Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

GRUNY, Marguerite

Paris, 9 juillet 1903 – Paris, 26 mars 1993

Amélie Jehan

Texte intégral

Membre fondateur de l’Heure Joyeuse à Paris, elle contribue à instaurer les fonctions et missions du métier de bibliothécaire jeunesse. Conteuse, auteure, elle consacre une grande partie de sa carrière à la formation des futurs professionnels.

1En 1924, lors de l’inauguration de la bibliothèque l’Heure Joyeuse, Eugène Morel s’exclame « À quoi bon savoir lire, si tu n’as rien à lire ! ». Cette bibliothèque, située au 3 rue Boutebrie à Paris, ouvre ses portes au lendemain de la Première Guerre mondiale et a pour but d’inventer un tout nouveau modèle de bibliothèque consacré à l’enfant et à la littérature de jeunesse. Marguerite Gruny, nièce d’Eugène Morel, est avec Mathilde Leriche et Claire Huchet, l’un des membres fondateurs auxquels est confié le projet d'ouverture de cette Heure Joyeuse. À cette époque, les premières bibliothèques pour enfants apparaissent en France mais le retard est important et Caroline Griffiths, présidente du Book Committee on Children’s Libraries, propose le financement d’une bibliothèque parisienne gratuite, libre d’accès et entièrement dédiée au public jeunesse.

2Alors peu formée au métier de bibliothécaire, Marguerite Gruny fait un stage d'été à la bibliothèque l'Heure Joyeuse de Bruxelles, ouverte en 1920, pour apprendre les missions associées à la profession. Établissement pilote et incontournable dans le champ des bibliothèques de lecture publique, la bibliothèque l'Heure Joyeuse permet, entre autres, d'offrir un espace privilégié de conseil, d'information et d'accès à la littérature de jeunesse et de rendre le jeune lectorat acteur de la vie de l'établissement. Désormais, les enfants peuvent avoir accès aux livres autrement que par l'école. Tout comme les deux autres membres de l’équipe, Marguerite Gruny est fortement impliquée dans les méthodes actives et le mouvement de l’Éducation nouvelle, pédagogie mettant l’individu comme acteur de sa propre formation, et souhaite ainsi proposer des choix d’ouvrages en lien avec la psychologie de l’enfant. Combinant des qualités intellectuelles et esthétiques, les titres retenus doivent rendre le jeune lecteur plus perspicace et expérimenté.

3Suite au départ de Claire Huchet en 1929, Marguerite Gruny prend la direction de l'établissement jusqu'à son départ en retraite, en 1968. La bibliothèque l'Heure Joyeuse connaît une fermeture en 1940, mais à sa réouverture, Marguerite Gruny reprend sa place de responsable et développe la structure, déployant une activité importante tant dans l’animation que les actions de valorisation des ouvrages de littérature de jeunesse. Elle contribue fortement à la reconnaissance des contes et à leur promotion par le biais d'animations comme la désormais très célèbre « heure du conte ». Accompagnée de ses collaboratrices, elle se déplace régulièrement dans les parcs et les mairies de la ville pour lire des contes et inciter ainsi les auditeurs à venir à la bibliothèque. Remettant ce genre en lumière, elle s’efforce de le vulgariser et publie un ouvrage à ce sujet en 1987, Beaux livres, belles histoires, co-écrit avec Mathilde Leriche.

Réunion en 1960 du Prix jeunesse. Au premier rang : Marguerite Gruny et Charles Vildrac. Au second rang : Raymonde Dalimier, Mathilde Leriche, et Michel Bourrelier, éditeur et fondateur du prix en 1934.

Fonds patrimonial L'Heure joyeuse - Bibliothèque Françoise Sagan

4Par ailleurs, elle œuvre beaucoup dans la formation des bibliothécaires jeunesse, français comme étrangers, en dispensant à l'Heure Joyeuse la seule formation théorique et pratique existante dans le domaine. En effet, en 1929, l’Heure Joyeuse devient l’unique établissement proposant des stages théoriques et pratiques durant trois mois pour apprendre le métier, suite à la fermeture de l’école de bibliothécaires (rue de l’Élysée). Marguerite Gruny, convaincue du besoin de formation pour exercer le métier de bibliothécaire jeunesse, anime surtout les séances autour du conte, de la littérature de jeunesse, des techniques de bibliothèque et de psychologie de l’enfant. Elle poursuit son action autour de la formation en organisant l'option jeunesse du CAFB en 1951.

ISNI

0000 0000 0082 1053

Bibliographie

Ezratty et al., 1994 ;

Ezratty & Lemaître, 1993 ;

Lemaître, 1980 ;

Nières-Chevrel et al., 2013.

Table des illustrations

Légende Réunion en 1960 du Prix jeunesse. Au premier rang : Marguerite Gruny et Charles Vildrac. Au second rang : Raymonde Dalimier, Mathilde Leriche, et Michel Bourrelier, éditeur et fondateur du prix en 1934.
Crédits Fonds patrimonial L'Heure joyeuse - Bibliothèque Françoise Sagan
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13112/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 734k

Auteur

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search