ROBERT, Ulysse

Fournet-Blancheroche, 6 août 1845 – Paris, 5 novembre 1903

Yann Potin

Texte intégral

Premier inspecteur général des bibliothèques à part entière, il joue de ce fait un rôle décisif dans la professionnalisation du métier, tout en étant un grand érudit, chasseur et catalogueur de manuscrits à travers la France et l’Europe.

Photographie du document © Vincent Lemire

1Né dans une commune frontalière du Jura français et suisse (nationalité de son père qui était horloger), polyglotte dès son plus jeune âge, Ulysse Robert est précisément un homme du passage des frontières. Il est jusqu’à l’âge de 23 ans un enseignant d’école primaire à Besançon, Dole et Saint-Claude. Admis à l’ENC entre 1869 et 1872, il y est tôt repéré par Léopold Delisle qui joue à son égard un rôle de mentor, sinon de « patron ». Malgré une pudeur légendaire, l’affection éprouvée par l’érudit normand pour le Franc-Comtois transparaît dans une émouvante oraison funèbre publiée dans la Bibliothèque de l’École des chartes.

2Recruté à la BN, au cabinet des Manuscrits dès sa sortie d'École en 1873, Robert accomplit alors la prouesse de donner statut à l’immense résidu d’archives et d’épaves manuscrites, provenant notamment de la Chambre des comptes de Paris. En moins de dix ans, il transforme ce qui alors n’était qu’un supplément en vrac de l’ancien cabinet des titres en plusieurs centaines de copieux recueils manuscrits à destination des « nouvelles acquisitions françaises » et formant la base de la célèbre série dite des Pièces originales. Le classement nominal adopté suivant un principe alphabétique de pertinence (et de célébrité) des personnages historiques évoqués a donc accompli la destruction de plusieurs fonds d’archives au profit d’une catalographie thématique triomphante mais très efficace. En parallèle, il prend la responsabilité dès 1877 de la publication périodique du Cabinet historique, fondé par Louis Paris en 1854, en la transformant en Bulletin des bibliothèques et archives. Cette activité éditoriale, le prépare à son poste d’inspecteur général qu’il met à profit pour relancer le Catalogue général des manuscrits, presque endormi depuis sa création en 1841. Il assure la direction de publication ou le lancement de plusieurs dizaines de volumes jusqu’à sa mort.

3Détaché de la BN dès 1883, Ulysse Robert peut être considéré comme le premier représentant d’un corps nouveau, vecteur d’une véritable politique normalisée des bibliothèques, l’institution d’une inspection permanente des bibliothèques (1884), en étroite dépendance avec l’installation durable du régime républicain. Par un effet de billard, la pratique d’inspection systématique et, partant de normalisation des pratiques professionnelles et des cadres de classement et de catalogage, opératoire depuis 1853 dans le seul ministère de l’Intérieur pour les archives départementales et communales ou encore les bibliothèques administratives (au sein des préfectures notamment), donne lieu à un corps spécifique qui unit archives et bibliothèques jusqu’en 1945. C’est la raison pour laquelle Ulysse Robert doit être considéré comme le premier bibliothécaire professionnel nommé comme inspecteur général, aux côtés de deux autres archivistes, Paul Lacombe et Gustave Servois. Avec des tournées annuelles de vingt à trente bibliothèques, Ulysse Robert est donc, avec ses collègues archivistes, le premier commis-voyageur bibliothéconomique en France, ayant visité sans doute entre 400 et 500 établissements. Il s’engage dans la réglementation et la normalisation des bibliothèques en publiant notamment un Recueil de lois, décrets, ordonnances, arrêtés, circulaires, etc. concernant les bibliothèques publiques, communales, universitaires, scolaires et populaires qui sera durant plusieurs décennies le vade-mecum de tout administrateur de bibliothèque publique.

4Passeur de frontières, Ulysse Robert l’est aussi en publiant un très beau récit de voyage en Autriche en 1889 sous la forme d’un récit littéraire mêlant considérations ethnographiques et analyses professionnelles comparées. Marié à l’âge de vingt-cinq ans, il est le père de trois filles, unies avec deux ingénieurs des chemins de fer et un médecin. Il s’effondre à l’âge de cinquante-huit ans, terrassé par une apoplexie qui met un terme brutal au parcours brillant d’un inspecteur général des archives et des bibliothèques alors au faîte de sa carrière.

ISNI

0000 0001 0773 200X

Sources primaires et bibliographie

AN/F17/25899 (dossier de carrière) ;

AN/F17/3003b et AN/F17/3213 (dossiers de missions scientifiques de ministère de l’Instruction publique) ;

AN/F17/3350-3352 (rapports et lettres de missions de l’Inspection générale des bibliothèques et archives) ;

AN/F17/4239 (rapports et suivi du catalogue général des manuscrits des bibliothèques de France) ;

BNF/Archives administratives/dossier Ulysse Robert ; AN/93AJ/111 (dossier de scolarité à l’École des chartes) ;

Caillet 2009 ;

Havelange et al., Les inspecteurs généraux de l'Instruction publique..., 1986 ;

« Ulysse Robert (1845-1903) [comprend le discours de M. Delisle] » 1903.

Table des illustrations

Crédits Photographie du document © Vincent Lemire
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13357/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 3,1M

Auteur

Chargé d’études documentaires (Archives nationales) et maître de conférences associé en histoire du droit (université Paris-Nord, IDPS, EA 3968)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search