Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

DORVEAUX, Paul

Courcelles-Chaussy, 21 juillet 1851 – Paris, 7 janvier 1938

Amélie Jehan

Texte intégral

Il commence par une carrière de médecin de campagne avant de devenir bibliothécaire de l’École supérieure de pharmacie et historien des sciences médicales. Sa passion double pour la recherche et pour la médecine l’a conduit à rédiger de nombreuses publications scientifiques.

Collection BIU Santé Pharmacie

1Il est né tout près de Metz, de parents commerçants. Sa mère est la tante de Louis Bertrand, membre de l’Académie française. Jeune, il entre au séminaire de Montigny-lès-Metz avant d'aller au collège jésuite de Saint-Clément de Metz pour suivre des études classiques. Bachelier ès lettres en 1869, il prépare son entrée dans l'administration de l'enregistrement lorsque débute la Guerre de 1 870. Paul Dorveaux, qui a 19 ans, est volontaire pour effectuer son service dans les ambulances. Cependant, marqué par les blessures qu'il est amené à voir, il renonce très vite et demande à être engagé dans la Garde nationale où il est affecté comme artilleur. La guerre est perdue par la France avant qu’il n’ait le temps de se servir des canons.

2De retour à la vie civile, il décide de changer de projet professionnel et de quitter l'administration pour la médecine, passe un baccalauréat ès sciences et rejoint la faculté de médecine de Nancy. En 1880, il obtient le grade de docteur en médecine avec une thèse chirurgicale et exerce quelque temps à Jarny en tant que médecin de campagne. Mais ce travail ne lui correspond pas et, pour la seconde fois, il décide d'une reconversion. À Nancy, il se prend de passion pour les livres et se tourne vers l’univers des bibliothèques. C'est ainsi qu'il abandonne sa fonction de médecin et rentre comme surnuméraire à la bibliothèque de la Faculté de médecine de Nancy en 1882. Il se présente au concours des bibliothèques universitaires et est reçu premier. Encouragé et soutenu par Lorédan Larchey, alors inspecteur des bibliothèques, il prend successivement des postes à Clermont-Ferrand puis Alger et revient à Paris en 1884 pour devenir titulaire du poste de bibliothécaire de l’École supérieure de pharmacie, en remplacement de Gabriel Lemercier alors démissionnaire. Avec l’arrivée de Paul Dorveaux, l’École de pharmacie se voit dotée d’un éminent historien de la médecine qui y accomplira une prestigieuse carrière de bibliothécaire en chef. Il s’emploie à reclasser le fonds, composé alors de 11 467 volumes, selon les directives ministérielles de 1878-1879. Pour cela, il met en place des registres d’inventaire. Parallèlement, il travaille au référencement « matières » et « auteurs et anonymes » sur fiches. Il poursuit sa mission en classant les thèses de pharmacie soutenues à Paris et en province entre 1803 et 1894 et initie le prêt inter-bibliothèques grâce aux échanges universitaires. Il enrichit le fonds d’ouvrages rares, de manuscrits et d’incunables et qui passe à 36 617 volumes à son départ en retraite, en 1922.

3Homme érudit, formé au grec, au latin et à la théologie, manifestant de véritables facultés relationnelles, il se consacre à des recherches sur l'histoire de la médecine et de la pharmacie. Non content de classer, répertorier et renseigner, il consacre beaucoup de temps à la valorisation de son fonds et écrit de nombreux articles notamment « Historique de la Bibliothèque de l’École de pharmacie de Paris » qui paraît en 1905 dans le Bibliographe moderne. Son travail a permis de faire de cette bibliothèque une des plus riches qui soient en France et à l’étranger, par la qualité et la diversité des ouvrages qu’elle met à disposition. C'est aussi par ses publications et par son réseau de connaissances qu'il est associé à la création de la Société d'histoire de la pharmacie (SHP) le 1er février 1913. Déjà membre depuis 1902 de la Société d'histoire de la médecine qu'il préside entre 1913 et 1919, il est élu associé libre de la Société de pharmacie de Paris. À sa retraite, il garde une véritable activité dans la recherche et l'archivage. Le 18 novembre 1922, la SHP lui organise une manifestation exceptionnelle dans les salons du Palais d'Orsay afin de saluer son travail et sa grande implication dans le domaine de la science, 50 ans après sa première inscription à l'École de médecine de Nancy. En 1986, une médaille à son effigie est posée dans la salle de lecture de la bibliothèque.

4Durant sa carrière, il écrit près de 300 articles et ouvrages. On lui doit de nombreuses publications sur les inventaires de pharmacies et de bibliothèques, des biographies d’apothicaires, entre autres.

ISNI

0000 0000 5577 2631

Bibliographie

Guitard, 1938 ;

Michel, 1982 ;

Toraude, 1938 ;

Viel et Warolin, 2003 ;

Wickersheimer, 1938.

Table des illustrations

Crédits Collection BIU Santé Pharmacie
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13052/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 421k

Auteur

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search