Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

LARCHEY, Lorédan

Metz, 26 janvier 1831 – Menton, 12 avril 1902

Nadine Férey-Pfalzgraf

Texte intégral

Bibliothécaire puis conservateur à la bibliothèque de l’Arsenal de 1873 à 1888, il a également marqué le monde des lettres par ses travaux d’érudition et son activité de journaliste et d’animateur de revues.

Portrait réalisé par l'atelier Nadar.

gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

1Son père, François-Étienne Larchey finit sa carrière militaire dans l’artillerie comme général de division ; sa mère, Marie-Charlotte de La Croix d’Hanonstadt est issue d’une ancienne famille messine. Dissuadé par son père de suivre son goût pour les arts, il cherche sa voie, abandonne des études de droit puis un engagement militaire. En 1850, il entre à l’ENC, mais, n’étant pas admis en troisième année, n’obtient pas le diplôme d’archiviste-paléographe.

2C’est pourtant au sein des bibliothèques qu’il trouve sa place. Surnuméraire à la bibliothèque Mazarine de 1852 à 1854, il est attaché à la bibliothèque Sainte-Geneviève de 1856 à 1859, revient à la Mazarine en 1860, obtient enfin le grade de sous-bibliothécaire en 1869. En 1873, il est nommé bibliothécaire à la bibliothèque de l’Arsenal, puis est promu conservateur-adjoint dès 1874, conservateur en 1880. Chargé du catalogue des manuscrits français initié par Paul Lacroix, il simplifie la numérotation des fonds, dont la description paraît alors dans l’Inventaire sommaire des manuscrits des bibliothèques de France dont les catalogues n’ont pas été imprimés (1879-1881), dirigé par Ulysse Robert. Impatient de voir aboutir des travaux de catalogage utiles aux lecteurs, il commence un inventaire des brochures, regrettant le mépris où ces publications sont généralement tenues. Son projet d’une bibliothèque dédiée à la conservation et la communication des journaux n’aboutit pas, mais trouve un début de réalisation dans « l’Hémérothèque » qui voit le jour au sein même de l’Arsenal en 1880.

3Reconnu pour son efficacité, Lorédan Larchey se voit confier par le ministère de l’Instruction publique de nombreuses missions. Il est envoyé en 1873 au Palais de Fontainebleau pour inventorier une collection de brochures. En 1876, il présente une Instruction sommaire sur le classement des bibliothèques populaires. En 1878, il rédige à partir du rapport de Jules de Chantepie du Dézert, conservateur de la bibliothèque de la Sorbonne, l’Instruction générale relative au service des bibliothèques universitaires, qui marque leur fonctionnement pour longtemps. Membre de 1880 à 1883 de la Commission centrale des bibliothèques académiques sans avoir pourtant le titre d’inspecteur, il visite les bibliothèques universitaires, accompagne la professionnalisation de leurs personnels, et suit l’avancement du catalogage des manuscrits dans les bibliothèques municipales. Il est nommé chevalier de l’ordre de la Légion d'honneur en 1877.

4Comme nombre de ses collègues à cette époque, Lorédan Larchey mène, en parallèle de son métier, une intense activité d’homme de lettres et de journaliste. Jusqu’à la fin de sa vie, il publie dans une multitude de journaux et de revues dont Paul Cottin a dressé la liste. Il est également à l’origine de deux revues représentatives de son goût pour le singulier et l’excentrique : La Revue anecdotique des lettres et des arts qu’il cède en 1861 à Auguste Poulet-Malassis et La Petite Revue (1863-1866). On lui doit aussi un éphémère Petit Bulletin du bibliothécaire (1866). À la demande du publiciste Paul Dalloz, pour concurrencer Le Magasin pittoresque, il crée en 1873 La Mosaïque, reprise par son collègue Eugène Muller. Quant à ses ouvrages, souvent illustrés de sa main, ils concernent l’argot de son temps (Les excentricités de la langue française, 1859, qui connaît 11 éditions de son vivant), l’onomastique (Dictionnaire des noms, 1880), touchent à l’histoire militaire (Origines de l'artillerie française, 1862-1863), et mettent au jour des sources inédites (Les Cahiers du capitaine Coignet, 1883 ; Ancien armorial équestre de la Toison d'or et de l'Europe au XVe siècle, 1890), pour n’en retenir que quelques-uns.

5Le 24 janvier 1888, presque en même temps qu’Édouard Thierry, administrateur de l’Arsenal depuis juillet 1871, Lorédan Larchey met fin à ses activités professionnelles et se retire à Menton. À sa mort, Paul Cottin, son exécuteur testamentaire, classe ses papiers qui sont depuis conservés à la bibliothèque de l’Arsenal dans 85 boîtes d’archives.

ISNI

0000 0001 1874 1796

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (93AJ/90) ; (F/17/21076) ; (LH/1481/98) ;

Bibliothèque Mazarine (MS-4346-4350) ;

BnF Bibliothèque de l'Arsenal (Ms-9001-9025 et 9235-9310. Papiers Lorédan Larchey ; Ms-9399-9403 et 9622. Collection Lorédan Larchey ; Ms-9677. Articles nécrologiques ; Ms-13901. Paul Cottin, Notes et souvenirs ; Ms-95014. Archives administratives, dossiers du personnel) ;

Bibliothèque Sainte-Geneviève (2008/03/036) ;

Calot, 1940a, 1940b ;

Cottin, 1902, 1905 ;

Deslandres, 1931 ;

Duprilot, 2000, 2002 ;

Dussert, 2003 ;

Franklin, 1901 ;

Glaeser, Biographie nationale des contemporeains, 1878 ;

Prévost, Roman d’Amat et Tribout de Morembert, Dictionnaire de biographie française, 1999 ;

Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle…,1873 ;

Lassalle, 2003 ;

Lebedeff-Choppin et al., 1986 ;

Martin, 1900 ;

Quépat, Dictionnaire biographique de l’ancien département de la Moselle…, 1887 ;

Thieme, 1933 ;

Vapereau, 1893.

Table des illustrations

Légende Portrait réalisé par l'atelier Nadar.
Crédits gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13212/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 328k

Auteur

Chargée du fonds des livres imprimés anciens, Bibliothèque nationale de France – Bibliothèque de l’Arsenal (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search