Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

MOREL, Eugène

Paris, 21 juin 1869 – Meudon, 23 mars 1934

Agnès Sandras

Texte intégral

Artiste, polygraphe, il fut bibliothécaire à la BN et visionnaire dans sa réflexion et sa pratique en bibliothèque.

Archives municipales de Meudon, fonds Bibliothèque populaire

1Né dans le troisième arrondissement parisien, d’un père fabricant de bronzes d’art et d’une mère sans profession et musicienne amateure, il fait des études de droit mais renonce à être avocat après une première plaidoirie ratée. Attiré par les arts, il publie très jeune des romans de veine naturaliste remarqués comme L’ignorance acquise (1889) et des articles, dessine, peint, et joue de la musique. Il met bientôt sa plume au service de « l’art social » dans des romans et pièces de théâtre dénonçant les injustices contemporaines. Entré à la BN en 1892 en tant qu'attaché temporaire, il prépare les examens nécessaires à son intégration : de stagiaire en 1897, il devient sous-bibliothécaire de quatrième classe en 1900 et termine conservateur adjoint au service du Dépôt légal en 1932. Son œuvre considérable au service des bibliothèques et de la bibliothéconomie n’a pas toujours été appréciée à sa juste valeur par ses collègues, et n’est véritablement sortie de l’oubli qu’en 1994 après l’essai Eugène Morel (1869-1934) et la lecture publique : un prophète en son pays de Jean-Pierre Seguin. Morel propose en effet dans Bibliothèques, essai sur le développement des bibliothèques publiques et de la librairie dans les deux mondes (1908) et La librairie publique (1910) une refondation totale des missions et du fonctionnement des différents types de bibliothèques françaises, s’inspirant, entre autres, du système anglo-saxon qu’il apprécie et de ses observations parfois très critiques sur l’état de la lecture publique en France. Ses passes d’armes avec ses collègues chartistes, ses commentaires sur la BN qu’il n’hésite pas à comparer dans un article de 1904 à « une grande nécropole, plus morne qu'un cimetière » lui valent des inimitiés professionnelles. Toutefois, la presse généraliste, et certains collègues comme Ernest Coyecque, sont réceptifs à ses idées. Il est très présent au sein de l’ABF, et donne, en tant que secrétaire général de la section bibliothèques modernes de l’École des hautes études sociales, une série de conférences bibliothéconomiques. En 1910, la bibliothèque populaire de Levallois-Perret lui offre la possibilité d’appliquer, pour la première fois en France, la cotation Dewey : pour ce faire, il réorganise entièrement la bibliothèque, et publie un catalogue pionnier en 1913. Le CARD met en place à Soissons (1921) et Paris (1922) des bibliothèques correspondant à ses préconisations, pendant que sa nièce, Marguerite Gruny, participe à la fondation de l’Heure Joyeuse. Enfin, Morel contribue très activement de 1923 à 1926 aux activités de l’École de bibliothécaires (rue de l’Élysée).

La bibliothèque l’Heure Joyeuse le 12 novembre 1924 à Paris. Eugène Morel (à droite), et à gauche tenant un bouquet de fleurs, Mrs Caroline Griffiths, présidente du Book Committee on Children’s Libraries.

Médiathèque Françoise Sagan - Fonds patrimonial L'Heure Joyeuse.

2Élu au comité de la Société des gens de lettres en 1912, il s’attache aux réflexions sur la propriété intellectuelle et le dépôt légal, mais fuit les honneurs. Les représentants de la bibliothèque populaire de Meudon, dont il est devenu président à sa retraite, indiquent lors de son décès : « La modestie de M. Morel ne nous avait pas permis de connaître son œuvre littéraire. Elle nous fut révélée par les discours prononcés sur sa tombe ». Eugène Morel laisse une femme, Mannie Rigaud, et trois enfants.

ISNI

0000 0000 6633 2025

Sources primaires et bibliographie

Archives de la ville de Paris (V4E 296 : acte de naissance) ;

Bibliothèque historique de la ville de Paris (fonds Morel) ;

Archives municipales de Meudon (R/2771) ;

Benoit, 2008 ;

« Eugène Morel, passeur entre deux mondes », 2010 ;

Lacour, 2014 ;

Sandras, 2017 ;

Scarlatos-Brelaz, 1979 ;

Seguin, 1994.

Table des illustrations

Crédits Archives municipales de Meudon, fonds Bibliothèque populaire
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6M
Légende La bibliothèque l’Heure Joyeuse le 12 novembre 1924 à Paris. Eugène Morel (à droite), et à gauche tenant un bouquet de fleurs, Mrs Caroline Griffiths, présidente du Book Committee on Children’s Libraries.
Crédits Médiathèque Françoise Sagan - Fonds patrimonial L'Heure Joyeuse.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search