Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

LABROSSE, Henri

Paris, 3 août 1880 – Rouen, 11 mars 1942

Valérie Neveu

Texte intégral

Il dirige la BM de Rouen de 1913 à 1941. Moderniste, il s’attache à expérimenter la nouvelle conception de la lecture publique, sans pour autant renoncer à la traditionnelle mission d’étude des BM.

Photographie A. Maignan / Bibliothèque municipale de Rouen (Photo. p-120). Licence Etalab.

1Il passe par le Séminaire de Lyon avant d’obtenir une licence de philosophie à Grenoble et de retourner à Paris pour suivre les cours de l’École des hautes études et de l’ENC de 1902 à 1905. Après une première expérience de trois ans comme adjoint d’Henri Loriquet, directeur de la bibliothèque de Rouen, il est rappelé par Henri Omont, pour travailler au Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Une carrière toute tracée de bibliothécaire érudit s’ouvre à lui à la BN, dans la lignée de sa thèse consacrée à Nicolas de Lyre, théologien normand du XIVe siècle. Mais la municipalité de Rouen le demande comme successeur de Loriquet en 1913. À 33 ans, il accepte ce poste de direction, un choix qui va l’engager jusqu’à sa mise à la retraite en octobre 1940 : dès lors, sa carrière se confond avec le développement de cette bibliothèque, il en est toujours le directeur honoraire lors de son décès. En avril 1912, il épouse Anne Marie Garibal et le couple a une fille en 1919, Claire Magdelaine Anna.

2Pendant ses trente ans de carrière à Rouen, Henri Labrosse illustre la nouvelle conception du métier de conservateur défendue par un groupe actif de réformateurs qui se reconnaissent dans l’idéal de la lecture publique. Adepte des écrits d’Eugène Morel, Labrosse veut que le livre soit « ouvert à tous », comme moyen de divertissement – un usage qu’il ne récuse pas – mais surtout comme support du « labeur intellectuel » vecteur du progrès social.

3Formé à la nouvelle bibliothéconomie, il réforme les catalogues qu’il veut à la libre disposition des lecteurs, dans le but de leur apporter la meilleure information. Il publie des catalogues adaptés aux centres d’intérêt du public. Il est l’un des premiers bibliothécaires français, dès 1914, à expérimenter la classification décimale comme outil d’indexation des sujets ; cependant, l’expérience est un échec et il y renonce en 1921. Il la considère inadaptée, à cause de sa complexité qui la rendait peu compréhensible au personnel et au public. Il conserve la classification méthodique conçue par Loriquet divisée en 25 lettres. Il poursuit le mouvement amorcé par son prédécesseur en ouvrant une deuxième bibliothèque de prêt gratuit en 1929. Mais il est déçu par le fonctionnement en accès libre. Il s’intéresse à la conquête des nouveaux publics en s’associant à l’expérience de bibliothèque circulante en Seine-Inférieure, et en se renseignant sur la possibilité de créer une bibliothèque enfantine.

4Labrosse n’en reste pas moins un défenseur de la fonction d’étude et de recherche. À la tête d’un des principaux fonds patrimoniaux de province, il renforce son personnel scientifique et s’attache à la remise en ordre des collections dans une optique nouvelle de valorisation ; il met en place une politique d’expositions patrimoniales régulières. Souhaitant inscrire la bibliothèque au centre de la vie locale, culturelle et sociale de Rouen et de la Normandie, il lance des séries de dossiers documentaires thématiques, topographiques et biographiques alimentés par des coupures de presse et des éphémères. Soucieux de faire connaître ses initiatives, Labrosse communique et publie régulièrement des comptes rendus. Membre de l’ABF, il en suit les débats, notamment sur la formation professionnelle : il enseigne d’ailleurs dans la préparation au DTB ouverte à l’ENC en 1932. Il participe à des congrès de bibliothécaires en France et à l’étranger. Il est membre en 1929-1930 de la Commission ministérielle chargée de l'organisation de la lecture publique. Malgré le zèle et la pédagogie déployés par Labrosse, les progrès en matière de lecture publique restent modestes à Rouen, à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

5Les engagements associatifs de Labrosse font de lui une figure importante de la vie intellectuelle rouennaise. Il est membre de plusieurs sociétés savantes, dont l’Académie de Rouen dès 1918. Ses publications concernent essentiellement l’histoire locale et la promotion des bibliothèques. Infatigable vulgarisateur, il donne des conférences à l’Université populaire de Rouen. Cet engagement au service de la lecture publique se fait dans la neutralité, aucune de ses publications ne laissant filtrer ses opinions politiques ou religieuses.

ISNI

0000 0000 6136 4335

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (F/17/24809) ;

Archives nationales (93AJ/87, 93AJ/283) ;

Bibliothèque municipale de Rouen : dossier 92N Labrosse ; Archives de l’établissement ;

Masson, 1943 ;

Neveu, 2008 ;

Rouault de La Vigne, 1969.

Table des illustrations

Crédits Photographie A. Maignan / Bibliothèque municipale de Rouen (Photo. p-120). Licence Etalab.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search