Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

HENRIOT, Gabriel

Paris, 18 janvier 1880 – Paris, 21 avril 1965

Lucile Trunel

Texte intégral

Conservateur de la bibliothèque Forney, historien et critique d’art, inspecteur des bibliothèques parisiennes, directeur de l’École des bibliothécaires (rue de l’Élysée), fondateur de l’École municipale de bibliothécaires de Paris et de l’École de bibliothécaires de l’Institut catholique, président de l’ABF et membre fondateur de l’IFLA, il est un acteur majeur de la professionnalisation des bibliothécaires français dans l’entre-deux-guerres.

1Il grandit au sein d’une famille modeste dans le faubourg Saint-Antoine. Élève brillant, il s’oriente vers l’ENC et l’EPHE avant d’entrer à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris en 1905. Historien de formation, il consacre alors de nombreux travaux scientifiques à l’histoire de Paris, sous l’Ancien Régime et au XIXe siècle (sources, catalogues de manuscrits, répertoires bibliographiques, articles, livrets d’exposition, etc.), et publie notamment l’édition critique des procès-verbaux de la Commune en 1871, en collaboration avec Georges Bourgin.

2Mobilisé dès août 1914, il combat jusqu’à l’armistice et retourne à la vie civile décoré militairement, nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1918, puis promu officier en 1929 en qualité de chef de bataillon d’infanterie. La guerre lui inspire un ouvrage sur la Lorraine, publié en 1923.

3En 1920, il est nommé conservateur de la bibliothèque Forney, principale « bibliothèque d’art et d’industrie » de Paris, qu’il dirige jusqu’à sa retraite en janvier 1940. L’organisation de conférences, la gratuité et de larges horaires d’ouverture, y compris le dimanche, ainsi que la richesse des fonds, assurent le succès de la bibliothèque, mais elle est installée dans des locaux exigus et insalubres (rue Titon). Un long projet de déménagement vers l’Hôtel des archevêques de Sens, dans le Marais, se déploie à partir de 1929 (la bibliothèque s’y installe en 1961). Henriot souhaite faire de Forney l’Institut des arts et métiers de Paris, mais ne parvient qu’à créer un office d’information pour les professionnels des arts appliqués. Son intérêt pour les arts décoratifs s’enracine dans son goût pour l’artisanat et les collections de Forney : il impulse l’édition du catalogue général de la bibliothèque, publie des recherches sur l’histoire du meuble, du luminaire, ou encore sur les collections de David David-Weill.

4Henriot s’intéresse avant tout à la reconnaissance de la profession de bibliothécaire. Au sein de l’ABF, où il est élu membre du comité dès 1923, et qu’il préside entre 1925 et 1927, il milite pour l’amélioration des traitements des archivistes-paléographes et pour la nationalisation des emplois dans les BMC. Il est convaincu de la nécessité de créer un enseignement professionnel nouveau pour les bibliothécaires, à côté de l’ENC.

5Incité par Ernest Coyecque à assister aux cours dispensés par le CARD à l’École des bibliothécaires (rue de l’Elysée) créée par l’American Library Association, il est conquis par leur approche pragmatique. À partir de 1927, il assure lui-même les cours d’histoire, de technique du livre et de bibliographie dans cette école qui disparaît, faute de financement. Henriot crée ensuite une école municipale de bibliothécaires au sein de Forney, qui fonctionne entre 1930 et 1935 mais qui ferme faute de soutien financier municipal. Sollicité par la Ligue féminine d’action catholique, il élabore un programme pour la création d’une École de bibliothécaires à l’Institut catholique de Paris, rue d’Assas. Il la dirige de 1935 jusqu’à sa mort en 1965, y enseignant jusqu’en 1958.

Ouvrage publié en 1943.

6Il participe aussi au mouvement de coopération intellectuelle né du pacifisme international d’après-guerre : il contribue à fonder la FIAB, officiellement constituée au Congrès de Rome en 1929, un lieu où se forge une véritable identité de la profession. Dès 1927, sous sa présidence, l’ABF participe au Comité international des bibliothèques et de la bibliographie, institution permanente entre les congrès, qui promeut l’émergence d’un réseau universel pour la documentation. Il rédige un article sur la « Formation professionnelle des bibliothécaires en France » pour l’Institut international de coopération intellectuelle. En 1933, promu inspecteur des bibliothèques parisiennes, il s’attelle à leur rénovation jusqu’à son départ en retraite, en 1944.

ISNI

0000 0001 1077 370X

Sources primaires et bibliographie

Bibliothèque Forney/Fonds d’archives Henriot ;

Chevrel, 1983 ;

Meuvret, 1965 ;

Richter, 2009.

Table des illustrations

Légende Ouvrage publié en 1943.
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

Auteur

Directrice de la bibliothèque Forney (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search