Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

FLEUR, Élie

Morville-sur-Nied, 2 novembre 1864 – Novéant-sur-Moselle, 9 mars 1957

Philippe Hoch

Texte intégral

Auxiliaire, puis adjoint au directeur de la BM de Metz, patriote fervent et journaliste engagé pendant l’annexion de la Lorraine à l’Empire allemand (1871-1918), auteur prolifique aux curiosités variées, impliqué dans la vie des sociétés savantes locales, il incarne le bibliothécaire érudit.

Bellard André, « Notice nécrologique de M. Élie Fleur », Académie nationale de Metz 1956-1957, A137-138, 1959, no SER5, p. LXXX‑LXXXIII. [En ligne] < http://documents.irevues.inist.fr/​bitstream/​handle/​2042/​33292/​ANM_1956_1957_LXXX.pdf >

1Né dans un village de l’ancien département de la Meurthe (aujourd’hui en Moselle), il se destine à la prêtrise. Séminariste, il se détourne cependant de sa vocation en raison d’une surdité naissante. Aussi longtemps que sa santé le lui permet, il exerce des fonctions de professeur et de précepteur. Contraint, par les progrès de son handicap, de renoncer à l’enseignement, il est recruté en qualité d’auxiliaire à la BM de Metz en 1903 et effectue « un premier stage de huit ans » auquel l’administration germanique met fin par un refus de titularisation. Les responsabilités de rédacteur en chef qu’il assume par ailleurs de 1911 à 1914 au sein du journal catholique profrançais Le Courrier de Metz lui valent d’être interné par les Allemands dès les premiers jours de la Grande Guerre à la forteresse d’Ehrenbreitstein ; il restera en détention, puis en résidence surveillée à Paderborn jusqu’en 1918. Au retour de la Moselle à la France, il est aussitôt nommé bibliothécaire-adjoint. Son activité se partage désormais entre les travaux de catalogage et les recherches historiques.

2Ses efforts se concentrent ainsi sur l’amélioration des catalogues, dont, selon ses propres mots, « il avait constaté la défectuosité » (Notice autobiographique, Hoch 1990), et à la mise au point d’instruments de recherche fiables. Outre le « catalogue de placement » (ibid.), c’est-à-dire topographique, il crée un fichier unique des auteurs et des matières pour les nouvelles acquisitions, sans pouvoir toutefois l’étendre rétrospectivement à l’ensemble des fonds. Le supplément au Catalogue général des manuscrits doit également beaucoup à son labeur.

3La fréquentation quotidienne des livres nourrit de nombreux écrits, restés pour une part à l’état d’autographes. L’histoire des imprimeurs de Metz retient particulièrement son attention. Il en résulte un copieux ensemble de notices biobibliographiques portant sur les officines typographiques, y compris les presses hébraïques messines du XVIIIe siècle, les premières à avoir été fondées dans le royaume en dehors de Paris. Il se livre au même exercice au sujet des bibliothécaires de la ville, sans omettre ceux sous la férule desquels il a servi et ne cache pas son hostilité à l’égard des fonctionnaires placés par les autorités germaniques. Son intérêt se porte encore sur l’histoire de la BM, et plus largement, les librairies et cabinets de lecture antérieurs à celle-ci. En 1930, âgé de 66 ans, et huit années seulement après une titularisation qui lui a longtemps été déniée, il accède à la retraite, tout entière consacrée à l’érudition.

4Son implication dans la vie des sociétés savantes est très ancienne, puisqu’elle remonte en réalité à 1903, l’année même où l’ancien séminariste débute à la bibliothèque. En effet, l’Académie nationale de Metz s’assure alors ses services en qualité d’agent chargé des tâches administratives. Il en deviendra l’un des membres titulaires en 1924. On lui doit la rédaction de la table générale des Mémoires de cette institution, ainsi que l’inventaire de ses manuscrits et pièces d’archives. La Société d’histoire naturelle de la Moselle bénéficie pareillement du zèle de ce botaniste compétent, « fervent amant de la nature », comme le dépeint l’un de ses confrères de l’Académie nationale de Metz dans un rapport inédit. Exploitant les fonds à portée de main, le bibliothécaire académicien publie de multiples contributions dans les revues régionales, abordant les domaines de l’histoire lorraine, de l’imprimerie, des sciences de la nature, de la médecine et de la pharmacie, ou encore du folklore mosellan. Son maître ouvrage reste l’Essai sur la vie et les œuvres de Henry-Charles du Cambout duc de Coislin, couronné par l’Institut de France en 1937.

5Âgé de près de 93 ans, Élie Fleur s’éteint à la maison de retraite épiscopale de Novéant (Moselle), au milieu de prêtres âgés ou infirmes. Au cours de sa longue vie, il aura connu trois guerres franco-allemandes.

ISNI

0000 0000 5492 2570

Sources primaires et bibliographie

BM Metz, papiers Élie Fleur ;

Académie nationale de Metz, dossier Élie Fleur ;

Bellard, 1959 ;

Hoch, 1990.

Table des illustrations

Crédits Bellard André, « Notice nécrologique de M. Élie Fleur », Académie nationale de Metz 1956-1957, A137-138, 1959, no SER5, p. LXXX‑LXXXIII. [En ligne] < http://documents.irevues.inist.fr/​bitstream/​handle/​2042/​33292/​ANM_1956_1957_LXXX.pdf >
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13074/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Responsable de la Conservation départementale des musées et du patrimoine, Direction du développement culturel et artistique (Département de la Moselle)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search