Version classiqueVersion mobile

Figures de bibliothécaires

 | 
Isabelle Antonutti

Figures de bibliothécaires

COLLON, Georges

Tours, 19 avril 1898 – Joué-les-Tours, 16 janvier 1961

Françoise Gaudet

Texte intégral

Il consacre l’essentiel de sa carrière à la BM de Tours : il s’attache autant à la valorisation des fonds patrimoniaux qu’au développement des actions de lecture publique, sa conviction étant qu’une bibliothèque doit être utile à tous. Il prend ensuite la direction de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Portrait de Georges Collon publié dans le Bulletin de la Société archéologique de Touraine.

© Bibliothèque municipale de Tours / photographie François Joly

1Fils de Gaston Collon, lui-même chartiste et directeur de la BM de Tours, et d’Aimée Désirée Hermann, professeure de dessin du lycée de jeunes filles de la ville, Georges Collon restera toute sa vie attaché à la Touraine et aux bibliothèques. En 1915, à l’âge de 17 ans, il intègre l’ENC, mais la guerre l’oblige à suspendre ses études. Il retrouve le chemin de l’École après sa démobilisation et soutient en 1922 une thèse intitulée Pierre Bérard (avant 1400-1465) et la réforme municipale à Tours en 1462. La même année, il succède à son père à la tête de la BM.

2Très vite, il se signale à la fois par son implication dans la sauvegarde du patrimoine local et par son action en faveur de la lecture publique. Membre actif de la Société archéologique de Touraine, dont il est le secrétaire plusieurs années, il crée une association dans le but de restaurer la Tour Charlemagne. Très attaché à la valorisation du riche fonds ancien de la BM, il organise plus d’une vingtaine d’expositions et présente lui-même deux fois par semaine, à toute personne intéressée, les trésors des réserves. Pour lui, en effet : « une bibliothèque municipale ne doit pas être exclusivement une bibliothèque savante […] Son but [est] d’être utile à tout le monde, comme les autres services municipaux. » (G. Collon, Revue des bibliothèques, 1929, n° 12). Dans cet article, il liste les actions concrètes qu’il a menées à Tours pour développer les services de la bibliothèque dans un contexte budgétaire contraint et dessine en creux le portrait d’un professionnel à la fois savant, organisé et pragmatique, dépourvu de préjugés, non dénué d’humour, et totalement dévoué à la mission qu’il s’est fixée. Il met par exemple en place un système de semi-libre accès, connu sous le nom de prêt « type Tours » et étend les horaires d’ouverture au dimanche. Pionnier de la lecture publique, c’est également un homme de réseau. En 1937, en lien étroit avec Marguerite Gruny et les bibliothécaires de l’Heure Joyeuse, il crée une des premières sections jeunesse de France. Il entretient des relations suivies avec ses collègues chartistes, qu’il retrouve dans le cadre des réunions de l’ABF, dont il fut deux ans vice-président : notamment André Masson, son camarade de promotion (de même que Georges Bataille), Henri Vendel, Pierre Lelièvre, Paul Poindron, Marcel Bouteron ou encore Julien Cain.

3En août 1939, il est à nouveau mobilisé. Affecté au Centre de la défense aérienne du territoire à Tours, il continue néanmoins à se rendre tous les jours à son bureau. Le 18 juin 1940, l’État-major décide de retarder l’ennemi sur la Loire. La bibliothèque, située sur les rives du fleuve, se retrouve au cœur des combats. En dépit de ses efforts, Georges Collon ne peut empêcher l’installation de tirailleurs algériens dans le bâtiment, ni obtenir le déménagement des collections. Sous sa directive, son adjoint, Jacques-Marie Rougé, fait transférer dans les sous-sols de la bibliothèque un choix restreint des documents les plus précieux. Ils échapperont ainsi au gigantesque incendie, provoqué par des obus incendiaires, qui ravage le 19 juin les locaux et les collections avant de se propager à l’ensemble du quartier. Le bâtiment est ainsi réduit en cendres et 215 000 pièces disparaissent.

4Georges Collon entreprend alors de reconstituer les collections et de faire entendre sa voix dans le projet de reconstruction du bâtiment, sans toujours beaucoup de succès. Il continue à développer le réseau de lecture publique. Nommé directeur de la BCP de l’Indre-et-Loire en 1946, tout en conservant la direction de la BM, il multiplie les créations de points de desserte.

5Le 1er octobre 1953, il est nommé administrateur de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, poste qu’il occupera jusqu’en janvier 1959. Chargé de mission à la DBLP, il se consacre ensuite à un projet de Bibliothèque nationale de prêt, qui ne sera finalement jamais mis en œuvre. Un an après sa nomination, en raison de problèmes de santé, il fait valoir ses droits à la retraite.

6Conservateur en chef des bibliothèques, Georges Collon avait été nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1948 et officier de l’Instruction publique en 1949.

ISNI

0000 0001 0899 1847

Sources primaires et bibiographie

Archives municipales de Tours (69 Z 1) ;

Barnett, 2009 ;

Gruny, 1961 ;

Guignard, 1962 ;

Masson, 1961 ;

Philippon, 1961 ;

Porhel et Leturcq, 2018 ;

Schweitz, 2009.

Table des illustrations

Légende Portrait de Georges Collon publié dans le Bulletin de la Société archéologique de Touraine.
Crédits © Bibliothèque municipale de Tours / photographie François Joly
URL http://books.openedition.org/pressesenssib/docannexe/image/12984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M

© Presses de l’enssib, 2020

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search