Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

DUPRAT, Gabrielle

Boulogne-sur-Mer, 4 janvier 1898 – Angers, 26 décembre 1999

Julien Brault

Texte intégral

Elle consacre l’essentiel de sa carrière à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle, qu’elle dirige de 1937 à sa retraite en 1968. Son parcours témoigne en outre d’une intense activité dans les associations nationales et internationales des bibliothèques.

Gabrielle Duprat prononçant une allocution sur Redouté à l’amphithéâtre du Muséum, en juin 1959.

Photographie : E. Monsigny, tirage photographique noir et blanc, 13 x 18 cm, Muséum national d’histoire naturelle, IC 4017

1Gabrielle Odend’hal naît dans une famille de négociants. Elle obtient son baccalauréat latin-grec-philosophie en 1917. Archiviste paléographe, elle est élève de l'EPHE et de l'ENC, où elle soutient en 1923 une thèse sur les comtes de Boulogne aux IXe-XIIe siècles. En mars 1922, elle est admise au CAFB. Elle réside alors avec ses parents à Paris où son père est chimiste et enseignant. En 1931, elle épouse Joseph Duprat, propriétaire agriculteur à Bagnères-de-Bigorre dont elle aura deux filles.

2Nommée commis à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle en juillet 1923, elle effectue pendant trois mois l’intérim du bibliothécaire en chef, René Descharmes, décédé en février 1925. Trop jeune pour prendre alors la direction de la bibliothèque, elle entre à la BN où elle travaille de mai 1925 à mars 1937, d’abord au service des Dons français puis au service de l’Inventaire général. Elle prépare aussi les bibliothécaires à leur examen de titularisation et enseigne la bibliographie. C’est à cette période qu’elle occupe ses premières fonctions associatives importantes puisqu’elle est la première femme élue secrétaire générale de l’ABF, fonction qu’elle occupe de 1927 à 1931.

3Le 11 mars 1937, elle est nommée bibliothécaire en chef de la bibliothèque du Muséum, succédant à Léon Bultingaire. Tout en dirigeant le service, Gabrielle Duprat pilote le projet de construction de la nouvelle bibliothèque du Muséum qui dura vingt-cinq ans, ralenti par la guerre, le manque de crédits et la difficulté de trouver un terrain adéquat. Elle participe à l’élaboration des projets successifs avec Julien Cain, Jean Bleton (DBLP) et Henri Delaage, architecte en chef du Muséum. Parmi ces projets, Gabrielle Duprat esquisse au début des années 1950 un ambitieux programme de regroupement des bibliothèques scientifiques parisiennes (CNRS, Faculté des sciences, Muséum) sur les terrains voisins de la Halle aux vins, futur site d’implantation de la faculté des sciences de Jussieu. Ce projet n’aboutira pas et la nouvelle bibliothèque du Muséum ouvre ses portes en 1963 dans l’enceinte du Jardin des Plantes. C’est alors un bâtiment ultramoderne doté de murs-rideaux qui ouvrent la bibliothèque sur le jardin, d’un système de communication des ouvrages innovant, et d’une très grande capacité de stockage en magasin. Gabrielle Duprat est ainsi responsable de la plus importante collection documentaire au monde consacrée à l’histoire naturelle (600 000 ouvrages, 8 000 titres de périodiques, 10 000 estampes, dessins et aquarelles) qu’elle contribue à valoriser par des publications. Elle collabore aussi au Catalogue général des imprimés de la BN et dirige un inventaire en quatre volumes des périodiques scientifiques et techniques reçus par les bibliothèques de Paris. Passionnée par les globes, elle réunit sur ces derniers une importante documentation déposée au département des Cartes et Plans de la BN. Elle est ainsi l’auteur du premier inventaire des collections de globes conservés en France.

4Elle est membre de la Commission des échanges de l’International Association of the Agricultural librarians and documentalists. À partir de 1939, elle est membre de la Commission des périodiques et publications en série de la FIAB et présidente de 1961 à 1967, période qu’elle met à profit pour réaliser une bibliographie des répertoires nationaux de périodiques. En 1964, elle met sur pied la section des Bibliothèques spécialisées de l’ABF, dont elle est la première secrétaire générale.

5Nommée chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur en 1950 puis de l’Ordre des Arts et des Lettres en 1962, Gabrielle Duprat prend sa retraite le 4 janvier 1968, saluée à son départ par André Malraux, alors ministre des Affaires culturelles. Marthe Chaumié lui succède à la direction de la bibliothèque du Muséum.

ISNI

0000 0000 6640 3671

Sources primaires et bibliographie

Archives du Pas-de-Calais (3E 160/532) ;

Archives de Paris (6M 272 B) ;

Muséum (AM 753/3) ;

Bossuat, 2000 ;

Brault, 2018.

Table des illustrations

Légende Gabrielle Duprat prononçant une allocution sur Redouté à l’amphithéâtre du Muséum, en juin 1959.
Crédits Photographie : E. Monsigny, tirage photographique noir et blanc, 13 x 18 cm, Muséum national d’histoire naturelle, IC 4017
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13044/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 5,7M

Auteur

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search