Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

LARAN, Jean

Castres, 14 novembre 1876 – Soorts-Hossegor, 30 août 1948

Corinne Le Bitouzé

Texte intégral

Conservateur de bibliothèque, directeur du cabinet des Estampes et administrateur général par intérim de la BN, il est également un historien d’art renommé.

Jean Laran au cabinet des Estampes avec Jean Adhémar à sa droite et Jean Prinet à sa gauche, en octobre 1942.

Source : © Succession Jean Roubier. Nous remercions chaleureusement Monsieur Michel Rager, ayant-droit de Jean Roubier, et Madame Marjolaine Émery- Rager de nous avoir permis de reproduire cette photographie à titre gracieux.

1Né dans une famille de commerçants, il suit à Paris les cours de l’École du Louvre. Il y rédige une thèse sur les proportions dans la statuaire française au XIIe siècle, publiée dans la Revue archéologique de 1907 à 1909. Dès l’obtention de son diplôme en 1907, il entre au cabinet des Estampes de la BN où il fera toute sa carrière, n’en prenant officiellement la tête qu’en juillet 1939. Seule la parenthèse de la Grande Guerre, qu’il effectue dans l’artillerie, l’éloigne quelques années du Cabinet qu’il retrouve en 1919. En 1906, il épouse Zelda Tamarkine, étudiante née à Kiev dans une famille de la communauté juive ukrainienne. Un premier enfant, Pierre, né en 1902 avant le mariage de ses parents, meurt en 1917. Après ce drame, le couple donne naissance à un second fils, Michel qui, professeur à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), deviendra un spécialiste reconnu de l’histoire russe. Mis à la retraite en novembre 1942, Laran est rappelé en août 1944 comme administrateur général par intérim, fonction qu’il quitte au retour de déportation de Julien Cain en septembre 1945. Malade, il s’éteint en 1948.

2S’éloignant de l’archéologie médiévale, objet de ses premières recherches, il commence sa carrière au cabinet des Estampes de la BN en se spécialisant dans l’art du XIXe siècle. Chargé par François Courboin de la rédaction de L’Inventaire du fonds français, graveurs après 1800, il réalise seul les deux premiers volumes et assure le commissariat de plusieurs expositions, sur Corot (1931) ou Daumier (1934) par exemple. Retraité, il consacre ses dernières forces à une somme sur l’estampe, parue à titre posthume en 1959. Mais chez Laran, le gestionnaire de collections et l’érudit ne font qu’un. Responsable du dépôt légal des images, il réorganise le secteur afin de permettre une stricte application de la loi de 1925 et s’attache tout particulièrement à collecter le dépôt de la photographie, notamment la photographie de presse, dont il comprend qu’elle est indispensable à la continuité des fonds du Cabinet. Ses collaborateurs, Jean Adhémar et Jean Prinet, auront à cœur de poursuivre dans cette direction l’engagement du Cabinet qui deviendra en 1975 département des Estampes et de la Photographie. Son implication dans la création du fonds de films pédagogiques des Presses universitaires de France, dont il est président du comité scientifique, est un témoignage supplémentaire de son intérêt pour les supports audiovisuels.

3Nommé conservateur-adjoint des Estampes en mars 1930, Laran forme avec le directeur, Paul-André Lemoisne, un tandem soudé par une communauté de vues. Ce sont eux qui, à partir de 1936, élaborent le programme des nouveaux locaux du cabinet dans l’hôtel Tubeuf, imposant à l’architecte Michel Roux-Spitz leurs solutions et créant des espaces parfaitement adaptés à une collection d’arts graphiques aussi volumineuse que celle de la BN. Ce sont eux aussi qui orchestrent, à la déclaration de guerre en 1939, l’évacuation des recueils les plus précieux vers le château d’Ussé. L’administrateur Julien Cain ayant été démis de ses fonctions en juin 1940, Laran, doyen des conservateurs, assure son intérim jusqu’à l’arrivée de Bernard Faÿ en septembre 1940 puis reprend la tête des Estampes. Pendant les deux années qu’il y passe encore, il s’efforce de protéger les fonds des demandes de l’occupant, tout en tentant de faire aboutir les travaux de rénovation (qui ne seront achevés qu’en 1946). À la Libération, durant son second intérim d’administrateur, il mène avec droiture et intelligence la tâche difficile d’épuration des perosnnels à la bibliothèque et remet en ordre de marche l’établissement.

4Sensible à la question sociale, Laran prend une part active dans l’organisation du syndicalisme dans les bibliothèques. En 1928, il représente le syndicat des bibliothécaires dans les négociations qui aboutissent à la création de la Fédération générale de l’enseignement au sein de la CGT.

ISNI

0000 0001 0884 9904

Sources primaires et bibliographie

Archives départementales du Tarn, État-civil ;

Archives de Paris, État-civil ;

BnF, Archives administratives ;

Archives du département des Estampes, Journal du conservateur ;

Cain et Vallery-Radot, 1948 ;

Poulain, 2013 ;

Putfin, 1993 ;

Tesnière, 2001.

Table des illustrations

Légende Jean Laran au cabinet des Estampes avec Jean Adhémar à sa droite et Jean Prinet à sa gauche, en octobre 1942.
Crédits Source : © Succession Jean Roubier. Nous remercions chaleureusement Monsieur Michel Rager, ayant-droit de Jean Roubier, et Madame Marjolaine Émery- Rager de nous avoir permis de reproduire cette photographie à titre gracieux.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13209/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9M

Auteur

Conservateur des bibliothèques, chargée des collections XVIIIe siècle ; adjointe au directeur, département des Estampes et de la Photographie, Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search