Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

COUSIN, Jules

Paris, 4 mars 1830 – Paris, 19 février 1899

Juliette Jestaz

Texte intégral

Il fonde en 1871 la Bibliothèque historique de la Ville de Paris ˗ cas unique en France de bibliothèque consacrée à une ville. Initiateur du projet, donateur de la collection initiale et directeur de l’institution, il en fait un modèle de fonds local structuré. Il appartient à la dernière génération de bibliothécaires savants et salonniers.

Portrait de Jules Cousin, premier conservateur du musée Carnavalet, par le photographe Albert Harlingue, en 1886.

CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet

1Parisien depuis la troisième génération, né d’un père architecte, il mène des études de droit. Rentier, il choisit d’entrer à 26 ans à la bibliothèque de l’Arsenal comme surnuméraire. Bibliothécaire de 1861 à 1870, il s’occupe de ses propres recherches ou assiste les lecteurs sur les questions touchant à l’histoire de Paris. De façon assez typique alors, il est venu aux bibliothèques « sans en faire métier et uniquement pour [son] plaisir » (La Plume, 1892). Il se constitue parallèlement une collection sur l’histoire de Paris, et publie des articles historiques. Après la chute du Second Empire en 1870, il obtient d’Étienne Arago, nouveau maire républicain de Paris, de diriger la bibliothèque de l’Hôtel de ville de Paris, et s’attelle à une profonde réorganisation. Mais huit mois plus tard, le 24 mai 1871, l’incendie du bâtiment lors des derniers jours de la Commune anéantit la bibliothèque. Cet événement le dispose durablement contre les Communards.

2À une époque où Paris subit de profondes transformations et devient la deuxième métropole au monde, Cousin juge nécessaire qu’une bibliothèque lui soit consacrée. Il propose de fonder deux bibliothèques, une administrative, et une autre, « spécialisée dans le sens de l'histoire de Paris » : « “et je vous offre comme premier fonds ma propre collection de 6 000 volumes et 6 000 estampes”, dit-il. La proposition fut acceptée en ces termes » (La Plume, 1892). La Bibliothèque historique est installée à l’hôtel Carnavalet, où est également créé un musée consacré à l’histoire de Paris, et elle ouvre en janvier 1874. En 1880, le musée est placé sous sa direction ˗ rare cas de configuration administrative où des collections muséales dépendent d’une bibliothèque, qui ne durera que 17 ans.

3Cousin réussit par des acquisitions judicieuses à constituer une collection. Il attire un autre don déterminant, consacré à la Révolution française, celui d’Alfred Frigoult de Liesville, qu’il fait nommer comme adjoint. Il ne s’arrête pas à la typologie traditionnelle de documents : il achète des photographies, regroupe dans des dossiers dits « d'actualité » des coupures de presse et des éphémères variés, autrement dit il constitue une documentation et un patrimoine contemporains. Il crée une classification sui generis en 160 sections, d’un encyclopédisme pragmatique, où se succèdent parties chronologiques, topographiques et thématiques. Il en tire un précieux catalogue méthodique. Ses talents d’organisateur des collections se doublent d’un goût prononcé pour l’accueil du public : il est largement reconnu comme un guide précieux auprès des lecteurs, d’une obligeance inépuisable qu’il appuie sur une formidable érudition. « Savant aimable, causeur spirituel et bon compagnon », qu’on rencontre en général « dans ses cartons ou causant avec un visiteur » (Fournel, 1878), il conçoit la bibliothèque comme « la Maison de Socrate : pleine de vrais amis » (La Plume, 1892).

4Il promeut en 1874 la fondation de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, qu’il préside un an, et contribue activement à son Bulletin par des articles variés sur des lieux, des personnalités ou des documents parisiens. Plusieurs des membres de la société donneront ou légueront leurs papiers à la bibliothèque. Il codirige une publication vulgarisatrice à l’illustration originale, Paris à travers les âges, régulièrement rééditée. Loin de l’amateurisme de ses débuts, il publie un Manuel théorique et pratique du bibliothécaire (Paris, 1882).

5À son départ à la retraite en décembre 1893, la bibliothèque comprend 100 000 imprimés et manuscrits, 80 000 estampes et anciens plans. Célibataire, promu officier de la Légion d’honneur en 1898, il décède en 1899 place des Vosges. Une rue de Paris, située face à la bibliothèque de l’Arsenal, porte son nom depuis 1904.

ISNI

0000 0000 7247 891X

Sources primaires et bibliographie

Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 1899 : Nécrologie de Jules Cousin, 24 février 1899 ;

Cantarutti, Dictionnaire critique des historiens de l'art actifs en France..., 2009 ;

Cousin, 1892 ;

Fournel, 1878 ;

« Obsèques de M. Jules Cousin, conservateur honoraire du musée Carnavalet », 1899.

Table des illustrations

Légende Portrait de Jules Cousin, premier conservateur du musée Carnavalet, par le photographe Albert Harlingue, en 1886.
Crédits CC0 Paris Musées / Musée Carnavalet
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M

Auteur

Conservatrice des Manuscrits, Livres rares et Plans à la Bibliothèque historique de la Ville de Paris

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search