Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

MORTET, Charles et MORTET, Victor

MORTET, Charles Nancy (4 mars 1852 – Neuilly-sur-Seine, 11 septembre 1927), MORTET, Victor (Nancy, 27 janvier 1855 – Paris, 15 janvier 1914)

Camille Dégez-Selves

Texte intégral

Les frères Mortet jouent un rôle actif dans la professionnalisation du métier de bibliothécaire. Tous deux archivistes paléographes, ils travaillent au sein des bibliothèques universitaires. Tandis que Victor se consacre principalement à ses fonctions de responsable des périodiques à la bibliothèque de la Sorbonne et à ses recherches en histoire de l’architecture, Charles mène une carrière plus diversifiée : administrateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève, il est également chargé du cours de bibliographie à l’ENC et président de l’ABF.

© Bibliothèque Sainte Geneviève / Licence Etalab

1Fils d'un juge au tribunal de Sarrebourg, Charles Mortet et son cadet Victor suivent leur père à Dax, où celui-ci meurt prématurément en 1865. Victor entreprend des études à l’ENC et obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1880, avec une thèse intitulée Étude sur la vie et l'administration de Maurice de Sully, évêque de Paris (1160-1196). Il est nommé archiviste du département de l'Aude, chargé du classement et de l'inventaire des archives communales de Narbonne.

2Charles Mortet est admis à son tour à l’ENC en 1877, après avoir commencé la préparation d’un doctorat en droit à la faculté de Bordeaux, qu’il obtient en 1878. Ayant réussi dès 1879 l'examen du certificat d'admission aux fonctions de bibliothécaire en BU, il est nommé à l’université de Bordeaux en 1880 et obtient un délai pour la rédaction de sa thèse d’ENC, intitulée Étude sur Le livre des constitucions démenées el Chastelet de Paris, et nouvelle édition de ce texte, avec notes, soutenue en 1882.

Cabinet du conservateur-adjoint à la bibliothèque de l’université de la Sorbonne, 1905. De gauche à droite : Louis Barrau-Dihigo, Victor Mortet, Charles Beaulieu, Louis Lehot et F. Chambon.

Bibliothèque de la Sorbonne / Licence Etalab

3Rapidement rejoint par son frère Victor, sous-bibliothécaire puis bibliothécaire à l’université de Bordeaux, Charles y demeure pendant cinq ans et joue un rôle important dans la réorganisation de la BU. C’est pendant cette période, en 1882, qu’il épouse Marie-Alix, fille de Frédéric Passy, économiste et futur lauréat du Prix Nobel de la paix. Désireux de revenir à Paris auprès de la famille de son épouse, il obtient en 1885 un poste à la bibliothèque Sainte-Geneviève et le couple s’installe quelque temps après à Neuilly-sur-Seine, où il élève ses deux enfants. Victor Mortet suit son frère à Paris dès 1888 et devient responsable du service des périodiques à la bibliothèque de la Sorbonne, où il effectue le reste de sa carrière.

4À la bibliothèque Sainte-Geneviève, Charles Mortet franchit rapidement les différents échelons : nommé conservateur-adjoint en 1890 puis conservateur en 1893, il accepte le poste d’administrateur au décès de Charles Kohler en 1917, et l’occupe jusqu’à sa retraite en 1924. Outre l’enrichissement des collections de la bibliothèque en sources historiques étrangères, en droit, en thèses de doctorat ès lettres, il se consacre particulièrement à moderniser la rédaction des catalogues pour le fonds général et à l’inventaire des fonds anciens génovéfains. En 1923, Charles Mortet est promu officier de la Légion d’honneur.

5Ses compétences scientifiques lui valent d'être nommé chargé de cours à l’ENC en 1895, pour enseigner la bibliographie et le service des bibliothèques, chaire nouvellement créée après le départ en retraite d'Anatole de Montaiglon (la chaire de bibliographie occupée par ce dernier étant alors partagée en deux disciplines, bibliothèques et archives) ; il assure ce cours jusqu'en 1922.

6Membre du Bureau bibliographique de Paris, de la Commission centrale des bibliothèques universitaires, puis de la Commission supérieure des bibliothèques, Charles Mortet est très impliqué dans la réflexion collective sur la modernisation et la professionnalisation des bibliothèques. Dès 1891, il forme le projet de création d’une association de bibliothécaires et lorsque l’ABF est finalement créée en 1906, il est l’un des premiers à donner son adhésion, tout comme son frère Victor. Il se voit élire président deux fois, en 1908-1910, après Joseph Deniker, et de nouveau entre 1912 à 1914, après Henry Martin.

7Passionné d’archéologie et spécialiste de l’histoire de l’architecture du Moyen Âge, Victor Mortet poursuit ses activités d’érudition et de publication scientifique tout au long de sa carrière. Son frère Charles, bien qu’absorbé par ses tâches de bibliothécaire, de professeur et de responsable associatif, laisse toutefois de nombreux articles, certains rédigés en collaboration avec Victor, dans la Grande Encyclopédie (articles sur la féodalité et la science de l’histoire), dans la Revue des bibliothèques ou dans le Bulletin de l’Association des bibliothécaires (sur le « prêt de bibliothèque à bibliothèque », le dépôt légal, le format des livres et les catalogues collectifs de bibliothèques, etc.). Amoureux d’histoire du livre, il écrit sur la première édition de Virgile imprimée à Paris et, plus tard, sur le livre à gravures du XVIsiècle. Son œuvre la plus importante est consacrée, en 1922, aux origines et aux débuts de l’imprimerie.

ISNI Charles Mortet

0000 0000 6632 1510

ISNI Victor Mortet

0000 0000 6120 2205

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (93 AJ/101, 295, 354) ;

Bibliothèque Sainte-Geneviève (2008/03/044) ;

Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (Ms 5.776) ;

Institut (Ms. 7476, 7531) ;

Chatelain et Stein, 1914 ;

Couderc, 1927 ;

Fayet-Scribe, 2000 ;

Gascuel, 2006 ;

Lauer, 1927 ;

Stein, 1914 ;

Sustrac, 1928.

Table des illustrations

Crédits © Bibliothèque Sainte Geneviève / Licence Etalab
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13257/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13257/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Légende Cabinet du conservateur-adjoint à la bibliothèque de l’université de la Sorbonne, 1905. De gauche à droite : Louis Barrau-Dihigo, Victor Mortet, Charles Beaulieu, Louis Lehot et F. Chambon.
Crédits Bibliothèque de la Sorbonne / Licence Etalab
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13257/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M

Auteur

Directrice de la bibliothèque de l’Ecole nationale des chartes

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search