Version classiqueVersion mobile

Architecture et bibliothèque

 | 
Christelle Petit

Présentation de Franck Bonnefoy

Texte intégral

1L’enssib a missionné Franck Bonnefoy afin qu’il visite vingt établissements français construits entre 1992 et 2012, vingt bibliothèques qui comptent pour les auteurs de l’ouvrage et dans le paysage des bibliothèques construites depuis 1992. Les photographies prises sur place, ainsi que les souvenirs des moments vécus dans ces établissements, ont conduit à la création de plus de quarante dessins qui apportent une matière visuelle et personnelle aux articles.

1967 (13 mai) Naissance à Mâcon.
1991 Obtention du diplôme national supérieur d’expression plastique (dNSEP) après des études à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon (ENSBAL).
1994 Exposition collective Champclause Odessa Champclause, musée d’art et d’histoire d’odessa (Ukraine).
1997, 1998 et 2000 Participation au projet Art sur la place, dans le cadre de la biennale d’art contemporain de Lyon depuis 2000, professeur de dessin et de peinture aux Pratiques plastiques amateurs (PPA) de l’ENSBAL.
2001 Exposition collective Passeurs, au Rectangle de Lyon.
2005 Exposition personnelle au Modern Art Café de Lyon 2009 Exposition personnelle avec acquisition de diptyques au lycée Marcel-Sembat-Séguin de Vénissieux.
2009 Exposition collective des Éditions Fage à la galerie Annie Lagier, L’Isle-sur-la-Sorgue.
Depuis 2009 Assistant artistique au centre d’art de Vénissieux.

Où il est question du point de vue

2Je pense souvent à un film de Peter Greenaway qui s’intitule Meurtre dans un jardin anglais et qui fait partie des rares films pertinents sur la peinture et le dessin. Le rôle principal échoue à un artiste. La riche propriétaire d’une belle demeure de l’Angleterre de la fin du XVIIe siècle passe un contrat avec un dessinateur paysagiste (les artistes et leurs mécènes, les artistes et l’argent…) afin qu’il réalise une douzaine de vues de son château en échange de ses charmes. Outre l’intrigue machiavélique de l’histoire faisant de l’artiste le malheureux complice et témoin d’un complot qui le perdra, Greenaway expose clairement tous les mécanismes du dessin d’observation, tels qu’ils ont été énoncés depuis la Renaissance d’Alberti : le cadrage, le repérage par le quadrillage de sa fenêtre, le plan du tableau, les contrastes et le traitement graphique par hachures. Comme dans le film d’Antonioni, Blow-up, la notion de point de vue est déterminante dans la réalisation de l’image et de son contenu, donc pour son interprétation.

3Le rapport frontal au sujet du dessinateur, l’importance du cadrage et du hors champ, ainsi que celle de l’échelle et des distances dans l’image (la perspective), l’objectivité de la méthode du peintre et la subjectivité inhérente à l’exercice (le point de vue, la facture du travail) font du film de Greenaway un exposé pédagogique susceptible d’être montré dans n’importe quelle école d’art.

4Le projet d’illustration du livre Architecture et bibliothèque, 20 ans de constructions m’a ramené à cette réalité de l’architecture, appréhendée soit frontalement soit de l’intérieur. Que montrer du bâtiment, et comment le montrer ?

5Le dessin d’architecture est un genre en soi au même titre que la nature morte ou que le paysage, mais les dessins d’architecture sont souvent techniques sans toujours être artistiques. Certains dessins d’architectes m’ont marqué : les prisons de Piranèse, les dessins du Corbusier, de Claude Parent, de Prouvé et de bien d’autres encore. En ce qui concerne ma pratique artistique, deux facteurs m’ont ramené au dessin, que j’avais pourtant abandonné à l’école des Beaux-Arts – un comble puisque c’était bien le dessin qui m’en avait ouvert les portes –. L’un est la découverte du dessin classique, avec Le Lorrain, Durër, Turner, Rembrandt, Goya, par exemple ; le deuxième procède du fait que je donne des cours de dessin, enseignement qu’il est bien difficile de dispenser sans dessiner.

6Mais par-dessus tout, il y a la nécessité, dans mon cheminement artistique après l’école des beaux-arts, de dessiner à nouveau. Je m’intéresse alors aux formes urbaines de l’objet, et plus précisément au mobilier urbain ; je cherche à en détourner certains spécimens. Avant de construire des prototypes, je dois incarner et visualiser l’objet de mes recherches, je dois représenter des volumes. D’où ce retour au dessin, à la perspective linéaire.

7Par ailleurs, le dessin m’a permis de garder une activité artistique constante et de fond ; il est d’une économie rare.

Dessins et / ou photographies ?

8Le présent ouvrage aurait pu proposer des photographies pour accompagner les différents articles ; ce n’est pas le cas et je m’en réjouis. Même si, dans sa genèse, mon dessin est très lié au document photographique, il retranscrit le visible autrement. Ma façon de travailler est sensiblement la même depuis un certain temps : je me rends sur le lieu, je fais quelques photos et parfois de rapides croquis. Je reviens ensuite à l’atelier, travaille la base du dessin avec le document photographique retenu et brièvement projeté, et je réalise ensuite l’essentiel du travail plastique en me référant par coups d’œil à l’image choisie et aux croquis, tout en cherchant à retenir une ambiance géné rale. La principale difficulté de l’exercice consiste à être juste sans aseptiser, sans mécaniser le dessin. L’encrage coloré est alors essentiel, phase qui nécessite beaucoup de calme et d’aplomb. Mon travail a toujours eu recours à la photographie, même lorsque je m’intéressais aux paysages urbains ou que je faisais de la sérigraphie à l’école des beaux-arts. Je considère l’appareil photo comme un moyen rapide de réaliser de l’image fixe, comme un outil d’investigation et de repérage. Et aujourd’hui, comme un tremplin vers le dessin. Pour cette raison, un peintre comme Caillebotte m’intéresse beaucoup, ou Hockney aujourd’hui (on pourrait en citer bien d’autres).

9Illustrer un livre sur l’architecture contemporaine des bibliothèques en France avec des dessins d’artiste n’est pas irrationnel. Le dessin a à voir avec l’architecture et réciproquement ; il est souvent à l’origine des choses, il est projection. On élève une architecture comme on élève une perspective.

10Et sans opportunisme de ma part, le dessin a également à voir avec le mot écrit, l’écriture, donc le livre. Ne serait-ce que dans le fait de tracer.

Un tour de France des bibliothèques

11La richesse de ce projet autour des bibliothèques procède aussi du mini road movie – restons humble – qu’a constitué cette petite aventure : se rendre dans la ville concernée, appréhender le bâtiment, rencontrer les gens qui y travaillent. Le rapport au déplacement, à l’itinéraire et à la notion de territoire reste assez central dans mon travail. Avec mes dessins, j’essaie de témoigner de l’expérience que j’ai pu vivre devant et dans l’architecture observée.Tout comme les œuvres d’art ou les livres, les architectures finissent par ressembler à des individus avec leurs propres caractères déterminants.

Franck Bonnefoy, octobre 2012

© Presses de l’enssib, 2012

Licence OpenEdition Books

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search