Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

HIRSCHAUER, Charles

Versailles, 29 mars 1888 – Versailles, 22 août 1929

Vincent Haegele

Texte intégral

Figure attachante de la vie culturelle versaillaise, historien accompli, il devient très jeune conservateur de la bibliothèque de Versailles. Son activité, interrompue par son décès prématuré, permet à l’établissement d’appréhender les enjeux de la lecture publique du XXsiècle.

Charles Hirschauer.

© Archives de la bibliothèque de Versailles

1Le nom de Charles Hirschauer accueille aujourd’hui les lecteurs de la bibliothèque de Versailles : une plaque, en bas de l’escalier qui mène aux salles de lecture, rappelle son action en faveur de l’établissement. Sa famille, originaire de Mulhouse, a opté pour la nationalité française en 1871 et a quitté l’Alsace. Son père, le capitaine Auguste Édouard Hirschauer, enseigne à l’École spéciale militaire. Après plusieurs affectations dans d’autres villes, la famille se fixe définitivement à Versailles en 1912.

2La même année, Charles Hirschauer devient, à vingt-quatre ans, conservateur-adjoint de la bibliothèque, sous la direction d’Henri Léonardon. Il vient d’achever une brillante scolarité : major de sa promotion de l’ENC (thèse sur les États d’Artois sous l’Ancien régime, augmentée de divers travaux, plus tard récompensés par le grand prix Gobert de l’Institut), il a été pensionnaire de l’École française de Rome, où il a été remarqué par Louis Duchesne. Pendant un temps, il parcourt la Méditerranée, s’arrêtant à Malte, en Algérie et en Tunisie. Alors qu’il pense partager son temps entre l’administration de la bibliothèque et la poursuite de ses travaux historiques, la mort brutale d’Henri Léonardon le contraint à opérer un virage décisif : candidat à la succession de son directeur, il lui faut convaincre le maire de Versailles de l’avantage à promouvoir un jeune homme. Son énergie, sa détermination, mais surtout la vision qu’il présente du futur de la bibliothèque l’emportent. En mars 1913, il obtient sa nomination au poste de conservateur.

3La BM de Versailles a été fondée en 1803 sur les collections de l’ancienne École centrale créée en 1795. Elle abrite, dès cette époque, une partie des collections royales nationalisées, ainsi que de nombreux fonds issus des confiscations révolutionnaires. Tout au long du XIXe siècle, ces collections se sont accrues et diversifiées, mais le service public, lui, n’a pas évolué. Charles Hirschauer n’hésite pas à parler de « révolution » pour réveiller une institution qui s’est assoupie. Son action est méthodique et témoigne d’un sens aigu des enjeux modernes : attirer plus de public, et faire en sorte que celui-ci dispose de plus de places et de plus de ressources.

4Il est à l’origine de la création d’un catalogue analytique. Cet imposant fichier-papier, alimenté au fil du travail d’un personnel toujours plus nombreux, fournit la documentation nécessaire à des générations d’étudiants et de chercheurs. Tous types de publications entrent en compte, y compris les périodiques. Commencé en 1914, ce catalogue analytique comptera 210 000 fiches dès 1930. En 1928, il recommande d’adopter les normes de description catalographique prescrites par l’ABF, dont il est par ailleurs l’un des membres actifs et le vice-président de 1921 à 1923. En 1919, il est l’auteur d’un premier questionnaire national destiné à toutes les bibliothèques de province, dont le dépouillement se poursuivra durant toute la décennie suivante.

5À côté de ce travail titanesque, entrepris avec très peu de moyens, Charles Hirschauer s’attache dès sa prise de fonction à sanctuariser et sauvegarder les collections patrimoniales : il crée la Réserve. Là aussi, le travail est colossal : recherche des ouvrages dispersés, constitution du fichier des armoiries, campagnes de restauration, expositions destinées au grand public (la plus importante, consacrée à Marie-Antoinette, a lieu en 1927). Pour accompagner la recherche et la connaissance, il fonde en 1926 la société des Amis de la bibliothèque de Versailles. Au cours des années 1920 et grâce aux dons de particuliers, le fonds s’enrichit, de pièces essentielles : le fonds Victor Couderc (littérature et bibliophilie), le fonds Maulvault (littérature janséniste), le fonds Morel-Fatio (littérature espagnole).

6Bien que réformé par l’armée, Charles Hirschauer se porte volontaire en 1914 pour accomplir ses devoirs de patriote. Il est pendant toute la période de la Grande Guerre affecté comme secrétaire à l’État-major, un travail qui se révélera mortel. De santé fragile, déjà handicapé à une jambe, il perçoit en 1918 les premiers signes de la maladie qui l’usera petit à petit, jusqu’à provoquer sa mort, en 1929.

7Charles Hirschauer avait épousé vers 1920 Thérèse Prat, fille de l’amiral Louis Goulven Prat. Le couple n’a pas d’enfant. Ses papiers et travaux sont aujourd’hui conservés à la bibliothèque de Versailles. L’Académie des sciences morales, lettres et arts, dont il fut un des membres actifs, lui rend hommage dès 1930.

ISNI

0000 0000 8130 206X

Sources primaires

Bibliothèque municipale de Versailles, archives de la Bibliothèque, papiers Hirschauer ;

Hommages à Charles Hirschauer, 1930.

Table des illustrations

Légende Charles Hirschauer.
Crédits © Archives de la bibliothèque de Versailles
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13144/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search