Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

DUPLESSIS, Georges (Georges-Victor-Antoine Gratet-Duplessis, dit)

Chartres, 19 mars 1834 – Paris, 26 mars 1899

Valérie Sueur-Hermel

Texte intégral

Historien de l’art et plus particulièrement de l’estampe, il fait toute sa carrière au cabinet des Estampes de la BN qu’il dirige de 1885 à 1898. Il est élu membre de l’Institut (Académie des beaux-arts) en 1891.

Portrait de Georges Duplessis par le graveur Léopold Flameng, 1893.

Gallica/INHA Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts

1Il est le fils de Charlotte Jolly des Hayes et de Pierre-Alexandre Gratet-Duplessis, proviseur à Angers, inspecteur de l’Académie de Caen, puis recteur d’académie. Le jeune Georges suit sa scolarité à Chartres puis à Paris, au lycée Saint-Louis. Il acquiert le goût des livres et des images au contact de son père dont la perte, lorsqu’il a dix-neuf ans, précipite son entrée dans la vie active. En 1855, sa mère l’introduit à la Bibliothèque impériale, où il est engagé comme surnuméraire au cabinet des Estampes, sous le directorat de Jean Duchesne. Sa passion de la gravure s’affirme auprès des frères Goncourt, rencontrés dans les bureaux de la Revue anecdotique, rue de Seine, que fréquentent Théodore de Banville, Charles Monselet et Champfleury. Cet intérêt précoce pour l’estampe se double de qualités d’écriture, manifestées dès la première année de son affectation à la Bibliothèque impériale, par une nouvelle édition du Livre des peintres et graveurs de Michel de Marolles, une étude sur La gravure française au Salon de 1855, publiée concurremment à celle des Goncourt sur la peinture, et une autre sur le sculpteur Houdon, écrite avec son ami Anatole de Montaiglon. Deux ans plus tard, il édite les Mémoires et Journal de J-G Wille, graveur du roi, publiés d’après les manuscrits et autographes de la Bibliothèque impériale, avec une préface des Goncourt. En 1860, alors qu’il est désormais attaché au cabinet des Estampes, il reçoit, pour son Histoire de la gravure en France, le prix Bordin décerné par l’Académie des beaux-arts, ce qui lui offre l’opportunité de séjourner à Rome. À son retour, il poursuit son activité d’historiographe de l’estampe autant par des articles monographiques que par des ouvrages de synthèse comme Les Merveilles de la gravure, publié chez Hachette. Au moment de la guerre de 1870, il est promu bibliothécaire et seconde le directeur, Henri Delaborde, dont il a toute la confiance, dans la mise en sécurité des estampes les plus précieuses. Membre de la Société nationale des antiquaires de France depuis 1871, il en est le secrétaire en 1874, puis le président en 1883. En 1873, il est élu secrétaire de la Société française de gravure, et reçoit, pour la seconde fois, le prix Bordin de l’Académie des beaux-arts pour De la gravure de portrait en France. Sur proposition d’Henri Delaborde et de Jules Taschereau, administrateur de la BN, il est nommé, en 1874, chevalier de la Légion d’honneur, et devient conservateur adjoint. Ces honneurs récompensent autant les travaux patients du bibliothécaire (rédaction du catalogue de la collection des portraits et inventaire de la collection d’histoire de France léguée en 1863 par Michel Hennin) que les publications de l’historien de l’art. En 1885, il succède à Henri Delaborde comme directeur du département qui lui doit notamment l’acquisition de la collection Deloynes, recueil de plaquettes et de manuscrits sur les beaux-arts, et des collections d’Hippolyte Destailleursur le théâtre et sur Paris. Candidat malheureux à l’Académie des beaux-arts en 1885, il est élu au fauteuil d’Albert Lenoir en mai 1891. Henri Bouchot lui succède au poste de directeur du département des Estampes, le 1er avril 1898, lorsqu’il prend sa retraite. Il meurt l’année suivante, à l’âge de 64 ans. En février 1917, ses livres d’art personnels entrent à la bibliothèque de l’Institut selon le vœu de sa veuve, Berthe Bathilde Duval Le Camus, épousée en 1864, tandis que sa collection d’objets d’art et de mobilier du XVIIIe siècle, de tableaux, dessins et estampes est dispersée à l’hôtel Drouot le 16 mars 1917.

ISNI

0000 0001 2126 5903

Sources primaires et bibliographie

Bibliothèque de l’Institut, Papiers Georges Duplessis, 24 vol., Ms 1866-1889 ;

Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, Correspondance de Georges Duplessis avec Thibaudeau, Edmond de Rothschild, Lippmann, Sidney Colvin, 1884-1889, Rés. Ye-142-8 ;

Adhémar, 1973 ;

Beaumont-Maillet, Les gardes et directeurs du département des Estampes de 1720 à 2007, 2010 ;

Bouchot, 1899 ;

Lefebvre et Delisle, 1899.

Table des illustrations

Légende Portrait de Georges Duplessis par le graveur Léopold Flameng, 1893.
Crédits Gallica/INHA Service des collections de l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/13037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M

Auteur

Conservateur général des bibliothèques, département des Estampes et de la Photographie, Bibliothèque nationale de France (Paris)

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search