Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

MICHEL, Paul-Henri

Amiens, 25 avril 1894 – Paris, 16 avril 1964

Yann Sordet

Texte intégral

Chef de section à la Bibliothèque-Musée de la Guerre (1919-1939), il devient conservateur à la bibliothèque Mazarine (1939-1959). Italianiste, traducteur, historien, il conduit des travaux d’importance dans des domaines fort différents (histoire de l’art, des sciences, du livre italien, de l’Europe contemporaine).

Bibliothèque Mazarine

1Il naît à Amiens, où son père Henri Michelexerce longtemps (1892-1927) les fonctions de conservateur de la BM. Il poursuit des études au lycée d’Amiens puis à Paris, au lycée Louis-le-Grand, et en Sorbonne où il obtient successivement deux licences, en études germaniques (1915) et italiennes (1917). Mobilisé à partir de septembre 1917, il revient du front décoré de la Croix de guerre. En avril 1919, il est affecté à la toute nouvelle Bibliothèque-Musée de la Guerre. Il est nommé chef de section, tout en maintenant un fort engagement dans le domaine des études italiennes, il consacre une part importante de son activité à la documentation du premier conflit mondial et de l’histoire européenne contemporaine. Il croise du reste régulièrement les deux perspectives ; il dresse ainsi le Catalogue méthodique du fonds italien de la Bibliothèque-Musée de la Guerre, publié en 1923, première de ses contributions dans le champ bibliographique. Il est par ailleurs rédacteur au bureau d’études de la presse étrangère du Quai d'Orsay, et publie régulièrement dans la Revue d’histoire de la guerre mondiale.

2L’année précédente, il avait publié la traduction française de l’Histoire du Christ du Florentin Giovanni Papini, qui allait plus tard s’engager en faveur du fascisme. On pressent chez Paul-Henri Michel, à travers ses traductions, ses livres et ses articles, une attention particulière aux questionnements qui agitent une partie des intellectuels italiens au sortir de la Grande Guerre. Premier traducteur de Giovanni Papini, il introduit aussi en France Italo Svevo et Alberto Moravia. Il rédige entre-temps une thèse consacrée à l’architecte humaniste Alberti (1404-1472), qui le porte aux confins de l’histoire de l’art, des sciences et de la philosophie de la Renaissance italienne. Elle est soutenue et publiée en 1930 (Un idéal humain au XVsiècle. La pensée de Leon Battista Alberti).

3La seconde partie de sa carrière se déroule à la Mazarine, où il est nommé bibliothécaire en octobre 1939. Promu conservateur en 1942, il y passe également 20 ans, jusqu’à sa retraite en 1959. Exerçant sous l’administration de Jean Lailler (1930-1944) puis celle de Jacques Renoult (1945-1970), il est alors, dans l’effectif de la bibliothèque, la personnalité la plus marquante aux plans scientifique et intellectuel. Ses fonctions sont assez variées : il assure le service public, le catalogage des fonds (notamment italiens), la responsabilité des « suites » (périodiques et collections éditoriales) ; il est un temps chargé de la direction des « chômeurs intellectuels » ; le sang-froid dont il fait preuve en juin 1940 comme en août 1944, en l’absence du directeur, est porté à son dossier et compte sans doute dans l’obtention de la Légion d’honneur en 1948.

4Il entame à la Mazarine un ouvrage sur lequel repose aujourd’hui l’essentiel de sa renommée bibliographique, un répertoire de l’édition italienne du XVIIe siècle, réalisé avec la collaboration de sa seconde épouse, Suzanne-Marie Bouchereaux, conservatrice à la BN puis maître de recherches au CNRS. À deux reprises, Paul-Henri Michel bénéficie d’un détachement au CNRS pour ses recherches. En retraite, les époux Michel poursuivent le travail dans un « bureau italien » mis à leur disposition à la Mazarine mais Paul-Henri décède le 16 avril 1964. Il ne voit pas la parution du Répertoire des ouvrages imprimés en langue italienne au XVIIsiècle conservés dans les bibliothèques de France, finalement publié par le CNRS (1967-1984).

5Ses publications font l’objet dès leur parution d’une forte reconnaissance scientifique, tout en se caractérisant par un certain éclectisme : études italiennes, histoire contemporaine, histoire des sciences (mathématiques pré-euclidiennes, cosmologie et querelle du géocentrisme à la Renaissance), histoire de l’art, traductions, et de rares travaux dans le domaine de l’histoire du livre. La diversité des sociétés savantes auxquelles il a été affilié confirme la variété de ses domaines de recherche (Société d’études italiennes, Groupe français des historiens des sciences, Centre international d’études romanes, Société Dante Alighieri, Association Guillaume Budé, etc.). Ses papiers, donnés par son fils Olivier Michel à la BnF en 2015, témoignent aussi d’une activité littéraire continue (poésie, théâtre, prose), en partie inédite ; on signalera trois romans publiés, On brûle les étapes (1935), Le pot-aux-roses (1939) et La terre tourne (1942), les deux derniers dans la grande collection « blanche » de Gallimard.

ISNI

0000 0001 1885 3712

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (LH/19800035/601/67962) ;

BnF (Mss, NAF 28811) ;

Mazarine (Archives institutionnelles) ;

Costabel, 1966 ;

Fournier-Finocchiaro, 2019 ;

Renoult, 1964.

Table des illustrations

Crédits Bibliothèque Mazarine
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13242/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search