Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

LANGLOIS, Marcel

Pierres, 23 avril 1871 – Paris, 26 mars 1941

Jean-Charles Geslot

Texte intégral

Bibliothécaire de l’Institut catholique de Paris de 1908 à 1941, il entreprend la modernisation de la bibliothèque, et développe également des réflexions sur l’amélioration du réseau catholique de lecture publique.

Marcel Langlois photographié en 1932 par l'atelier photographique Otto et Pirou.

Archives de l'ICP, cote 1I2

1Issu d’une famille de cultivateurs et de vignerons d’Eure-et-Loir il rejoint la carrière ecclésiastique et devient prêtre dans le diocèse de Chartres. Il se consacre très tôt à une activité d’érudit, publiant en 1899 dans la Revue des questions historiques une « Méthode de bibliographie locale », puis le Catalogue des manuscrits de la Société archéologique d’Eure-et-Loir (1856-1903) et une étude sur la BM de Chartres en 1904. Ce sont sûrement ces activités qui le font nommer, en 1908, bibliothécaire en chef de l’Institut catholique de Paris, fonction qu’il va conserver pendant plus de trente ans, jusqu’à sa mort. Fondée en même temps que l’Institut, en 1875, cette bibliothèque est depuis 1895 installée au 19 de la rue d’Assas. Dès 1912, il lance la publication du catalogue, en trois volumes. À la veille de la Grande Guerre, il a gère 200 000 volumes (il y en aura 36 000 de plus en 1937), 40 000 communications et 5 000 dons par an, et un budget de 6 000 F pour les acquisitions. Conscient des insuffisances des locaux, qui n’ont pas été conçus pour cela, il lance dans l’entre-deux-guerres deux séries de travaux aboutissant, en 1934 et 1937, à deux inaugurations des nouveaux équipements, notamment un convoyeur mécanique des livres, travaux financés, pour la première vague, par le comte et la comtesse de Fels, et, pour la seconde, par une vente de charité ayant récolté 300 000 F. Infatigable défenseur de sa bibliothèque, il en assure la promotion par des articles dans la presse, et s’en fait l’historien.

2L’abbé Langlois est aussi un théoricien des bibliothèques qui, dans une série de cours professés devant l’Association du livre français ou l’Action sociale de la femme, ou par ses interventions au Congrès des bibliothécaires et des bibliophiles de Paris de 1923, développe une série de principes sur la bibliothéconomie et la lecture publique (La bibliothèque pour tous. Ce qui a été fait, ce qu’on pourrait faire, 1920 ; Comment ranger une bibliothèque privée ? Comment fonder une bibliothèque d’œuvre catholique ?, 1923). Bibliothécaire et ecclésiastique, il s’en prend à la politique de lecture menée par la République, jugeant antichrétien l’esprit qui anime les bibliothèques créées par l’État pour le peuple, et défendant donc l’idée d’un contre-réseau catholique, qui doit permettre de lutter contre ce mauvais esprit et de continuer à former de bons chrétiens. Soucieux d’efficacité, il promeut également les théories modernistes au sein des bibliothèques d’inspiration catholique. Lors du congrès de 1923, dont il est le trésorier, il est l’un des rares participants à s’intéresser vraiment à cette question, en proposant un vœu visant à encourager une amélioration des services aux lecteurs, notamment par une meilleure formation des bibliothécaires. Il félicitera d’ailleurs les créateurs de l’ADLP en 1936.

3L’abbé Langlois est dans l’entre-deux-guerres une figure reconnue du monde de l’érudition et du livre. Invité à faire des conférences devant l’Académie des sciences morales et politiques, collaborateur de la Revue d’histoire de l’Église de France, il publie des travaux sur le XVIIe siècle qui lui valent la médaille Honoré-de-Balzac de la Société des gens de lettres en 1927, une entrée dans cette même société l’année suivante, et deux prix de l’Académie française en 1926 (pour Louis XIV et la Cour) et 1933 (pour Madame de Maintenon). En 1937, c’est lui qui fait les honneurs de la nouvelle bibliothèque de l’Institut à Mgr Constantini, haute personnalité de l’Église catholique romaine. Deux ans plus tard, il est nommé membre de la Commission d’achat des principales bibliothèques de Paris. Par ailleurs chanoine honoraire de Notre-Dame de Chartres et de Notre-Dame de Paris, il décède à son domicile du quartier de Montparnasse, à presque 70 ans.

ISNI

0000 0003 9858 4325

Sources primaires et bibliographie

Archives départementales d’Eure-et-Loir et de Paris (registres d’état-civil) ;

Bulletin de l’Institut catholique de Paris ;

La Croix, 30 juin 1934 et 9 oct. 1937 ;

Bouchareb, 2016 ;

Langlois, 1914, 1937.

Table des illustrations

Légende Marcel Langlois photographié en 1932 par l'atelier photographique Otto et Pirou.
Crédits Archives de l'ICP, cote 1I2
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13297/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 523k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search