Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

GROLIER, Georgette et Éric de

GROLIER, Georgette de (Bourg-la-Reine, 17 septembre 1899 – Saint-Cloud, 9 septembre 1988), GROLIER, Éric de (Paris, 25 juin 1911 – Inconnu, 1998)

Hind Bouchareb

Texte intégral

Leurs noms demeurent attachés à l’Association pour le développement de la lecture publique, et plus largement au militantisme en faveur des bibliothèques publiques dans l’entre-deux-guerres, mais aussi aux questions de bibliographie et de classification documentaire.

Bibliobus de la Marne en 1938. Éric et Georgette de Grolier se trouvent à droite.

Fonds Lemaitre / Enssib

1Georgette Ocasiano naît d'un père activiste politique roumain et d'une mère irlandaise. Elle est ensuite élevée à Bucarest où elle fait des études universitaires de lettres et de langues (elle parle couramment le français, le roumain et l'anglais). Elle travaille un temps dans une petite bibliothèque de ministère en Roumanie, puis revient en France en 1926 ; possédant l'équivalence de la première partie du baccalauréat français, elle suit des cours en Sorbonne et s'inscrit au cours d'été de l'École de bibliothécaires (rue de l'Élysée). Dans les années suivantes, elle exerce plusieurs emplois temporaires : elle est responsable de la bibliothèque du Methodist Memorial de Château-Thierry, pendant un an, puis travaille dans des bibliothèques universitaires.

2En 1930, elle épouse Éric de Grolier, de douze ans son cadet. Né d'un père homme de lettres et d'une mère peintre d'origine russe, il travaille depuis ses 16 ans à la librairie Gibert. Après avoir obtenu son baccalauréat, il suit des séminaires de philosophie, d'histoire et de sociologie à la Sorbonne et au Centre d'histoire et de philosophie des sciences et techniques. Il obtient en 1929 le diplôme des cours d'édition et de librairie organisés par le Cercle de la librairie. De 1933 à 1937, il est de nouveau employé chez Gibert comme responsable du service de bibliographie, domaine dont il est déjà familier puisqu'il est membre du Bureau bibliographique de France depuis 1931. Il y côtoie d'ailleurs Eugène Morel et devient rapidement secrétaire général de l'association. C'est justement dans le domaine de la documentation qu'il se fait connaître, y compris au plan international : lors du Congrès de la FIAB en 1935 à Madrid, une commission pour l'unification des catalogues est créée à son initiative. Éric de Grolier prend également part à la naissance, en 1936, de la section Librairie-édition du syndicat des employés, rattaché à la CGT.

3Georgette de Grolier rejoint son mari au Bureau bibliographique de France. Tous deux font partie de l'UFOD, dès sa création en 1932. Ils contribuent également à fonder l'éphémère Association des bibliothèques prolétariennes, qui vise à développer la lecture publique au sein de l'Association des écrivains et artistes révolutionnaires. Leur intérêt pour la documentation et la lecture publique se traduit par la fondation de la Revue du livre en 1933, qui paraît irrégulièrement jusqu’en 1940, et par la création de l’Association pour le développement de la lecture publique (ADLP) en 1936. Par le biais de la revue et de l’Association, ils correspondent avec la plupart des défenseurs de la bibliothèque publique moderne des années 1930. En outre, le couple signe conjointement plusieurs ouvrages, notamment Les livres et la vie. Lire pour mieux vivre, que lire, et comment ? (1944) et Livre et document : études sur le livre, les bibliothèques et la documentation (1948).

4En 1938, Georgette de Grolier obtient la direction de la bibliothèque de Boulogne-Billancourt, ayant été recommandée au maire socialiste, André Morizet, par Armand Boutillier du Retail, Julien Cain et Henri Vendel, tous membres de l’ADLP. Elle tente d’y appliquer les principes hérités de l’École de bibliothécaires (rue de l’Elysée) et ceux prônés par l’ADLP. Si l'activité d'Éric de Grolier se diversifie après-guerre (enseignement, missions d’étude à l’étranger autour des questions de documentation, édition et traduction, etc.), Georgette de Grolier se concentre sur ses fonctions de directrice à Boulogne-Billancourt où elle demeure jusqu’à sa retraite en 1960, à l’exception d’une interruption pendant la guerre. Le couple divorce en 1959.

ISNI Georgette de Grolier

0000 0001 4084 701X

ISNI Éric de Grolier

0000 0001 0858 4053

Sources primaires et bibliographie

Bibliothèque municipale de Boulogne-Billancourt, fonds Georgette de Grolier (archives non inventoriées) ;

Enssib, fonds Grolier, archives de l’ADLP ;

Bouchareb, 2016 ;

Dahlberg, 1991 ;

Fayet-Scribe, Dictionnaire biographique des militants..., 1996a, 1996b, 2000.

Table des illustrations

Légende Bibliobus de la Marne en 1938. Éric et Georgette de Grolier se trouvent à droite.
Crédits Fonds Lemaitre / Enssib
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13182/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 610k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search