Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

RENÉ-JEAN (Jean, René Hippolyte, dit)

Paris, 15 mars 1879 – Paris, 23 novembre 1951

Sophie Lesiewicz

Texte intégral

Critique d’art attentif aux avant-gardes et bibliothécaire, il est à l’origine de la constitution de trois collections remarquables : la bibliothèque de l’Union centrale des arts décoratifs, la bibliothèque d’Art et d’Archéologie et la Bibliothèque et Musée de la Guerre.

René-Jean, rue Spontini à Paris, vers 1912.

© Collection particulière

1Par son père, directeur d’une fabrique de bonneterie, il est le petit-cousin du peintre Edmond Aman-Jean et du collectionneur et mécène Jules Maciet. Il est recueilli à six ans par ses grands-parents maternels, paysans d’origine franc-comtoise, au décès de son père. À quinze ans, il arrive à Paris pour devenir commis aux écritures au Crédit lyonnais. Son collègue Georges Casella, par ailleurs secrétaire de La Revue dorée, l’incite à la critique d’art. À partir de 1904, il suit les cours de l’École du Louvre. Il épouse en 1906 Pierette [sic] Bertaux, qui décède en 1912, puis, en 1924, Suzanne Pelecq, ayant une fille de chacune d’elles.

2René-Jean devient bibliothécaire à l’UCAD de 1904 à 1908. Il est chargé par Jules Maciet, qui en préside la bibliothèque, de l’aider à l’élaboration d’une collection iconographique de 5 000 spicilèges à destination des artisans. Il y fait la connaissance de l’archéologue Paul Perdrizet, avec lequel il tente de retrouver les tableaux de la collection Campana.

3Fort de ces deux expériences, il est recruté par un des membres du conseil d’administration du musée de l’UCAD, le collectionneur et mécène Jacques Doucet qui veut créer une Bibliothèque d’art et d’archéologie dont René-Jean devient le conservateur de 1908 à 1914. Il organise des campagnes de transcription, la constitution d’une photothèque, d’un cabinet d’estampes et d’un cabinet de dessins de maîtres contemporains. En cinq ans, il établit, en sachant obtenir la collaboration des savants de l'époque, une bibliothèque d'art de la préhistoire jusqu’aux mouvements les plus contemporains, comptant 100 000 imprimés, 20 000 lettres d’artistes, 150 000 photographies, un millier de dessins, 15 000 gravures, dossiers archéologiques et artistiques, fiches et coupures de presse. René-Jean a grandement œuvré à la donation, le 1er janvier 1918, de cette bibliothèque à l’Université de Paris, intercédant encore alors que, mobilisé, il n’est plus en fonction. À l’issue de négociations difficiles, le cabinet de dessins doit être vendu par Doucet pour assurer le budget des deux premières années et le poste de René-Jean est désormais réservé à un membre de l’Université.

4Pendant la Première Guerre mondiale, il est affecté au 51e régiment territorial d’infanterie à Langres, puis à la commission militaire de la gare de Chalindrey, ensuite détaché à Berne à la propagande artistique française en Suisse, enfin versé dans une unité de transport et envoyé au front comme aide-conducteur.

5En 1919, René-Jean remplace Raoul Dufy, sur les recommandations de ce dernier, à la bibliothèque et musée de la Guerre, ancêtre de La contemporaine, pour en devenir le conservateur jusqu’en 1942. La collection a été formée par un couple d’industriels, les Leblanc et donnée à l’État en janvier 1918. Elle est installée rue du Colisée à Paris puis, en 1925, au Château de Vincennes, et considérablement augmentée par l’action de René-Jean jusqu’en 1939 où le musée ferme. Il gère alors l’évacuation d’une partie des collections et du fichier ; en 1941, celles restées sur place font l’objet de réquisitions par l’occupant.

6René-Jean est mis à la retraite en mars 1942 et reprend alors plus activement l’activité de critique d’art qui a filigrané toute sa carrière, même s’il ne publie rien pendant la guerre. Dès les années 1900, il fréquente les artistes : l’atelier de Philippe Besnard, la Galerie Druet, le groupe de Passy. À partir de 1906, il contribue à la Gazette des Beaux-Arts. En 1911, il devient responsable de la rubrique « Petites expositions » de la Chronique des arts et de la curiosité. Il fait partie de l’équipe de rédaction de Comoedia (1919-1936), La Demeure française (1926-1929), Le Temps (1936-1942), Le Monde (1945-1950). Il a aussi des collaborations régulières au Petit provençal, à L’Exportateur français, à la Chroniques des Arts, etc. Il rédige 21 ouvrages de 1907 à 1948 dont plusieurs monographies (Puvis de Chavannes, Bourdelle, Corot, Dufy, Maillol, Jacques Villon, Gauguin) et des préfaces.

7Après avoir été nommé chevalier de la Légion d’honneur le 12 octobre 1921, René-Jean est promu officier le 30 mars 1949.

ISNI

0000 0001 2022 5344

Sources primaires et bibliographie

Institut national d’histoire de l’art (Autographes 36, 38 / 1 ; 091, 04 ; 43, 13) ;

Archives René-Jean chez l’ayant droit ;

Chapon, 1984, 2006 ;

Fieschi, 2017 ;

Maignan, 2005.

Table des illustrations

Légende René-Jean, rue Spontini à Paris, vers 1912.
Crédits © Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10M

Auteur

Directrice adjointe de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet (Chancellerie des universités de Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search