Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

FRANKLIN, Alfred-Louis-Auguste-Franklin Poux dit,

Versailles, 16 décembre 1830 – Viroflay, 9 juillet 1917

Yann Sordet

Texte intégral

Historien, notamment de la ville de Paris et des bibliothèques, il a été administrateur de la bibliothèque Mazarine de 1885 à 1906.

Collections de la bibliothèque Mazarine

1Né dans une famille de magistrats, il fait ses premiers pas dans le journalisme, collaborant à partir de 1853 à L’Abeille impériale, où il signe ses articles « Alfred Franklin ». La revue compte parmi ses collaborateurs Lorédan Larchey, jeune chartiste de la Mazarine depuis 1852. Franklin rejoint en 1856 cette bibliothèque, où il obtient le poste de surnuméraire (attaché non rétribué) que Larchey venait de libérer en obtenant un emploi appointé. Il conserve ce statut jusqu’en 1875, puis gravit tous les échelons de l’établissement, dont il est nommé administrateur en janvier 1885.

2Ses premières publications, des années 1850 et 1860, se font souvent chez Auguste Aubry, éditeur exigeant et bibliophile. Il se tourne ensuite vers Firmin-Didot qui domine le marché de l’érudition. Si Franklin a toujours disposé de beaucoup de temps pour ses propres travaux, sa position ne relève pas du « canonicat littéraire », car ses recherches sont pour l’essentiel liées à sa charge bibliothécaire. Dès son affectation, il a entrepris une Histoire de la Bibliothèque Mazarine dont la première édition paraît en 1860. Une nouvelle édition, en 1901, est considérablement augmentée, au point que la préface s’ouvre par ces mots : « Ma vie presque tout entière a tenu entre les deux éditions de ce livre ». Son expertise s’exerce très tôt au-delà de son propre établissement. En 1861, il publie La Bibliothèque impériale, son organisation, son catalogue : la brochure, critique et anonyme, paraît dans le sillage des rapports qui s’efforcent d’en résoudre les dysfonctionnements.

3Son œuvre diversifiée touche à l’histoire de Paris, de la vie quotidienne, du protestantisme, à l’édition de sources. Mais l’histoire des bibliothèques en constitue le cœur ; il livre là des ouvrages pionniers, exploitant une vaste documentation, sans toujours en préciser les références – paradoxe pour cet auteur de plusieurs outils méthodologiques comme Les sources de l’histoire de France (1877), ou le Guide… dans les bibliothèques de Paris (1908). Collaborateur régulier du Bulletin du bibliophile à partir de 1864, il y donne les premiers états de ses travaux sur les principales bibliothèques parisiennes, et consacre de plus amples monographies à celles de Notre-Dame (1863), de la faculté de médecine (1864), de Saint-Victor (1865), de la Sorbonne (1875) et de la Nationale (1875). Il livre surtout une magistrale histoire des Anciennes bibliothèques de Paris (1867-1873), nourrie de l’analyse croisée des archives comptables, des anciens catalogues, des marques de provenance.

4La vie privée d’autrefois, série de 27 livraisons (1887-1902) consacrées à la vie quotidienne et à la culture matérielle (réclame, cuisine, mesure du temps, hygiène, etc.), connaît un immense succès et lui procure une réputation positive de vulgarisateur. Il est aussi l’auteur d’un roman historique et d’un roman d’anticipation, Les ruines de Paris en 4875. Poursuivant une œuvre personnelle considérable, Franklin ne délaisse rien de l’administration de la Mazarine. Il hiérarchise l’établissement, répartit le travail de signalement des fonds, accroît le nombre de séances d’ouverture. Il s’entoure de chartistes : Auguste Molinier, recruté en 1878, est affecté au catalogue des manuscrits ; Paul Marais, recruté en 1884, à celui des incunables. Franklin supervise également une refonte des catalogues généraux, imposant le système des fiches in-4° en reliures mobiles, contre la suggestion de Marais qui, plus visionnaire, défend celui des tiroirs à cartes mobiles. Il est mis à la retraite en février 1906.

5Il est membre de plusieurs sociétés savantes : la Société de l'histoire de Paris et de l'Île-de-France dès son origine (1874-1917), la Société historique du VIe arrondissement de Paris (1898-1907), la Société de l’histoire du protestantisme français.

6Il laisse l’image d’un homme brillant et mondain, ayant le goût des facéties savantes. Il rédige lui-même et imprime son faire-part de décès en 1915. Au même moment, il demande son examen physique et intellectuel à un médecin, puis l’imprime au verso de bulletins usagés de la Mazarine : il a alors 85 ans, fait état d’une « santé toujours restée excellente » et d’un « caractère très gai », se reconnaît « quatre passions : les femmes, les chiens, le tabac et le sucre » et « ne croit ni à Dieu ni à diable ». Il « s’avoue fort heureux et l’a toujours été ; est, toujours et en toute saison, au travail le matin depuis 5 ou 6 heures, jusqu’à 10 heures. Sauf recherches dans les bibliothèques, jamais aucun travail dans la journée, consacrée à des métiers manuels et parfois très pénibles ». Marié, il n’a pas d’enfants.

7Franklin est avec Léopold Delisle, qui eut une carrière comparable à la Nationale, un des deux hommes de caractère qui ont dominé l’érudition bibliothécaire en France.

ISNI

0000 0001 2119 7584

Sources primaires et bibliographie

Archives nationales (LH/2216/36) ; Mazarine (Archives institutionnelles) ; Arsenal (mss 7890, 9247) ;

Apollinaire, 1918 ;

Curinier, Dictionnaire national des contemporains, 1899 ;

Lelong, 1918 ;

Marais, 1915 ;

Mollard, 1986 ;

Sordet, 2015 ;

Vapereau, Dictionnaire universel des contemporains, 1893 ;

Vicaire, 1917 ;

Weiss, 1917.

Table des illustrations

Crédits Collections de la bibliothèque Mazarine
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13087/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search